Version classiqueVersion mobile

Et le génie des langues ?

 | 
Henri Meschonnic

Présentation

Henri Meschonnic

Texte intégral

1Et le génie des langues ?

2Une interpellation, autant qu’une question. Qui remonte à la nuit des mots. Cette vieille tension entre nature et histoire. Mais il ne s’agit pas de prétendre l’abolir. Ni d’en faire un intermède aux discours savants tenus par les spécialistes, qui généralement s’en débarrassent tantôt par le dédain, tantôt par l’humour.

3La seule visée ici est d’en faire voir l’actualité, par les problèmes que la chose engage. Et par là, peut-être aussi, de renouveler la question.

  • 1 Et il y aurait, pour le plaisir, à reprendre aussi la question dans Claude Duret, son Thresor de l’ (...)

4Car, à lire certains propos, on pourrait croire que cette question nous ramène en plein xviiie siècle, au temps de Rivarol, de Herder, de Rousseau1. Dans l’indiscernable même entre la nature du langage, d’une langue, et le génie des écrivains.

  • 2 Ernst Jünger, Rivarol et autres essais, Grasset, Paris, 1974 (éd. allemande, 1956, 1970), p. 53.

5Ernst Jünger écrivait que Rivarol avait « les idées de l’Européen cultivé de son temps2 » et que son originalité n’était que de leur avoir donné « la formule qui leur convient » (ibid., p. 55). Cela dit, il reprenait la question dans l’état même où Rivarol l’avait laissée – ne s’intéressant réellement qu’à l’aventure de l’émigré, avec une nostalgie aristocratique pour la société d’Ancien Régime. On retrouve chez Jünger pêle-mêle, à propos de l’universalité de la langue française, « le génie de ses écrivains » (ibid., p. 2), tout autant que l’âme française, ou le « génie clair et méthodique » (ibid., p. 4) du Picard. Avec une insistance très allemande sur le ratage de l’allemand : « C’est des Allemands que l’Europe apprit à négliger la langue allemande » (ibid., p. 5), en évoquant « la nature même de la langue allemande : elle est trop riche et trop dure à la fois » (ibid., p. 6). Et, passant à l’espagnol, c’était pour évoquer le « génie de Cervantès ».

6Voilà. Le génie n’a pas changé depuis plus de deux siècles. Ses défenseurs n’en ont toujours pas davantage.

  • 3 Benjamin Lee Whorf, Language, Thought and Reality, Selected Writings, edited and with an introducti (...)
  • 4 Benjamin Lee Whorf, Linguistique et anthropologie, les Origines de la sémiologie, Denoël, Paris, 19 (...)

7On – ce on, c’est surtout les philosophes – a pris l’habitude de ricaner à l’évocation de l’hypothèse-de-Sapir-et-’Whorf. Ce on, c’est aussi la langue de bois des linguistes. L’anthropologie linguistique américaine, de Boas à Dell Hymes mérite mieux. Elle réagissait aussi contre l’anthropologie duelle de Lévy-Bruhl, qui, malgré ses Carnets, est loin d’être tout à fait au musée. Et déjà le titre même du livre de Whorf, Language, Thought and Reality3 avait été mal traduit par Linguistique et anthropologie, les Origines de la sémiologie4. Et la question obscure des rapports entre la langue et la pensée, la langue et la culture, prise comme « un ensemble complexe d’influences réciproques » (ibid., p. 110) y passe pour une réduction causaliste à un déterminisme.

  • 5 Otto Jespersen, Mankind, Nation and Individual from a Linguistic Point of View, Indiana University (...)

8La vieille croyance – encore bien présente – selon laquelle un rôle majeur était attribué à tel écrivain dans la naissance d’une langue nationale (Dante pour l’italien, Luther pour l’allemand, Chaucer pour l’anglais) était juste un peu minorée par Jespersen5. Le rapport entre génie de la langue et génie des écrivains n’était pas pensé.

