Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éloge de la paraphrase

 | 
Bertrand Daunay

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Voir A. Viala et M. Schmitt, il y a plus de vingt ans, dans Faire/lire, Didier, Paris, 198 (...)
  • 2 Je cite G. Snyders, qui décrit les formes anciennes de cette distance dans La Pédagogie en (...)

1Réhabiliter la paraphrase, ce n’est évidemment pas plaider pour un empirisme qui privilégierait la perception spontanée d’un texte au détriment d’une analyse soutenue par les outils intellectuels que l’école se donne pour but de construire. Les dangers d’une conception purement intuitive de l’approche des textes littéraires ont été suffisamment soulignés pour qu’il ne soit pas nécessaire d’y revenir1. Que « prendre distance » soit par ailleurs un éternel objectif scolaire2 est tout à fait évident et ne mérite pas qu’on s’y attarde.

2Il s’agit, en revanche, de mettre en cause la revendication de la distance, quand elle se révèle n’être que la réification de croyances et de normes sociales posées comme transposables didactiquement.

3Rien ne saurait justifier que soit évacuée du champ scolaire une quelconque forme de lecture, fût-elle jugée peu lettrée, si elle peut précisément, pour être mise à distance (sans être niée ou dévalorisée), devenir un objet scolaire. Il faudrait pour cela reconnaître le continuum entre les différentes formes de lecture, qui se fondent toutes, y compris la lecture participative, sur une forme de mise à distance du texte lu, comme il faudrait reconnaître l’identité de nature des diverses façons possibles de parler des textes, qui sont toutes des mises à distance de l’objet du discours : ce serait en finir avec le déni que constitue la dévalorisation en droit de ce qui est constamment pratiqué, même à l’école, de fait...

4Si un programme didactique peut envisager un apprentissage de la lecture littéraire qui prenne en compte tous les élèves, il se doit de stimuler, au lieu de rejeter, la lecture spontanée des élèves, et de favoriser, en l’accompagnant, le discours de cette lecture. Cela suppose de lever les interdits arbitraires posés sur ce discours et de réhabiliter la paraphrase qui en constitue la trame.

  • 3 H. Michaux, Ecuador, Gallimard, Paris, 1968 (1929), p. 74. Cf. supra, p. 8 sq.

5« Ceux qui sont imbéciles notoires, je me garde bien de les juger tels », disait Michaux3.

Notes

1 Voir A. Viala et M. Schmitt, il y a plus de vingt ans, dans Faire/lire, Didier, Paris, 1983 (1979), p. 7. Voir, plus récemment, la riche approche épistémologique de J.-M. Adam (« Les métalangages des sciences humaines et l’enseignement de la littérature : réflexions en marge », dans Dolz et Meyer [sous la dir. de], Activités langagières et enseignement du français, Peter Lang, Berne, 1998, p. 257 sq.)

2 Je cite G. Snyders, qui décrit les formes anciennes de cette distance dans La Pédagogie en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, PUF, Paris, 1965, p. 118.

3 H. Michaux, Ecuador, Gallimard, Paris, 1968 (1929), p. 74. Cf. supra, p. 8 sq.

© Presses universitaires de Vincennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.