Version classiqueVersion mobile

La Transversalité du sens

 | 
Juan Alonso Aldama
, 
Denis Bertrand
, 
Michel Costantini
, 
et al.

I. Lieux de la transversalité

Le double conditionnement – tensif et rhétorique – des structures élémentaires de la signification

Claude Zilberberg

Texte intégral

1. Préalables

1Le discours scientifique ou, plus honnêtement, à visée scientifique, n’échappe pas au partage ordinaire : ouverture ou fermeture ? Ouverture, c’est-à-dire circulation, passage d’un domaine à l’autre, transposition, transcodage dans les termes de la préface de Du sens I d’A.J. Greimas ; ou bien fermeture, cloisonnement, irréductibilité. Ici prévalence des conditions, là des principes. Le sujet proposé évoque le motif persistant qui consiste à déterminer si une bouteille est à moitié pleine ou à moitié vide : si les structures élémentaires de la signification étaient dûment établies et validées, elles devraient se manifester comme universelles, et le problème de la transversalité du sens ne serait plus qu’une affaire de temps, ou ce qui revient au même : de patience ; inversement, si la transversalité du sens demeure une demande, c’est, selon une mesure à fixer, parce que les structures élémentaires de la signification, sur lesquelles la sémiotique a cru devoir s’appuyer, dissimulaient quelque insuffisance, soit du côté des prémisses, soit du côté des conséquences.

  • 1 P. Valéry, Œuvres, tome 2, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1960, p. 551.

2La transversalité que nous considérons ici est, selon un mot emprunté à Genette, une transversalité « restreinte » : elle envisage d’un côté la sémiotique greimassienne des années 1960-1970, puisque nous nous référons aux structures élémentaires de la signification, d’un autre côté le point de vue tensif qui, pour l’instant, n’est qu’un point de vue, et en troisième lieu un volet de la rhétorique tropologique qui détient deux avantages inappréciables dont la doxa aujourd’hui ne comprend plus l’interdépendance : l’ancienneté et l’efficacité. Clairvoyant, Valéry insiste, dans un fragment, sur la fraîcheur, la jeunesse intacte de la rhétorique : « L’ancienne rhétorique regardait comme des ornements et des artifices ces figures et ces relations que les raffinements successifs de la poésie ont fait enfin reconnaître comme l’essentiel de son objet ; et que les progrès de l’analyse trouveront un jour comme effets de propriétés profondes, ou de ce qu’on pourrait nommer : sensibilité formelle1. » Ce texte propose trois thèmes de réflexion qui ne sont pas étrangers à la notion de transversalité : (i) si certaines données s’avèrent à l’évidence transhistoriques, elles le doivent manifestement à la lenteur qui les porte ; (ii) en continuité avec le point précédent, la poésie a « aussi » pour contenu la connaissance des opérations sémantiques qui la rendent possible ; (iii) enfin, ces opérations, qui ne sauraient nous être étrangères, font signe à une complexité génératrice, « la sensibilité formelle », laquelle dispense, selon le point de vue retenu, des formes affectantes et des affects informés.

  • 2 Le mot appartient à Hjelmslev lui-même : « Cette manière de procéder par définitions à out (...)
  • 3 A.J. Greimas et J. Courtés (dir.), Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du lang (...)
  • 4 A.J. Greimas et J. Courtés (dir.), Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du lang (...)

