Version classiqueVersion mobile

La Transversalité du sens

 | 
Juan Alonso Aldama
, 
Denis Bertrand
, 
Michel Costantini
, 
et al.

III. Le foyer des instances

Politiques de l’instance corporelle

L’exemple de l’association Act Up-Paris

Sylvain Dambrine

Texte intégral

  • 1 Une version liminaire de ce texte a paru dans la revue en ligne E/C (v.
    http://www (...)
  • 2 Association activiste de lutte contre le sida créée en 1989, par importation du modèle d’A (...)
  • 3 Son déplacement majeur est de faire coïncider sémiotique du discours et phénoménologie du (...)

1Sans doute la notion d’instance est-elle propre à porter la question de la transversalité du sens. Préalablement au traitement d’un tel problème, nous voudrions ici, en posant la question d’une politique du corps, dessiner l’horizon d’une « transversalité interne » de l’instance, si l’on peut dire, la traversée de l’indissociabilité entre corps et subjectivité. Les lignes qui suivent1 étudient ainsi la façon dont l’instance corporelle intervient dans le discours de l’association de lutte contre le sida Act Up-Paris2, à partir des déplacements épistémologiques engagés par la sémiotique des instances de Jean-Claude Coquet3. De ces derniers, nous expliciterons trois aspects :

  • le primat du discours sur la langue, le système et la structure4. S’il en va ainsi, alors le champ conceptuel qui tente de « [s]aisir la spécificité du discours5 » prend acte d’une désindexation de l’effectuation discursive à l’égard de toute organisation systémique formelle et relationnelle. Le discours premier ne saurait être considéré comme l’application d’une structure, sauf précisément à en rabattre sur son primat. C’est dès lors bien un changement de champ conceptuel, une discontinuité épistémologique – un changement de paradigme – qu’il y a lieu de reconnaître ;
  • une conception du corps comme instance corporelle, c’est-à-dire la reconnaissance d’une activité signifiante du corps, la reconnaissance du corps comme instance énonçante à part entière ;
  • l’attachement de cette sémiotique aux notions de dynamique et de processus. Le concept de visée syntagmatique forgé par J.-C. Coquet désigne la posture par laquelle l’analyste du discours saisit l’identité comme étant en procès6. Si l’on table sur un primat (ou une exclusivité première) de la visée syntagmatique, instanciation désignera adéquatement l’instance énonçante comme processus, et seulement à l’« état » de processus, si l’on peut dire. En ce sens, notre travail prend place dans une recherche sur les modes d’instanciation, c’est-à-dire les modes d’existence effectifs des instances énonçantes considérées comme processus, les modes processuels par lesquels les instances se font et se défont en énonçant.

2Dans ce cadre prend ainsi place la subjectivation, envisagée comme production de subjectivité correspondant à la recherche d’une spécificité politique – tout au moins, pour commencer, à la mise en place de quelques éléments d’une politique de l’énonciation. C’est une telle spécificité, concernant en particulier l’instance corporelle, qu’il va s’agir de faire émerger, en explorant, dans le discours d’Act Up-Paris, le lien qui se noue entre instance corporelle et production de subjectivité. On pressent peut-être qu’il s’agit de questions dont les enjeux sont immédiats dans un tel discours. Une intervention immédiate du corps se profile en effet dès lors que l’association s’énonce comme association de malades, ne serait-ce que par l’expérience de la maladie. Mais c’est aussi le propre de cette association que d’avoir élaboré continûment une position politique, ou se réclamant telle, du problème du sida, et un mode de prise de parole susceptible d’accompagner cette problématisation.

Le corps malade face aux instances du médical

  • 7 Dans un but de visibilité des morts, la publication des décès est une pratique récurrente (...)

3Une des premières interventions du corps concerne l’affirmation des malades en tant que tels, face aux instances de l’univers médical. Ainsi dans cet extrait d’un hommage à Bernard, militant d’Act Up-Paris, paru suite à son décès7 :

  • 8 Bernard était atteint de trois infections opportunistes, à un moment où, dans un contexte (...)

Il y a peu de temps, sur un lit de la Salpêtrière, Bernard expliquait pourquoi il refusait désormais d’ingérer ses dizaines de médicaments8 : « Les médecins nous prennent pour des entonnoirs, disait-il en substance, ils nous gavent de molécules, ils ne comprennent pas que nous avons un corps, que ce corps est encore vivant, qu’il a mal, qu’il réagit, souffre, régurgite. Qu’il n’en peut plus. » (Action, n° 31, mars 1995, p. 2.)

À travers la réénonciation du discours de Bernard (c’est la « substance » du discours effectif de Bernard qui nous est livrée), on voit que c’est l’instance corporelle qui fonde la décision thérapeutique du malade – en l’occurrence une décision d’interruption de traitement. Cette décision s’appuie en effet sur l’existence du corps – sur la production de l’existence du corps –, comme corps vivant et corps souffrant, instance douée de ses propres réactions comme de ses propres contraintes (en l’occurrence négatives : « il n’en peut plus »). C’est donc par la production de l’existence du corps que s’opère la décision d’interruption de traitement. La décision thérapeutique emporte ainsi avec elle, dans son procès, une existence instancielle du corps.

  • 9 Nous suivons en cela Ph. Mangeot, lorsqu’il définit l’empowerment comme « une reprise coll (...)

