Version classiqueVersion mobile

Crise de prose

 | 
Jean-Nicolas Illouz
, 
Jacques Neefs

Le négatif de la prose

Gérard Dessons

Texte intégral

1La prose peut être un objet d’étude. Mais elle peut être aussi un problème, et donner lieu à un travail de conceptualisation. Plus qu’une entité catégorielle, la notion, alors, fonctionne comme un concept critique, un terme dont les caractéristiques bougent en même temps qu’il fait bouger les œuvres se reconnaissant sous sa désignation.

  • 1 Flaubert, Lettre à Louise Colet, 27 mars 1853, t. III, Œuvres complètes, éd. Louis Conard, (...)
  • 2 Mallarmé, « La Musique et les lettres », Œuvres complètes, Gallimard, coll. « Bibliothèque (...)
  • 3 Ibid., p. 644. Il ajoutait : « Bien l’épanouissement de ce qui naguères obtint le titre de (...)
  • 4 Mallarmé, « Quant au livre », Œuvres complètes, op. cit., p. 375.

2Par l’« invention » du poème en prose – dont on voit de plus en plus qu’il est bien moins un objet de langage que la manifestation d’enjeux du langage – l’opposition entre la prose et la poésie se trouvait délégitimée. Un bastion restait pourtant à prendre : l’opposition de la prose et du vers. La dilution de cette opposition et la redistribution de ses composantes sont les termes mêmes de la réflexion sur l’écriture chez Flaubert, souhaitant « donner à la prose le rythme du vers (en la laissant prose, très prose)1 », ou chez Mallarmé évoquant « le vers libre [...] en prose à coupe méditée2 », et affirmant que « toute prose d’écrivain fastueux [...] vaut en tant qu’un vers rompu3 ». À propos du « Vers » qui se dissimule dans le livre, il avait cette formulation radicale : « nommez-le Prose4 ».

Négativité

  • 5 Littré, Dictionnaire de la langue française, Hachette, Paris, 1874, art. « Prose ».

3Je pars de la constatation, souvent faite, d’une définition négative de la prose. Le parangon, ce peut être la définition de Littré, en 1874 : « Discours non assujetti à une certaine mesure, à un certain nombre de pieds et de syllabes5. »

  • 6 G. Lanson, L’Art de la prose, Librairie des annales politiques et littéraires, Paris, 1908 (...)

4Mais on la trouvait partout. Dans le Nouveau Vocabulaire de l’Académie françoise, édition de 1830 : « Discours qui n’est point assujetti à une certaine mesure. » On la retrouvera chez Lanson, en 1908, dans son Art de la prose : « La littérature en prose est celle dont la forme n’est pas soumise aux lois du vers ; on ne trouvera pas un autre caractère universel que cette négation, qui convienne à toutes les proses6. »« Cette négation. » Lanson voyait bien le problème : « La prose se définit négativement » (p. 9). À partir de quoi il se posait une bonne question : « Peut-il y avoir un art de ce qui n’a pas de réalité positive ? », au sens d’un universel de connaissance.

  • 7 Nouvelle Revue de Pédagogie, n° 7, 1997, p. 34. L’étude opère de la même façon avec la not (...)

5Cette difficulté, qui devrait gêner, n’empêche pas, pourtant, qu’on impute à la prose des positivités. Ainsi, dans une étude parue dans la Nouvelle Revue de Pédagogie : « De la prose, cet extrait présente certaines caractéristiques, comme : / – une structure narrative, une histoire, [...] racontée de manière chronologique./ – la présence d’un dialogue [...]. Une question est posée puis des éléments de réponse sont fournis7. » Il va de soi que la narration et le dialogue ne sont pas des caractères pertinents dans l’approche d’une spécificité de la prose.

  • 8 Je laisse de côté l’assimilation des vers à la poésie, qui, bien que relevant de l’opposit (...)
  • 9 G. Lanson, L’Art de la prose, op. cit., p. 16.

