Version classiqueVersion mobile

La Transversalité du sens

 | 
Juan Alonso Aldama
, 
Denis Bertrand
, 
Michel Costantini
, 
et al.

II. Parcours de transversalisation

Les transformations des yeux comme figure de l’intersubjectivité dans La Coscienza di Zeno de Italo Svevo

Maria Pia Pozzato

Texte intégral

  • 1 I. Svevo, 1923. L’édition italienne que j’utiliserai pour les citations est celle de Studi (...)

1J’ai choisi de partir d’un texte, La Coscienza di Zeno de Italo Svevo1, obéissant à ce que je considère désormais comme un point d’« éthique » épistémologique, à savoir l’ancrage textuel de toute réflexion sémiotique. J’ai analysé tous les passages du roman où le narrateur et protagoniste, Zeno Cosini, décrit les yeux de deux femmes qu’il aime à des époques différentes de sa vie. Les femmes en question sont deux sœurs : la première s’appelle Augusta ; fiancée, puis épouse, de Zeno, elle est affectée d’une forme évidente de strabisme. La seconde se nomme Ada et, à la différence de sa sœur, elle est très belle. De fait, c’est d’elle que Zeno tombe amoureux au début du roman, mais Ada le refuse de manière dédaigneuse et irrécusable. Zeno se replie alors sur la pauvre Augusta qu’il épouse sans l’aimer véritablement. Or, quelques années plus tard, la situation initiale se renverse, car le mariage a produit le miracle : Zeno aime maintenant Augusta dont le regard est devenu « normal » aux yeux de son propre mari, le narrateur ; tandis qu’Ada, désormais épouse malheureuse de Guido, tombe malade après un accouchement et contracte la maladie connue sous le nom de « morbus de Basedow », responsable du goitre exophtalmique. Cette maladie, qui fait ressortir progressivement les yeux d’Ada, bouleverse l’expression de son visage. Nous voyons donc que dans les deux cas, celui du strabisme d’Augusta et celui de l’exophtalmie d’Ada, l’altération des yeux est réelle, due à des facteurs objectivables. Mais le discours du narrateur sur ces deux « faux regards » les constitue, je chercherai à le démontrer, comme autant de figures de la transformation intersubjective entre Zeno et les deux femmes-pivots de sa vie. Ainsi que l’écrit Jacques Fontanille dans son Figure del corpo (Fontanille, 2004, p. 139), « l’information sensorielle, même la plus objectivée, devient signification du monde sensible dès lors que se sont formés des systèmes de valeurs qui vont autonomiser la dimension figurative ».

2Au regard de la totalité du roman, j’ai procédé à une extraction brutale des passages auxquels je viens de faire référence. Du reste, comme l’a soutenu Denis Bertrand dans son Précis de sémiotique littéraire, « quand nous lisons un texte littéraire, nous entrons immédiatement en figurativité » (Bertrand, 2000, p. 98). Dès lors, quant au choix d’une isotopie figurative, la démarche déductive s’avère « illusoire » et elle doit être « renversée par une seconde approche : aller de l’ensemble à l’élément qui consiste à mettre en avant l’activité de lecture et à intégrer les hypothèses interprétatives, à la fois inductives et déductives, qu’elle réalise en se déroulant, c’est-à-dire en construisant les significations. Cette démarche – poursuit Bertrand – considère que la cohérence d’un texte repose au départ sur une présomption d’isotopie » (Bertrand, 2000, p. 120). Les considérations tout à fait locales que je vais développer sur cette figure de la déformation des yeux devraient être vérifiées, bien entendu, en relation avec d’autres ordres de complexité dans le texte de Svevo. Mais elles m’ont paru utiles dans le contexte d’une réflexion sur la transversalité du sens pour appréhender le rôle des figures corporelles dans la mise en discours de l’intersubjectivité.

1. Le corpus

  • 2 Pour la commodité du lecteur français, je donne en note la traduction de Maryse Jeuland-Me (...)

3Lisons donc les passages dans la version originale italienne2. J’ai partagé le corpus en deux blocs, le premier consacré pour l’essentiel à Augusta, le second totalement centré sur Ada. Dans le premier, Ada se trouve encore en bonne santé tandis que la déformation d’Augusta est saisie à son maximum d’intensité, avant de passer, progressivement, à la normalisation.

Première description d’Augusta, p. 78 :

  • 3 « Voilà que de quatre jeunes filles à l’initiale identique, la première était liquidée, po (...)

Ecco che delle quattro fanciulle dalla stessa iniziale una ne moriva in quanto mi riguardava. Corne avevano fatto a dirla bella ? La prima cosa che in lei si osservava era lo strabismo tanto forte che, ripensando a lei dopo di non averla vista per tanto tempo, la personificava tutta. Aveva poi dei capelli non molto abbondanti, biondi, ma di un colore fosco privo di luce e la figura intera non disgraziata, pure un po’grossa per quell’età3.

