Version classiqueVersion mobile

La Transversalité du sens

 | 
Juan Alonso Aldama
, 
Denis Bertrand
, 
Michel Costantini
, 
et al.

III. Le foyer des instances

Transversalité du sens et sémiose discursive

Jean-François Bordron

Texte intégral

1Peut-on admettre qu’il n’y ait pas un lieu propre du sens, le langage, mais une multiplicité de domaines sémiotiques qui s’entre-expriment sans que l’un d’entre eux ait quelque privilège particulier ? Même si les études sémiotiques nous ont habitués à ce postulat il n’en reste pas moins que la prégnance des langues naturelles paraît devoir toujours les placer au centre de la réflexion sur les conditions du sens, l’usage qui est fait en sémiotique des catégories grammaticales ne faisant que renforcer cette tendance. Peut-être faut-il imaginer le domaine du sens comme une géographie faite de massifs plus ou moins importants selon les civilisations, et peut-être aussi selon les espèces animales, mais dans laquelle, au moins pour l’espèce humaine, le langage aurait une place centrale.

  • 1 J. Fontanille soutient par exemple que la sémiotique est au premier chef une théorie du discours et (...)

2Si tel est le cas, il nous faut comprendre comment se font les passages et les articulations entre les lieux de cette géographie sans préjuger du fait qu’un domaine puisse imposer sa loi aux autres. Mais où chercher la caractéristique générale qui permettrait de comprendre comment un déplacement d’un domaine à l’autre est simplement possible ? La réponse la plus courante est qu’il s’agit toujours, où que l’on soit dans la géographie du sens, de manipuler des signes. Mais cette notion vénérable qui existe en plusieurs versions, la version triadique de Peirce et celle dyadique de Saussure étant les plus utilisées, a ceci de particulier qu’elle exclut du fait sémiotique lui-même, de son mécanisme le plus intime, l’instance productrice du sens. Aucune des théorisations de la notion de signe que nous venons de citer n’inclut dans celui-ci, comme partie constitutive de la sémiose, ce que Benveniste a appelé l’instance énonçante. Tout au plus reconnaît-on que cette instance a sa place sous forme de marques dans l’énoncé. Il en résulte ce fait étrange qu’une description sémiotique qui s’attacherait à décrire des signes produirait le phénomène hallucinatoire d’un langage qui parle tout seul. Faut-il pour autant abandonner la notion de signe pour celle de discours, comme il est tentant de le faire1 ? La difficulté est plus terminologique que théorique. Peut-on entendre discours comme renvoyant à une autre sémiotique que celle du langage ? On peut sans doute parler du discours du cinéma, plus difficilement du discours de la peinture, mais il est presque impossible de faire état du discours des objets ou du discours de la perception. Sans le terme de discours, comment suggérer alors qu’une instance énonçante est impliquée dans la production du sens ? À défaut de solution réellement satisfaisante, nous choisirons de parler de sémiose discursive lorsqu’il sera nécessaire de faire percevoir l’instance énonçante à l’intérieur de la sémiose, et plus simplement de discours lorsque la convention terminologique ne fera pas problème. Qu’est-ce alors qu’une sémiose discursive si ce terme doit contribuer à expliquer comment une transversalité du sens, à travers les diverses sémiotiques, est simplement possible ?

1. Instance et genèse du sens

3Commençons par un exemple. Si nous allons voir une exposition de photographies, que faut-il voir ? Une photographie est une sémiotique qui renvoie sans conteste à d’autres photographies selon une logique de l’intertextualité. Il peut aussi se faire que les photographies soient prises dans une intention de témoignage ou de reportage. Dans ce cas l’accent est mis sur une autre sémiotique, celle des états de choses et événements dont les photographies sont les messagères. Les théories des signes suffisent pour situer ces deux cas dans l’ordre de l’expression et de la référence ou, si l’on préfère, de la traduction. Mais il peut se faire que les photographies ne soient prioritairement ni un texte (une œuvre) ni un témoignage mais plutôt un élément dans la construction de la personne ou du personnage de l’artiste s’il est vrai, comme nous le croyons, que l’artiste comme personnage soit l’interrogation la plus insistante de l’art contemporain. Il ne suffit pas de dire dans ce cas qu’il existe une instance énonçante qui viendrait s’inscrire dans le texte photographique, mais bien que cette instance est une des variables de la fonction sémiotique au même titre que l’expression et la référence. Nous entendons par là, pour le dire autrement, qu’il n’y a pas un langage qui viendrait à être assumé par une instance énonçante extérieure à lui mais bien que cette instance, si l’on peut toujours la nommer ainsi, est intérieure ou immanente à ce langage. Avant d’analyser plus avant cette conception, remarquons, pour éviter toute équivoque, en quoi elle se distingue de la triadicité peircienne. L’articulation du signe peircien est essentiellement celle d’un raisonnement abductif que l’on pourrait noter ainsi : « Si ce representamen, alors cet objet, sous l’hypothèse de cet interprétant. » Ce raisonnement n’inclut pas son énonciateur car, comme Peirce l’a souvent souligné, l’interprétant n’est pas l’interprète même s’il peut en dépendre. Mais, idéalement, la sémiose peut se produire d’elle-même ou, plus exactement, elle ne comprend pas en elle la raison de son effectuation. Elle ressemble à un mécanisme qui aurait sa source d’énergie hors de lui et dont on décrirait simplement le mouvement. Or, s’il existe bien une sémiose suffisamment générale pour permettre de comprendre la sémioticité illimitée de notre univers, il faut nécessairement que l’instance qui effectue cette sémiose, ou à partir de laquelle elle s’effectue, soit autre chose qu’un deus ex machina venant miraculeusement animer une machinerie logique ou syntaxique.

