Version classiqueVersion mobile

La Transversalité du sens

 | 
Juan Alonso Aldama
, 
Denis Bertrand
, 
Michel Costantini
, 
et al.

III. Le foyer des instances

Le jeu d’instance et d’instant

(dix-sept minutes encore, Monsieur le bourreau…)

Michel Costantini

Texte intégral

Celui qui ne pèche pas par sa langue est un homme parfait.
Carmel de Saint-Denis, inscription en cartouche.

1A las cinco de la tarde. C’était écrit. A las cinco de la tarde. C’était fatal. A las cinco de la tarde, une corrida fatale, un poème s’écrit. Tout est question d’heure et de fatum. Cinq heures du soir, c’était écrit aussi sur le programme, l’instant même de l’instance qui se projette dans la présente communication. Je parle, j’aurais dû parler a las cinco de la tarde. Quel est d’ailleurs le JE de cette entame, un JE un peu moi, bien sûr, un peu aussi, vraisemblablement, García Lorca ? Federico, je te cite en situation ! Federico, je te cite in situ ! Quel est le jeu, alors, de ce JE ? Règles des instants de cette instance, règle du jeu, car c’est un jeu. Un jeu de mots, non comme on maudit les jeux de legos, mais comme on module « allez les gos », pour jeux de gars, pour jeux de gosses. C’est jeu de mots parce que les mots jouent entre eux, joutent en somme, sans, un, qu’avec eux je plaisante, sans, deux, que d’eux je me gausse.

2Ainsi que tous les jeux, on n’y joue pas partout. En vérité, la scène se passe en Romanie, en Romanie seulement. C’est un vieux jeu, hérité de gens coincés à l’ombre et jusqu’à l’os – entendez enserrés, en rangs serrés, par l’osque et l’ombrien –, vieux jeu vieux-jeu hérité de gens du quartier – le quartier latin. Ce jeu ne s’appelle ni volare, ni cantare, mais instare, avatar – car c’est ainsi qu’en sanscrit on cause – d’un très ancien sd, sed, sod, nu plus connu habillé en st-a. Jeu, joueur. Qui dit jeu, dit joueur, surtout en sémiotique discursive. Le dernier joueur repéré d’instare, le dernier repéré par moi en tous les cas, un vrai champion, présent parmi nous, ô combien présent, se nomme Denis B., B juste après l’alpha, qui, soyons précis, historiens, scientifiques, a gagné la partie du 10 décembre 2003. Ce jour-là... je cite son dernier coup (et c’est donc l’oméga) :

Instant, substantivation d’un adjectif emprunté au latin classique instans = « présent » et « pressant, menaçant », participe présent de instare « se tenir sur ou dessus », « serrer de près », [...].
Instance, issu de instantia « application assidue », « demande pressante », puis par dérivation « imminence », « proximité », le mot étant dérivé de instans. « Céder aux instances de qqn », « en instance », en attente.
Insistance, même famille (de sistere, forme à redoublement de stare, status, « être debout »).

  • 1 Ludovic Janvier, 1998, p. 61. Je remercie vivement Jean-Claude Coquet de m’avoir fait conn (...)

Ainsi, tout est clair, et l’ordre règne en Romanie, où nous joueurs, fils de badins, fils de latins, demeurons. Nombre d’exemples, un seul je prends, ainsi parle le commissaire Montalbano, nous l’entendrons demain ; un seul, je prends, parce qu’il faut sauver le soldat romanche, je ne dis pas ladin mais je pourrais aussi. Que mille fleurs fleurissent, du rhodanien istânci au gaulois stamulos, peut-être – c’est un nom propre de la Graufesenque. Dans le bouquet, j’élis donc les Grisons. Pour l’ami des Grischuns, grisons-nous de ses mots, mais restons calmes, il faut star eri, demeurons joyeux, il faut star si legher. Au fait, en osque on trouve statif, façon de désigner statue ou station, on ne sait trop, et en ombrien stahmei, un datif. Et, entre l’osque et l’ombrien (« Quand on pense, il existe un pays qui s’appelle Ombrie ! Rien qu’à le prononcer, au lieu d’entendre, on voit. Ombrie, ça doit être le pays de ce phénomène : apparaître1 »), entre l’osque et l’ombrien coincé, le latin instare, et de lui nos deux mots du jour : l’instance et l’instant.