Première description d’Ada, p. 80 :

  • 4 « Ada, en revanche, était déjà femme, avec des yeux sérieux dans un visage dont la blanche (...)

Ada, invece, era già una donna con i suoi occhi serii in una faccia che per essere meglio nivea era un poco azzurra e la sua capigliatura ricca, ricciuta, ma accomodata con grazia e severità4.

Après un contact physique accidentel de Zeno avec Augusta, qu’il prend pour Ada par erreur dans l’obscurité de la séance de spiritisme, p. 128 :

  • 5 « J’étais disposé à devenir un grand ami d’Augusta alors qu’auparavant cette amitié n’aura (...)

Ero disposto a diventare un buon amico di Augusta mentre prima di allora ciὁ non sarebbe stato possibile perché io non so essere l’amico delle persone brutte. Ma sentivo una certa simpatia per la sua taglia che avevo stretta e che avevo trovata più sottile di quanto l’avessi creduta. Anche la sua faccia era discreta, e pareva déformé solo causa quell’occhio che batteva una strada non sua. Avevo certamente esagerata quella deformità ritenendola estesa fino alla coscia5.

Zeno fait sa proposition de mariage à Augusta, p. 142 :

  • 6 « Je l’ai rattrapée en courant en l’appelant par son prénom et elle s’est adossée au mur p (...)

La seguii di corsa chiamandola per nome ed essa si addossò alla parete per aspettarmi. Mi misi a lei di faccia a subito le dissi :
– Sentite, Augusta, volete che noi due ci sposiamo ?
[...] Essa alzò gli occhi dilatati dalla sorpresa. Così quello sbilenco era anche più differente del solito dall’altro. La sua faccia vellutata e bianca, dapprima impallidì di più, eppoi subito si congestionò6.

Ils sont fiancés, p. 148 :

  • 7 « Elle m’a regardé dans les yeux et a vu que mon regard acquiesçait vivement pour lui lais (...)

Essa mi guardò negli occhi e trovò i miei annuenti così da confortarla. Scesi quegli scalini, che non contai più, domandandomi :
– Chissà se l’amo ?
E’un dubbio che mi accompagnò tutta la vita e oggidì posso pensare che l’amore accompagnato da tanto dubbio sia il vero amore7.

4Passons maintenant au deuxième bloc, où Zeno s’aperçoit, le premier, de la déformation due à la maladie d’Ada et la décrit en ses différents stades, jusqu’à son invraisemblable disparition après la mort de son mari.

Zeno s’aperçoit le premier de la maladie, p. 321 :

  • 8 « En attendant, moi qui connaissais cet œil par cœur, cet œil que j’avais tant redouté par (...)

Intanto io, che sapevo a mente quell’occhio, quell’occhio ch’io avevo tanto temuto perché subito mi ero accorto che freddamente esaminava cose e persone per ammetterle o per respingerle, potei constatare subito ch’era mutato, ingrandito, corne se per vedere meglio avesse forzata l’orbita. Stonava quell’occhio grande nella faccina immiserita e scolorita8.

Description de la maladie :

  • 9 « Grande, importante maladie que celle de Basedow ! […] tous les organismes se distribuent (...)

Grande, importante malattia quella di Basedow ! [...] tutti gli organismi si distribuiscono su una linea, ad un capo della quale sta la malattia di Basedow che implica il generosissimo, folle consumo délia forza vitale a un ritmo precipitoso, il battito di un cuore sfrenato, e all’altro stanno gli organismi immiseriti per avarizia organica [...]9.

Premier départ de Ada qui va se soigner, p. 327 :

  • 10 « On eût dit une jeune mariée, la pauvre Ada, avec ses yeux démesurément agrandis par le b (...)

Pareva una sposina, la povera Ada con quegli occhi ingranditi smisuratamente dalla felicità. La sua malattia sapeva simulare tutte le emozioni10.

Retour de Ada après la cure, p. 330 :

  • 11 « Le visage d’Ada était mal reconstruit parce qu’il avait récupéré des joues, mais pas au (...)

La faccia di Ada era male costruita perché aveva riconquistate delle guancie ma fuori di posto corne se la carne, quando ritornò, avesse dimenticato dove apparteneva e si fosse appoggiata troppo in basso. Avevano perciò l’aspetto di gonfiezze anziché di guancie. E l’occhio era ritornato nell’orbita, ma nessuno aveva saputo riparare i danni ch’esso aveva prodotto uscendone. Aveva spostate e distrutte delle linee précisé e portanti. Quando ci congedammo fuori dalla stazione, al sole invernale abbacinante vidi che tutto il colorito di quella faccia non era più quello che avevo tanto amato. Era impallidito e sulle parti carnose si arrossava per chiazzette rosse. Pareva che la salute non appartenesse più a quella faccia e si fosse riusciti a fingervela11.