4Cette première réflexion n’implique pas que nous sachions ce que peut être, d’un point de vue positif, une instance énonçante, et là n’est d’ailleurs pas le centre de notre propos. Nous recherchons une forme sémiotique générale qui permette de comprendre comment une genèse du sens est possible, quelles qu’en soient les modalités particulières, à l’évidence multiples. L’enjeu est à nos yeux double. Il s’agit tout d’abord de ne pas laisser la question du sens subordonnée à des positivités plus ou moins a priori, ce qui est inévitablement le cas lorsqu’on recourt à des instances psychologiques ou sociales pour expliquer les phénomènes sémantiques. On inverse ainsi la charge de la démonstration posant des causes là où il faudrait expliquer des conséquences. Le second enjeu, symétrique du premier, est de ne pas abstraire le langage et les autres sémiotiques de leurs conditions d’effectuation. Mais où placer exactement le centre de gravité du problème ?

5Nous avons déjà remarqué la tendance générale à analyser le langage comme s’il pouvait parler par les seules vertus de ses formes logiques ou syntaxiques. Mais il est tout aussi fréquent de rencontrer des théories qui, renouvelant le langage immatériel des anges, conçoivent des sémantiques indépendantes de l’articulation d’un plan d’expression, le langage devenant alors un système conceptuel ou, plus exactement, car les concepts ont eux-mêmes une certaine matérialité, un système d’idéalités. On observera finalement d’autres types de théories dans lesquelles il devient cette fois inconcevable que le langage puisse parler d’autre chose que de lui-même ou de la subjectivité de ses différents énonciateurs, comme si l’une de ses propriétés essentielles n’était pas de porter des interrogations sur un monde qui lui est extérieur. Ces remarques sont purement négatives mais permettent cependant de constater à quel point les théories du langage et les théories sémiotiques en général se distinguent au premier chef par ce dont elles ne veulent pas entendre parler. On exclut tantôt la matérialité de l’expression, d’autres fois le monde extérieur au langage, et plus généralement la source d’effectuation de la sémiose produisant ainsi des langages parfois angéliques, d’autres fois autistes, presque toujours en proie au soliloque. Nous voyons là une raison pour tenter, au contraire, d’articuler ces trois instances et, d’abord, de chercher à les définir.

2. Les trois instances

6Le premier risque de notre propos réside dans la terminologie. Comment nommer ces trois instances dont nous faisons l’hypothèse avant même de considérer leurs articulations ? Est-il même certain que le mot d’instance convienne pour désigner ce que l’on peut concevoir simplement comme des variables de la fonction sémiotique ? Nous sommes à la recherche d’une forme générale à laquelle il est nécessaire de donner un statut grammatical indépendant des contenus particuliers qui peuvent par elle se réaliser. Dans cette perspective, le terme d’instance, de par son origine juridique, suggère un domaine plus ou moins réglé dans lequel une variable peut trouver une valeur. Ainsi, parler d’instance énonçante revient à dire que cette variable particulière qu’est la source de l’acte d’énonciation, qui n’est en elle-même rien d’autre qu’une certaine énergie dépensée, peut prendre une valeur dans un domaine comme la subjectivité d’un sujet parlant, une relation de communication, une institution, un organisme, et, finalement, n’importe quelle source d’acte. Ces valeurs ne sont pas à comprendre comme des positivités disponibles mais plutôt comme des points d’arrêt du discours, des stases, toujours questionnables comme l’a été la notion de sujet par à peu près tous les courants philosophiques du vingtième siècle.

  • 2 G. Fauconnier, Les Espaces mentaux, Minuit, Paris, 1984.
  • 3 P.A. Brandt, « Qu’est-ce que l’énonciation ? Une interprétation de la notion d’embrayage de A.J. Gr (...)

7Ainsi, ce que nous cherchons à définir sous le terme de sémiose discursive est ce fait que les variables de la fonction sémiotique prennent valeur dans des instances qui sont en même temps, du point de vue de leurs compositions internes, des conséquences ou des produits de cette fonction. Nous faisons l’hypothèse d’une genèse du sens qui, tout en incluant l’énonciation comme une de ses sources, ne la considère pas comme extérieure à elle mais cherche au contraire à la construire, autant qu’il est possible. La genèse reste ainsi un procès d’autoconstitution. On pourrait cependant choisir une autre terminologie et remplacer le terme juridique d’instance par celui, plus intuitif, d’espace en s’inspirant de la théorie des espaces mentaux initiée par G. Fauconnier2. Cette conception est particulièrement efficace, comme l’a montré P.A. Brandt3, pour la description des problèmes liés à l’énonciation tels que les procédures de débrayage et d’embrayage. Le seul inconvénient de cette notion est, de nouveau, terminologique puisqu’il s’agit d’espaces mentaux, ce dernier terme suggérant une conception psychologisante qui va contre notre propos. Cette restriction étant faite, il est possible de concevoir une instance comme un espace muni de propriétés internes et pouvant se feuilleter lui-même en plusieurs sous-espaces. L’essentiel est de les comprendre comme des domaines pour des prises de valeurs de variables.