4Or cette décision thérapeutique constitue aussi une production de subjectivité du malade, une production de subjectivité autonome. On l’a vu, le corps, comme corps malade, procède de contraintes qui lui sont propres (« il n’en peut plus »). C’est ainsi par l’appropriation de ces contraintes que la subjectivation autonome se fait. Il y a là un processus de forçage face aux instances du médical. C’est en effet par cette subjectivation, procédant ensemble par instanciation corporelle et décision autonome, qu’un rééquilibrage de la position de malade est tenté et effectué face aux médecins. C’est ce que l’on connaît sous le nom d’empowerment, en entendant là un processus d’exercice de pouvoir indissociable d’une production de subjectivité (plutôt qu’à proprement parler une pure et simple « prise de pouvoir »)9.

  • 10 Le non-sujet fonctionnel est une instance énonçante réduite à sa fonction et faisant corps (...)

5De fait, à suivre le texte, l’intervention du corps fait apparaître que la coexistence entre malades et médecins est déséquilibrée, dès lors que les médecins procèdent par unilatéralité de décision, et par effacement, suppression de l’autonomie des malades. La réduction de ces derniers à « des entonnoirs » (J.-C. Coquet y verrait probablement des non-sujets fonctionnels10), dont l’identité serait d’être, exactement et sans débord, un pur opérateur thérapeutique, un pur support passif d’administration de traitements, correspond à une identité des malades assignée et pré-énoncée dans le discours des médecins. On désignera une telle identité pré-énoncée par le terme de pré-instanciation. Il s’agit d’un mode d’instanciation qui préexiste à une production de subjectivité, et ce dans la mesure où cette identité ou ce mode d’instanciation dépendent d’un (ou plusieurs) processus de régulation (il s’agit d’une identité qui non seulement précède, ou préexiste, mais qui relève de l’ordre du prévisible). On peut ainsi faire l’hypothèse que la subjectivation des malades dans le discours d’Act Up-Paris consiste dans un débordement de la pré-instanciation, par une production de subjectivité qui ne préexiste pas. Elle met ainsi en défaut les processus de régulation qui la précèdent.

6Ici, donc, la pré-instanciation médicale efface l’instance corporelle du malade comme corps vivant et souffrant, et c’est par cet effacement que se fait la subordination du malade au médecin. Mais c’est aussi par la production de l’existence du corps qu’une subjectivité autonome des malades est produite, et que la pré-instanciation est déstabilisée et débordée. C’est, in fine, par la production de l’existence du corps que le processus d’empowerment des malades s’effectue.

Les administrations

  • 11 Notre problématique de la reconnaissance et de la validité discursive se fonde sur la form (...)
  • 12 Pour une approche de cette question, voir Dambrine, 2005.

7Mais la réduction par laquelle une identité pré-énoncée est assignée aux malades peut également être analysée comme relevant d’un processus d’objectivation : l’effacement du corps et l’identité réduite des malades forment l’instance présupposée par le savoir médical qui prend les malades pour objet. Or la subjectivation des malades s’est aussi et précisément faite par le refus de leur objectivation. Cela, globalement, au nom d’une prise de parole et d’un droit au discours des malades à propos de décisions (d’abord thérapeutiques, mais pas seulement) les concernant au premier chef. Et – cela a été une des spécificités historiques de la lutte contre le sida – le forçage de la reconnaissance des malades et de la validité de leur discours11 par les instances scientifiques et médicales s’est fait par l’appropriation, revendiquée, du discours de ces instances objectivantes, notamment l’appropriation d’une expertise12. On trouvera en conséquence, dans le discours médical de l’association, la présence d’un corps objectivé. Mais, dans la mesure où il relève d’une appropriation cherchant à produire et faire reconnaître les malades comme sujets, ce corps objectivé dépend en dernière analyse d’un processus de subjectivation.

  • 13 C’est le nom du bulletin d’information sociale d’Act Up-Paris, à l’origine destiné aux per (...)

8En outre, une telle appropriation n’est pas l’exclusivité de l’univers biomédical, mais intervient également face aux administrations. C’est en particulier le cas pour ce qui concerne les droits sociaux dont l’attribution est subordonnée à des conditions médicales. Il y a là une appropriation des critères médicaux, et du corps objectivé que ces critères supposent. C’est le cas par exemple lorsqu’il s’agit de faire faire un certificat médical pour une demande d’Allocation aux Adultes Handicapés (A.A.H.) ou de pension d’invalidité. On peut ainsi lire, dans le n° 19 d’Action = Vie13 sur la pension d’invalidité, présent dans le n° 52 d’Action (mars 1998) :

Il faut donc ne pas hésiter, comme pour l’obtention de l’A.A.H., à faire faire un certificat médical par son médecin traitant où seront évoqués les effets secondaires cliniques, douleurs abdominales, diarrhées, douleurs musculaires... et psychologiques (irritabilité, angoisse, syndrome dépressif réactionnel à la séropositivité). Et surtout éviter de n’être jugé que par le comptage des CD4 et de la charge virale.

Le certificat médical devient ici l’enjeu d’une appropriation des critères d’évaluation de l’état de santé, contre les pré-instanciations du malade et du corps malade par l’administration. Celles-ci en effet n’induisent comme seuls valides que les critères immunologique (« le comptage des CD4 », protéines de surface des lymphocytes T4, qui sont les cellules du système immunitaire principalement ciblées par le VIH) et virologique (la mesure de la charge virale, c’est-à-dire de l’activité du virus dans le sang). Elles effacent ainsi les effets indésirables des traitements. Pour Act Up-Paris, dès lors, il s’agit de rendre visibles les défauts de reconnaissance de l’état du corps par l’administration en s’en appropriant les critères et en les forçant. L’association recommande ainsi d’« éviter de n’être jugé que par le comptage des CD4 et de la charge virale » et produit en surplus, en débord, des critères d’évaluation et de reconnaissance de l’état de santé. C’est ce qu’opère ici l’investissement du plan clinique, et plus largement des effets secondaires, qui deviennent un véritable champ de validation de l’état de santé dans leur entier, car ils ne se laissent pas réduire au seul plan clinique somatique, mais relèvent également du plan psychique.