Description de la maladie à l’état avancé, p. 346-347 :

  • 12 « Oui ! Ada avait perdu sa beauté avec ses yeux écarquillés de terreur. [...] Je n’ai pas (...)

No ! Ada non era più bella con quegli occhi che sembravano spalancati dal terrore. […]
Non guardai più Ada : avevo paura délia fisionomia di Basedow. Quando la guardai, ebbi una gradevole sorpresa perché mi aspettavo di peggio. I suoi occhi erano veramente ingranditi a dismisura, ma le gonfiezze che sulla sua faccia avevano sostituito le guancie, erano sparite e a me essa parve più bella. [...] C’era in lei qualcosa di molto casto e, per quegli occhi, qualche cosa di molto severo. Non seppi chiarire del tutto i miei sentimenti, ma davvero pensai mi stesse accanto una donna che assomigliava a quell’Ada che io avevo amata12.

Zeno craint qu’Ada veuille lui faire des avances, p. 348 :

  • 13 « Dans l’obscurité ses grands yeux étaient terribles. Envahi par l’angoisse, je me demanda (...)

Nell’oscurità, i suoi grandi occhi erano terribili. Pieno d’angoscia mi domandavo quello che avrei dovuto fare13.

Ada revient d’un deuxième séjour de cure, p. 366 :

  • 14 « À son retour, je l’ai trouvée à nouveau considérablement enlaidie. Elle avait davantage (...)

Quand’essa ritornò, la trovai di nuovo imbruttita parecchio. Era piuttosto imbolsita che ingrassata. Le sue guancie, ricresciute, erano anche questa volta fuori posto e le facevano una faccia quasi quadrata. Gli occhi avevano continuato a sformare la loro incassatura14.

Caractère comparatif du jugement, p. 367 :

  • 15 « Ada se croyait encore belle ! Là-bas, au bord du lac, on lui avait fait la cour et ses s (...)

Ada si credeva ancora bella ! Lontano, sul lago, le avevano fatta la corte ed era évidente ch’essa gioiva dei suoi successi. [...] A noi essa appariva più brutta perché, ricordando com’era stata, scorgevamo più evidenti le devastazioni compiute dalla malattia15.

Ada paraît guérie après la mort du mari, p. 402 :

  • 16 « Elle est entrée, vêtue simplement d’une robe d’intérieur noire, la coiffure en grand dés (...)

Entrò vestita semplicemente di una vestaglia nera, la capigliatura nel grande disordine di capelli sconvolti e fors’anche strappati da una mano che si accanisce a trovar da fare qualche cosa, quando non può altrimenti lenire. Giunse fino al tavolino e vi si appoggiὁ con le mani per vedermi meglio. La sua faccina era di nuovo dimagrita e liberata da quella strana salute che le cresceva fuori di posto. Non era bella come quando Guido l’aveva conquistata, ma nessuno guardandola avrebbe ricordata la malattia. Non c’era16 !

2. Les yeux regardés

5Faute d’espace pour une analyse approfondie de ces extraits, je me bornerai à une série de suggestions. Sans doute faut-il d’abord souligner le fait évident qu’il y a là, et partout dans ce corpus, des yeux qui regardent d’autres yeux. Mais ce qui surprend l’observateur de ces regards regardés est qu’ils ne regardent pas. Comme le dit Edmund Husserl, dans Idées directrices pour une phénoménologie (Husserl, 1913), généralement quand on voit l’œil d’un autre, on le perçoit comme quelque chose qui voit en tant que tel puisqu’on le juge, par « entropathie », comme identique à son propre œil. Jean-Paul Sartre, de son côté, a consacré un chapitre de l’Être et le Néant au regard (Sartre, 1943, III.1.4.). Selon lui, le lien fondamental qu’on entretient avec les autres sujets consiste en cette possibilité continue d’être vu par d’autres. L’être vu par d’autres serait la « vérité » du voir d’autres sujets. Tel n’est pas le cas de Zeno : il regarde les yeux de ses femmes plutôt comme des choses qui conservent seulement une trace imparfaite d’activité de vision. L’énigme merleau-pontienne du corps qui « se touche touchant » et qui se « voit voyant », ne s’effectue pas dans ces relations intersubjectives parce que Zeno ne rencontre, ni dans les yeux d’Augusta ni dans ceux d’Ada, « l’autre face » de sa puissance visuelle (Merleau-Ponty, 1964). Devant lui se matérialise plutôt quelque chose qui est semblable à ce que Jean-Claude Coquet appellerait un prime-actant non sujet, c’est-à-dire un actant purement fonctionnel dont l’activité est la prédication sans assomption de son acte (Coquet, 1984, 1985, 1997). On l’observe par exemple lorsque l’œil strabique d’Augusta « batteva una strada non sua » ou quand Zeno dit, à propos des yeux basedowiens d’Ada, que « la sua malattia sapeva simalare tutte le emozioni » ; ou encore quand Zeno dit « E l’occhio era ritornato nell’orbita, ma nessuno ave va. saputo riparare i danni ch’esso aveva prodotto uscendone. Aveva spostate e distrutte delle linee précisé e portanti ». Le discours pris en charge par le narrateur installe donc les yeux des deux femmes dans une position actorielle même s’ils ne sont pas proprement des « ego qui se disent ego ».