1. Un tableau de René Magritte

3Un tableau de René Magritte. C’est donc le jeu du JE, d’abord, dès l’instant de l’abord. Donc abordons l’instant de l’abordage, notant d’ores et déjà qu’en marine, du temps qu’on allait encore aux baleines, on parlait de poignard d’abordage. Qu’il ait rapport à l’insertion de l’instance dans l’instant, plus qu’à son insistance, ce poignard, nous le montrera à l’instant l’usage vital qu’en fit une fois le capitaine Marius Cougourdan au cours de ses voyages, quand une lame terrible menace soudain, sur l’instant, son vaisseau La Bonne Mère, du port de Marseille :

J’avais dix ou douze secondes devant moi pour sauver le navire. Je tirai mon poignard d’abordage [...] et j’en donnai un bon coup dans l’amure du grand foc. La voile se déchira d’un bout à l’autre comme une feuille de papier [...] la secousse retarda d’environ deux secondes la chute au fond de l’abîme. Il n’en fallait pas davantage [...]. Nous étions sauvés [...].

À l’instant je nommais l’instant ; dès l’instant qu’il fut nommé, il n’était presque plus, sur l’instant disparaissant. Augustin d’Hippone a fait fort là-dessus, et je vous y renvoie. Si l’instant parlait, qu’il se présentât au jeu des identités, des similarités plutôt, si le JE en jeu était une couleur, ce serait, indubitablement, amarante. C’est qu’un Poquelin dit Molière en eût tiré, comme il fit de sa rente, une déclinaison. À l’instant, sur l’instant, dès l’instant, pour l’instant. Puis instamment, instantement, instantané, instantanément. L’instant est donc ce point où s’établit l’instance – et la question est souvent de savoir où, combien, comment, de quelle nature et par où, elle perdure, dans son insistance pour le coup, cette instance qui insiste pour occuper place vacante (ainsi parlait notre champion d’instance). À l’instar d’Ornicar je la prononçais naguère, cette aristotelica quœstio, cette causa nostra, je la prononçais pospoutipè (comment ? où ? quoi ? par quel biais ?).

4Image un : La durée poignardée. L’instant que promeut l’instance qu’à l’instant je mets en jeu, l’instant que je mets en joue, cet instant où tout de mon instance se joue n’est pas au net, honnêtement n’est pas aussi net que deux heures moins le quart avant J.-C., ni que cinq heures du soir dans les arènes. Cet instantané que je mets en jeu, et qui me met en joue, c’est dix-sept minutes avant – quarante-trois après, si l’on préfère. L’aiguille le montre qui n’est pas d’une montre, car, on y reviendra, ceci n’est pas une montre. L’aiguille, au demeurant, en demeurant n’indique pas l’heure, mais formule, iconique, mon sous-titre, ironique : « dix-sept minutes encore, Monsieur le bourreau ». C’est le cri de la durée un peu plus d’un quart d’heure avant le coup de poignard. Mais, pas plus qu’à la du Barry, on ne fera grâce, et Magritte frappe son coup au lieu dit. Qui prétendait : « tout est question d’heure et de fatum » ? Oh, bien sûr, elles sont deux les aiguilles, mais l’autre ne nous livre rien que son unicité de référence et notre incertitude. C’est le dix-sept qui compte pour l’instant, et nous comptons de cet instant jusqu’à dix-sept, étonnante coïncidence des aiguilles d’une autre cheminée, pas au-dessus cependant, mais à côté. La femme du Mariage à la mode de Hogarth a passé la nuit à jouer aux cartes, son mari revient d’une partie de débauche, une pièce de mousseline, féminine il va de soi, pendant hors de sa poche, l’épouse en est encore au breakfast, il est douze heures dix-sept exactement. Quarante-trois minutes avant la une. On rapporte que ce charmant Tête à tète a été peint vers 1743, dix-sept quarante-trois pour les Anglais.