9C’est dans ce surplus de validité, dans la production de cette validité ne préexistant pas, qu’il y a subjectivation. Sans, toutefois, que le mouvement d’appropriation s’arrête à cette production de critères : il réside également dans le fait que les critères ainsi produits en appellent à une reconnaissance qui déborde elle aussi les pré-instanciations de l’administration et leur réduction. Ils font advenir les possibilités d’une reconnaissance dans un cadre et dans des conditions où ces possibilités ne sont pas disponibles, ne préexistent pas en tant que telles. C’est en cela qu’il y a forçage des critères, et de la reconnaissance qu’ils sont susceptibles d’entraîner. Par ailleurs, un lien entre l’instance corporelle et la question de la validité discursive est mis au jour. De fait, pour reformuler ce que nous disions plus haut, c’est une des questions autour de laquelle se noue une des problématiques constitutives du discours de l’association, dès lors que cette dernière, en tant qu’association de malades, se revendique d’une prise de parole des malades douée d’une validité égale à celle de ses interlocuteurs (scientifiques et médicaux, administratifs, gouvernementaux, etc.).

La séropositivité politique

10Nous voudrions maintenant examiner l’intervention du corps au regard de la principale identité revendiquée par Act Up-Paris en tant qu’association de lutte contre le sida – celle de personnes séropositives et de malades du sida –, c’est-à-dire l’intervention du corps dans l’instanciation d’un nous. L’association ne procède pas d’une exclusivité de statut sérologique : elle compte parmi ses membres des personnes séronégatives. Comment, dès lors, l’instanciation d’un nous et la validation du discours peuvent-elles s’effectuer ? Cette question a permis l’invention par l’association du concept spécifique de « séropositivité politique ». Un article justement ainsi intitulé lui est consacré dans le n° 31 d’Action :

  • 14 Les réunions publiques hebdomadaires d’Act Up-Paris ont lieu depuis 1995 à l’École des Bea (...)

[O]n ne résout pas le problème en affirmant très fort que « nous sommes tous des séropos ». [...] Les associations humanitaires passent leur temps à affirmer que « nous sommes tous séropos, exclus, bosniaques, rwandais, etc. ». Peut-être. Mais certains vont à l’hôpital, et d’autres pas. Act Up part de là : non d’une vague compassion, non d’un problème de société, mais d’une expérience très concrète de la maladie.
Or les séronégatifs, eux aussi, ont une expérience du sida. D’abord, l’expérience des proches : on vient à Act Up parce qu’un(e) ami(e), un(e) amant(e) est malade. Ou même, si l’on n’est pas au départ un proche, on le devient : parce qu’on se côtoie en réunion, parce qu’on travaille ensemble, parce qu’on s’embrasse toutes les semaines, dans la cour des Beaux-Arts14. Ensuite, parce qu’à chaque fois que sont évoqués, à Act Up-Paris, les ravages que la maladie fait dans le corps, dans la tête, les séronégatifs ont une boule au ventre, et que cette boule dit : « tu as aussi un corps ; tu sais – un peu – ce que c’est qu’être malade ». Cela ne fait pas une équivalence entre séropos et séronegs. Mais c’est, sans doute, le début d’un partage, la conscience d’être à la fois proches et absolument séparés. Voilà, en tout cas, où nous en sommes. Mais le débat n’est pas clos. (p. 10.)

  • 15 Pour une analyse sociologique de la séropositivité politique, voir Barbot 2002, p. 58-59. (...)

L’intervention du corps est ici cruciale en ce qu’elle en fait une instance de relais entre personnes séropositives et séronégatives. C’est par ces relais corporels qu’une « expérience du sida » est transmise. Partant, c’est par ces relais corporels que peuvent advenir des processus d’appropriation de l’expérience des séropositifs par les séronégatifs. C’est sur ces appropriations que repose la validité discursive et instancielle, et c’est par elles qu’un nous de l’association peut être produit. Un déplacement de la séropositivité comme identité peut ainsi s’opérer, du biologique à ce qui est énoncé comme politique. Pour mieux cerner cette « séropositivité politique », nous reprendrons cette formule par laquelle Ph. Mangeot (1997, p. 52) l’explicite : « Dans un discours public, quel que soit son statut sérologique, on est malade15. »

11À travers la « séropositivité politique », ce sont donc les conditions de validité de l’appropriation de l’expérience et de la parole des séropositifs par les séronégatifs qui sont en jeu. S’il y a, de ce point de vue, une condition de validité énoncée dans notre texte de référence, c’est bien le fait qu’« Act Up [parte] [...] d’une expérience très concrète de la maladie ». C’est par la puissance de relais du corps que de tels processus d’appropriation peuvent opérer et être doués de validité, et qu’un nous de l’association peut advenir, à la fois comme instance de personnes séropositives et de malades du sida, et comme instance ne procédant pas d’un partage exclusif entre séropositifs et séronégatifs reposant sur le statut sérologique. Il revient ainsi à l’intervention du corps de permettre que soient tenues ensemble ce qui apparaît de prime abord comme deux caractéristiques logiquement incompatibles entre elles.