6La négativité de la prose, que soulignait Lanson, c’est que la prose, ce n’est pas les vers8. Contrairement à l’opposition prose-poésie, l’opposition prose-vers ne se formule pas dans les termes de la généricité ou de l’essentialité, mais dans ceux d’une pratique, l’écriture. Pour Flaubert, pour Mallarmé, la question est bien entre la prose et le vers. Mais elle l’était aussi pour Molière. En tout cas, Lanson ne peut que constater les dégâts : « On sait ce qui doit se cataloguer comme vers : et encore n’est-il plus toujours facile de le savoir, depuis les récents efforts des “vers-libristes”. On ne sait pas, on ne peut pas dire ce qu’il faut recevoir ou rejeter, quand on fait l’inventaire des proses9. » La prose apparaît donc bien comme le terme non marqué de l’opposition.

  • 10 L. Quicherat, Petit Traité de versification française, Hachette, Paris, 1881,p. 111.

7Une opposition qu’il faut cependant regarder d’un peu près avant d’entériner sa dissolution dans des pratiques d’écriture. Je partirai de la définition de Quicherat, dans son Petit Traité de versification française (1881) : « On appelle prose un discours qui n’est point assujetti à une certaine mesure, à un certain nombre de pieds ou de syllabes10. » C’est bien la définition négative. Mais il ajoute : « Laprose est la manière ordinaire de s’exprimer : le langage de la conversation et celui de l’éloquence sont également de la prose. » (Ibid.) C’est une seconde caractéristique de la prose, qu’on connaît bien.

  • 11 Dans S. Benmussa, Entretiens avec Nathalie Sarraute, La Renaissance du Livre, Tournai, 199 (...)

8Non seulement la prose s’oppose au vers, mais elle est, en outre, l’ordinaire du langage. C’est la définition qu’en donne encore Nathalie Sarraute : « Une matière à usage commun, et le plus commun qui soit11. » Cette seconde définition, il me semble qu’il ne faut pas la mépriser, même si son caractère doxologique lui retire a priori toute pertinence critique. Elle se révèle riche d’enseignements, si on ne la confond pas avec une opposition qui, habituellement la coiffe, et à travers laquelle on l’interprète : le langage ordinaire versus le langage littéraire. Cette dualité est une générisatior. du langage, c’est-à-dire une sectorisation du langage, un artefact.

  • 12 J. Cohen, Structure du langage poétique, Flammarion, coll. « Champs », Paris, 1966, p. 210

9C’est elle qui, en confondant les vers avec le langage poétique, fait croire que les vers sont un langage particulier, opposé à la prose. Cette position était celle de Jean Cohen, en 1966, dans Structure du langage poétique. Soutenant une conception métrique du rythme, il concluait : « L’oreille en retire une impression de régularité sonore qui suffit à opposer radicalement le vers à la prose12. » Ce ralliement à la doxa négative en matière de prose aboutissait curieusement chez lui à une définition doublement négative de la poésie, présentée comme « l’antiprose » : « La poésie n’est pas autre chose que la prose, répétons-le, elle est l’antiprose » (p. 213). C’est en tout cas la position traditionnelle : le langage poétique, fondé sur le retour régulier du même, s’oppose à l’empiricité prosaïque du langage ordinaire.

10Mais les choses changent quand on désociologise et dégénérise le langage ordinaire. Celui-ci n’est plus alors le contraire du langage littéraire, pas plus qu’il n’est un langage antipoétique.

L’effet Jourdain

11La scène du Bourgeois gentilhomme mettant aux prises Monsieur Jourdain et son Maître de philosophie est célèbre. Littré la cite largement. Larousse, dans son Dictionnaire universel du xixe siècle, fait de même. Indépendamment du fait qu’il y a là un topos, il y a, surtout, l’émergence d’un problème.

12Un problème double, en fait, qu’on ne peut apercevoir si l’on reste fixé sur le seul mot, toujours cité, du Maître de philosophie : « Tout ce qui n’est point prose est vers ; et tout ce qui n’est point vers est prose » (II, IV).