8On admettra donc comme à peu près clair l’expression d’instance énonçante même s’il vaudrait mieux, le plus souvent, parler d’instance d’effectuation pour les raisons dites plus haut.

  • 4 Nous renvoyons pour cette interprétation à J.-F. Bordron, « Réflexions sur la genèse esthétique du (...)

9Les deux autres instances que nous essayons de définir posent également de difficiles problèmes terminologiques. La plus simple, de ce point de vue seulement, concerne ce qu’il est convenu d’appeler l’expression. Nous ne pouvons revenir ici sur la composition interne de l’expression mais simplement rappeler que sous ses trois types phénoménologiques que sont à nos yeux l’indice, l’icône et le symbole4, l’expression prédétermine une part considérable de ce qui pourra être qualifié de sémantique. L’indice en effet désigne le domaine des réminiscences, pressentiments, prémonitions, intuitions, en un mot tout ce qui concerne les modulations de la présence et ce avec quoi la présence se lie et fusionne, dans le passé comme dans le futur. La voix humaine en est sans doute la manifestation la plus évidente, bien en deçà des articulations phonologiques de la langue. La dimension symbolique de l’expression concerne le domaine des règles, celles-ci ayant entre autres fonctions de permettre des identifications des symboles nécessaires à la communication. L’iconicité pour sa part peut être comprise comme le moment constituant, intermédiaire pour cette raison entre l’indice encore indéterminé et la règle déjà formalisée. Cette constitution est nécessairement le fait d’une économie complexe qui reste sans doute la face la plus mystérieuse de l’expression, surtout si l’on pense à l’expression linguistique. Bornons-nous pour le présent propos à reconnaître dans l’instance d’expression l’ensemble des conditions phénoménologiques de la sémantique. Cette conception nous autorise à traiter comme expression non seulement les plans d’expression des différentes sémiotiques, comme cela est usuel, mais aussi les données de la perception. Nous reviendrons plus loin sur ce dernier point.

10La troisième instance est la plus difficile à définir car sur elle se concentrent un grand nombre de difficultés. Il serait commode de parler d’instance de référence en faisant fond sur l’usage ordinaire de ce dernier terme. Mais cette notion n’est véritablement adéquate que dans une perspective de connaissance et paraît vite étrange lorsque l’on parle d’action, de perception, d’esthétique, de passion, d’éthique, voire, ce qui est sans doute le cas le plus fréquent, lorsque le propos n’est pas déterminable par ces catégories comme en musique, en architecture et pour bien d’autres sémiotiques encore. Le mieux serait sans doute de l’appeler l’instance sans nom puisqu’elle représente essentiellement ce qui est en question avant que quelque chose ait été exprimé. Nous conviendrons de parler d’instance de visée ou d’instance d’horizon, ce dernier terme indiquant seulement que quelque chose est en question, en suspens, en quête de détermination et finalement d’expression. Quelque chose demande à être dit.

3. Fonctions : autonomie et dépendance mutuelle des instances

11Nous n’avons fait jusqu’ici qu’introduire l’instance d’effectuation à l’intérieur de la sémiose tout en essayant, autant qu’il est possible, de fixer une terminologie qui ne suggère pas plus, et pas autre chose, que ce que nous voulons lui faire dire. La notion de sémiose est elle-même l’enjeu principal puisque c’est de la précision de cette notion que dépend la pertinence du propos sémiotique. Nous la comprenons, à la suite de Hjelmslev, lui-même inspiré par la logique mathématique, comme une fonction. Les variables de cette fonction prennent, selon nous, leurs valeurs dans trois instances distinctes ou tout au moins formellement susceptibles d’être distinguées. Il est important de souligner le caractère formel de ces distinctions car, comme nos précautions terminologiques l’ont montré, nous cherchons à éviter une interprétation ontologique des instances, ce qui n’implique pas pour autant qu’il n’y ait pas de rapport entre la fonction sémiotique et l’ontologie. Mais la même chose, ontologiquement parlant, peut appartenir à n’importe quelle instance, comme nous l’avons vu par l’exemple de la photographie.