12Si nous pouvons avancer cela, c’est que si « les séronégatifs [...] ont une expérience du sida »« eux aussi », c’est d’une part en raison de « l’expérience des proches » et de l’inter-corps qu’elle suppose, d’autre part en raison de l’intervention du corps dans les réactions aux évocations de la maladie (la « boule » disant « tu as aussi un corps ; tu sais – un peu – ce que c’est qu’être malade »). C’est donc par l’intervention du corps qu’une expérience et un savoir de la maladie sont mis au jour, et qu’une appropriation devient possible par-delà les différences de statut sérologique. Aussi bien ce corps de l’expérience et du savoir de la maladie, ce corps comme instance de relais, n’est-il pas réductible à celui, biologique et objectivé, présupposé dans le statut sérologique.

13Voilà ainsi données les premières caractéristiques de cette intervention du corps. L’instance corporelle, en tant qu’instance de relais, crée et valide les possibilités d’appropriation de l’expérience et du discours des séropositifs par les séronégatifs d’Act Up-Paris. Elle permet ainsi la production d’un nous et sa validation.

14Mais on peut détailler l’analyse. Tout d’abord le relais corporel sous-jacent à l’apparition de ce nous s’effectue comme inadéquat à lui-même. En effet, s’il y a par le corps une continuité qui s’établit entre séropositifs ou malades et séronégatifs, elle ne permet la transmission que d’« un peu » de savoir et d’expérience de la maladie (« tu as aussi un corps ; tu sais – un peu – ce que c’est qu’être malade » ; nous soulignons). De même, l’activité de ce relais corporel n’aboutit pas à une identité fusionnelle, mais bien à « la conscience d’être à la fois proches et absolument séparés ». Et ces relais du corps s’opèrent explicitement sans la garantie d’une équivalence « entre séropos et séronegs ».

  • 16 Ph. Mangeot fait ainsi état d’une « instabilité absolument permanente » à propos de la sér (...)

15C’est en réalité la spécificité même d’Act Up-Paris qui est en jeu. Cette spécificité dépend d’une « expérience très concrète de la maladie » selon laquelle « certains vont à l’hôpital, et d’autres pas », tout en procédant de la récusation d’une exclusivité de statut sérologique. C’est donc par l’inadéquation à soi de ces relais corporels que ces deux impératifs peuvent être tenus ensemble, et que la séropositivité politique peut advenir. Ces relais corporels ne peuvent dès lors qu’être sans cesse retentés, ré-effectués, n’opérer que dans l’ordre d’un recommencement continu (le texte énonce clairement qu’il s’agit du « début d’un partage ») et d’une appropriation incertaine, non prédéfinie et non garantie. Partant, la séropositivité politique et le nous qui découle de cette inadéquation à soi procèdent d’une renégociation permanente ; ils n’ont d’autre existence que précaire, instable16 et variable. En outre, l’ouverture du débat mentionnée dans le texte (« Le débat n’est pas clos ») indique que l’instanciation de ce nous est indissociable d’un processus de problématisation (c’est le propre du « débat » de témoigner de l’activité d’un problème, d’indiquer que la question de la séropositivité politique littéralement fait problème). En dernier ressort, on considérera cela comme le processus de l’historicité même d’Act Up-Paris. Ce n’est en effet que dans la relance continue de ce procès que le problème de la séropositivité politique n’a, historiquement, trouvé d’issue ou de prolongement, dans la mesure où il est sans solution définitive. C’est ce que dit Ph. Mangeot (1997, ibid.p.

Cette question [celle du risque de « retomber sur un présupposé identitaire qui ne reconnaîtrait qu’[...] aux séropositifs [le droit] de tenir un discours sur le sida »] traverse tous les groupes, toutes les expériences minoritaires. Je me souviens qu’à Act Up, elle a été un moment réglée par la formulation du concept ambigu de « séropositivité politique » : dans un discours public, quel que soit son statut sérologique, on est malade. C’était une réponse locale et instable. Mais c’est peut-être la qualité de cette question de se reposer sans cesse sans jamais trouver de réponse définitive : sa réflexion systématique est sa seule « réponse » possible.

Au-delà du caractère provisoire et instable, déjà noté, de la séropositivité politique, les formules de Ph. Mangeot, le fait que cette « question »« [se repose] sans cesse sans jamais trouver de réponse définitive », « sa réflexion systématique », témoignent de cette relance continue du problème. Et le fait que cette « réflexion systématique » soit la « seule « réponse » possible » à cette question, fait bien état d’une irréductibilité de l’activité de ce procès à toute solution stable.

  • 17 Au demeurant, la séropositivité politique, telle que nous l’avons analysée, montre bien qu (...)