13Pour comprendre la portée de ce qui se joue ici, il faut bien voir qu’à ce moment de la scène, on est déjà dans la doxa. Molière y parodie copieusement les procédures scolastiques. Quelques répliques plus tôt, la troisième des « trois opérations de l’esprit »– « bien tirer une conséquence par le moyen des figures » – faisait la promotion du syllogisme. Le Maître de philosophie, en bon pédant, entonnait la litanie de mots « rébarbatifs », de l’avis de Monsieur Jourdain : « Barbara, Celarent, Darii, Ferio, Baralipton », qui sont les débuts de vers figurant divers modes de syllogisme.

14Mais outre le fait que l’opposition entre vers et prose était ici un énoncé caricatural, sa frontalité faisait en même temps émerger un problème capital de théorie du langage. Ce problème, à ma connaissance, n’a pas été souligné, masqué sans doute par son caractère implicite, et par l’effacement de cet implicite. Je m’explique : quand on cite la phrase fameuse : « Tout ce qui n’est point prose est vers ; et tout ce qui n’est point vers est prose », en réalité, on oublie la discursivité de la réplique, rejetant dans l’ombre ses deux premiers mots, par lesquels le Maître de philosophie répond à Monsieur Jourdain : « Non, monsieur ».

15Il faut reprendre le passage. Le Maître de philosophie vient d’asséner à Jourdain la vérité du langage : « Il n’y a pour s’exprimer que la prose ou les vers. » À Jourdain, qui reprend alors interrogativement cette vérité – « Il n’y a que la prose ou les vers ? »–, le Maître de philosophie répond : « Non, monsieur : tout ce qui n’est point prose est vers ; et tout ce qui n’est point vers est prose. » Il répond : « Non, monsieur », alors que la question de Jourdain, en bonne logique, appelait une réponse affirmative.

16En réalité, le Maître de philosophie répond à une autre question, dont la formulation aurait pu être : « N’existe-t-il donc pas autre chose que la prose ou les vers ? » C’est-à-dire : « N’existe-t-il pas autre chose que la prose ou les vers comme point de vue sur le langage ? »

17Ce qu’entend, en fait, le Maître de philosophie dans la question de Jourdain, c’est la remise en cause d’une conception du langage réduite à un système binaire : le vers, la prose. Pour le logicien, « il faut bien que ce soit l’un ou l’autre ». En ce sens, la négation du Maître, qui se fait à contre-logique, a la valeur d’une dénégation. Ce que montre la scène, alors, c’est qu’il y a un impensé du langage par la philosophie : l’articulation de la systématique logique avec l’empiricité du langage.

18Que vaut l’opposition entre la prose et le vers face à l’exercice du langage ? « Et comme l’on parle, qu’est-ce que c’est donc que cela ? » demande Jourdain. Le Maître répond : « De la prose. » On connaît la suite : « Quoi ! quand je dis : “Nicole, apportez-moi mes pantoufles, et me donnez mon bonnet de nuit”, c’est de la prose ? »« Oui, monsieur. »

19La fixation sur l’alternative du philosophe empêche d’entendre la deuxième question de Monsieur Jourdain, qui ne porte plus a priori sur des essences, mais sur l’empiricité du langage : « Comme l’on parle. » Je ne dis pas que l’opposition vers-prose soit annulée, mais elle se trouve déplacée. En effet, à partir de là, la question du vers disparaît. Il ne reste plus que l’agencement du madrigal : « Me font vos yeux beaux mourir, belle marquise, d’amour », etc. Reste en suspens la question, sans doute informulable alors : est-ce qu’on cesse de « parler » quand on parle en vers ?