12Nous devons pour l’instant insister sur la difficulté intrinsèque à cette notion de fonction. Il est certain qu’elle apporte une certaine clarification en cela qu’elle importe dans les questions sémiotiques une notion logiquement bien définie. Il faut reconnaître pourtant que son usage reste largement illusoire, dans la mesure où la complexité de la dynamique sémiotique est telle que l’on ne peut croire en décrire autre chose que des variations très localisées sur des espaces dont la complexité est simplifiée à l’extrême. En fait, d’un point de vue strictement fonctionnel, on ne décrit rien d’autre que ce que peut révéler l’épreuve de commutation qui ne concerne elle-même que le rapport entre deux variables (par exemple l’expression et le contenu). On peut même dire que les descriptions sémiotiques ne concernent le plus souvent que le domaine de valeur d’une seule variable simultanément, et ceci pour des raisons essentielles que nous verrons plus loin. La complexité des descriptions se porte alors sur les articulations de ce que nous avons appelé des instances, la question de la corrélation fonctionnelle entre ces instances demeurant mystérieuse.

  • 5 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, Payot, Paris, 1971, p. 114.
  • 6 Dans le Cours il est dit que cette dualité se situe entre un signifié et un signifiant (op. cit., p (...)

13Dans la mesure où ces instances sont des domaines de valeurs, cette dernière notion devient le pivot des théorisations comme l’ont amplement montré non seulement la théorie actantielle des récits mais également les formalisations de cette théorie par la morpho-dynamique telle que l’a conçue R. Thom. Il est dans ces conditions tentant de voir dans la sémiotique une économie du sens puisque, telle l’économie classique, elle fait un usage central du concept de valeur. Saussure avait déjà souligné ce point dans le troisième chapitre de la première partie du Cours de linguistique générale. Il a surtout insisté sur ce qu’il a appelé « la dualité interne à toutes les sciences opérant sur des valeurs5 ». La notion de dualité souligne le fait que deux ou plusieurs entités, qui entretiennent entre elles des liens de dépendance, sont cependant dissemblables et peuvent même suivre des règles distinctes. Saussure pense d’abord au lien qu’entretient un fait physique considéré comme émission sonore et le fait sémiotique porté par cette même émission sonore considérée comme signe6. Si nous acceptons cette conception saussurienne nous sommes conduits à introduire des relations de dualité entre nos différentes instances et, plus profondément, entre leur nature physique et leur articulation sémiotique. Peut-on alors dire que chaque instance suit simplement sa règle propre ? Ce serait là nier la fonction sémiotique. Peut-on homogénéiser les instances quant à la nature de leurs règles de fonctionnement ? Ce serait à l’évidence supprimer artificiellement l’énigme de la dualité. Nous retiendrons donc qu’il est à la fois nécessaire d’admettre trois ordres de règles (ou de lois) selon les trois instances en jeu et une fonction comportant trois variables prenant chacune valeur dans les instances correspondantes.

14On voit par là que les instances sont, selon le point de vue que l’on peut adopter, à la fois dépendantes de par la fonction sémiotique qui les réunit et indépendantes de par les natures de leurs règles propres. Si nous revenons encore à notre exemple initial, une photographie, on comprend que les trois instances que sont l’instance d’expression, l’instance d’horizon et l’instance d’effectuation ont chacune une autonomie propre mais qu’en même temps elles ne peuvent être déterminables que par la fonction qui en exprime les dépendances mutuelles. Résumons ce fait dans un schéma dont nous expliquerons la forme plus bas :

15Ainsi disposée, selon l’articulation de ses trois instances, la sémiose discursive présente trois types d’articulations :

  • les règles internes à chaque instance ;

  • les relations d’instances à instance figurées par un triangle. Nous parlerons à leur propos de relations d’ajustement ;

  • la fonction sémiotique que nous avons représentée par une relation triple mais que l’on peut considérer, nous allons le voir, comme le déploiement d’une relation duelle. Elle représente la dynamique de la sémiose.

16Il est essentiel de redire qu’il s’agit d’une dynamique et que par conséquent on y rencontre des états stables et des états instables ainsi que des variations plus ou moins continues. Chaque instance est par nature variable. Ainsi l’expression possède plusieurs niveaux d’organisation qui eux-mêmes se modifient selon les sémiotiques. Mais il existe des états plus ou moins stabilisés des règles organisant l’expression, préférentiellement dans les langues. De même, l’instance d’horizon est-elle plus ou moins déterminée selon les sémiotiques. L’horizon d’une mélodie n’est pas la même chose que celui d’une assertion en langue naturelle, d’une promesse, d’une photographie, etc. Mais il n’en reste pas moins que certains passages sont possibles de l’un à l’autre car une assertion est aussi une mélodie et l’on ne saurait dire, sans un raidissement artificiel de l’esprit, qu’une mélodie n’asserte rien. La tâche première d’une description sémiotique devrait être de rechercher ce qui est véritablement stabilisé dans chaque instance et ce qui au contraire ne peut l’être. Même en s’en tenant à l’expression, on ne peut décrire de la même façon une photographie d’Andy Warhol, de Sophie Calle ou d’Evgen Bavcar : non seulement les plans d’expression en sont construits différemment mais également les horizons et les positions subjectives qui les rendent possibles. L’instance d’effectuation pour sa part n’est pas seulement polyphonique, au sens d’O. Ducrot, mais aussi largement indéterminée quant à ses diverses natures possibles. Une des fonctions de la sémiose est précisément de stabiliser les instances.