9La question n’était pas encore devenue un problème. Benveniste s’y est employé. Le statut actuel de Benveniste, dans la géo-linguistique et la géo-sémiotique contemporaine, est un révélateur des résistances et du maintien de l’impensé. Toujours la même réduction-caricature.

10La situation touche au symptôme.

  • 6 Émile Benveniste, « Catégories de pensée et catégories de langue » (1958), dans Problèmes de lingui (...)

11Pourtant Benveniste ne faisait que dire : « La forme linguistique est [...] non seulement la condition de transmissibilité, mais d’abord la condition de réalisation de la pensée6. » La question était « comment ils sont [ces deux termes, la langue, la pensée] solidaires », et « Les termes en présence ne sont pas symétriques » (ibid., p. 64), et « Parler de contenant et de contenu, c’est simplifier ». Question : comment « atteindre directement la pensée » ?

12Chez Aristote, Benveniste montrait que les catégories étaient « d’abord des catégories de langue » (ibid., p. 66), celles de la « morphologie grecque » (ibid., p. 67), et qu’il était « donc voué à retrouver sans l’avoir voulu les distinctions que la langue même manifeste entre les principales classes de formes, puisque c’est par leurs différences que ces formes et ces classes ont une signification linguistique. Il pensait définir les attributs des objets ; il ne pose que des êtres linguistiques » (ibid., p. 70). Ainsi, « c’est ce qu’on peut dire qui délimite et organise ce qu’on peut penser » (ibid.). Benveniste ne dit pas détermine. Il parle de « transposition », et de « configuration ». La langue n’a « pas orienté », elle a seulement « permis de faire ».

13Benveniste n’envisageait pas les « développements conceptuels » (ibid., p. 71) – le problème même qui nous reste à penser : « Assurément, les penseurs grecs ont à leur tour agi sur la langue, enrichi les significations, créé de nouvelles formes » (ibid., p. 73).

14Par la comparaison avec la langue africaine ewe, il voulait seulement dégager l’importance et le rôle du verbe être dans les langues indo-européennes : « Tout ce qu’on veut montrer ici est que la structure linguistique du grec prédisposait la notion d’“être” à une vocation philosophique. » (Ibid., p. 73.)

15De là il analysait « deux illusions ». L’une fait de la langue un instrument : « En fait, essaie-t-on d’atteindre les cadres propres de la pensée, on ne ressaisit que les catégories de la langue » (ibid.). L’autre illusion « est à l’inverse ». Elle consiste à voir dans la langue « le décalque d’une “logique” qui serait intéressante à l’esprit, donc extérieure et antérieure à la langue. En fait, on ne construit ainsi que des naïvetés ou des tautologies » (ibid., p. 73).

16Ces illusions sont plus répandues qu’on ne croit. De Sartre, pour qui les poètes « sont des hommes qui refusent d’utiliser le langage » – ce qui implique son emploi ordinaire comme un instrument : la langue sert à communiquer – à Rorty pour qui les mots sont des outils, ce que disait déjà Alain, en passant par Austin qui voit dans la poésie un « emploi parasitaire du langage », un peu comme Sartre, parce qu’il ne sert pas, ou ne sert à rien, la liste est longue des instrumentalistes qui se connaissent ou qui s’ignorent.

17Toute la stylistique de l’écart entre le beau langage (on a même dit le haut langage, comme le haut mal) et le langage qu’on dit ordinaire y trempe, y baigne, et y croupit.

18Mais Benveniste concluait prudemment ; « Aucun type de langue ne peut par lui-même et à lui seul ni favoriser ni empêcher l’activité de l’esprit. » (Ibid., p. 74.) Il réservait « l’essor de la pensée » aux « capacités des hommes, aux conditions générales de la culture ».