Altérité

20La question de Jourdain est à double visée. Elle met l’accent à la fois sur la modalité du parler, le « comme », et sur le sujet de la parole, le « on ». Dans la question « Comment parle-t-on ? », on a un double statut. D’une part, il fonctionne en tant que morphème généralisant de je, et d’autre part, il inscrit dans l’instance subjective la visée du collectif. Le social dans l’individuel. On, c’est tout à la fois je et tout le monde. La question de Jourdain est une belle question de philosophie du langage : le rapport de l’identité et de l’altérité dans l’exercice de la parole. Mais le Maître de la discipline ne veut pas l’entendre.

21On connaît sur ce point la position des moralistes. Chez La Bruyère, l’altérité du langage est niée dans le discours de l’autre, rejetée comme affectation :

  • 13 La Bruyère, « De la société et de la conversation », Les Caractères, 7 (V), Garnier, Paris (...)

Que dites-vous ? Comment ? Je n’y suis pas ; vous plairait-il de recommencer ? J’y suis encore moins. Je devine enfin : vous voulez, Acis, me dire qu’il fait froid ; que ne disiez-vous : « Il fait froid ? » Vous voulez m’apprendre qu’il pleut ou qu’il neige ; dites : « il pleut, il neige. » Vous me trouvez bon visage, et vous désirez de m’en féliciter ; dites : « Je vous trouve bon visage. »13

La critique de l’affectation dans le langage et de son horizon solipsiste, voire autistique – « Est-ce un si grand mal d’être entendu quand on parle, et de parler comme tout le monde ? »–, conduit en fait à la dilution du singulier individuel dans l’identique général. D’autre part, ce souci d’une socialisation de l’idiosyncrasie révèle l’exercice d’une autorité qui réduit le discours de l’autre au discours de l’herméneute, qui est son interprétant : « Je devine enfin : vous voulez, Acis, me dire qu’il fait froid. »

  • 14 Cité par Nicolas Fayet, qui ne voit pas l’enjeu : « Dieu ! qu’il s’en garde et continue de (...)

22On retrouve ici ce poncif, que parler comme tout le monde est un donné, un modus transcendant les énonciations particulières. Tout discours qui s’écarterait de cet état normatif constituerait un bruit, un obstacle à la communication. Mais parler comme tout le monde, ce peut être au contraire la visée d’une écriture, l’aventure d’une subjectivation. L’éthique et le politique sont au bout de la parole, pas avant elle. C’est toute la différence qui oppose parler et être parlé. Le spontanéisme est un mythe. Le problème, dans l’idée qu’Acis pourrait parler comme tout le monde, ce n’est pas l’Idée même, c’est le conditionnel : pourrait. En fait, on parle toujours comme tout le monde. Mais c’est que tout le monde est dans mon discours, mon discours propre. La déclaration du romancier Henri Bosco : « Depuis 50 ans je me bats pour écrire comme tout le monde14 » est loin de n’être qu’un mot. « Écrire comme tout le monde » est l’utopie poétique par excellence.

23Car n’écrit pas comme tout le monde qui veut. Un poème est réussi quand on découvre qu’il est écrit « comme on écrit », comme tout le monde écrit. Ce qui est autre chose que simplement le constater. C’est même exactement le contraire : écrire n’est pas être écrit. Ce moment, qui est celui de la lecture, c’est le moment où l’on découvre que tout le monde écrit comme le poème, le moment où tout le monde, lisant ce qu’il lit, découvre ce qu’écrivant il écrit.

24Le problème du difficile en art ou en littérature apparaît à ce titre comme un faux problème. Si Mallarmé passe encore parfois pour un auteur difficile, c’est qu’on n’a pas encore accepté d’entendre dans nos propres discours une signifiance irréductible à l’ordre de la sémantique logique. C’est pourquoi on traque dans le poème de l’autre le poème-argumentation, le poème-narration, le poème-en-langage-clair, le poème-il-fait-froid.

L’ordinaire

  • 15 Lettre à St Lambert, 7 mars 1769.

