Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Art et l'Hybride

 | 
Pierre Sorlin
, 
Marie-Claire Ropars-Wuilleumier
, 
Michelle Lagny

Avant-propos

Christian Doumet, Michèle Lagny, Marie-Claire Ropars-Wuilleumier et Pierre Sorlin

Texte intégral

1Ce livre marque une étape dans une recherche attachée à la pluralité de l’idée esthétique. Après avoir interrogé la relation de l’art au principe de fiction, à la défaillance de la forme, aux ruptures que l’aisthésis introduit dans la perception, c’est l’hétérogénéité de certaines formes artistiques que nous avons retenue comme opérateur de réflexion théorique.

2Sous le titre initial de « Transactions artistiques et pensée de l’art », notre questionnement, mené pendant deux ans, entendait aborder frontalement les problèmes soulevés par l’hybridation dont témoignent maintes œuvres artistiques – du théâtre à la performance, du syncrétisme filmique à la rencontre improbable de la littérature avec la peinture ou la musique. Il s’agissait moins d’analyser ces œuvres pour elles-mêmes que d’engager une réflexion autour d’une alternative théorique : soit le phénomène de l’hybride, réel ou simulé, nous invite à rompre avec le postulat esthétique de l'homogénéité en art, soit il nous entraîne â considérer que ces modes transactionnels sont constitutifs de la pensée de l’art et doivent donc susciter une reprise théorique d’un nouvel ordre, intégrant l’hétérogène à l’idée même de l’art.

3Nettement définie au départ, l’alternative a résisté, mais en se déplaçant. Il a fallu peu à peu renoncer au terme de transaction, qui risquait de masquer la disparate des matériaux. Il a fallu confronter les notions d’hybride et d’hétérogène, trop vite posés comme équivalents. Il a fallu surtout, en interrogeant l’histoire et la philosophie, mettre en débat les catégories et systèmes auxquels ont été reliées l’historicité de l’art et sa visée ontologique.

4On trouvera, dans un premier trajet du livre, les prises de position différentes que notre alternative a provoquées. Mais nous voulions, pour une fois, mener à terme la confrontation : ce fut l’objet d’un second mouvement, qui réunit en un débat concerté la majorité des participants initiaux et fit appel à des contributions nouvelles destinées à préciser quelques notions et à reformuler certaines bases du questionnement : ce qui ne fut pas sans déclencher de nouvelles questions.

5De ce débat et de ses lieux, des déplacements auxquels il conduit, les jalons essentiels apparaissent dans les dernières interventions. Elles ont été portées par une série d’échos, de relais, de dialogues qui ont fait l’intensité, et sans doute l’efficacité de la rencontre.

6C’est là sans doute l’indication la plus forte que nous puissions fournir de la résistance engagée dans la notion d’hybride : d’un côté l’unité calculée d’un débat longuement préparé, et mené par étapes emboîtées ; de l’autre, l’éclatement des postures, moins inconciliables que toujours prêtes à se rouvrir, comme en témoigne la forme d’un livre qui procède par décrochements et suppléments. Les questions insistent, non résolues, encore vivaces. L’œuvre peut-elle être hybride, et donc se former comme telle, ou bien l’attrait de l’hétérogène conduit-il à l’impossibilité de la fixer en œuvre ? Est-ce affaire de point de vue, relatif, ou de paradoxe, constitutif ? Le mouvement vers la greffe, ou la rencontre active de composantes dissemblables, dévoile-t-il l’inévitable de l’unité, à formuler dans une théorie, ou dissimule-t-il la fragmentation originaire d’une réflexion esthétique, prise entre la désunion interne et la présupposition unitaire de l’idée d’art ?

7Or ce que la parole singulière, espacée, proprement disséminatrice du séminaire avait cru, dans un premier temps, construire autour de la notion d’hybride, cela même, maintenant resserré en une suite de rapides synthèses orales, devenait plus aigu et plus sensible : là où des développements circonstanciés avaient assis la notion, le télescopage des points de vue, des champs et des méthodes la montrait vacillante, incertaine, voire insoutenable. En passant du théâtre à la poésie, de l’histoire de l’art aux sciences cognitives, l’hybride ne se révélait pas seulement fidèle à son essence protéiforme : il perdait de sa substance. Chacun, à sa manière et pour les besoins de sa cause, en avait précédemment requis une définition différente. Mais là, soudain affronté à la mobilité de ses limites, l’hybride ne cessait de les questionner, de les malmener, même, portant au jour sa véritable dimension paradoxale.

8D’une part, il apparaissait bien comme le point nodal d’une pensée des limites, sur le plan esthétique comme sur le plan esthésique. Cette pensée englobait en effet – c’était son grand intérêt – le point de vue de la production des œuvres avec celui de leur réception. À les apercevoir l’un et l’autre depuis la figure de l’hybride, on comprenait d’ailleurs que les deux points de vue étaient entraînés dans un même mouvement : l’hybride faisait jouer, par un singulier miroitement, les positions respectives de l’artiste et celles du lecteur-spectateur-auditeur. Ainsi, penser les limites revenait toujours à penser ce qu’on pourrait nommer une dynamique des limites ; non pas un processus concerté, mais un devenir constaté après coup, relevé et reconnu dans les circonvolutions internes d’un matériau en état d’hybridation, comme on dirait en fusion.

9Mais d’autre part, cette mobilité même, les écarts et les déplacements auxquels elle conduisait, tendaient finalement à dissoudre l’objet du débat. Observé dans ses manifestations les plus fines ou sous ses jours les plus généraux, l’hybride avouait une sorte d’ubiquité ; quelle qu’ait pu être, par ailleurs, la valeur de ce qu’il animait, toutes ses courbes tendaient vers un universel esthétique sans consistance. À cet égard, il n’était pas difficile de comprendre le lien privilégié qu’il entretient avec les thèses du « tout fait art ». C’est qu’à le concevoir dans sa radicalité, l’hybride débouche sur l’aporie de l’art même. Position extrême, utopique en un sens, face à laquelle l’unique recours, le plus assuré en tout cas, serait de redéployer la notion dans le cheminement de toute œuvre quelle qu’elle soit. Ce retournement de l’aporie apporte une lumière au fait même des œuvres : il nous dit non pas que l’art prend fin dans les formes extrêmes d’hybridité, mais que l’hybride touche, comme phénomène singulier et remarquable, à l’essence des œuvres. De même qu’il n’est pas d’hybridité qui n’ait retenu l’attention des artistes, il n’est pas d’œuvre qui ne s’avère hybride ; c’est à cette hypothèse, qui résonne à la fois dans une ontologie de l’art et dans l’histoire des arts même, que nous conduisait l’ellipse finale du parcours.

© Presses universitaires de Vincennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540