2. L’espace du temps

5Le temps, c’est trop connu, on n’en sort pas : on n’en sort pas, penser l’instance suppose d’entrer. C’est l’espace du temps. Dans l’instant qu’elle s’instaure alors l’instance advient, et si longtemps que dure son installation, si installée que sa durée soit, c’est toujours l’instant d’entrée qui crée l’instance. Le système Io-Ip, non pas hip-hop, mais yo-hip, est exemplaire de cette institution : à l’origine, Io, soit l’instance d’origine, qu’est-ce à dire, sinon qu’un champ jusqu’ici neutre est pénétré par une force, voire créé par elle comme territoire, déterminé dès cet instant comme propriété d’une telle instance ? Et son pro-jet, soit l’instance projetée Ip, qu’est-ce à dire, sinon l’envoi par la première d’un représentant de soi, de ce représentant de soi qu’est la deuxième, qu’est-ce à dire, sinon la force qui se propulse d’un lieu à l’autre, et son résultat ?

6De l’espace, questions encore : qui est là, ou plutôt qui est ici ? Qui est ici pour celui qui est là – qui est Ip pour Io ? Qui habite le tableau, qui n’y habite pas vraiment ? Et quand y habite et quand pas ? Déjà plus, ou pas encore ? Dix-sept minutes avant la une. C’est très précisément dix-sept minutes avant la une que l’Io pénétra dans le champ de l’Ia – soit l’instance d’arrivée. Mais je parle de l’Io représentée, soit de l’Ip peut-être. Traduction : imaginons que l’instance d’origine soit pour moi (Ia) René Magritte (Io), alors la locomotive (Io représentée) sera Magritte en son tableau... Et puis du temps de cet espace : l’Io, Magritte René – ainsi que Roland Barthes distinguant Loti et Pierre Loti par rapport à la chère Aziyadé – a peut-être peint les aiguilles de l’horloge (mais ceci n’est pas une horloge, non plus !) un certain jour de 1938 à 12h43, ou à 0h43 ; il est peu probable en tout cas que l’Ia réelle – l’énonciataire en somme – contemple le tableau à 12h43 exactement, encore moins à 0h43, sauf à imaginer son propriétaire au retour d’un long voyage, ferroviaire peut-être, plein d’usage et raisons, ou atteint d’insomnie, voire noir dans la nuit solitaire, et soudain inquiet d’un assassinat du temps. Qu’est-ce alors que cette heure, de façon sûre, de façon assertable ? C’est l’heure où se fige la montre, c’est l’heure du crime que le fin limier aisément détermine – l’heure au prix d’un leurre à tiroirs, peut-être : qu’on se souvienne du meurtrier de Roger Ackroyd, qui n’est peut-être pas, comme veulent nous faire accroire in fine et progressivement découvrir l’auteur Agatha et le limier Hercule, qu’on se souvienne que ce n’est peut-être pas le narrateur. Cette heure, c’est celle de l’irruption de l’acte – du drama – à tout jamais fixée. À minuit, le crime est parfois de vouloir-ne-pas-savoir, tout simplement.

La reine se leva, alla à la cheminée, souleva le globe de la pendule, et arrêta le balancier. Elle s’y prenait d’avance pour empêcher la pendule de marquer quatre heures, car, à quatre heures, elle devait faire plus que mesurer le temps, elle devait sonner l’éternité.

La reine, c’est Marie-Caroline de Naples, l’éternité, celle des adolescents jacobins condamnés à mort, la citation, elle, au maniement d’« elle » osé, provient des Confessions d’une favorite, Alexandre Dumas, 1863.

7Comme un coup de poignard dans la durée, de l’absolument ponctuel au sein d’un duratif assoupi, voici la fissure qui fait révolution en s’insérant dans la discontinuité. Le monde est cela, de la discontinuité, soit de la continuité ponctuée, à l’instar de ce parquet, de ces lambris, de cette cheminée : ce qui s’appelle le rythme, un flux où pourtant règne la distinction, brèves et longues syllabes, planches larges et planches étroites, plans plats et moulures diverses. Un vaste espace obliquement disposé – à la différence du même référent de Tentative de l’impossible (1928), tout frontal –, sans trop de saillies et pourvu de quelques scansions judicieusement disposées. Sans seuil, sans accès : même référent de parquet et de lambris dans La Géante (1931), mais avec, au fond, la porte... même référent de lattes de bois striées à l’identique mais en fond vertical, revêtement d’un mur du palais d’une courtisane (1928). Ainsi va le monde, rayé, strié, ponctué. Et dans ce monde policé, soudain la fissure. Sous forme de locomotive suspendue sans rails, par exemple, sans origine (non elle ne sort pas de la cheminée), sans fin (elle ne s’arrêtera jamais de rester suspendue toute fumée repoussée en amont par la vitesse, épaisse ; il n’y a pas de last exit, ni de prochaine station). Prenons donc le train en marche, j’aime à citer Louis Althusser :

