Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Où est la littérature mondiale ?

 | 
Christophe Pradeau
, 
Tiphaine Samoyault

Introduction

Christophe Pradeau et Tiphaine Samoyault

Texte intégral

L’universel, c’est le local sans les murs.
Miguel Torga

1A world in a nutshell – un monde dans une coquille de noix : la formule de Joyce pourrait être celle de tant de livres qu’elle en devient la métaphore vague de la littérature, ballottée par grosse mer au milieu du monde et l’incluant pourtant dans son embarcation. Ce n’est pas, pourtant, parce qu’elle propose des mondes ni même parce qu’elle se donne parfois comme équivalent du monde que la littérature est mondiale. La notion de littérature mondiale, ainsi, n’est pas une détermination interne où l’adjectif viendrait dire l’attachement variable de l’œuvre au monde ou les usages du monde en littérature. Elle est plutôt un identifiant externe visant à la caractériser dans ses mouvements, sa généralité, sa puissance d’enveloppement. Pourtant, dès que l’on pose la question : qu’est-ce que la littérature mondiale ?, on est arrêté par la bêtise de la tautologie ou par l’évidence trop simple encore du paradoxe. Tautologie : la littérature est mondiale puisqu’elle existe partout ; pas une culture qui n’ait son poème fondateur ou son conte pour enfant, son premier romancier ou son intellectuel critique (qu’on l’appelle mage ou tribun, sage ou prédicateur). Ce n’est évidemment pas ce qui nous intéresse ici, l’universalité de la littérature reconduisant à celle, insoluble, des origines ou à la question de savoir pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien. Paradoxe : la notion de littérature mondiale serait une contradiction dans les termes puisque l’objet ainsi qualifié serait le propre, le singulier, l’inassimilable, irréductible à la généralisation et à l’uniformisation planétaire. Lieu possible de la résistance à la mondialisation, la littérature s’accommoderait mal de la standardisation ou du nivellement ; elle serait au contraire le lieu où s’exposent et d’où rayonnent la diversité, des langues, des sociétés, des hommes, et la conscience heureuse ou malheureuse de cette diversité.

Une catégorie historique : vertige fixé

2L’idée de littérature mondiale serait-elle venue d’une culpabilité à l’endroit de la pluralité et du divers, comme une rétroversion du mythe de Babel ? L’hypothèse est alléchante mais elle fait fi du caractère historique de la notion. Si cette dernière a un sens qui mérite d’être interrogé ce n’est pas parce que la littérature, par nature ou par fiction, est mondiale, mais bien parce qu’elle est « devenue » mondiale. On le sait, c’est en lisant un roman chinois traduit en allemand que Goethe a cette idée, qu’il confie à Eckermann le 31 janvier 1827, d’un avènement de la Weltliteratur, (plusieurs textes du présent volume s’attardent sur ses propos). De l’observatoire temporel, géographique et politique qui est le sien, Goethe peut se permettre d’être accueillant : l’ouverture qu’il promeut et la collectivité qu’il annonce sont en fait des processus d’inclusion, conduits par un point de vue extrêmement situé. La littérature européenne est l’aune à la mesure de laquelle seront lues, jugées et reconnues les littératures lointaines ou naissantes. Les distances de plus en plus grandes parcourues par les traductions et l’accélération des échanges imposent une régulation solide et réfléchie afin de ne pas rendre l’Europe trop vieille trop vite. Le mouvement allant s’accentuant, la stabilité du point de vue se trouve ébranlée et la Weltliteratur perd de son enracinement : traduite en toutes les langues, elle peut enfin devenir ce qu’elle désigne, une notion qui défait les ancrages et qui sert à faire en sorte que le tout soit dans l’un. Il s’agit désormais de fixer un vertige.