25Dans la scène du Bourgeois gentilhomme, ce qui m’intéresse, c’est l’idée que la prose est l’ordinaire du langage. C’est une idée reçue. Littré cite ce texte du xiiie siècle : « La voie de prose est large et pleniere, si comme est ore la commune parleure des gens. » En quoi elle s’oppose au « sentiers de rime », qui « est plus estroiz et plus fors ». Le topos est chez Voltaire, que cite également Littré : « Écrit en prose qui veut, mais en vers qui peut15. » Mais cette idée devient intéressante quand on la retire au jugement sociologique de l’usage, pour la placer dans le champ de l’individuation. La prose, alors, est l’ordinaire du langage dans le sens où le langage fait l’ordinaire du sujet. Le sujet baigne dans le langage, comme son ordinaire. Comme le dit Benveniste, on ne connaît pas l’homme sans le langage. Si les vers sont une forme du langage, ils le sont dans l’ordinaire du langage, avec lui, par lui.

26Le rapport de la prose au vers, alors, n’est pas d’opposition. Si la prose est l’ordinaire du langage – constitution du sujet par son langage – alors, il y a aussi une prose du vers.

27Le vers n’est extraordinaire que s’il est considéré comme une forme à jamais coupée de l’historicité du discours (le moment du « je parle »), à quoi conduit sa réduction au système métrique. Le vers, dans ce cas, se trouve désactualisé dans le discours même qui l’actualise, puisque celui-ci n’actualise le vers qu’en intégrant le schéma métrique dans la globalité rythmique du discours.

  • 16 J. Laforgue, Lettre à Charles Henry, 30 décembre 1881, Œuvres complètes, L’Âge d’Homme, La (...)

28Le vers est ordinaire quand sa spécificité est celle d’un discours, et non celle d’une forme. Les Chimères sont des sonnets, mais ce n’est pas parce que ce sont des sonnets que ce sont des poèmes. La métrique, alors, n’est pas seule. Elle est une composante du discours, au lieu d’en être une forme particulière. La métrification du vers, aussi bien que sa prosaïsation, manquent et la prose et le vers. La première, parce qu’elle fait oublier le rythme, la seconde, parce qu’elle fait oublier le mètre. La première, en faisant correspondre les groupes syntaxiques avec les hémistiches. La seconde, en privilégiant, dans la lecture, les groupes syntaxiques au détriment de la structure métrique. C’est l’affaire du trimètre romantique – en réalité un alexandrin « binaire »–, qui n’est pas un point de vue de théorie du vers, mais bien une réalité des écrivains, comme en témoigne ce passage d’une lettre de Jules Laforgue à Charles Henry : « Je lui faisais des vers d’une facture très audacieuse pour mon âge : “Marguerite ! si tu/ savais combien je t’aime”16. » C’est Laforgue, bien sûr, qui place la barre de césure.

  • 17 Je me permets de renvoyer à mon étude, « L’homme ordinaire du langage ordinaire », dans J. (...)

29On peut donc poser que la prose est l’ordinaire-langage, le langage pris comme condition de l’ordinaire, qui est toujours l’ordinaire d’un sujet. Elle surdétermine l’extraordinaire comme ordinaire, au sens où, dans la littérature, l’extraordinaire est encore ordinaire, où la littérature montre l’extraordinaire de l’ordinaire du langage17.

Prose, vers, poème en prose

30La prose et les vers, donc, ne fonctionnent pas ensemble, même si l’histoire – rhétorique – des formes semble montrer le contraire. D’une part, le vers libre a montré que la métrique n’est pas une essence du vers. D’autre part, dans ce qu’on appelle traditionnellement une « prose », peuvent apparaître des « vers », plus précisément des suites métriques, dont les fins de segments sont traitées comme des fins de vers.

  • 18 La question de la ligne comme point de vue sur le vers est traitée dans G. Dessous et H. M (...)