16Si l’on fait maintenant retour à notre texte de référence, on peut remarquer qu’une telle intervention de l’instance corporelle permet également d’opposer le nous de la séropositivité politique à un autre nous, attribué aux « associations humanitaires » (ayant pour paraphrase(s) « Nous sommes tous séropos, exclus, bosniaques, rwandais, etc. » ; restreinte au seul champ du sida, la paraphrase : « nous sommes tous des séropos »). Mais ce nous est radicalement différent de la séropositivité politique : le nous des associations humanitaires procède d’une totalisation première, son mode de production est explicitement le « nous sommes tous ». En d’autres termes, il procède de l’imposition d’un universel préétabli, d’un « universel abstrait », en ce sens qu’il efface les situations spécifiques qu’il subsume. Car c’est bien le spécifique – et non le particulier – qui est en jeu dans l’expérience de la maladie que fait valoir Act Up-Paris (à la fois l’« expérience très concrète de la maladie » de « ceux qui vont à l’hôpital », mais aussi l’expérience de la maladie des séronégatifs17). Dès lors, la « compassion » attribuée aux associations humanitaires peut être lue comme « déspécifiant », comme annulant la spécificité de l’expérience supposée sous-tendre la mobilisation associative. Dans le même temps, c’est aussi le mode de problématisation des associations humanitaires qui apparaît « déspécifiant ». De fait, dans le texte, la « compassion » et le « problème de société » sont renvoyés dos à dos, comme les deux faces d’un même procès, que l’expérience de la maladie, telle qu’énoncée par Act Up-Paris, vient prendre à revers. Et ce en quoi « compassion » et « problème de société » se rejoignent, c’est dans le fait qu’ils ne déplacent pas la question de la maladie, qu’ils ne font que l’aménager, la gérer, la réguler – c’est-à-dire, dans la logique de l’association, la dépolitiser.

17Nous venons de dire que la « compassion » et le « problème de société », comme émanations de ces associations, ne déplaçaient pas la question de la maladie. Or il nous semble que, dès lors qu’elle intervient comme instance de relais (relais qu’on sait de surcroît régis par l’inadéquation, l’instabilité, la non-garantie), l’instance corporelle peut également être considérée comme instance de déplacement. Cela, au sens où elle déplace les statuts sérologiques et les identités qui leur sont liées ; au sens, très exact et très littéral, où elle ne les laisse pas à leur place. C’est le cas dès lors qu’une identité dite politique de séropositif peut être énoncée par des personnes biologiquement séronégatives. Car c’est bien une identité littéralement compliquée du séropositif que la séropositivité politique produit ; c’est bien une complication de l’identité du séropositif qui en découle.

18Mais on touche, par là même, à ce qui fait sans doute la spécificité politique de ce processus. On ne considérera pas que la séropositivité politique est telle, est politique seulement parce qu’elle s’énonce comme telle. C’est sur la production instancielle qui y a cours, et sur ses enjeux en termes de politique de l’énonciation, que nous voudrions quant à nous nous arrêter pour éclairer ce dernier point.

19L’instabilité par laquelle le nous de la séropositivité politique est toujours retenté, réeffectué, renégocié, l’inadéquation à soi des relais corporels qui le sous-tendent, l’incertitude et la non-garantie par lesquelles des appropriations se passent et s’opèrent entre séropositifs et séronégatifs, toutes ces dynamiques mettent au jour un mouvement qui ne rentre pas dans les identités, dans les partages identitaires régulant la maladie (entre séropositifs et séronégatifs, mais aussi en amont entre séropositifs et malades). Bien au contraire, ce mouvement les brouille, les perturbe. C’est que la production d’un tel nous déborde les normes de l’idem (de l’identique à soi, de l’identifiable et de l’identification) qui gouvernent ces identités : le nous de la séropositivité politique produit, si l’on peut dire, de l’identité hors de l’identique et de l’identifiable. Le mouvement de relais, d’appropriation, de passage d’« identité » d’un statut sérologique à l’autre, apparaît comme un mouvement irréductible à l’identification (et c’est en tant qu’ils relèvent de l’identification – du rabattement sur une norme de l’identique – que les partages identitaires liés au statut sérologique peuvent être dits régulateurs, comme nous l’avons fait ci-dessus). C’est un tel processus qui est à l’œuvre dans le fait que des personnes séronégatives s’énoncent comme séropositives. La séropositivité politique, dans la claudication du nous qui lui est liée, apparaît alors comme portée par un mouvement qui brouille et déplace les conditions d’identification de la séropositivité. L’on peut dès lors faire état d’une invention du séropositif, et plus largement du malade du sida, dans le discours d’Act Up-Paris. C’est en cela, concernant la séropositivité politique, que réside la subjectivation.

20Précisons deux choses. Tout d’abord, dès lors que le nous de la séropositivité politique ne ressortit plus à l’identification ni à l’identique, le terme d’identité, s’il est maintenu, doit s’entendre comme existence instancielle effective, et rien d’autre – il doit s’entendre seulement dans l’immédiateté et la positivité de l’existence instancielle effective qui est produite. Ensuite, si une problématique de la reconnaissance doit s’engager, cette dernière ne doit pas être comprise comme relevant d’une identification, c’est-à-dire d’un rabattement sur un étalon identitaire, sur une norme de l’identique préalable et extérieure à laquelle la production instancielle à reconnaître serait subordonnée. Au contraire, elle doit s’entendre en premier lieu comme co-validation et co-production d’existence, dans ce que cette co-production d’existence peut avoir d’irréductible à une instance de l’idem.

21S’il y a donc, pour finir, une dimension spécifiquement politique de la séropositivité politique, elle est à situer dans le débordement et le déplacement irréductibles du nous à l’égard de l’identifiable et des conditions d’identification. Telle nous semble être la spécificité politique de ce processus, et les enjeux qui lui sont liés en termes de politique de l’énonciation – c’est-à-dire, de notre point de vue, en termes de politique des instanciations. On a vu le rôle qu’y jouait l’instance corporelle.