3La dispersion, le déplacement incessant du point de vue, la spirale tourbillonnante dans laquelle les rencontres et les confrontations ont lieu font de la littérature mondiale non plus une ouverture du cadre mais un ensemble de mouvements. Puisque ni la langue ni la nation ni l’histoire ne garantissent autonomie et autorité, il faut penser les points de contacts – échanges et transferts. Deux constats ont déterminé la réhabilitation de la catégorie et promu la nécessité de la penser de nouveau. Le premier est que plus la bibliothèque s’accroît et moins on la maîtrise, plus il nous appartient de la ranger et de la comprendre comme totalité. L’impossible saisie du divers implique les tentatives de rassemblement. Le second est que la mémoire des écrivains et des lecteurs est désormais un territoire babélique, où résonnent ensemble des textes venus de près ou de loin, des langues multiples (même si elle les retient en traduction), des territoires sans voisinage réel. Les rencontres rendues fortuites par des itinéraires individuels et par des entreprises collectives – la question n’est pas alors pourquoi traduit-on quelque chose plutôt que rien, mais pourquoi traduit-on telle ou telle chose plutôt que telle autre – dessinent les traces variables de cette carte littéraire agrandie. La littérature mondiale apparaît alors comme une notion à double entrée renvoyant à la mondialisation des échanges d’une part et s’efforçant de les caractériser d’autre part. Un phénomène objectif détermine alors la production et la définition d’une méthode.

Un impératif critique : le local et l’universel

4C’est en mettant la notion de littérature mondiale en relation avec d’autres expressions qu’on la rend intellectuellement légitime et productive en méthode. Ainsi on la sort de sa généralité excessive ou de la banalité du constat pour la fonder de façon critique et montrer sa pertinence. Qu’est-ce que la notion de littérature mondiale apporte à celles de littérature générale, de littérature comparée et de littérature tout court, voire de littérature universelle ? Quelles différences introduit-elle ? L’adjectif mérite d’être commenté dans sa fonction grammaticale et sémantique. Grammaticalement, il faut l’entendre comme un génitif et non comme un datif puisque c’est de la littérature du monde entier qu’il s’agit et non de la littérature pour le monde entier, qui reconduirait alors aux phénomènes de mondialisation. Et si l’on cherche à nommer la littérature qui serait reconnue comme telle par le monde entier, l’expression de littérature universelle, posant l’existence sans doute aisément récusable d’un patrimoine commun, assure cette fonction. Sémantiquement, il paraît important de ne pas lui ôter son caractère concret, géographique, même si l’étendue de l’espace qu’il suggère lui confère de la généralité, une sorte d’abstraction. C’est ainsi qu’on doit distinguer la notion de littérature mondiale de celle de littérature générale, instituée comme discipline, mais qui s’occupe des questions théoriques posées par et à la littérature considérée comme une (elle rejoint ainsi l’idée même de littérature).

5C’est pour des raisons de discipline et des questions de méthode que la littérature mondiale, en ce qu’elle se distingue de la littérature comparée, paraît déterminante. Elle permet de mettre en évidence des mouvements, une circulation, des échanges à voies multiples, des coïncidences de langues que le binarisme dans lequel se tient trop souvent la littérature comparée ne permet pas. Elle n’a ni la prétention de rebâtir la bibliothèque d’Alexandrie ni celle de penser la totalité des liens. Elle envisage la configuration historique décrite à l’instant qui invite à des perspectives plurielles et des points de vue mobiles. Non seulement parce que les littératures contemporaines inscrivent souvent des désancrages – de nombreux écrivains insistent par exemple sur le rôle de la pratique de la traduction dans la formation d’une langue littéraire ; d’autres, qui écrivent dans des langues transplantées (l’espagnol en Amérique du Sud, le français ou l’anglais en Afrique, dans les Caraïbes, par exemple), s’inscrivent dans un processus délibéré, parfois même théorisé, de métissage –, mais aussi parce qu’une méthode comparatiste à plusieurs entrées permet de faire apparaître des phénomènes nouveaux. Toutes les littératures n’ont pas le même rapport à l’universel, comme l’a bien montré Pascale Casanova dans La République mondiale des lettres, pour des raisons qui sont à la fois historiques et linguistiques, et tous les écrivains n’adoptent pas la même attitude, ne font pas les mêmes choix vis-à-vis des langues, n’ouvrent pas le même dialogue avec la bibliothèque. Proposer un moyen de penser ensemble des itinéraires singuliers et des orientations générales est sans doute ce qui s’ouvre à la discipline comparatiste comme enjeu principal, après l’européanisme des premiers temps et l’universalisme d’un Étiemble par exemple. Comment envisager la littérature dans le cadre et hors du cadre de la globalisation générale des échanges, en voilà la question centrale, dont le traitement impliquera toujours une attention précise aux textes (close reading) et une vision surplombante des mouvements.