19C’est là le vrai point de départ du problème : non la caricature d’un déterminisme qu’on ne pose que pour éviter de penser ce problème – celui qui commence avec cette vérité trop générale que « la possibilité de la pensée est liée à la faculté de langage », que « penser, c’est manier les signes de la langue » (clausule de l’article de Benveniste). Ce dont personne ne s’aviserait de soutenir le contraire. Mais qui est insupportablement insuffisant.

20C’est pourquoi, paradoxalement, le problème est peut-être plus un problème de poétique que de linguistique. Car il n’est pas seulement le problème des rapports entre langue et culture. C’est celui de ce que fait à une langue l’invention d’une pensée. Qui touche immédiatement à la littérature dans son rapport à sa langue, et à la philosophie (à une œuvre philosophique) dans son rapport à sa langue.

21On peut reconnaître immédiatement que ce problème est deux fois méconnu et impensé : la première dans la mesure où il est éludé, et manqué ; la seconde par l’état commun de la traduction.

22Puisque la plus grande partie des œuvres de langage est lue en traduction. En quoi son rapport à sa langue (si justement dite « de départ ») est aussi doublement perdu : d’abord parce que la conceptualité régnante en matière de langage et de langue est celle du signe, qui fait d’avance de la « forme » un résidu ; ensuite parce que l’autonomisation répandue de la traduction – ce qu’on appelle la traductologie – ne se pose même pas la question, et s’en remet à l’herméneutique, et aux seules questions du sens.

23Autant de raisons pour faire rendre à cette riche idéologie tout ce qu’elle a en réserve. Autant de raisons de demander : et le génie des langues ?

*

24La question du génie de la langue, des langues, semble interdite de linguistique. Mais les linguistes ont un inconscient, comme les autres. Le retour du refoulé, ils en ont autant que les autres. Le langage grouille d’éléments idéologiques, parce que nul ne peut effacer, malgré les efforts de science – que divers scientismes inversent encore, à leur insu, en idéologisation – les rapports entre langue, peuple, nation, ou vision du monde.

25Les rapports à la culture, historiquement, sont souvent passés par un grand désir de pureté. Et la pureté tend invinciblement à exclure l’impur. L’étranger. Les mots étrangers. En oubliant que bien des langues sont nées comme des créoles, de divers mélanges. Le français, entre autres.

26Pour purifier, sinon les langues, au moins la linguistique, des linguistes ont parlé de caractères, plutôt que de génie, du génie comme nature. Aujourd’hui, on parle de paramètres. C’est pour réfugier le génie dans la phonie, la phonologie : elle, au moins, est propre – propre à une langue et à une seule. La traduction n’y accédera jamais.

27Mais c’est qu’on reste, encore et toujours, dans la seule conceptualité du langage comme langue, dans une langue, des langues. Il suffit de penser discours, œuvre littéraire, rythme et prosodie comme signifiance dans un système de discours, pour conceptualiser et mettre en pratique que ce qu’on traduit – ou plutôt qu’on a à traduire – n’est pas de la langue, mais ce qu’un discours fait de sa langue. Et on passe du génie de la langue au génie des écrivains. Ce qui est tout autre chose. Puisque ce qu’on lisait, ce qu’on attribuait à la langue, était ce que l’écrivain en avait fait.

28Où le linguiste, en tant que linguiste, n’a plus rien à dire. Surtout quand il est un linguiste de la langue, et pas du discours.

29Il est vrai que cet aspect des choses laisse intacte cette propriété qu’a telle langue de permettre ce qu’une autre n’autorise pas. Déjà jadis Roland Barthes en concluait même au fascisme de la langue, du fait qu’on ne peut pas dire en français le lune et la soleil. Et seul, une fois de plus d’ailleurs, le seul à s’en tirer était l’écrivain, seul sujet, seul libre.

30Et les jeux de mots ne seront pas les mêmes : « I am too much in the sun », the sun, the son, le soleil, le fils, en anglais-Shakespeare, les « non-dupes-errent/noms du père » en français-Lacan, sans oublier la mer et la mère. Le génie serait ce que permet une langue et une seule.