4. L’énonciation au sein de la sémiose : conséquences

17Nous allons maintenant considérer trois conséquences que l’on peut tirer de cette inscription de l’énonciation dans la sémiose : elles concernent (1) la nature de la signification, (2) l’ajustement entre les instances, (3) la nature de la rhétorique.

4.1. La nature de la signification

18Telle que nous venons de la décrire, la sémiose discursive ne comporte pas, du moins de façon explicite, un plan du contenu qui viendrait correspondre à l’expression. On voit pourtant que, si l’on veut inscrire l’effectuation du sens dans la sémiose elle-même, il est nécessaire que cette effectuation fasse partie du contenu. Il en va d’ailleurs de même pour l’instance d’horizon qui ne peut être abstraite du contenu puisqu’elle en est un des motifs. Il paraît dans ces conditions justifié de dire que le contenu n’est autre que le rapport de ces deux instances, pour autant qu’elles sont corrélées à la même expression.

  • 7 J.-F. Bordron, « Perception et énonciation », dans A. Hénault (dir.), Questions de sémiotique, PUF, (...)

19Cette conception nous semble d’autant plus justifiable qu’elle permet de remarquer une certaine isomorphie entre une sémiose et une perception, et de comprendre par là en quoi il n’est pas absurde de concevoir la perception elle-même, c’est-à-dire le rapport de notre corps à son milieu, comme le fait sémiotique premier. Nous nous contenterons ici de schématiser une question que nous avons développée ailleurs7, en insistant toutefois sur la notion même de rapport. La perception est toujours conçue comme un rapport entre un organe sensible, naturel ou artificiel, et quelque chose de distinct de lui, au moins sous un certain aspect, car il est bien sûr possible de se percevoir soi-même. Ce rapport est décrit par la phénoménologie mais également par d’autres écoles philosophiques comme intentionnel, ce qui veut dire au moins orienté vers l’objet. Ceci étant admis, ne serait-ce que provisoirement, la problématique fondamentale devient : que résulte-t-il de ce rapport et comment le comprendre ? Les deux thèses antagonistes les plus souvent mises en scène consistent soit à considérer la perception comme nous donnant directement l’objet ou l’état de choses correspondant dans le monde – on parlera alors de perception directe – soit par le biais de représentations internes et on parlera alors de perception indirecte. Mais si nous acceptons l’idée que percevoir est une interaction, c’est-à-dire indissociablement une action et une passion, la distinction entre perception directe et indirecte n’a plus vraiment de pertinence. Ce qui compte véritablement est de savoir quel est le résultat de l’interaction ou encore comment s’exprime ce rapport dynamique. On pourrait dire qu’un énoncé de perception comme « je vois la tache rouge » est trompeur parce qu’il nous fait croire qu’un verbe de perception doit nécessairement régir un accusatif. On se trouve alors inévitablement devant les apories classiques et toujours renouvelées que génère le rapport du sujet à l’objet. Mais l’on pourrait remarquer qu’une expression moins subjective comme « la vision de la tache rouge » laisse aussi bien entendre que la perception ne réside pas d’abord dans la « vision » elle-même, ni dans la « tache » ni dans le « rouge » mais bien dans le « de », c’est-à-dire dans la préposition. Cette préposition est bien le signifiant d’un rapport qui, grammaticalement, n’est autre qu’un génitif. On remarquera d’ailleurs que, conformément à la nature même du génitif, il est possible de comprendre le syntagme précédent selon les deux acceptions usuelles de ce cas (génitif objectif et génitif subjectif). De fait, s’il y a « vision de la tache rouge », c’est bien à la fois, comme l’avait remarqué Merleau-Ponty, parce que « je regarde cette tache » et que « cette tache me regarde ». S’il en allait autrement, on ne comprendrait pas la dimension littéralement spéculative de la perception sans laquelle il n’y aurait pas d’art possible.

20Ce trop bref détour par la perception nous était nécessaire pour montrer en quoi la sémantique, sur le modèle de la perception, peut être à la fois « différentielle », comme le voulait Saussure mais aussi, et peut être plus fondamentalement, « relationnelle ». Le sens corrélé à un plan d’expression est bien la relation entre l’instance d’effectuation et l’instance d’horizon de même que le sens d’une perception, considéré comme une sémiose, est bien le rapport entre un corps pris comme instance d’effectuation et un horizon. Le schéma précédent devient :

21On voit combien la notion de signification désigne un phénomène complexe parce qu’instable. On peut dire en effet qu’il existe, au sens de Hjelmslev, deux plans dont l’un serait donné par l’expression, l’autre par le rapport entre l’instance d’effectuation et l’instance d’horizon, ce rapport fournissant le contenu. Mais l’on peut dire aussi, en particulier si l’on pense à la perception, qu’il y a en réalité trois plans (un par instance). Cette hésitation entre deux états également possibles correspond au passage entre la relation perceptive conçue comme génitif à cette même relation conçue comme le rapport transitif entre un sujet et un objet (un accusatif). Nous parlerons donc d’une sémiose en deux et demi, par nature instable, mais pouvant, selon deux voies distinctes, se stabiliser en une sémiose en deux termes ou en trois. Beaucoup de problèmes sémiotiques changent de nature selon que l’on prête attention à l’une ou l’autre des stabilisations (en 2 ou 3). En particulier, la stabilisation en trois plans génère d’elle-même le problème de la référence, ce qui n’est pas le cas pour la sémiose en deux plans. On peut schématiser ainsi les trois états possibles de la sémiose :