31Ce n’est pas le lieu d’aborder le problème du vers. Disons qu’il faudrait le traiter à partir de la notion de ligne. Mais la ligne comme idéalité18. Ce qui explique que le vers puisse exister sans alinéa, qu’il soit ou non marqué par une majuscule versale. La prose est autre chose : un principe du discours qui n’est pas affecté par la notion de vers. Le vers est une composante de prose particulière. La notion de prose va alors vers autre chose que ce qu’elle est pour la rhétorique ou la stylistique de l’écart. Se demander quelle est la prose d’un texte, c’est se demander quelle est sa manière, son mode, son rythme.

  • 19 Mallarmé, « Crise de vers », op. cit., p. 361.

32L’abbé Brémond voyait des octosyllabes dans la prose. Il croyait que c’était des vers. C’était des mètres. Des vers-mètres. Il ramenait le vers à sa mesure, alors qu’il était mis en rapport avec la ligne dès Nerval, avant de l’être chez Mallarmé, puis chez Claudel. La ligne prend en compte tout le rythme du langage. Le vers n’est plus une question de scansion, mais d’accentuation. Ce qu’avait bien perçu Mallarmé, qui s’y connaissait : « Que vers il y a sitôt que s’accentue la diction19 » Je rappelle que Prose pour des Esseintes est en quatrains d’heptasyllabes. Et même si la notion de prose, ici, regarde vers son origine religieuse – « L’hymne des cœurs spirituels » (v. 6) –, elle y est traversée par toute la poétique explicite de Mallarmé, dans les Divagations.

  • 20 Nerval, Chansons et légendes du Valois, Garnier, 1966, p. 628-629.

33La métrique-écriture, la métrique-lecture et la métrique-diction, c’est-à-dire l’écriture, la lecture et la diction réglées sur le seul principe métrique, sont des attitudes désubjectivantes, en ce qu’elles effacent l’empirique du discours, sa prose. La métrique, quand elle est affirmée pour elle-même, est forcément prégnante, puisque le mètre est un invariant. Sa répétition est une reprise. Elle inscrit dans le langage un processus de légalisation. Tandis que le rythme, lui, change à chaque vers. La répétition accentuelle est un processus de légitimation subjective. Elle ne génère pas de la loi, mais des règles. Ce qu’avait bien vu, là encore, Nerval, qui notait que si « la langue du berger, du marinier, du charretier qui passe [...] porte un cachet d’ignorance qui révolte l’homme du monde [...], pourtant, ce langage a ses règles, ou du moins ses habitudes régulières20 ». La métrique est du général, le rythme du particulier. La notion de prose, libérée de son opposition au vers, permet d’envisager des métriques particulières.

34C’est ce qui permet de concevoir le poème en prose non pas comme une forme, un genre, mais comme un discours qui cherche sa forme, sa forme propre. On peut, sur ce point, le comparer au vers libre, qui cherche sa poéticité de vers ailleurs que dans le mètre. Le poème en prose cherche sa prose, au sens où il l’invente, en dehors de toute inféodation à un système transcendant, qu’il soit métrique, ou rhétorique. Il revendique comme poème un dire qui soit une prose, une prose en tant que dire spécifique. La dénomination « poème en prose » dissout l’opposition prose versus poème – même si elle a l’air de la conserver –, parce qu’elle met en relation deux inconnues. Si un poème peut n’être pas en vers, alors en quoi la prose fait-elle un poème ?

  • 21 Première section de Divagations.
  • 22 Baudelaire, « Mon cœur mis à nu », Œuvres complètes, Seuil, Paris, 1968, p. 628.

35Est en question, dans le poème en prose, la spécificité subjective d’une parole. C’est, chez Baudelaire, la valeur éthique de l’adjectif petit qualifiant les Petits poèmes en prose (posthume, 1869). Petit est ici du côté du bref, non du court ; d’une énonciation, non d’une dimension. Mallarmé titre ses poèmes en prose : Anecdotes ou poèmes (1897)21. Retirée à l’autorité du fait historique, la vérité du poème s’y trouve mise dans l’historicité d’un dire, d’un raconter. Alphonse Rabbe, dans son Album d’un pessimiste (posthume, 1835), avait noté ses impressions de voyageur de la vie. Baudelaire y avait entendu une voix particulière, une identité : « Le ton Alphonse Raobe22. »

Étudier une prose par le vers

  • 23 Mallarmé, « La Musique et les lettres », Œuvres complètes, op. cit., p. 644.
  • 24 Flaubert, Lettre à Louise Colet, 24 avril 1852, Œuvres complètes, op. cit., t. II, p. 399.