Un philosophe idéaliste est comme un homme qui sait d’avance et d’où part le train dans lequel il monte et où va le train, quelle est sa gare de départ et sa gare de destination [...]. Le matérialiste, au contraire, est un homme qui prend le train en marche (le cours du monde, le cours de l’histoire, le cours de sa vie), mais sans savoir d’où vient le train ni où il va. Il monte dans un train de hasard, de rencontre et y découvre les installations factuelles du wagon et de quels compagnons il est factuellement entouré [...]. (Tout soulignement par L.A.)

Le train en marche, faussement. Car c’est plutôt l’entrée de l’instance en gare de l’énonciataire.

3. L’entrée en gare de l’énOnCIATaire

8L’instance est éruption, l’instance est irruption. Éruption, c’est le pôle émetteur de Jakobson, ou l’exscription peut-être, irruption le pôle récepteur, et l’inscription sûrement ; l’essentiel est qu’il s’agit de mouvement. Jamais le signe – le vrai, soit l’exercé, le pratiqué – ne demeure statique. Toujours il bouge, se dirige droit, droit devant, linéairement dit-on. Mais parfois par sauts, parfois par gambades, et parfois par chemins de traverse, bifurcations du signe, ainsi se tisse le texte. Bifurcations ? L’aiguillage aiguille le signe. Voici deux aiguilles, mais point d’aiguillage. Et c’est bien sûr : l’aiguillage, c’est, nous confie Émile Littré, un terme d’administration des chemins de fer, c’est « l’action de faire mouvoir les aiguilles ». Les aiguilles de Magritte ne sont pas mues. Ni n’est mue la loco, encore qu’elle feigne de satisfaire son nom – par la fumée qui s’étend en arrière, par le groin qui pointe en avant, la locomotilité de la machine locomotive s’inscrit dans le tableau, quand elle s’exscrit de la cheminée (je renvoie au couple type/ectype de Jean-Luc Marion)... L’instance, l’instance Io motive la loco. De façon générale, la question sera : de l’instance et du mouvement, qui est premier ? Le second est premier, répond la seconde sémiotique, jargonnant en son latin troisième (après intellectu/sensu et lingual oratione) : nihil est in statione quod non prias fuerit in fluxu. Et de tenir que l’être-là de l’instance est un s’arrêter-là, ou plutôt un s’arrêter-ici. Mais qu’est une instance qui s’arrête sinon un abus de langage, pour une instance que nous, nous arrêtons, parce que nous la cherchions ? Et subsidiairement, qu’est cette instanciation sans qui il n’est pas d’instance, qui instancie l’instance ? Que si l’instance, ce s’arrêter-ici, est un arrêté, c’est un attendu que nous décrétons, et cela fait, parfois, jurisprudence.

9L’instance, c’est l’actant. Mais non, qu’entends-je ? L’instance est ce moment béni où l’actant ne l’est pas encore tant que ça, c’est ce moment fragile où l’acteur l’est si peu, dépourvu pour l’instant des cothurnes sur lesquels il se juche, c’est ce moment labile où le personnage (dans l’ancien temps, hjelmslévien en diable, on disait « figure »), où le personnage ne sonne pas encore sous le masque, dans ce théâtre de la phrase ou cette mise en scène du texte. L’instance, ce n’est ni l’actant, ni l’acteur. Le personnage, pas davantage. Pas d’avantage pour l’instance :

Les anciens [...] étaient obligés pour monter à cheval d’avoir recours à des bancs ou des bornes qui se trouvaient à la porte de toutes les habitations, et qu’on appelait montoirs ou avantages.

  • 2 Ibid., p. 19.
  • 3 « C’est par là que je tiens la chair de cette heure, moi au bord. Au bord de la fête, au b (...)