3Le sort de la transversalité n’est pas dissociable de celui du métalangage. Il semble que l’attention accordée aux deux composantes de ce lexème imposant soit inégale : la composante « méta- » est mieux traitée que la composante « langage », ce qui est sûrement dommageable. Nous ferons valoir tout d’abord que le métalangage est ou devrait être un co-langage, un langage commun qui permette de se parler en se comprenant, ce qui est – comment le nier ? – loin d’être le cas. La finalité déterminant le contenu, la forme du métalangage doit tendre, s’il assume cette visée, vers celle du dictionnaire, comme l’ont préconisé Hjelmslev et Greimas, le premier avec « outrance2 », le second avec modération. Or, ce qui est demandé à un dictionnaire n’est en rien mystérieux : un dictionnaire doit formuler des définitions, c’est-à-dire des analyses ; ces définitions doivent être rigoureusement liées entre elles, former un « système » clos pour Hjelmslev, un « parcours » pour Greimas. Si cet objectif est atteint dans et par Sémiotique 13, on ne saurait en dire autant dans le cas de Sémiotique 24. L’expérience montre ensuite que les définitions sont partagées en deux sous-classes distinctes : [morphologie vs syntaxe] selon la tradition, [système vs procès] pour Hjelmslev, [composante sémantique vs composante syntaxique] pour Greimas, [état vs événement] du point de vue tensif. Enfin, l’entreprise, si elle aboutit, prend la forme d’une grammaire formulant sinon des règles intraitables, du moins des régulations, comme dans l’ouvrage d’A. Riegl : Grammaire historique des arts plastiques.

2. Regard en arrière

  • 5 Selon Hjelmslev : « Dans le domaine scientifique, on peut très bien parler de résultats dé (...)

4Sans que nous l’ayons prémédité, notre interrogation se change en réflexion sur le temps, la nostalgie, la fatalité de l’ingratitude : les structures élémentaires de la signification, une des grandes percées des années 1960-1970, ont pratiquement disparu des analyses et des recherches ; le carré sémiotique, jadis péroraison attendue des exposés, a subi un sort à peu près identique : ceux qui s’y risquent encore donnent le sentiment de ne pas y croire, de ne plus y croire. Dans les limites de cette étude, nous voudrions essayer de comprendre ce qui s’est passé et, par égard pour ce que nous avons aimé, tenter, ainsi que le recommande Hjelmslev5, de conférer à cet « acquis » une nouvelle jeunesse.

5À l’époque, dans notre souvenir, le défaut de la « cuirasse » du carré résidait dans la fragilité des deux implications : [non s1 > s2] et [non s2 > s1], ou, pour prendre un exemple allégué par B. Pottier, l’impossibilité de passer de « non riche » à « pauvre » ; pour certains corpus, le passage était concevable, pour d’autres forcé, c’est-à-dire que l’implication était actualisée, mais non réalisée. Le point important se trouve peut-être ailleurs, à savoir dans l’impossibilité de comprendre pourquoi à partir des prémisses déclarées cette impossibilité se produisait, pourquoi des opérations dites « logico-sémantiques » demeuraient imperfectives ? Chacun sentait bien que l’aspectualité n’était pas étrangère à ce qui se produisait, mais il aurait fallu admettre que l’aspectualité, sans doute une aspectualité figurale, prévalait sur le « logico-sémantique » ou le « logico-phonologique », ce qui, compte tenu de la hiérarchie explicite du parcours génératif, n’était pas envisageable à l’époque.

6Ce défaut n’est pas le seul. Emprunté à Brøndal, le terme complexe était présent dans la sémantique fondamentale, mais absent de la syntaxe fondamentale ; même « à froid », personne n’a songé à proposer un algorithme permettant au train du sens de passer par les termes complexe ou neutre ; sauf oubli ou ignorance de notre part, le terme complexe ne jouait, ne joue aucun rôle dans les analyses concrètes. Bref, une distorsion s’observait entre le contenu et l’usage.

  • 6 Le témoignage de Cassirer est sur ce point précieux. Le nom de Saussure, absent de La phil (...)
  • 7 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, Payot, Paris, 1962, p. 194.

7Par ailleurs, à l’époque, les structures élémentaires de la signification étaient, au nom d’un immanentisme sévère et d’une lecture discutable de Saussure, dites « achroniques ». En effet, pour ceux qui en ont pris connaissance, la révolution saussurienne a consisté d’abord dans l’affirmation de deux linguistiques résolument distinctes l’une de l’autre : la linguistique synchronique et la linguistique diachronique6. Ceux qui se sont exprimés dans ce sens ont négligé une atténuation formulée par Saussure lui-même : « Mais n’y a-t-il que les sons qui se transforment avec le temps ? Les mots changent de signification, les catégories grammaticales évoluent ; on en voit qui disparaissent avec les formes qui servaient à les exprimer (par exemple le duel en latin). Et si tous les faits de synchronie associative et syntagmatique ont leur histoire, comment maintenir la distinction absolue entre la diachronie et la synchronie ? Cela devient très difficile dès que l’on sort de la phonétique pure7. » Et précisément le structuralisme des années 1970 généralisait le modèle phonologique qui admettait cette coupure, c’est-à-dire qu’il étendait le modèle phonologique possiblement « achronique » au-delà des limites en fonction desquelles il avait été conçu.