Un parcours théorique : lire à vol d’oiseau

6Si Goethe, on l’a dit, incarne commodément le moment où s’invente la Weltliteratur, la productivité, la fortune théorique et politique de la notion sont moins fonction de Goethe que de ses héritiers, directs et indirects. Si l’idée de littérature mondiale s’impose comme un enjeu en ce début de troisième millénaire, nous le devons moins aux Conversations avec Eckermann qu’à Marx et Engels et, indissociablement, ce qui ne va pas sans tension, à l’humanisme d’Erich Auerbach ou d’Ernst Robert Curtius. Le marxisme et la philologie romane ont fait de la Weltliteratur une puissance active dans le monde des idées, avec ses relais institutionnels, tant universitaires qu’éditoriaux. Ce faisant, ils en ont prolongé le rayonnement au-delà des frontières de son lieu d’invention, l’ouvrant au devenir mondial qu’elle implique.

7Le présent ouvrage n’a pas l’ambition d’écrire une histoire de l’idée de littérature mondiale mais de mettre au jour les enjeux de ce double héritage, pour nous, aujourd’hui, dans le monde « globalisé » qui est le nôtre. Annie Epelboin et Lionel Ruffel envisagent la notion au regard de l’espoir révolutionnaire, des métamorphoses et des survivances de l’internationalisme : des vastes programmes de traduction de la Russie soviétique au post-exotisme, au devenir radicalement étranger d’Antoine Volodine. La philologie romane partage avec le marxisme la volonté d’échapper aux catégories nationales au profit d’englobants plus vastes : la littérature romane bien sûr, mais aussi, au-delà, européenne voire mondiale, même si cet horizon ultime n’est jamais envisagé que d’une façon programmatique. L’article d’Auerbach, « Philologie der Weltliteratur », que l’on lira ci-après, traduit en français par Diane Meur et présenté par Christophe Pradeau, est exemplaire en ce sens. Auerbach y expose, dans un texte qui a contribué à fonder les postcolonial studies, les enjeux de ce défi que représente pour l’intelligibilité historique du fait littéraire le passage en régime mondial de la littérature. Christophe Pradeau, en conclusion de ce premier ensemble de réflexions, examine ce qu’implique un tel changement de régime, en termes de pratiques de lecture et d’écriture. Comment, en somme, « la mémoire des œuvres » s’en est-elle trouvée modifiée ?