Pas d’avantage pour l’instance : en d’autres termes, on ne lui connaît pas de marchepied. Elle se hisse telle quelle, de sa propre force, proprio motu, dans le lieu où elle apparaît, définissant ce lieu, à l’entrée comme au passage. L’actant, l’acteur, le personnage, eux, sont des degrés de l’avantage, les accès à la complétude qu’elle, l’instance, appète, l’instance une coquille vide, quoiqu’extrêmement présente – sans sa présence, rien n’est –, absolument pertinente – sans elle rien ne tient –, définitivement inexorable – tu peux toujours prier, tu ne la délogeras plus, une fois qu’elle est, qu’elle est « enchaînée à l’instant par les liens du soleil »2. Une fois qu’elle est ici, on pourra toujours affirmer qu’elle est là – on la met à distance –, qu’elle est suspendue comme cette loco – c’est l’épokhè saussurienne, ou husserlienne, ou merleau-pontyenne, ou greimassienne, ou celle qui entre toutes m’est chère, la néopyrrhonienne. Et c’est bien ce que doit faire, d’une façon ou de l’autre, d’une façon et de l’autre, d’une façon l’autre, la sémiotique. Mais une fois ici, elle n’a de cesse de perdurer, quittant pour ce faire sa platitude de silhouette de Lavater, d’être infiniment plat de Queneau, c’est cette chair, cette épaisseur que lui donnent tour à tour ou simultanément, diversement ou mêmement, ses habits d’actant, d’acteur, de personnage. Ainsi l’instance n’est telle que lorsqu’elle est présence et trace, présence dans son instant d’advenue, trace, dans l’indéfini de sa persistance. Le génie d’inventer l’instance en sémiotique, c’est qu’elle est la plus abstraite des notions en jeu, c’est qu’elle est potentiellement personne, acteur, actant, d’énoncé, personne, acteur, actant d’énonciation, mais n’est en tant que telle ni actant ni acteur ni personne, ou personnage, ou figure, ni d’énoncé, ni d’énonciation3.

4. De la machine à vapeur

  • 4 Ibid., p. 121.

10Jouer des tours : pas d’aiguillage. Non pas Joué-lès-Tours, où l’on aiguille tant. Jouer, détour, et nul triage. A qui veut mener grand train, il faut locomotive. Donc ici, l’instance est d’insistance, de celles qui se rappellent à toi quand tu les oublies (les bougies n’insistent pas ni le miroir bien terne), l’instance d’insistance est une locomotive : figure que cela, personnage principal, totalement incongru, ou peut-être pas, le marchepied de l’instance est un haut-le-pied – « ou alors c’est l’instant qui prend pied sur le rouge d’un toit, stock d’éclats, pente calme, vibration4 ».

11Quoi, en effet, sourd de la cheminée ? Dans cet encadrement, ce devrait être un feu, une bûche ou plusieurs pas encore allumées, voire une plaque ad hoc, avec la figuration d’Austerlitz ou de Waterloo, c’est selon, tout dépend du côté de la Manche, pour les gares justement... Mais non, quoi sourd, quoi saille ? Cette loco qu’on raille d’être hors de ses rails.

12Retour parenthétique au champion d’instare qui cite Louis Ferdinand Céline et ses rails profilés (« je les lui fausse, ses rails au métro, moi, ses rails rigides. Je les lui fausse d’une certaine façon que les voyageurs sont dans le rêve »). Céline fausse ces rails, Magritte de ses rails se défausse, les escamote, en laisse la trace dans les stries du parquet. Point de rails donc que les mots raillent – morailles sont tenailles qui punissent aux naseaux.

  • 5 Érigement, non érection, car il n’y a pas de dame : voir Flaubert (1850) : « Érection. Ne (...)

13Et l’on s’égare, pas de gare, on s’enferre, pas de chemin de fer en cette cheminée. Ceci d’ailleurs n’est pas une cheminée. Une locomotive, même en modèle réduit, qui sort droit d’une cheminée, on n’a jamais vu ça, on n’a jamais vu ça. La seule cheminée du tableau est celle de cette loco-là, ou, plutôt, de cette loco-ci, qui fume ; cette loco-ci surgissement dynamique, érigement puissant, ferme et dur auquel nulle dame chez Magritte étonnamment n’assiste5. Ce que ne serait pas la plaque, pas nécessairement la bûche. Le rôle thématique de l’instance grimpée sur son avantage – un acteur est un actant pourvu d’au moins un rôle thématique, psalmodie la stricte observance –, ce rôle thématique est donc ici autre, accédant à son avantage au statut d’acteur, habitant soudain et provisoire d’une cheminée sans rails, en suspension. Oui c’est cela l’instance, l’habitant soudain et provisoire d’un territoire qu’il façonne, qui n’existe que par lui, la création d’un temps nouveau qui suspend un instant le temps ancien, avant que de l’abolir par sa propre perduration.