6Plus précisément, on peut noter une actantialisation marquée des yeux, lesquels sont toutefois suspendus entre une certaine réification – et alors ils deviennent des choses qui changent rapidement et sans projet – et un statut d’êtres animés dotés d’une compétence véridictoire (ils sont mensongers) poursuivant des programmes qui leur sont propres, libérés du contrôle du sujet auquel ils appartiennent de fait. Comme l’écrit Jacques Fontanille, « dans le mouvement même de la constitution de l’intersubjectivité, des choses sont converties en actant mais seulement une partie d’elles aura accès au rang de Alter Ego » (Fontanille, 2004, p. 215). La figure des yeux affiche sa « double vocation discursive », selon la définition de Jacques Geninasca : elle peut être en effet soit une figure-lexème soit une figure-acteur. En tant que figure lexème, elle a des déterminations encyclopédiques : nous savons, sur la base d’un savoir partagé, ce que sont des yeux en tant que parties du corps humain ; mais en tant que figure actorialisée, elle acquiert une nouvelle identité au moment de sa réalisation dans un discours particulier (Geninasca, 1997, p. 27). Dans notre cas, la figure des yeux comme acteur est fortement paradoxale par rapport à la même figure comme lexème, puisque les yeux développent une vie propre, ils semblent échapper aux femmes auxquelles ils appartiennent et surtout ils soustraient les femmes à leur relation avec Zeno en renversant le rôle qui est par excellence le leur, celui de la connexion intersubjective à travers le regard. Soustrait à l’emprise des femmes auxquelles il appartient, et soustrait à sa fonction de connecteur intersubjectif, l’œil figurativise tout ce qui échappe, en nous-mêmes, à notre emprise et, en même temps, tout ce qui nous échappe de l’autre dans la relation intersubjective. En reprenant la classification de Coquet, nous trouvons dans ces extraits de La Coscienza di Zeno des sujets-femmes qui se déstructurent en second actant, comme des objets du monde que Zeno observe à la manière d’un naturaliste ; et, d’un autre côté, des yeux qui s’autonomisent et deviennent, comme on l’a dit, prime-actant mais sans relation avec le sujet qui les observe.

3. Le raisonnement figuratif

  • 17 Lakoff et Johnson, 1999, p. 128. Voir aussi l’idée de compréhension incarnée dans Merleau- (...)

7Nous trouvons fréquemment dans les textes littéraires des raisonnements figuratifs complexes de cet ordre, et très souvent les figures qu’ils mettent en scène ont partie liée avec des éléments corporels. Comme l’écrivent George Lakoff et Mark Johnson, « reason and conceptual structure are shaped by our bodies, brains, and modes of functioning in the world. Reason and concepts are therefore non transcendent, that is, non utterly independent of the body »17. L’ancrage corporel de la signification que ces deux auteurs défendent avec passion est pleinement en résonance avec la position d’une théorie sémiotique du discours en acte qui prévoit, à côté d’un sujet de l’énonciation formel, une « instance énonçante » comme centre « de discursivité à la fois réel et formel : réelle, elle est ce qui se pose charnellement dans le monde, elle est donc rapportée au corps, support matériel de toute signification » (Bertrand, 2000, p. 67). Ce « support matériel » devient aussi la forme première qui garantit le passage à l’abstraction. Comme le soulignent Lakoff et Johnson, « conceptual metaphor is what makes most abstract thought possible » (Lakoff et Johnson, p. 129). Il n’est dès lors plus surprenant que Zeno Cosini, afin d’articuler discursivement le sens de sa vie en relation avec les êtres aimés, choisisse une métaphore vivante, une partie du corps des femmes qui sont appelées à définir sa subjectivité même. Zeno fait retour à cette racine incorporée de la signification quand il énonce l’expérience qu’il fait de soi, en tant que procès de transformation et de stabilisation de son identité, et cette expérience est figurativisée, rythmée, décalée à travers les directions et les transformations des yeux des femmes aimées. Lorsqu’il n’aime pas encore Augusta, et alors qu’il ne saurait se décider à l’épouser en dépit de la pression qu’exerce toute la famille de la jeune fille, le regard de celle-ci échappe, prend des directions folles qui la situent en dehors de toute rencontre intersubjective possible. Son corps est tout entier affecté par cette anomalie de la direction et nous savons, d’après la Phénoménologie de la perception de Merleau-Ponty, que la direction est fondamentale pour la saisie du visage humain. En suivant les réflexions que le philosophe consacre à la relation avec l’autre, on constate que l’œil strabique d’Augusta manifeste de manière encore plus paradoxale ce qui est déjà en soi un paradoxe dans une relation intersubjective quelconque : « le paradoxe d’une conscience vue par le dehors, d’une pensée qui réside dans l’extérieur, et qui, donc, au regard de la mienne, est déjà sans sujet et anonyme. » (Merleau-Ponty, 1945, p. 401.) Le regard schizoïde d’Augusta se recomposera dans une nouvelle convergence lorsque Zeno commencera à accepter une relation avec elle : « Essa mi guardò negli occhi e trovò i miei annuenti così da confortarla. »

  • 18 Voir l’analyse que lui a consacrée Denis Bertrand (Bertrand, 2002).