22On pourrait objecter à ce schéma qu’il semble assimiler l’instance d’effectuation et le signifié, réalités que l’on pourrait penser distinctes. Mais, si l’on accepte l’idée que l’instance d’effectuation est bien un élément de la sémiose, la stabilisation de cette sémiose en trois termes implique nécessairement que l’instance d’effectuation s’égale au signifié. C’est là prendre acte du fait que cette instance n’est rien d’autre, dans sa version la plus abstraite, ou si l’on préfère la plus primitive, qu’une source de catégories.

4.2. L’ajustement entre les instances

  • 8 Par exemple John Searle, Sens et expression, trad. Joëlle Proust, Minuit, Paris, 1982, p. 41-44, 52 (...)

23Un des éléments importants de la dynamique sémiotique peut être décrit comme l’ajustement réciproque entre les trois instances. Nous empruntons ce terme à J. Searle8 qui décrit la direction d’ajustement. Celle-ci va de l’énoncé vers le monde lorsqu’il s’agit de rendre nos énoncés conformes à la réalité et du monde vers nos énoncés lorsqu’il s’agit de rendre celle-ci conforme aux premiers (dans le cas d’une promesse, d’une menace, etc.). Nous nous intéresserons surtout à l’ajustement entre l’instance d’effectuation et l’énoncé et entre l’instance d’effectuation à nouveau et l’instance d’horizon. Il va de soi que nous supposons, sauf mention contraire, une stabilisation de la sémiose en trois termes.

24On comprend aisément qu’il faille ajuster les énoncés à l’instance d’effectuation, surtout si l’on se situe dans une situation langagière où l’effectuation est une énonciation. Mais le mouvement complémentaire qui requiert un ajustement de l’énonciation à l’énoncé semble d’abord moins problématique puisqu’il peut sembler naturel de considérer qu’un sujet d’énonciation est en accord avec ce qu’il dit même si ce qu’il dit n’est pas en accord avec ce dont il parle. Pourtant, si l’on prend comme premier exemple le cas des énoncés passionnels, il est assez clair qu’ils impliquent presque nécessairement la genèse d’une position subjective en accord avec eux. Nous ne pensons pas là, du moins pas essentiellement, à la sincérité des énoncés mais plutôt à la qualification de leur énonciateur et la nécessité dans laquelle il se trouve d’assumer ou de créer des rôles correspondant à ses énoncés. Il en va de même, comme nous l’avons vu plus haut, dans certaines pratiques artistiques contemporaines. Mais l’exemple le plus manifeste est celui du raisonnement spéculatif. On peut définir sa caractéristique principale en disant qu’il consiste à penser, dans un même geste, le contenu d’un énoncé et la possibilité de son énonciation. Le cogito cartésien en est l’exemple le plus célèbre. Il montre en tout cas que l’on ne peut séparer, sans une abstraction mutilante, le contenu d’un énoncé et le statut corrélatif de son énonciation.

25Il est presque inutile de souligner à quel point l’instance d’effectuation et l’instance d’horizon n’existent comme telles que par les rapports qu’elles entretiennent. Il en va ainsi de tous les rapports intentionnels. La dynamique de leurs relations implique des ajustements réciproques. Si nous suivons la conception que nous avons présentée plus haut, il apparaît que cet ajustement a comme résultat le plus manifeste des modifications corrélatives de l’instance d’expression. Nous nous situons alors dans le cas d’une sémiose en 2,5. Mais si nous supposons que l’instance d’horizon est un langage, il est clair que l’instance d’expression devient un métalangage. Nous passons alors d’une sémiose en 2,5 à une sémiose en 3. La raison en provient de ce que le langage considéré, en devenant langage objet, s’autonomise par rapport à l’instance d’effectuation. Le devenir-objet est manifeste lorsqu’un langage est exprimé par un métalangage. Mais un procès tout à fait comparable a lieu lorsque l’horizon encore indéterminé d’un acte de perception est pris en charge par une expression langagière. Celle-ci schématise l’horizon de perception de telle sorte que des objets, des états de choses, des propriétés apparaissent. Le langage offre un profil à l’horizon de nos perceptions.

4.3. La nature de la rhétorique

  • 9 P. Cadiot et Y.-M. Visetti, Pour une théorie des formes sémantiques, PUF, « Formes sémiotiques », P (...)
  • 10 J.-F. Bordron, « Rhétorique et perception », dans J. Petitot et P. Fabbri, (dir.), Au nom du sens. (...)