8Plusieurs travaux fondent, aujourd’hui, le questionnement. Parmi eux, le livre d’Étiemble, Essaisde littérature (vraiment) générale, qui conserve, malgré ses faiblesses théoriques (soulignées ici par Judith Schlanger), un certain pouvoir d’incitation, L’Orientalisme d’Edward Said, La République mondiale des Lettres de Pascale Casanova, What is World Literature ? de David Damrosch, L’Atlas de la littérature européenne de Franco Moretti, ou, plus récemment, l’article, « Conjectures on World Literature », que ce dernier a fait paraître en 2000, dans la New Left Review, manière de manifeste qui, prolongé, contredit, critiqué, amendé, a ouvert un important espace de réflexions dont Jérôme David rend compte dans ses « Propositions pour une macro-histoire de la littérature mondiale ». Aussi différents soient-ils, tous ces ouvrages ont en commun un même rapport, médiatisé, complexe, au double héritage dont la première partie de notre livre s’efforce de débrouiller l’écheveau, une même volonté d’inventer de nouvelles façons de lire, capables de fixer le vertige, d’embrasser, au prix de ruses méthodologiques, ce qui échappe à la prise : la formidable diversité des œuvres que recouvre, dans l’espace et dans le temps, l’idée de littérature mondiale. Dans « Philologie der Weltliteratur », Auerbach propose de partir de presque rien, confiant dans le pouvoir de rayonnement du détail, dont Mimésis témoigne avec l’évidence de l’accomplissement monumental. À l’opposé, Franco Moretti plaide en faveur d’une « lecture distante » (distant reading), qui suppose un détour provisoire par la seconde main, la lecture d’histoires littéraires, de travaux de synthèse, détour sans lequel il ne saurait y avoir, selon lui, de révolution du regard. Comment lire à vol d’oiseau, pour reprendre une formule de Thomas de Quincey, comment accommoder son œil pour découvrir, en changeant d’échelle, une nouvelle forme de lisibilité, sans risquer que ne se perde dans l’opération, écrasé par la perspective trop large, ce qui fait la spécificité du fait littéraire ? Un tel danger est le souci premier de Xavier Garnier dont les propositions, nourries par la lecture de Deleuze, tendent à refuser la logique académique du corpus pour mieux retrouver, pour mieux épouser la dynamique de l’œuvre : dans une telle perspective l’idée de littérature mondiale est moins un objet à décrire qu’une source vive que l’on se doit de capter pour libérer l’œuvre des réductionnismes qui la menacent, une voie étroite entre le commentaire et l’analyse, pratique critique que l’on peut qualifier de « mondiale ». Pour Judith Schlanger, qui oppose la rationalité oblique, les « zébrures transversales » d’un Dumézil ou d’un Caillois aux impasses méthodologiques d’Étiemble, emmuré dans sa nostalgie d’une impossible exhaustivité, il s’agit de comparer moins des œuvres que des « scènes », autrement dit des scénarios, des aventures historiques. La démarche de Jérôme David est moins immédiatement programmatique : il s’agit d’abord pour lui de mettre au jour et de préciser les présupposés doctrinaux qui nourrissent la pensée de Damrosch, de Moretti et de Casanova (de Pierre Bourdieu à Fernand Braudel et Immanuel Wallerstein). Parce que La République mondiale des Lettres fait fonction, aujourd’hui, en France, de foyer réflexif d’où rayonne le questionnement propre à la notion de Welthteratur, nous avons choisi de refermer ce livre par un entretien entre Tiphaine Samoyault et Pascale Casanova, l’occasion pour celle-ci de revenir sur quelques-unes des critiques qui lui ont été faites et de prolonger les plus importantes de ses propositions théoriques et méthodologiques.

9Le présent ouvrage a été composé dans la continuité du colloque « La Notion de littérature mondiale », qui s’est tenu les 6 et 7 novembre 2003, à Villetaneuse et Saint-Denis, sous la responsabilité de l’équipe de recherche « Littérature et histoires » (Université Paris 8) et du « Centre d’études littéraires francophones et comparées » (Université Paris 13). Nous tenons à remercier chaleureusement ici Anne Larue, qui a co-organisé avec nous ce colloque, ainsi que tous ceux qui y ont participé : Guillaume Bridet, Muriel Détrie, Jacques Neefs, Crystel Pinçonnat, Nathalie Schon, Anne Tomiche ; sans oublier tous ceux qui, comme Jacques Schlanger et Pierre Zoberman, ont animé les débats avec tant de vigilance et de générosité depuis les rangs supposés moins actifs de l’« assistance ».

Auteurs

Christophe Pradeau est maître de conférences à l’Université Paris 13. Il a publié un livre sur Jean Giono (Ellipses, 1998), des articles sur les cycles romanesques des XIXe et XXe siècles et sur la critique littéraire de l’entre-deux-guerres, ainsi qu’un roman, La Souterraine (Verdier, 2005).

Tiphaine Samoyault est professeur de littérature comparée à l’Université Paris 8 et écrivain. Parmi ses livres : Excès du roman (1999), Littérature et mémoire du présent (2001), La Montre cassée (2004).

© Presses universitaires de Vincennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.