8Le cas d’Ada, plus complexe, est peut-être aussi plus intéressant. Il relève d’une hystérisation du corps traversé par des forces qui vont, soudainement, en affecter différentes parties. Comme l’indiquait Freud dans ses essais célèbres sur la conversion hystérique, elle se manifeste par une accumulation d’énergie. Zeno lui-même est bouleversé pendant toute sa vie par ces « malaises » sans nom qui affectent tantôt ses jambes, tantôt son flanc et tantôt, de façon plus variable et occasionnelle, d’autres endroits de son corps. Le phénomène qui affecte les yeux d’Ada a sans doute des liens de parenté avec les maladies psychosomatiques de Zeno puisque celui-ci, suivant les théories énergétiques de la psychologie de son temps, interprète le morbus de Basedow en termes d’excès de vitalité : « la malattia di Basedow che implica il generosissimo, folle consumo della forza vitale a un ritmo precipitoso, il battito di un cuore sfrenato ». Dès qu’il s’aperçoit de la maladie d’Ada, Zeno s’instaure en tiers actant, lisant tout ce qui a été publié sur cette maladie. Chez lui, comme chez Montaigne aux prises avec sa gravelle18, l’entrelacs de la parole propre et de la parole d’autrui marque, « un état qu’on pourrait dire “trans-égologique” de la parole ». Mais dans l’œuvre de Svevo, ce discours d’autrui, qui est notamment celui de la psychanalyse et de la médecine en général, est investi, et j’aimerais dire percé, par l’ironie. N’oublions pas en effet que, comme on peut le lire dans la Préface (écrite par le médecin) et dans le Préambule (écrit par Zeno), tout le roman La Coscienza di Zeno se définit comme des notes autobiographiques que Zeno écrit à l’intention de son psychanalyste !

  • 19 Mais je ne saurais pas exactement inscrire les différents moments de ces transformations d (...)

9Mais revenons à la consultation des livres sur le morbus de Basedow. Zeno rejoint ainsi une objectivation absolue de l’altération du visage bien aimé d’Ada, altération qui, en réalité, le terrorise. Il suit, apparemment « en scientifique », le cours implacable de la maladie qui n’affecte pas seulement les yeux d’Ada mais toute sa physionomie, avec une redistribution anormale, par exemple, des masses de la chair du visage. On pourrait tenter d’inscrire ces phénomènes de déformation dans les différentes « figures sémiotiques du corps » proposées par Jacques Fontanille (Fontanille, 2004), puisque la description des yeux de la jeune femme n’est autre qu’une histoire de points d’équilibre, résistance de la matière à la pression de l’énergie. On peut y reconnaître une véritable syntaxe tensive qui cherche des équilibres entre forces et une maîtrise des conflits pour les convertir en formes figuratives. L’intensité de la chair va frapper un corps-enveloppe en laissant sur ce corps, en tant que surface d’inscription, une empreinte qui va modifier le rôle de la figure19 (Fontanille, 2002, p. 177).

4. Le fait intensif du corps

  • 20 Le corps sans organes, théorisé par Deleuze et Guattari, est formé par la combinaison corp (...)
  • 21 Les couleurs des visages et des cheveux de ces deux femmes, comme la composante chromatiqu (...)