14Magritte a représenté l’instance pure dans son instant d’advenue absolue, définitive. Objet de saisie brève – on dit du ponctuel. Ou du non-duratif. Dans le ronronnement, ou le tic tac régulier, soudain un jet (de fumée), une invasion (de métal), une sortie (phallique), un érigement puissant, ferme et dur qui investit soudain un territoire qu’il façonne, qui n’existe que par lui. C’est le canon Au seuil de la liberté, de qui dépendent rien de moins que huit territoires : Magritte René, 1931, image deuxième (à propos de phallos, qui se souvient qu’en grec ancien un des noms du pénis est stèma, vous savez, st-a, être debout, être dressé ?). Moins ek-sister (la locomotive ne sort pas de la cheminée, ne sort d’ailleurs de rien) qu’in-sister (sa suspension, est éternelle), moins excription qu’inscription, à l’inverse de l’icône marionesque.

  • 6 Grand merci à Tiphaine Samoyault de m’avoir fait connaître ce texte du poète baroque (1603 (...)

15La Durée poignardée : quel titre impossible, singulier, quel titre idiot donc, presque aussi faux que « ceci n’est pas une pipe », ou presque aussi vrai. Une fourmi de dix-huit mètres avec un chapeau sur la tête, ça n’existe pas, ça n’existe pas... Comment pourrait-on poignarder une durée ? Cela n’existe pas, cela n’existe pas... Et pourtant, du temps, sinon de la durée, on a dit que « déchiré par l’homme et par l’homme assassiné, il déchire déchiré et assassiné il assassine ». Durée poignardant et poignardée6 ? Mais ceci, d’ailleurs, n’est pas un poignard, mais une locomotive, ceci d’ailleurs n’est pas une durée, mais une pendule. À moins que..., à moins qu’en magrittien de 1938 (la couche du magrittien moyen, je présume), durée se dise chronos et sa mesure chronomètre, à moins qu’en magrittien de 1938, poignard soit poinçon (on acheva bien jadis par ce biais), et que poinçon soit aiguille (on nomma naguère un apprêt de coiffe de ces deux façons), que l’aiguille fige l’écoulement de ce chronos, interrompe définitivement la chronodromie, course du temps interrompue définitivement par la mort (si tant est que l’effilement de l’aiguille tranche dans le vif), interrompue définitivement par la peinture (nous ne nous trouverons jamais, est-il besoin de le rappeler, à l’instant dit « seize minutes avant » nous ne vivrons jamais l’instant donné pour « quarante-quatre après »). L’irruption de l’instance à l’instant de l’instanciation poignarde la durée. Le titre est alors, en cet instant-là et en cet instant-ci, devenu possible.

16Lorsque l’instant paraît, je n’en crois pas mes yeux, devant un spectacle qu’on déclare trivialement surréaliste. C’est qu’ici je hume, c’est qu’ici j’ouis, c’est que là je salive, c’est que là je tâte. Je touche, certes des yeux, dans la troisième image que je pourrais convoquer, Découverte de 1927, je touche l’épiderme féminin entre parquet strié et peau de tigre. Je goûte, certes des yeux, en quatrième Explication, 1952, carotte, bouteille, bouteille-carotte, à boire et à manger. Mais ici, dans la Durée poignardée, trois sens seulement, semble-t-il. Ceci n’est pas une locomotive ? Certes, ni ceci n’est une fumée – et pourtant quelque part elle émeut mes narines (ou, au contraire, nul feu de cheminée ne l’émeut, ni l’odeur des bougies qu’on vient d’éteindre : il n’y a jamais eu de bougies en ce tableau, mais des bougeoirs). Ceci n’est pas une pendule ? Ceci n’est pas un tintement – et pourtant quelque part je l’entends, ou je ne l’entends pas, ce coup unique de l’Un, parce qu’il n’est pas temps, le geste de Magritte dans l’instanciation énoncive ressemblant à celui de Marie-Caroline dans l’instanciation énonciative... Nulle autre stridence que ce tintement ne me menace, sauf à penser que le sifflement de la vapeur va se faire entendre. Mais ceci, on le sait bien, n’est pas une locomotive à vapeur.