22En guise de conclusion, nous voudrions formuler quelques hypothèses quant à notre recherche de spécificité politique. C’est au terme de subjectivation qu’a correspondu cette recherche. En regard, le terme de pré-instanciation a été mis en place pour recouvrir les identités (les productions instancielles) relevant de processus de régulation. Il nous semble possible de poser tout d’abord que la spécificité des processus de subjectivation réside dans une irréductibilité et un débordement à l’égard de la régulation.

23Cette irréductibilité et ce débordement sont ensemble, indissociablement, production d’existence du corps et de subjectivité, c’est-à-dire avant tout production d’existence instancielle. En outre, ce débordement irréductible caractérise non seulement cette production d’existence instancielle, mais aussi les transformations, les déstabilisations, les impacts qui en découlent. On proposera le terme de forçage pour prendre en charge cet aspect. Il indiquerait non la force, l’exercice de force(s) en tant que tel, mais le fait que cet exercice de force(s) déborde le préexistant et le prévisible (le régulé), dans son avènement et dans les transformations qu’il entraîne. C’est ainsi, dans le champ d’une problématique instancielle, l’horizon d’une conception événementielle du politique qui s’esquisse.

24Soit maintenant l’exemple de la séropositivité politique. Sa spécificité tenait dans le mouvement instanciel qui débordait et brouillait les identités, les partages identitaires liés au statut sérologique – dans le déplacement à l’égard de l’identifiable et des conditions d’identification qu’un tel processus comportait. C’était un tel déplacement qui se jouait dans l’appropriation par des personnes séronégatives d’une identité de séropositif. Il faut alors tout d’abord prendre acte d’une distinction conceptuelle entre subjectivation et identification. Ensuite, à côté du débordement et du forçage, cet exemple invite à prendre également en compte le déplacement et le brouillage, pour autant que ceux-ci relèvent d’activités ne se réduisant pas aux partages et aux normes régulant le champ dans lequel ils adviennent.

25C’est dans le jeu du débordement, du forçage et du brouillage qu’une spécificité du politique se laisse ainsi cerner. Mais la problématique de la reconnaissance, rencontrée et reformulée en co-production et co-validation d’existence, comporte également un mouvement égalitaire. Car c’est bien, dans cette problématique, une validité égale des sujets et de leurs discours qu’il s’agit de faire advenir. Ce mouvement égalitaire excède lui aussi les processus de régulation – l’égalité de validité ne préexistant pas, étant précisément à produire. C’est dès lors dans le nœud du débordement irréductible, du déplacement, du forçage et de ce mouvement égalitaire que se tient une spécificité (du) politique. De telles hypothèses demandent bien sûr à être éprouvées. On laissera ouverte la formulation de leur jeu, ou de leur nœud, pour ne pas confondre recherche de spécificité et clôture définitionnelle ou figement par avance.

  • 18 Nous nous appuyons sur ce point sur les cours théoriques « Analyse du discours et phénomén (...)
  • 19 Le prime actant est la catégorie actantielle qui regroupe le sujet (instance énonçante dou (...)

26Qu’en est-il maintenant du corps ? Les éléments spécifiques que nous avons dégagés le concernent au premier chef : il s’agissait bien, pour nous, de ressaisir les interventions de l’instance corporelle dans ces processus de débordement irréductible à la régulation, dans ces processus de forçage et de déplacement. Il reste que ces processus ne sont pas intégralement, ou exclusivement, corporels. L’indissociabilité entre instance corporelle et production de subjectivité – l’instance corporelle prise dans un processus de subjectivation – fait que c’est un complexe instanciel que nous avons pris en considération. On rappellera sur ce point que J.-C. Coquet définit l’instance d’origine du discours (le centre de discours, l’instance énonçante effective, si l’on peut dire) comme composé18 des catégories actantielles (celles du prime actant et du tiers actant)19 et des types d’instance qu’elles subsument (sujet et non-sujet pour la première catégorie, tiers actant immanent et tiers actant transcendant pour la seconde). Eu égard à la question de la transversalité par laquelle nous introduisions ce texte, on voit maintenant que c’est vers les figures du complexe et du nœud qu’il faudrait tourner le regard. La « transversalité interne » serait ainsi le travail du complexe processuel constitutif de toute instance énonçante effective. On a vu quelles spécificités politiques pouvait comporter un tel complexe.

  • 20 Voir par exemple J.-C. Coquet, 2001, p. 90-91.
  • 21 « Prisons : du débat au mouvement », Action n° 70, déc. 2000, p. 20-21.
  • 22 « Nous sommes tous des femmes », Action, n° 53, avril 1998, p. 15. Le « nous sommes tous » (...)
  • 23 « Votre vie privée contre la nôtre », Action, n° 60, mai 1999, p. 14. Le « générique » en (...)

27Il faudrait sans doute poursuivre l’enquête en prenant en compte la stratégie de communication de l’association (en entendant par là, strictement, la façon qu’a l’association de s’approprier des contraintes discursives médiatiques). Mais une question reste en suspens, qu’il faudra affronter. C’est celle de savoir quelle est l’instance corporelle dont il s’agit d’établir la politique – on pense notamment à la distinction entre corps (Körper, le corps organique) et chair (Leib, le corps vécu), essentielle en phénoménologie et en sémiotique des instances20. En d’autres termes : soit pour une politique du corps, mais quel corps – quel concept de l’instance corporelle ? À l’égard de cette question, le présent texte ne constitue qu’un parcours liminaire. La difficulté tient pour l’essentiel au statut hybride de l’instance corporelle dans le discours d’Act Up-Paris. La dimension politique du corps y relève d’une immédiateté (« La politique se fait aussi, et selon nous d’abord, avec les corps21 »), et l’instance corporelle est de fait susceptible d’y apparaître autant dans ses déterminations biologiques (« Le sida s’attaque à la biologie de nos corps22 ») que comme instance sensible et proprement charnelle, quand il s’agit par exemple de renverser la « préférence du générique sur l’incarné23 ». C’est un même caractère composite qui entoure le statut de l’expérience dans le discours de l’association. Il s’agira de déterminer dans quelles conditions le débordement, le déplacement, le forçage, peuvent être attribués ou non à l’instance corporelle uniquement et en tant que telle, et de déterminer si par exemple un forçage peut être conçu à même l’instance corporelle.