26Nous voudrions pour terminer montrer en quoi la sémiose discursive, telle que nous venons de la décrire sous ses traits les plus généraux, peut permettre d’avancer dans la compréhension d’une des propriétés les plus étonnantes du langage qui est de pouvoir procéder par figures. On oppose en général la figure au sens littéral, non sans une certaine vraisemblance. Cette opposition est fréquemment critiquée sans qu’il soit pour autant aisé d’y substituer une autre perspective9. Du point de vue qui nous intéresse ici, le sens littéral est aussi difficile à définir que la figure. Surtout il ne semble pas qu’un quelconque indice tende à nous faire penser qu’une figure soit autrement structurée, du point de vue de la sémiose, que tout autre forme de production sémiotique. On peut même penser que le sens littéral n’est au fond qu’une figure parmi d’autres, sans que cela suffise à apporter une solution au problème. La notion de sens littéral semble laisser entendre qu’il se pourrait qu’il n’y ait que du sens littéral, les figures devenant par là des outils esthétiques ou cognitifs facultatifs. Nous avons remarqué qu’une des premières propriétés de la sémiose est d’être relativement instable puisque trois états sont au fond possibles. Il nous semble pensable que les figures, en y incluant au moins provisoirement le sens littéral, correspondent à diverses stabilisations de la sémiose. Si tel était le cas, les figures en seraient des conséquences nécessaires et non des ornements plus ou moins contingents. Nous allons reprendre, en adoptant cette nouvelle perspective, quelques éléments d’un travail antérieur dont la visée était sensiblement identique10.

  • 11 Voir J.-F. Bordron et J. Fontanille (dir.), « Présentation », dans « Sémiotique du discours et tens (...)

27Nous constatons que les trois états fondamentaux de la sémiose ont des propriétés de stabilité assez distinctes. L’état en 2,5 est instable parce que les deux instances qui sont mises en rapport tendent soit à fusionner (2), soit à diverger (3). On peut considérer qu’il s’agit là de l’origine de deux figures premières, même si elles ne représentent que des états extrêmes. Que veut dire « fusionner » lorsqu’il s’agit de l’instance d’horizon et de l’instance d’effectuation ? Pour le comprendre, il faut se rapporter à la conception biplane du langage, ou de toute autre sémiotique, conception dans laquelle le sens n’est véritablement intelligible que comme sens « en langue ». On peut dire dans ce cas que nous-mêmes aussi bien que nos horizons apparaissons comme fusionnés dans cette architecture éminemment constituante qu’est la langue. À cela il est possible de faire correspondre des expériences de toute nature, aussi bien esthétiques que cognitives. Il faut reconnaître que cette figure est celle que l’on présuppose le plus souvent lorsque l’on mène une analyse « en immanence ». Elle efface assez aisément la distinction entre sens littéral et figuré ou la comprend selon le schéma de la dynamique tensive11. Pour que l’exigence d’une distinction apparaisse, il faut une stabilisation en trois termes qui autorise une prolifération des figures. Nous allons insister sur ce point non pas pour entrer dans la subtilité des formes rhétoriques mais pour tenter de comprendre leur possibilité.

  • 12 G. Frege, « Sens et dénotation », dans Écrits logiques et philosophiques, trad. Claude Imbert, Seui (...)

28Si nous nous situons dans le cadre d’une sémiose à trois termes, il apparaît en effet que ces trois termes ne peuvent varier d’une façon concomitante. Il faut nécessairement que la variation, pour être intelligible, maintienne un terme fixe. Cette exigence se comprend aisément si l’on compare le sens littéral d’un langage référentiel avec le sens prétendument figuré d’un langage métaphorique. Prenons pour commencer le cas de la dénotation entendue comme une figure particulière. La saisie de cette figure dans ce qu’elle a d’essentiel demande que l’on garde à l’esprit un élément de l’instance d’horizon que l’on appréhendera comme un objet, un état de choses ou n’importe quelle forme d’entité réelle ou fictionnelle. Le fait que cette entité soit fixe, au moins le temps que se maintient la figure, autorise des variations de sens à propos de la référence. C’est sur la possibilité de cette variation de sens que repose la possibilité de la connaissance de l’objet comme l’a compris Frege12. Ainsi les expressions 2+3 et 4+1 sont des variations de sens qui réfèrent au même nombre et ce fait est en lui-même une connaissance. Mais demandons-nous pourquoi 4+1 n’est pas une métaphore de 2+3 alors qu’il semble bien s’agir, comme dans la métaphore, de nommer une même entité de deux façons différentes. La réponse peut être la suivante : dans le cas de la dénotation on doit d’abord considérer que le sens varie alors que, dans la métaphore, c’est en premier lieu le signifiant qui varie. Mais dans la métaphore comme dans la figure dénotative, ce dont il est question, la référence, reste un point fixe. On pourrait objecter que dans les deux figures le signifiant et le signifié varient également. Mais s’il y a une différence entre les deux figures, c’est dans la mesure où ces variations n’ont pas la même fonction. Dans le cas de la dénotation, la variation de sens est le point essentiel, la variation du signifiant ne faisant qu’exprimer la règle d’écriture nécessaire à la compréhension de cette opération. Dans la métaphore au contraire, la variation du signifiant est essentielle. C’est elle qui crée la tension entre l’entité dénotée et l’expression linguistique qui en teste pour ainsi dire la réalité. Le signifié pour sa part sert de règle en ce sens qu’il fournit, selon l’expression de Cadiot et Visetti, un profil de sens commun aux différents signifiants métaphoriques. Lorsque ce profil devient lui-même problématique, la métaphore devient extrême (« hardie ») et finit par se réduire à l’étrangeté de son signifiant. Ainsi l’on comprend bien en quoi le capitaine Haddock peut traiter un personnage de « moule à gaufre » mais la métaphore devient extrême lorsqu’il enchaîne sur « catachrèse ». En résumé la métaphore et la dénotation ont en commun de supposer un point fixe référentiel mais se différencient en cela que, pour la métaphore, la variation essentielle porte sur le signifiant, le signifié servant alors de règle, alors que pour la dénotation, la variation essentielle porte sur le signifié, le signifiant servant à son tour de règle.

