Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éloge de la paraphrase

 | 
Bertrand Daunay

Introduction

Texte intégral

1La paraphrase a aujourd’hui mauvaise réputation. La pratique scolaire et universitaire de l’explication de texte – cet exercice qui relève du patrimoine scolaire français et en constitue, avec la dissertation, une spécificité – l’a bannie en tant que contraire à ce qui est posé comme la méthode adéquate de lecture et de commentaire des textes : en témoignent les discours prescriptifs et évaluatifs concernant l’explication de texte – qu’il s’agisse des manuels, des ouvrages théoriques, des instructions officielles ou des rapports rédigés par les jurys de concours de recrutement des enseignants.

2La réitération permanente, depuis plus d’un siècle, de la condamnation de la paraphrase devrait au moins susciter l’étonnement : pourquoi donc celle-ci persiste-t-elle si elle est tellement contraire au commentaire de texte ?

3En réalité, personne ne se risque à sérieusement définir la paraphrase sans se référer à l’évidence de la doxa et sans reproduire, avec une sorte de jouissance discursive qu’on analysera ici, les mêmes mots, objectivement dépourvus de sens : la paraphrase est répétition du texte et dit moins bien ce que l’auteur a mieux dit.

4La force de l’évidence ainsi assenée entre pourtant en contradiction avec l’inefficacité de la prescription : cela incite à examiner de plus près un tel discours de disqualification. On verra qu’il est à ce point instable et contradictoire (dans une perspective diachronique ou synchronique) que le doute surgit quant à la validité de l’interdit. C’est ce que la première partie de l’ouvrage mettra en lumière.

5Cette mise en cause nous amènera à interroger la paraphrase comme pratique discursive : comment peut-on la définir ? Une enquête historique, qui tentera de mettre à jour des critères de définition de la paraphrase, en dessinera des contours différents de ceux que lui donne le discours évaluatif scolaire. De fait, la paraphrase, forme bien précise de discours, possède une légitimité historique dans une culture rhétorique. Tel est l’objet de la deuxième partie.

6Étant donné notre approche de la paraphrase comme forme identifiable de discours, nous interrogerons la manière dont sa légitimité historique rejaillit aujourd’hui dans la pratique du commentaire de texte ; la paraphrase possède une fonction, elle s’impose même comme substrat discursif du commentaire. On tentera de le montrer, dans la troisième partie, par une série d’études de commentaires émanant d’auteurs ou d’élèves.

  • 1 Qui se fonde sur des recherches menées en vue d’une thèse en sciences de l’éducation, La p (...)

7Si cet essai1 se veut un éloge de la paraphrase dans l’approche des textes littéraires, ce n’est pas par choix du paradoxe, mais par un souci didactique précis : la condamnation de la paraphrase dans le commentaire de texte ressortit à ces prescriptions scolaires qui font bon compte des pratiques discursives, non seulement de ceux à qui elles s’adressent, mais, à certains égards, de leurs auteurs mêmes. Elle relève d’une norme culturelle qui, pour être comprise, requiert une connivence loin d’être établie comme compétence scolaire.

8Mettre en doute les évidences scolaires, c’est respecter les échecs de ceux qui, face à une injonction paradoxale, se trouvent démunis devant un rapport au texte littéraire institué comme objet d’un égard spécifique par ceux-là mêmes qui seraient bien en peine de définir la littérature autrement que par ce qu’elle est : un corpus construit selon des processus socio-historiques, et qui ne trouverait finalement sa légitimité que dans l’interdit posé arbitrairement sur certains modes de discours voulant le prendre comme objet.

9L’éloge de la paraphrase, c’est aussi un peu l’éloge de ces « imbéciles » de Michaux, qu’il me plaît de citer ici en ouverture :

  • 2 Henri Michaux, Ecuador, Gallimard, Paris, 1968 (1929), p. 74 sq.

J’ai souvent remarqué, dans les études secondaires, que les élèves « imbéciles » butaient avec grande sûreté sur le hasardeux, le spéculatif et le nœud de la théorie proposée.
Ils posaient des questions au professeur là-dessus, qui leur réexpliquait la chose. Eux cependant restaient songeurs, aux rires et ricanements de la populace des forts en thème.
Dans la suite, j’ai remarqué que ces théories renversées par de successifs savants l’étaient justement par cet endroit où l’imbécile de quinze ans avait mis le doigt2.

Notes

1 Qui se fonde sur des recherches menées en vue d’une thèse en sciences de l’éducation, La paraphrase dans l’approche scolaire des textes littéraires (étude didactique), soutenue en octobre 1999 à l’Université de Lille 3. Cette thèse a été dirigée par Yves Reuter, à qui je renouvelle ici mes remerciements pour son constant soutien. J’ajoute l’expression de ma gratitude à Catherine Fuchs, à André Petitjean et à Jean Verrier, membres de mon jury de thèse, qui m’ont aidé de leurs avis. Merci enfin – et encore ! – à Marie-Michèle Cauterman pour son accompagnement dans l’élaboration de cet ouvrage.

2 Henri Michaux, Ecuador, Gallimard, Paris, 1968 (1929), p. 74 sq.

© Presses universitaires de Vincennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.