36À la question de savoir comment on analyse une prose, la réponse ne peut être, dans un premier temps, que : par le vers. Réponse qui prend sens dans l’optique d’un statut négatif de la prose. N’ayant rien de spécifique, la prose n’est rien. Alors que « le vers est tout, dès qu’on écrit23 ». Cette déclaration de Mallarmé est évidemment à replacer dans le contexte d’une poétique dont le vers est l’un des concepts majeurs. Mais le point de vue du vers privilégie la prise en compte de la prosodie et du rythme comme facteurs spécifiants des discours. Étudier la prose par le vers, c’est alors mettre en évidence les séries prosodiques, les marques accentuelles, le jeu de la ponctuation. Flaubert l’avait bien compris, qui voulait – je le cite à nouveau – « donner à la prose le rythme du vers (en la laissant prose, très prose) ». La prose peut être « très prose », tout en se soustrayant à la rhétorique de la période, et à la logique de la proposition. L’attention, alors, se porte sur le rythme, la prosodie – « Toutes les combinaisons prosodiques [du vers] ont été faites : mais celles de la prose, tant s’en faut24 »– le travail non linéaire de la signifiance.

  • 25 G. Lanson, L’Art de la prose, op. cit., p. 14.

37Dans son Art de la prose, Lanson sera bien dans ce mouvement, et demandera « qu’on traite les mots de la prose comme on traite les mots des vers », « dans la poursuite du rythme et de l’harmonie »25. Se souvenant visiblement de Mallarmé, il souhaite que la phrase n’opère plus seulement « par la vertu des rapports grammaticaux et syntaxiques », mais par des « harmoniques », des « reflets » (ibid.). Bien que son projet soit avant tout esthétique, Lanson fait cependant allusion à cette sémantique rythmique que Mallarmé avait développée dans la préface au Coup de dés : « Toutes ces puissances esthétiques de mots et de groupes de mots correspondent à ce que l’“idée” ne contient pas, à toute cette inconcevable activité de l’âme à la surface de laquelle surnage le réseau ténu de nos conceptions claires » (p. 15). On est ici à mi-chemin entre les travaux des symbolistes sur la suggestion, et les réflexions de Nathalie Sarraute sur les tropismes.

  • 26 À ce titre, la prose n’est plus opposée à la poésie, elle en est même la condition premièr (...)
  • 27 Mallarmé, « Quant au livre », Œuvres complètes, op. cit., p. 386.

38C’est dans la mesure où la prose est traitée par les catégories traditionnellement réservées au vers, qu’elle peut définir l’écriture comme la recherche de ce qui est inconnu dans le langage26. Inconnu et ordinaire. Mallarmé cherchait à faire entendre « ce qui ne se dit pas du discours » : « Les mots, d’eux-mêmes, s’exaltent à mainte facette reconnue la plus rare ou valant pour l’esprit, centre de suspens vibratoire ; qui les perçoit indépendamment de la suite ordinaire, projetés, en parois de grotte, tant que dure leur mobilité ou principe, étant ce qui ne se dit pas du discours27. »

39La prose n’est pas une forme, mais une activité. Le rythme, pris dans le sens présocratique qu’a montré Benveniste d’organisation du mouvant, est à la fois son mode de signifiance et son mode de subjectivation. C’est pourquoi ce qu’elle donne à entendre ne se dit pas dans les mots, mais se dit en tant que phrasé, chaque prose étant tout à la fois une phrase et un sujet, une phrase qui est spécifiquement un sujet.