10Je souhaiterais conclure avec une suggestion que j’emprunte à la Logique de la sensation (Deleuze, 1981) et, en particulier, au chapitre où Deleuze parle de la composante hystérique de la peinture de Francis Bacon, en la rattachant au corps sans organe d’Antonin Artaud (Artaud, 1964) où la pulsion n’est canalisée ni psychologiquement, ni physiquement, mais vit dans un régime d’anarchie. Ce corps anti-œdipien, schizophrénique, rhizomatique (Deleuze et Guattari, 1972, 1980), centre intense et vivant de la matière, qui n’a pas d’organes mais des seuils ou des niveaux, me semble similaire au corps affecté par le morbus de Basedow, avec son excès d’énergie. Le visage n’est plus le principe organisateur, individualisant, mais il est dé-stratifié20. Les yeux se mobilisent selon des axes, des vecteurs, des degrés, des zones, des mouvements cinématiques et des tendances dynamiques qui rendent contingentes et provisoires les formes préalablement et « naturellement » posées. Donc, si Augusta avec son strabisme exprimait simplement l’irréductibilité de l’autre avant la relation d’amour, Ada en revanche prend en charge, après la perte de l’amour de Zeno pour elle, un rôle autrement plus inquiétant : son visage devient le reflet d’une sensation pure, d’un instinct qui court vers sa propre ruine, « fait intensif du corps » que Zeno, avec ses malaises innommés, expérimente aussi en lui-même. Après le mariage, l’adjectif que Zeno utilise le plus souvent à propos de sa femme Augusta est celui de « saine » : elle s’est révélée merveilleusement et parfaitement « saine ». Entré dans le cercle magique de cette santé par procuration, Zeno projette le « fait intensif » de son corps dans une série de relations extraconjugales et, pour ce qui nous concerne ici, sur le visage de la seule femme qui l’a refusé. Le corps hystérisé de Zeno se transfère et se modélise dans le visage d’Ada où, comme dans la peinture de Bacon, une vague parcourt le corps et, selon la force rencontrée, fait fleurir un organe anormal et déplacé qui se modifiera encore si la force varie : ce ne sont pas uniquement les yeux qui grandissent jusqu’à la démesure, mais aussi la chair des joues qui se déplace et plus tard, peut-être, le gonflement de la gorge, autre possible conséquence de cette maladie21. Comme le disait Bacon lui-même, chaque véritable tension doit être engendrée par une combinaison d’accidents et de règles données (Sylvester, 1993) et sa représentation permet de percer l’écran du paraître et de parvenir à la vérité profonde du sensible. C’est donc une sorte d’épiphanie esthétique qui, comme le disait Algirdas Julien Greimas (Greimas, 1987), va au-delà de l’imperfection de l’existence mais, dans ce cas, à travers une forme cruelle de déformation.

11Les yeux d’Ada ont une expression qui échappe totalement à la volonté de sa propriétaire, ils n’ont plus aucune relation avec la situation actuelle. Leur régime de présence est en effet tout autre par rapport à la contingence du moment. C’est une présence excessive, insistante, qui va au-delà et au-dessus du visage en en renversant en quelque sorte la configuration normale. Cette configuration globale du visage est entamée et, si la déviance de l’œil d’Augusta créait un jeu d’altérité, nous avons maintenant, avec les yeux d’Ada, un jeu d’ altération. Comme le note Deleuze à propos de l’« extraordinaire agitation des têtes de Bacon », elle ne provient pas d’un mouvement mais plutôt de forces de pression, dilatation, concentration, étirement qui mettent chaque fois en évidence l’endroit où la force va frapper.

12Selon Merleau-Ponty, « pour le sujet pensant, un visage vu “à l’endroit” et le même visage vu “à l’envers” sont indiscernables [...], les cils et les sourcils prennent un air de matérialité que je ne leur ai jamais trouvé » (Merleau-Ponty, 1945, p. 291). Et c’est justement cela qui se produit pour Zeno qui regarde le visage malade d’Ada : une réification du visage d’autant plus troublante (Inquiétante Étrangeté, Unheimlich) qu’il feint des émotions humaines et engage un jeu continu de ressemblances et de différences par rapport au visage antérieur, admiré et aimé. Il faut encore noter, ultime remarque, que Zeno s’efforce jusqu’à la fin de faire semblant avec Ada, et de lui signifier que rien n’est en train de se produire sur son visage bouleversé. Mais la pieuse tentative de sauver la relation intersubjective n’épargne pas au pauvre Zeno le spectacle de sa propre subjectivité humaine flottant sur la mer menaçante de la chair. Il y a, dans la peinture de Francis Bacon, des diagrammes, des « zones de Sahara » (Deleuze, 1981) qui sont des ensembles opératoires de lignes, de traits et de taches ne représentant rien, suspendant ou interrompant la signification. Les transformations des yeux décrites par Zeno constituent autant d’effacements, de coups d’éponge, de suspensions dans lesquels se crée pour le narrateur un diagramme de transformation parmi le Soi, l’Autre et le Monde.

Bibliographie

Références bibliographiques

Artaud, Antonin, Le Théâtre et son double, Gallimard, Paris, 1964.

Bertrand, Denis, Précis de sémiotique littéraire, Nathan, Paris, 2000. « Énonciation et corps sensible. Poétique de la parole chez Michel de Montaigne », dans P. Violi, M.P. Pozzato (dir.), Sense and Sensibility. L’emergenza del senso dal corporeo, Versus, Quaderni di Studi Semiotici, 93, septembre-décembre 2002.

Coquet, Jean-Claude, Le Discours et son sujet, Klincksieck, Paris, vol. I, 1984, vol. II, 1985. La Quête du sens, Le Langage en question, PUF, « Formes sémiotiques », Paris, 1997.

Deleuze, Gilles et Félix Guattari, L’Anti-Œdipe. Capitalisme et schizophrénie, Minuit, Paris, 1972. Mille plateaux. Capitalisme et schizophrénie, Minuit, Paris, 1980.

