Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Effets de cadre

 | 
Pierre Sorlin
, 
Marie-Claire Ropars-Wuilleumier
, 
Michelle Lagny

Avant-propos

Christian Doumet, Michèle Lagny, Marie-Claire Ropars-Wuilleumier et Pierre Sorlin

Texte intégral

1Pourquoi privilégier soudain le cadre et ses effets dans une collection qui a placé d’emblée l’interrogation esthétique sous le signe d’un hors cadre ? Sans doute faut-il, pour prolonger l’exploration du dehors, s’arrêter une fois sur ce qu’il s’agit, précisément, d’ouvrir. C’est prendre le risque de s’y trouver capté et comme rabattu sur des modes d’analyse et d’historicisation de l’art dont la légitimité tient au soin qu’ils mettent à délimiter leurs objets. Mais c’est aussi – pour peu qu’on choisisse de jouer le cadre dans toute son extension – en découvrir le bougé des contours, la difficulté de les cerner, la fuite mobile de ce que l’on entendait examiner d’un point de vue détaché.

2La tradition chinoise nomme « paysage d’emprunt » ces vues sur la nature soulignées par un cadre à claire-voie, que les architectes de jardin ménagent le long des galeries offertes à la promenade des princes et des empereurs. Un tel dispositif, conjugaison de concertation et de hasard, d’attente et de surprise, de fini et d’infini, réunit, sous son simple geste, quelques-uns des principaux paradoxes perceptifs et interprétatifs autour desquels tourne ce livre.

3Trois opérateurs, ici – dans le livre comme au jardin – peuvent aider à cerner (c’est bien le moins...) en même temps qu’à éclairer la sorte de phénomènes dont il est question.

4Le cadre, d’abord, outil esthétique et conceptuel à la fois, désigne un effet de soulignement, d’emphase et d’exception. Il nous conduit naturellement au champ des présentations visuelles – peinture, photographie... – dont il décrit d’une certaine manière l’acte fondateur : dessiner, clicher, c’est avant tout élire l’objet d’une attention et d’une dilection.

5La délimitation, ensuite, dont le trait dit, à son tour, l’acte d’exclusion, le choix de finitude, de complétude et d’unité. Elle nous oriente, elle, dans le domaine plus vaste de ces constitutions de savoir que requiert nécessairement le fait d’art lui-même. Composer, écrire, c’est en effet toujours aller d’un champ opératoire défini à un objet construit par une série d’opérations imprévisibles, mais délimitées.

6Le contexte, enfin, nous renvoie, lui, au hors-champ : à cet ensemble de conditions phénoménales, mentales et perceptives sur fond de quoi adviennent la création et sa réception. Entendre, voir, lire, c’est apporter aux choses de l’œuvre maintes circonstances qu’elles ne prédisaient pas, et dont pourtant l’œuvre se nourrira.

7Mais c’est la série des termes qui est ici, à dix reprises, interrogée. Cadre, délimitation, contexte : cette suite, ou plutôt ce mouvement que suscitent l’extrême proximité et la nature non-superposable des trois concepts. Inséparables, comme le paysage chinois de son cadre, ils n’en finissent pas de se disjoindre dès que sur eux se pose le regard.

8Ce travail de la triade nous a intéressés. Comme un défi, d’abord ; comme une nécessité de pensée, dans un deuxième temps ; comme un blason retrouvé, manifeste ou secret, au fronton de toutes les œuvres qui, par approches diverses, venaient à être considérées.

9Le montage retenu pour la succession des textes ne se contente donc pas de décliner – de la photographie au readymade ou de la danse au Voyage d’hiver – la palette des arts à travers lesquels on tente de cadrer ici, ou plutôt de recadrer, la relation de l’art aux modalités de son exposition. À chaque étape, qu’il s’agisse d’exemplifier la loi du cadre, l’avancée de la limite ou la prégnance du contexte, c’est la série des trois termes, rendus indissociables, qui fera glisser chacun d’entre eux à la frontière de l’illimitation. Dans les jeux d’images et le pas des mouvements, dans la peinture ou dans la cure, chez Bartleby ou selon Denis Roche, le cadrage perceptif ne cesse de bouger à la mesure d’une contextualisation relevant elle-même de l’invention esthétique. Faisant retour les uns sous les autres, les trois termes par lesquels on avait pensé marquer la contrainte du cadrage imposent alors comme cadre de l’enquête le spectre d’une sérialisation indéfiniment ouverte en son principe. Ainsi « l’architecture des points de vue », que Deleuze place au pli de l’art, pourrait-elle bien conduire la multiplicité des vues rassemblées ici vers le point où la promenade fait vaciller la fenêtre et filer le regard hors son champ : la limite des arts touche à l’illimite de l’art.

© Presses universitaires de Vincennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.