31Là-dessus les psychanalystes adorent chercher une querelle aux linguistes. Benveniste, buté, n’aurait rien voulu comprendre à Freud sur les sens opposés pour un même mot, selon Lacan. Qui préfère écouter Heidegger.

32Les malins s’en sortent par le rire. Et encore des jeux de mots.

33Bien sûr, il y a de l’irréductible. Bien sûr, il y a de l’universel. Ce n’est pas une grande nouvelle.

34La nouvelle, ce serait plutôt de reconnaître les éléments, et les raisons, de tant de confusion. Dont le lieu est justement la notion de génie des langues.

35Le politique y joue insidieusement sur plusieurs tableaux, et pas seulement pour l’aspect répressif et connu de la politique des langues. Le génie est un lieu de pouvoir.

36L’analyse vise à le montrer. Pour qu’on soit un peu moins dupe de ce père. Pour que le rire change de camp. Et que la recherche de la clarté passe de la langue au discours.

*

37L’examen de la question du génie des langues suppose un ensemble théorique – une théorie du langage. Capable d’en aborder tous les aspects.

  • 7 Michel Leiris, La Langue secrète des Dogons de Sanga, Institut d’ethnologie, Paris, 1948.

38La linguistique descriptive, occupée par ses technicités, n’y songe même pas. C’est la linguistique classique des ethnologues. Celle dont parlait Michel Leiris en tête de son livre sur les Dogons7 : l’application d’une grille minimale – transcription phonétique, grammaire élémentaire, inventaires et relevés de mots. Les « subdivisions traditionnelles » critiquées par Saussure. C’étaient les « méthodes enseignées à l’institut d’Ethnologie » (p. XVIII).

39Le seul ensemble théorique qui ait abordé la question d’une interaction (Wechselwirkung) que la pensée du génie, pensée des origines, syncrétisait, amalgamait en un tout inanalysable, a été et reste l’œuvre de Humboldt. Par l’attention à l’activité (energeia) plus qu’au produit (ergon).

40Mais son sens de la diversité, sa sortie hors du modèle des langues indo-européennes ont été souvent compris comme une réduction à un relativisme linguistique, le report d’une langue, milieu culturel, médiateur, sur un esprit national.

  • 8 Judith Schlanger, « Langage intellectuel, langage métaphorique », Littérature, n° 29, février 1978, (...)

41D’où l’intérêt, aujourd’hui encore, et toujours, de l’analyse que faisait Judith Schlanger des « catégories humboldtiennes et néo-humboldtiennes8 » et de leurs critiques.

42L’energeia comprise comme la notion de force « se traduit en termes d’autonomie morphologique de l’univers verbal » (ibid.). À quoi elle ajoutait, pour retirer cette notion à l’originisme du xviiie siècle, que « c’est lorsque la notion de force est placée en amont, à la genèse, comme force productrice, qu’elle est substantifiée et à la limite rapportée à l’esprit national. Or très certainement la communication intellectuelle est opérante et donc dynamique, et même multiplement dynamique ; seulement il paraît bien préférable pour la description de placer ce dynamisme, non pas dans la genèse, mais dans l’effectuation et dans l’usage » (ibid.).

43Ainsi l’energeia n’est pas « le caractère unitaire et global d’une force esprit d’une langue ; ne serait-ce que parce qu’elle est elle-même démultipliée, parcellaire, non directive, non assumée » (ibid., p. 30).

44Cette question du génie touche aussi à la notion de langue maternelle, qui est loin d’être aussi évidente qu’elle en a l’air. Dans son apparente simplicité, et unité. L’identité entre langue nationale et langue maternelle. Où, là aussi, opère une multiplicité interne, et le rapport obscur aux œuvres littéraires qui élisent une langue d’adoption.