Fontanille, Jacques, « L’empreinte », dans P. Violi, M.P. Pozzato (dir.), Sense and Sensibility. L’emergenza del senso dal corporeo, Versus, Quaderni di Studi Semiotici, 93, septembre-décembre 2002. Figure del corpo, Meltemi, Rome, 2004.

Geninasca, Jacques, La Parole littéraire, PUF, Paris, 1997.

Greimas, Algirdas Julien, De l’imperfection, Fanlac, Paris, 1987.

Husserl, Edmund, Ideen zu einer reinen Phänomenologie und phänomenologischen Philosophie, I, paru dans le Jahrbuch für Philosophie und Phänomenologische Forschung, t. I, Max Niemeyer, Halle, 1913.

Lakoff, George, Johnson, Mark, Philosophy in the Flesh, Basic Books, New York, 1999.

Merleau-Ponty, Maurice, Phénoménologie de la perception, Gallimard, Paris, 1945. L’Œil et l’Esprit, Gallimard, Paris, 1964.

Sartre, Jean-Paul, L’Être et le Néant, Gallimard, Paris, 1943.

Sylvester, David, Interviews with Francis Bacon, Thames and Hudson Ltd, Londres, 1993.

Svevo, Italo, La Coscienza di Zeno, Cappelli, Bologne, 1923 ; tr. fr. de Maryse Jeuland-Meynaud, La Conscience de Zeno, Librairie Générale Française, Paris.

Varela, Francis, Thompson, E., Rosch, E., La Via di mezzo della conoscenza. Le scienze cognitive alla prova dell’esperienza, Feltrinelli, Milan, 1992.

Notes

1 I. Svevo, 1923. L’édition italienne que j’utiliserai pour les citations est celle de Studio Tesi, Pordenone, 1985.

2 Pour la commodité du lecteur français, je donne en note la traduction de Maryse Jeuland-Meynaud (voir bibliographie).

3 « Voilà que de quatre jeunes filles à l’initiale identique, la première était liquidée, pour ce qui me concernait. Comment avait-on pu dire qu’elle était belle ? Le premier trait qu’on relevait chez elle était un strabisme si prononcé que, lorsqu’on repensait à elle après être resté quelque temps sans l’avoir revue, il la personnifiait toute entière. Ses cheveux peu fournis étaient blonds, mais d’un blond sans éclat. Elle n’était pas trop mal tournée, bien qu’un peu rondelette pour son âge. »

4 « Ada, en revanche, était déjà femme, avec des yeux sérieux dans un visage dont la blancheur laiteuse était rehaussée de tons bleutés et une chevelure abondante dont les boucles étaient coiffées avec une grâce sévère. »

5 « J’étais disposé à devenir un grand ami d’Augusta alors qu’auparavant cette amitié n’aurait pas été possible car je ne peux pas être ami des personnes laides. J’éprouvais une certaine sympathie pour sa taille que j’avais enlacée et que j’avais trouvée plus fine que je ne l’eusse cru. Son visage non plus n’était pas mal. Il ne semblait défectueux qu’à cause de cet œil qui s’écartait du droit chemin. J’avais certainement exagéré cette disgrâce en jugeant qu’elle s’étendait jusqu’aux cuisses. »

6 « Je l’ai rattrapée en courant en l’appelant par son prénom et elle s’est adossée au mur pour m’attendre : je lui ai fait face et j’ai aussitôt attaqué :
– Écoutez, Augusta, voulez-vous que nous nous mariions tous les deux ? [...] Elle a levé sur moi des yeux dilatés par la surprise. De sorte que son œil bigle s’écartait de l’autre encore plus que d’habitude. D’abord, la blancheur veloutée de son visage a pâli encore davantage et s’est congestionnée aussitôt après. »

7 « Elle m’a regardé dans les yeux et a vu que mon regard acquiesçait vivement pour lui laisser ce réconfort. J’ai descendu ces marches, que je n’ai plus comptées en me demandant : – Sait-on si je l’aime ? Ce doute m’a accompagné tout au long de ma vie et aujourd’hui je suis fondé à penser que de tels soupçons accompagnent tout amour véritable. »

8 « En attendant, moi qui connaissais cet œil par cœur, cet œil que j’avais tant redouté parce que je m’étais tout de suite rendu compte qu’il examinait avec froideur les choses et les gens pour les accepter ou les repousser, j’ai pu aussitôt constater qu’il avait changé, qu’il s’était agrandi comme si pour mieux voir il avait fait violence à son orbite. Cet œil dilaté détonnait dans ce mince visage amaigri et pâli. »

9 « Grande, importante maladie que celle de Basedow ! […] tous les organismes se distribuent le long d’une chaîne. À l’une des extrémités se tient la maladie de Basedow qui implique une folle prodigalité d’énergie vitale, un rythme précipité et les pulsations d’un cœur déchaîné, tandis qu’à l’autre bout on peut voir les organismes anémiés par parcimonie congénitale. »