28Cette recherche, enfin, devra être menée sans que soit reconduite une norme du corps objectivé, ou une conception du corps comme construction, c’est-à-dire à quelque degré subordonné à des relations logiques comme aux conditions de ses possibilités d’existence (ce qui revient à ne pas déplacer sa mise hors-discours). Elle consistera, par là même, en un parcours critique des conceptions politiques du corps établies dans d’autres champs des sciences humaines. La conception proprement discursive du corps qu’on doit à J.-C. Coquet, celle qui fait du corps une instance énonçante à part entière, s’avère de fait, à cet égard, porteuse d’une puissance critique indéniable. Il s’agira d’en tirer un maximum d’efficacité. C’est ainsi sur l’ouverture de ce parcours, dans tout son spectre, que nous conclurons, en invitant le lecteur et/ou la lectrice à prendre date.

Bibliographie

Références bibliographiques

Act up-Paris, Action. La lettre mensuelle d’Act Up-Paris, n° 31 (mars 1995), n° 51 (janvier 1998), n° 52 (mars 1998), n° 53 (avril 1998), n° 60 (mai 1999), n° 70 (décembre 2000).

Action = Vie. Bulletin d’information sociale pour les personnes atteintes par le VIH, n° 19.

Barbot, Janine, Les Malades en mouvement. La médecine et la science à l’épreuve du sida, Balland, « Voix et regards », Paris, 2002.

Benveniste, Émile, Problèmes de linguistique générale, I, Gallimard, Paris, 1966. Problèmes de linguistique générale, II, Gallimard, Paris, 1974.

Coquet, Jean-Claude, Le Discours et son sujet, I, Essai de grammaire modale. Méridiens-Klincksieck, « Sémiotique », Paris, 1989 (1re édition Klincksieck, 1984). « Temporalité et phénoménologie du langage. Sur quelques problèmes posés par la phénoménologie à la linguistique et à la sémiotique », dans Michel Costantini (dir.), Sémiotiques, n° 5, Le Temps : image et discours, déc. 1993, p. 9-30 (= La quête du sens, cf. infra, p. 81-103). « Avant-Propos », dans Jean-Claude Coquet (dir.), Sémiotiques, n° 10, Nouvelle problématique de l’énonciation, juin 1996, p. 5-14. La Quête du sens. Le langage en question, Presses Universitaires de France, « Formes sémiotiques », Paris, 1997. « L’agaçante humanité du langage », dans Michel Arrivé et Sémir Badir (dir.), LINX, n° 44, Spécificité et histoire des discours sémiotiques, 2001 – 1, p. 85-94.

Cosse Emmanuelle, Grelet Stany, Mangeot Philippe et Jérôme Martin, « Pratique de la guerre symbolique. Pour une politique de la vie en première personne », entretien réalisé par Antonella Corsani, complément électronique de la revue Multitudes, mars 2003, accessible à l’URL http://multitudes.samizdat.net/article.php3?id article = 528 (version initiale publiée en italien : « Guerra simbolica e politica della vita », Dérivé e Approdi, n° 22, Movimenti d’Europa, accessible à l’URL http://www.deriveapprodi.org/rivista/22/guerrasimbolica.htm).

Dambrine, Sylvain, « Interventions de l’instance corporelle dans la subjectivation Act Up-Paris », E/C, revue en ligne de l’Associazione Italiana di Studi Semiotici, accessible à l’URL http://www.associazionesemiotica.it/ec/contributi/dambrine28504.html « Aspetti di una soggetivazione dei malati. L’esempio dell’associazione Act Up-Paris », dans Gianfranco Marrone, a cura, Il Discorso délla salute. Verso una sociosemiotica medica, Atti del XXXII Congresso della Assoc. Ital. di Studi Semiotici, Spoleto, 29 octobre – 1” novembre 2004, Meltemi, Rome, 2005, p. 264-273 (titre original : « Aspects d’une subjectivation de malades. L’exemple de l’association Act Up-Paris »).

Mangeot Philippe, « Bonnes conduites ? Pour en finir avec le “politiquement correct” (2) », Vacarme, n° 2, avril-mai 1997, p. 52-54. « Sida : angles d’attaque », Vacarme, n° 29, automne 2004, Michel Foucault 1984-2004, p. 74-79.

Notes

1 Une version liminaire de ce texte a paru dans la revue en ligne E/C (v.
http://www.associazionesemiotica.it/ec/contributi/dambrine28504.html). Les deux textes diffèrent à plusieurs égards largement.

2 Association activiste de lutte contre le sida créée en 1989, par importation du modèle d’Act Up-New York, elle se caractérise par le fait qu’elle s’énonce (principalement à travers sa lettre mensuelle, Action) comme association de personnes séropositives et de malades du sida, et comme issue de la communauté homosexuelle.