29Telle que nous venons de la décrire, la notion de figure n’a plus rien à voir avec la notion de sens littéral mais exprime simplement une propriété essentielle de la sémiose. La dynamique de celle-ci ne peut se déployer, comme nous espérons l’avoir montré, que si l’une de ses instances devient un point fixe, une autre une source de règle, la troisième enfin étant l’objet de la variation. La possibilité des figures réside dans la structure interne de la sémiose.

30Nous nous contenterons ici des figures de la métaphore et de la dénotation. Mais la structure de sémiose permet aisément, comme le montre le tableau suivant, de prévoir, en suivant le même raisonnement, six figures de base.

31Le chemin que nous venons de suivre n’a d’autre prétention que de dessiner à grands traits quelques conséquences de l’inclusion de l’énonciation à l’intérieur de la sémiose, lui faisant par là quitter son rôle de manipulatrice de signes. On pourrait dire qu’en un sens c’est là une vérité connue. Mais la véritable difficulté réside dans la conception théorique que l’on peut en fournir. L’obstacle, que nous ne prétendons pas avoir franchi, réside d’abord dans l’action spontanée de notre esprit qui sépare, tout particulièrement dans ses activités cognitives, le sujet et l’objet. Il est pour cette raison difficile de concevoir une production de sens qui produirait en même temps son sujet, même s’il est aisé d’affirmer qu’il en va bien ainsi. C’est là un problème très classique dont la solution parait buter sur l’énigme de la conscience. Jusqu’à quel point peut-on considérer, sans pétition de principe, que la conscience a la forme d’une sémiose ? Nous ne voyons pas de réponse évidente à cette question qui est sans conteste l’expression d’un problème central.

Notes

1 J. Fontanille soutient par exemple que la sémiotique est au premier chef une théorie du discours et non une théorie du signe. Voir Sémiotique du discours, PULIM, Limoges, 1998.

2 G. Fauconnier, Les Espaces mentaux, Minuit, Paris, 1984.

3 P.A. Brandt, « Qu’est-ce que l’énonciation ? Une interprétation de la notion d’embrayage de A.J. Greimas », dans Anne Hénault, Questions de sémiotique, PUF, Paris, 2002.

4 Nous renvoyons pour cette interprétation à J.-F. Bordron, « Réflexions sur la genèse esthétique du sens », Protée, volume 26, numéro 2, Université du Québec à Chicoutimi, 1998.

5 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, Payot, Paris, 1971, p. 114.

6 Dans le Cours il est dit que cette dualité se situe entre un signifié et un signifiant (op. cit., p. 115), mais dans les Écrits de linguistique générale elle est vue entre le fait physique et le signe (Écrits de linguistique générale, Gallimard, Paris, 2002, p. 20).

7 J.-F. Bordron, « Perception et énonciation », dans A. Hénault (dir.), Questions de sémiotique, PUF, Paris, 2002.

8 Par exemple John Searle, Sens et expression, trad. Joëlle Proust, Minuit, Paris, 1982, p. 41-44, 52, 53-56, 58-60, 63.

9 P. Cadiot et Y.-M. Visetti, Pour une théorie des formes sémantiques, PUF, « Formes sémiotiques », Paris, 2001.

10 J.-F. Bordron, « Rhétorique et perception », dans J. Petitot et P. Fabbri, (dir.), Au nom du sens. Autour de l’œuvre d’Umberto Eco, Grasset, Paris, 2000.

11 Voir J.-F. Bordron et J. Fontanille (dir.), « Présentation », dans « Sémiotique du discours et tensions rhétoriques », Langages, 137, Larousse, Paris, 2000.

12 G. Frege, « Sens et dénotation », dans Écrits logiques et philosophiques, trad. Claude Imbert, Seuil, Paris, 1971.

Table des illustrations

Titre Schéma A
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/5768/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Schéma B
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/5768/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Schéma C
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/5768/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9k
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/5768/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/5768/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

Auteur

Est professeur de sémiotique à l’Université de Limoges. Spécialiste de l’analyse sémiotique du discours philosophique et des problèmes d’esthétique, il a publié, outre Descartes. Recherches sur les contraintes sémiotiques de la pensée discursive (1990), un grand nombre d’articles sur les relations entre signification et monde sensible.

© Presses universitaires de Vincennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search