Notes

1 Flaubert, Lettre à Louise Colet, 27 mars 1853, t. III, Œuvres complètes, éd. Louis Conard, Paris : 1910-1954, p. 142. La parenthèse est importante, j’y reviendrai.

2 Mallarmé, « La Musique et les lettres », Œuvres complètes, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1945, p. 655.

3 Ibid., p. 644. Il ajoutait : « Bien l’épanouissement de ce qui naguères obtint le titre de poème en prose. »

4 Mallarmé, « Quant au livre », Œuvres complètes, op. cit., p. 375.

5 Littré, Dictionnaire de la langue française, Hachette, Paris, 1874, art. « Prose ».

6 G. Lanson, L’Art de la prose, Librairie des annales politiques et littéraires, Paris, 1908, p. 10.

7 Nouvelle Revue de Pédagogie, n° 7, 1997, p. 34. L’étude opère de la même façon avec la notion de poésie, définie par rapport au vers : « De la poésie, cet extrait présente certaines caractéristiques, comme : / – chaque unité de base se donne comme une structure analogue à celle du vers [...] avec des retours à la ligne qui instaurent un rythme plus proche de la poésie que de la prose traditionnelle/ – des majuscules en début de ligne/ – une ponctuation peu importante/ – de nombreuses images poétiques. » (Ibid.)

8 Je laisse de côté l’assimilation des vers à la poésie, qui, bien que relevant de l’opposition prose-poésie, n’est pas le même problème.

9 G. Lanson, L’Art de la prose, op. cit., p. 16.

10 L. Quicherat, Petit Traité de versification française, Hachette, Paris, 1881,p. 111.

11 Dans S. Benmussa, Entretiens avec Nathalie Sarraute, La Renaissance du Livre, Tournai, 1999, p. 192-193.

12 J. Cohen, Structure du langage poétique, Flammarion, coll. « Champs », Paris, 1966, p. 210.

13 La Bruyère, « De la société et de la conversation », Les Caractères, 7 (V), Garnier, Paris, 1962, p. 153-154.

14 Cité par Nicolas Fayet, qui ne voit pas l’enjeu : « Dieu ! qu’il s’en garde et continue de nous soumettre à ses charmes. » (« L’art comme sortilège dans la prose d’Henri Bosco », Les Cahiers Henri Bosco, n° 8/9, Université de Nice, mai-nov. 1975, p. 15.)

15 Lettre à St Lambert, 7 mars 1769.

16 J. Laforgue, Lettre à Charles Henry, 30 décembre 1881, Œuvres complètes, L’Âge d’Homme, Lausanne, t. I, 1986, p. 801.

17 Je me permets de renvoyer à mon étude, « L’homme ordinaire du langage ordinaire », dans J.-L. Chiss et G. Dessons (sous la dir. de), La Force du langage, Champion, Paris, 2000, p. 79-106.

18 La question de la ligne comme point de vue sur le vers est traitée dans G. Dessous et H. Meschonnic, Traité du rythme, Dunod, Paris, 1998, p. 105-109.

19 Mallarmé, « Crise de vers », op. cit., p. 361.

20 Nerval, Chansons et légendes du Valois, Garnier, 1966, p. 628-629.

21 Première section de Divagations.

22 Baudelaire, « Mon cœur mis à nu », Œuvres complètes, Seuil, Paris, 1968, p. 628.

23 Mallarmé, « La Musique et les lettres », Œuvres complètes, op. cit., p. 644.

24 Flaubert, Lettre à Louise Colet, 24 avril 1852, Œuvres complètes, op. cit., t. II, p. 399.

25 G. Lanson, L’Art de la prose, op. cit., p. 14.

26 À ce titre, la prose n’est plus opposée à la poésie, elle en est même la condition première. Voir sur ce point G. Dessons et H. Meschonnic, Traité du rythme, op. cit., p. 109.

27 Mallarmé, « Quant au livre », Œuvres complètes, op. cit., p. 386.

© Presses universitaires de Vincennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search