45Judith Schlanger observait : « La thèse ou l’hypothèse du relativisme linguistique prend au sérieux la différence des langues, en marquant que chaque syntaxe est par elle-même une grille organisatrice des représentations qui module l’appréhension du monde. [...] À un niveau infra-réflexif la syntaxe est déjà un cadre ou un cadrage cognitif. Pour chacun, les dispositifs d’intelligibilité inhérents à la texture de la langue sont évidents, non perçus et quasiment inquestionnables. Globalement, de l’extérieur, les syntaxes informent des univers culturels juxtaposés mais irréductiblement pluriels. » (Ibid., p. 30.)

46Toute la question est alors celle du passage « du linguistique-culturel au culturel-intellectuel » (ibid., p. 31). Question que n’envisagent pas Sapir et Whorf : « Appliquée à la discursivité intellectuelle (qui n’est pas son objet) l’hypothèse Sapir-Whorf est trop unitaire et trop dispersée. Trop unitaire en ce que chaque syntaxe est supposée couvrir avec cohésion la totalité du champ, et trop statiquement dispersée pour ce qui est de la coexistence des syntaxes. » (Ibid., p. 31.)

47Mais Judith Schlanger ajoutait aussi que la « structure logique d’un cadre linguistique » n’est pas « unitaire ou unifiante, elle est elle-même diversifiée, et la pluralité est à l’intérieur ». Dans une même langue « il y a beaucoup de grilles, beaucoup de cercles partiels, de niveaux, de zones, de reliefs. Tout cela dans la même langue maternelle, et chacun participe de plusieurs » (ibid.).

48Réponse à l’objection, sinon, de l’intraductibilité – toujours radicalisée par les tenants du génie : « C’est pour montrer que le relativisme est ruineux qu’on l’exagère sur un point mal compris. » (Ibid., p. 31-32.)

49Il est remarquable que la théorie des champs sémantiques, référée à Humboldt, passe de la syntaxe au vocabulaire uniquement, et le « vocabulaire recouvre tout le pensable », il est « coextensif à la réalité culturellement intégrée, c’est-à-dire à la réalité telle qu’elle est perçue » (ibid., p. 32). En quoi cette théorie des champs sémantiques est à la fois loin de Humboldt, et loin de la question de ce qu’une littérature fait à une langue, et de ce qu’une langue fait à sa littérature. Les unités restant celles du signe. Les mots. Le discontinu. Dans l’ignorance parfaite des questions du rythme et du continu.

50Reste la question de la « connaissance de la réalité à travers la médiation du langage » (ibid., p. 33). Ce qui entraînait alors Judith Schlanger à une critique de la notion de reflet dans le marxisme – « dilemmes rudimentaires » (ibid., p. 34) qui opposaient le langage soit comme reflet de la société soit comme « créateur de l’image du monde ». C’était, comme elle disait, « une étiologie un peu courte ».

  • 9 Émile Benveniste, « Deux, modèles linguistiques de la cité » (1970), dans Problèmes de linguistique (...)
  • 10 En 1965, dans « Le langage et l’expérience humaine », ibid., p. 69.
  • 11 En 1969, dans « Sémiologie de la langue », ibid., p. 54.

51Benveniste aussi, plus tôt encore, mettait en garde contre ce pseudo-concept du reflet, ou du miroir : « Dans le débat incessant sur le rapport entre langue et société, on s’en tient généralement à la vue traditionnelle de la langue “miroir” de la société. Nous ne saurions assez nous méfier de ce genre d’imagerie. Comment la langue pourrait-elle “refléter” la société ? Ces grandes abstractions et les rapports, faussement concrets, où on les pose ensemble ne produisent qu’illusions ou confusions. En fait ce n’est chaque fois qu’une partie de la langue et une partie de la société qu’on met ainsi en comparaison9. » À la suite d’autres mises en garde, contre « la propension à voir dans la langue le calque de la réalité10 ». Mais aussi : « Les signes de la société peuvent être intégralement interprétés par ceux de la langue, non l’inverse. La langue sera donc l’interprétant de la société11. »

  • 12 Article cité, p. 35.