10 « On eût dit une jeune mariée, la pauvre Ada, avec ses yeux démesurément agrandis par le bonheur. Sa maladie savait simuler tous les sentiments. »

11 « Le visage d’Ada était mal reconstruit parce qu’il avait récupéré des joues, mais pas au bon endroit, comme si, en revenant, la chair avait oublié son emplacement normal et s’était déposée trop bas. Elle avait pour cette raison davantage l’aspect de bouffissures que de joues. L’œil était rentré dans son orbite, mais nul n’avait pu réparer les dégâts qu’il avait causés en sortant. Il avait déplacé ou détruit des lignes pures et importantes. Quand nous nous sommes quittés devant la gare, sous un soleil d’hiver éblouissant, j’ai vu que le coloris entier de ce visage n’était plus celui que j’avais tant aimé. Il s’était fané et sur les parties charnues il rougissait par petites plaques. On eût dit que la santé n’appartenait plus à ce visage et qu’on avait seulement réussi à l’y simuler. »

12 « Oui ! Ada avait perdu sa beauté avec ses yeux écarquillés de terreur. [...] Je n’ai pas regardé Ada tout de suite : j’avais peur de la physionomie de Basedow. Quand je l’ai regardée, j’ai eu une surprise agréable car je m’attendais à pire. Ses yeux étaient vraiment démesurément agrandis, mais les boursouflures qui remplaçaient ses joues sur son visage avaient disparu et personnellement je l’ai trouvée très belle. [...] Il y avait quelque chose de très chaste et, à cause des yeux, de très sévère. Je n’ai pu éclaircir tout à fait mes sentiments, mais j’ai pensé sérieusement que se tenait à mes côtés une femme pareille à l’Ada que j’avais aimée. »

13 « Dans l’obscurité ses grands yeux étaient terribles. Envahi par l’angoisse, je me demandais ce que je devais faire. »

14 « À son retour, je l’ai trouvée à nouveau considérablement enlaidie. Elle avait davantage enflé que grossi. Ses joues, qui avaient repoussé, ne se trouvaient pas cette fois encore à leur place et lui faisaient un visage presque mafflu. Ses yeux avaient continué à déformer leurs orbites. »

15 « Ada se croyait encore belle ! Là-bas, au bord du lac, on lui avait fait la cour et ses succès la rendaient visiblement heureuse. […] Quant à nous, elle nous semblait plus laide car le souvenir de ce qu’elle avait été rendait plus saisissants les ravages opérés par la maladie. »

16 « Elle est entrée, vêtue simplement d’une robe d’intérieur noire, la coiffure en grand désordre, les mèches emmêlées et peut-être arrachées par une main qui s’acharnait à s’occuper, faute de pouvoir se soulager autrement. Elle s’est avancée jusqu’au guéridon près duquel j’étais assis et s’y est appuyée des deux mains pour me regarder bien en face. Son visage avait de nouveau fondu, débarrassé de cette étrange santé qui lui poussait de temps à autre, mais pas au bon endroit. Elle n’était pas aussi belle que lorsque Guido l’avait conquise, mais en la voyant personne n’aurait retrouvé la maladie. Elle n’y était pas ! »

17 Lakoff et Johnson, 1999, p. 128. Voir aussi l’idée de compréhension incarnée dans Merleau-Ponty (1945) ou d’expérience corporelle comme voie moyenne de la connaissance dans Varela, Thompson et Rosch (1992).

18 Voir l’analyse que lui a consacrée Denis Bertrand (Bertrand, 2002).

19 Mais je ne saurais pas exactement inscrire les différents moments de ces transformations dans les positions prévues par le modèle de la topique fontanillienne, où la « déformation » appartient au Moi-chair, tandis que, dans le modèle des mouvements corporels, la déformation est située dans la position du corps-enveloppe qui correspond, dans le modèle précédent, à la position du Soi-corps. Donc, en fonction de limites qui sont sûrement les miennes, je n’utiliserai pas ce positionnement.

20 Le corps sans organes, théorisé par Deleuze et Guattari, est formé par la combinaison corps-tête, comme dans les sociétés archaïques, plutôt que par un système de représentation centré sur le visage.

21 Les couleurs des visages et des cheveux de ces deux femmes, comme la composante chromatique dans la peinture de Bacon, devraient être aussi attentivement analysées en relation avec les changements de forme, mais nous ne pouvons les envisager ici.

Auteur

Professeur de sémiotique à l’université de Bologne, est spécialiste du discours médiatique. Parmi ses dernières publications : Semiotica del testo (2001), Leader Oracoli Assassini. Analisi semiotica dell’informazione (2003) ; Variazioni semiotiche. Metodi, analisi, interpretazioni a confronto (avec V. Pisanty et G. Ferraro, 2007).

© Presses universitaires de Vincennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search