3 Son déplacement majeur est de faire coïncider sémiotique du discours et phénoménologie du langage – non pas simple intégration à un appareil théorique sémiotique d’un « niveau » ou d’une « dimension » phénoménologique, comme si la question phénoménologique se résolvait en ne constituant qu’une région de la théorie, mais fondation d’une sémiotique comme phénoménologie. Voir essentiellement J.-C. Coquet, 1997.

4 Voir la formule de Benveniste rappelée et traduite par J.-C. Coquet (1993, p. 10) : « “C’est dans le discours actualisé en phrases que la langue se forme et se configure. Là commence le langage. […] nihil est in lingua quod non prius fuerit in oratione” (rien n’est dans la langue qui n’ait d’abord été dans le discours). »

5 J.-C. Coquet, ibid.

6 Voir J.-C. Coquet, 1989, p. 11, et p. 68 (« La visée paradigmatique nous a conduit à considérer l’identité comme fixée ; en adoptant la visée syntagmatique, l’analyste intègre les dimensions du temps et de l’espace et se donne les moyens de suivre les avatars d’une identité en procès », souligné par J.-C. Coquet).

7 Dans un but de visibilité des morts, la publication des décès est une pratique récurrente de l’association.

8 Bernard était atteint de trois infections opportunistes, à un moment où, dans un contexte de pénurie thérapeutique, les trithérapies n’étaient pas encore disponibles. L’interruption de traitement comme choix thérapeutique du malade n’est donc pas antinomique avec le combat d’Act Up-Paris pour la mise à disposition des traitements antirétroviraux.

9 Nous suivons en cela Ph. Mangeot, lorsqu’il définit l’empowerment comme « une reprise collective de pouvoir par la production d’une subjectivité apte à résister à un assujettissement intolérable » (2004, p. 76).

10 Le non-sujet fonctionnel est une instance énonçante réduite à sa fonction et faisant corps avec elle.

11 Notre problématique de la reconnaissance et de la validité discursive se fonde sur la formulation par J.-C. Coquet (1989, p. 17 et 19) de la fonction de reconnaissance et de son « rôle spécifique dans la constitution de la dyade /Je-Tu/ ».

12 Pour une approche de cette question, voir Dambrine, 2005.

13 C’est le nom du bulletin d’information sociale d’Act Up-Paris, à l’origine destiné aux personnes hospitalisées.

14 Les réunions publiques hebdomadaires d’Act Up-Paris ont lieu depuis 1995 à l’École des Beaux-Arts de Paris.

15 Pour une analyse sociologique de la séropositivité politique, voir Barbot 2002, p. 58-59. La séropositivité politique suppose par ailleurs une levée de la distinction séropositif/malade (statut correspondant à la déclaration du stade sida de la maladie).

16 Ph. Mangeot fait ainsi état d’une « instabilité absolument permanente » à propos de la séropositivité politique et de l’appropriation par les séronégatifs de la parole des séropositifs à Act Up-Paris. Voir Cosse, Grelet, Mangeot, Martin, 2003.

17 Au demeurant, la séropositivité politique, telle que nous l’avons analysée, montre bien que la spécificité de validation qu’elle a pour enjeu ne se laisse pas réduire à une logique du particulier (ce sans quoi la séropositivité invoquée serait seulement, en définitive, une séropositivité biologique). Nous revenons ci-après sur l’activité de déplacement que comporte la séropositivité politique.

18 Nous nous appuyons sur ce point sur les cours théoriques « Analyse du discours et phénoménologie » et « Phénoménologie du langage » donnés par J.-C. Coquet en 2000-2001 et 2001-2002 à l’Université Paris 8 dans le cadre du DEA « Texte Imaginaire Société ».

19 Le prime actant est la catégorie actantielle qui regroupe le sujet (instance énonçante douée de jugement et capable d’assertion) et le non-sujet (instance énonçante privée de jugement, et dont l’énonciation relève de la prédication). La catégorie du tiers actant, quant à elle, subsume deux types de forces irrépressibles, différenciés selon leur lieu d’exercice : le tiers actant est dit immanent si son lieu d’exercice est intérieur (par exemple la pulsion, la nature au sens phénoménologique du terme, etc.), et transcendant si son lieu d’exercice est extérieur (par exemple la Loi, la Culture, le Père, etc.).

20 Voir par exemple J.-C. Coquet, 2001, p. 90-91.

21 « Prisons : du débat au mouvement », Action n° 70, déc. 2000, p. 20-21.

22 « Nous sommes tous des femmes », Action, n° 53, avril 1998, p. 15. Le « nous sommes tous » du titre, ici, est bien évidemment ironique.

23 « Votre vie privée contre la nôtre », Action, n° 60, mai 1999, p. 14. Le « générique » en question est celui des « catégories » et des « discours para-scientifiques » du « régime douteux de l’expertise bienveillante ».

Auteur

Sylvain Dambrine termine une thèse sur la politique de l’énonciation de l’association Act Up-Paris. Il travaille essentiellement sur la notion de subjectivation (politique et poétique) en analyse du discours, à partir de la problématique des instances énonçantes (J.-C. Coquet). Récemment parus : Aspetti di una soggettivazione dei malati. L’esempio dell’associazione Act Up-Paris, dans G. Marrone (dir.), Il Discorso della salute. Verso una sociosemiotica medica (2005), Passages du mur. Des subjectivations de prisonniers (Vacarme, 2004). À paraître : La notion de force en analyse du discours (TLE, 2006).

© Presses universitaires de Vincennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search