17Brève proposition conclusive : la plus fluide circulation du sens à travers les sens est celle qui s’opère à l’instant dans l’instance. L’instance est le lieu majeur de la tranversalité du sens. C’est que si l’instance institue, elle substitue aussi, elle est capacité à substituer un sens à l’autre, elle est la plaque-tournante de la transversalité du sens. Alors, pour en finir, un peu d’Augustin encore, De Doctrina Christiana, 1. II, ch. III, § 4.

Signorum igitur, quibus inter se hommes sua sensa communicant, quaidam pertinent ad oculorum sensum, pleraque ad aurium, paucissima ad cœteros sensus.
Parmi les signes dont se servent les humains pour communiquer leur senti, certains relèvent de la vue, la plupart de l’ouïe, très peu des autres sens.

Mimes et étendards, mais aussi parfum (Jean XII, 3-7), mais aussi impression gustative (Luc XXII, 18-20), mais encore toucher (Mathieu IX, 21).

18Pourtant, comme on sait bien, ou comme on le conteste, « ces signes, dit Augustin, dont j’ai brièvement ébauché les genres, c’est avec des mots que j’ai pu les énoncer, mais les mots je n’aurais pu, d’aucune façon, les énoncer par ces signes ». Verba vero illis signis nullo modo possem.

Bibliographie

Références bibliographiques

Althusser, Louis, L’avenir dure longtemps, Livre de poche, Paris, 1994.

Bayard, Pierre, Qui a tué Roger Ackroyd ? Minuit, « Paradoxe », Paris, 1998.

Coquet, Jean-Claude, La Quête du sens. Le langage en question, PUF, « Formes sémiotiques », Paris, 1997.

Draguet, Michel, Magritte, Hazan, « L’atelier du monde », Paris, 2003.

Dumas, Alexandre, Les Confessions d’une favorite, vie de Lady Hamilton (1863), Passage du Marais, Paris, 1999.

Flaubert Gustave, Dictionnaire des Idées reçues suivi du Catalogue des idées chics, édition Anne Herschberg-Pierrot, Le Livre de poche classique, Paris, 1998.

Foucault, Michel, Ceci n’est pas une pipe, « Scholies », Fata Morgana, Montpellier, 1973.

Janvier, Ludovic Bientôt le soleil. Pierre Bonnard, « Musées secrets » [1998], Flohic, s.l.n.d.

Marion, Jean-Luc, Jean-François Lacalmontie. « Ce que cela donne », « L’état des lieux », FRAC Poitou-Charentes/Éditions de la différence, Paris, 1986.

Mouton, Eugène, Voyages et aventures du capitaine Marius Cougourdan, P. Ollendorff, Paris, 1879.

Samoyault, Tiphaine, La Montre cassée, Verdier, Lagrasse, 2004.

Notes

1 Ludovic Janvier, 1998, p. 61. Je remercie vivement Jean-Claude Coquet de m’avoir fait connaître ce beau texte rare, dans son exemplaire.

2 Ibid., p. 19.

3 « C’est par là que je tiens la chair de cette heure, moi au bord. Au bord de la fête, au bord de la clarté, au bord de la saison. À l’entrée de l’instant » (ibid., p. 141).

4 Ibid., p. 121.

5 Érigement, non érection, car il n’y a pas de dame : voir Flaubert (1850) : « Érection. Ne se dit qu’en parlant des monuments » et (barré, attribué au Journal officiel), « L’érection de l’Hercule Farnèse a eu lieu hier aux Tuileries ; beaucoup de dames y assistaient ».

6 Grand merci à Tiphaine Samoyault de m’avoir fait connaître ce texte du poète baroque (1603-1646) Giovan Leone Sempronio (« Lacerato da l’uom, da l’uomo ucciso, / Lacera lacerato, ucciso uccide ») que je livre dans sa traduction (Tiphaine Samoyault, 2004, p. 55).

Auteur

Est professeur de sémiotique des arts et de la littérature à l’Université Paris 8. Outre un grand nombre d’articles, il a publié plusieurs livres dans ses domaines de spécialité. Dernier ouvrage paru : L’Image du sujet (2002). Travaille actuellement au Portrait de Roman Jakobson en sémioticien, t. 1, « La révolution », t. 2, « La transmission ».

© Presses universitaires de Vincennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search