52Si le marxisme a perdu, politiquement, une grande part de son pouvoir (mais pas partout), cette imagerie du reflet lui survit. Mais la critique de Benveniste reste plus forte ici que celle de Judith Schlanger car, curieusement, l’efficience des œuvres était pour elle « d’ordre conventionnel », ce qu’elle opposait à une notion psychologique, et non saussurienne de l’arbitraire : « Les conventions intellectuelles ne sont pas arbitraires, dans la mesure même où elles sont dans la communication historique12. » Pour renvoyer dos à dos le langage-reflet et le langage-univers.

53Mais l’historicité des œuvres se fait dans le « radicalement arbitraire » du signe chez Saussure, qui est un arbitraire non psychologique.

54Et c’est bien dans une historicité radicale du langage et des langues que se situe ce que Judith Schlanger appelait la « diction de la pensée » (ibid., p. 36), une « efficience du dire ». L’intérêt de la connaissance « s’incarne dans des stratégies » (ibid.). Celles des discours. Ce n’est pas la force de la langue qui a, ou qui est, un sujet. Et la question repart.

*

55On n’a pas prétendu, ici, en faire un point d’arrivée. Elle est en chemin. On fait un bout de ce chemin ensemble.

56Il y a la question générale. D’où le pluriel : des langues. Elle est à revoir spécifiquement pour chaque langue-culture. Certains cas sont plus notoires que d’autres. Celui de la clarté française est illustre. Il ne semble pas que tous les domaines aient développé un culte égal de leur propre langue. Mais on est loin d’avoir rassemblé une mythologie comparée des langues. Ce livre essaie d’y contribuer un peu.

57Aussi on n’a prétendu qu’à lever et relever le problème même d’une notion qui présente ce paradoxe d’être à la fois familière et méconnue, classique et constamment éludée, autant par les linguistes que par les philosophes.

58Naturellement, c’est le domaine français qui a été privilégié, comme terrain d’exemples et exemplaire. Avec une exception notable, celle du latin, et de plus, avec sa propre charge d’idées reçues, le latin du xviie siècle, et spécialement le cas d’un rapport – qui est toujours unique – entre une langue et l’invention d’une pensée. Le cas Spinoza.

59Tout cela juste, après tout, pour ouvrir l’appétit. Je veux dire rouvrir un dossier qu’une main inconnue et obstinée ne cesse de refermer. Sans doute la main du génie. À obstination, obstination et demie.

*

60Jacques-Philippe Saint-Gérand fait à la fois l’histoire et l’épistémologie de la notion de génie de la langue. Le dossier est philologique autant que linguistique. On y voit passer et repasser le style et les figures, le roman de la clarté, roman bourgeois, roman comique, le portrait d’une époque de la pensée en génie. Résumer tant d’impensé en un mot, c’est ce que réussit à faire le génie.

61Jean-Louis Chiss s’est centré sur les effets théoriques et pédagogiques du génie dans ce qu’une vulgate appelle la crise du français, l’autonomisation des catégories à laquelle elle a donné lieu, concernant la syntaxe en particulier. L’analyse des argumentations traverse tout le xxe siècle, et prend comme figure emblématique l’œuvre de Charles Bally, le fondateur de la stylistique. En scrutant la frontière indécise entre la linguistique et l’idéologie.

62Jürgen Trabant, qui est aujourd’hui le meilleur connaisseur de l’œuvre de Humboldt, mais aussi de Vico, et des idéologues français, esquisse une mythogénèse, et une mythanalyse, ou analyse spectrale, des formes actuelles et scientistes du mythe, y compris quand elles prennent la forme du contre-mythe. Mais toujours le biologisme contre l’historicisation, la lutte indéfiniment recommencée contre les spectres, la culture des vieux messieurs. Le spectre se porte bien, merci.

63Enfin je me suis exercé, sur un exemple en apparence inactuel, l’exemple du latin de Spinoza, à penser le problème de Humboldt, celui de l’interaction entre une langue et l’invention d’une pensée. Humboldt énerve certains philosophes contemporains. C’est bon signe. J’ai tâché de pousser un peu l’énervement d’une pensée qui me semble – au sens du xviie siècle – énervée : c’est-à-dire faible.

64C’est en quoi la poétique travaille à énerver la linguistique autant que la philosophie. Pas de plus belle matière, pour cela, que ce nid grouillant qu’est la notion de génie des langues. Vous mettez le pied dessus, et les clichés volent.

  • 13 Le point de départ de ce livre a été une séance du séminaire de l’École Doctorale « Disciplines du (...)

65Pour, j’espère, la plus grande joie des amateurs, c’est-à-dire des amoureux, du langage13.

Notes

1 Et il y aurait, pour le plaisir, à reprendre aussi la question dans Claude Duret, son Thresor de l’Histoire des langues de cest Univers, de 1613, dans les neuf volumes du Monde primitif de Court de Gébelin (1775-1781), et dans Nodier.

2 Ernst Jünger, Rivarol et autres essais, Grasset, Paris, 1974 (éd. allemande, 1956, 1970), p. 53.

3 Benjamin Lee Whorf, Language, Thought and Reality, Selected Writings, edited and with an introduction by John B. Carroll, Foreword by Stuart Chase, The M.I.T. Press, Cambridge, États-Unis, 1956 (1988, 18e tirage).

4 Benjamin Lee Whorf, Linguistique et anthropologie, les Origines de la sémiologie, Denoël, Paris, 1969.

5 Otto Jespersen, Mankind, Nation and Individual from a Linguistic Point of View, Indiana University Press, Bloomington, 1964 (1re éd. 1946 ; dans Linguistica, 1933), p. 44.

6 Émile Benveniste, « Catégories de pensée et catégories de langue » (1958), dans Problèmes de linguistique générale I, Gallimard, Paris, 1966, p. 64.

7 Michel Leiris, La Langue secrète des Dogons de Sanga, Institut d’ethnologie, Paris, 1948.

8 Judith Schlanger, « Langage intellectuel, langage métaphorique », Littérature, n° 29, février 1978, p. 29.

9 Émile Benveniste, « Deux, modèles linguistiques de la cité » (1970), dans Problèmes de linguistique générale II, Gallimard, Paris, 1974, p. 272.

10 En 1965, dans « Le langage et l’expérience humaine », ibid., p. 69.

11 En 1969, dans « Sémiologie de la langue », ibid., p. 54.

12 Article cité, p. 35.

13 Le point de départ de ce livre a été une séance du séminaire de l’École Doctorale « Disciplines du sens », de l’Université Paris 8, dans un cycle sur « Crise et critique du langage », le 11 juin 1996. Pierre Encrevé y avait présenté une intervention sur « L’in-génie-rie des langues », qui est restée orale et n’a donc pas pu prendre sa place dans ce livre. Jürgen Trabant n’avait pas participé à cette séance et a écrit exprès pour ce livre.

Auteur

A notamment publié : Critique du rythme, Verdier (1982), Les États de la poétique, PUF (1985) ; Le Langage Heidegger, PUF (1990) ; « Penser Humboldt aujourd’hui », dans La Pensée dans la langue, Humboldt et après, ouvrage collectif qu’il a dirigé, Presses Universitaires de Vincennes (1995), Politique du rythme, politique du sujet, Verdier (1995) ; De la langue française, essai sur une clarté obscure, Hachette (1997) ; Traité du rythme. Des vers et des proses, avec Gérard Dessons, Dunod (1998) ; Poétique du traduire, Verdier (1999).

© Presses universitaires de Vincennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search