8Enfin, et par dérivation de l’affirmation précédente, le carré sémiotique manquait à lui-même par incapacité où il était d’opposer les termes à eux-mêmes : /a/ s’oppose à /b/, mais ce que le moindre corpus montre à l’envi, c’est que dans certaines conditions /a/ s’oppose à lui-même, /b/ s’oppose à lui-même ! C’est la leçon chuchotée par l’aspect. Au lieu de procéder au syncrétisme des concepts de différence et d’opposition, il aurait fallu au contraire les distinguer.

3. Le conditionnement tensif des structures élémentaires de la signification

  • 8 Selon Saussure, « [...] la syllabation est pour ainsi dire le seul fait qu’elle [la phonol (...)

9Avec le recul du temps, le recours au modèle phonologique apparaît deux fois blâmable. L’analogie entre le phonème et le lexème est superficielle ; les contraintes structurales qui s’exercent sur le phonème n’ont rien à voir avec celles qui s’exercent sur le lexème. Il n’est demandé aux phonèmes que de différer les uns des autres et, par exemple, de prévenir en français la confusion de « vase » et de « phase » ; pour ce qui regarde le lexème, la visée est plutôt de réunir les conditions sémantiques permettant de faire rimer heureusement ensemble « vase » et « phase ». De ce point de vue, le malentendu est entier, car pour Saussure et Hjelmslev, mais selon des modalités différentes, ce qui doit être emprunté à la phonologie, ce n’est pas le phonème, mais le processus mystérieux qui l’intègre : la syllabation8.

  • 9 L. Hjelmslev, « La structure morphologique », dans Essais linguistiques, Minuit, Paris, 19 (...)
  • 10 L. Hjelmslev, Prolégomènes a une théorie du langage, op. cit., p. 36.
  • 11 Selon Hjelmslev : « Les termes du système (les cas en l’espèce) sont ordonnés selon étendu (...)

10De notre point de vue, les termes doivent satisfaire une triple demande. En premier lieu, ils doivent être déformables, à l’instar de ce que montrent en linguistique la dérivation et la flexion, lesquelles proposent des séries ; cette déformabilité explique que les termes deviennent opposables à eux-mêmes. En second lieu, il convient de réhabiliter la conditionnalité : les conditions participent de la signification, comme le montre l’écart entre le lexème et le sémème, ou comme l’indique Hjelmslev en généralisant : « La grammaire générale est faite par la reconnaissance des faits réalisables et des conditions immanentes de leur réalisation9. » Si l’on pousse un peu plus loin la réflexion en s’interrogeant sur la notion de style, c’est sans doute le dualisme même des principes et des conditions qu’il conviendrait de soupçonner. Enfin, eu égard à la question directe : faut-il concevoir le terme complexe à partir du terme simple ou le terme simple à partir du terme complexe ? Nous optons pour le second terme de l’alternative : tous les termes sont complexes, mais ils ne le sont pas de la même façon. Nous avons mentionné que le terme complexe est resté un intrus pour la sémiotique, mais ce recours au terme complexe suppose une clarification préalable, dans la mesure où la complexité fonctionne dans la plupart des discours actuels comme un mot de passe expédient. Sous bénéfice d’inventaire, nous recensons quatre conceptions de la complexité que nous distinguons ainsi : (i) la complexité discursive ou mythique qui, par exemple, à partir de la classe des dieux et de celle des humains, produit, sans que personne ne s’en offusque, des demi-dieux ; c’est celle qui a cours dans les dessins animés, lesquels fabriquent couramment des « monstres », ou qui est apparemment au principe de la condensation freudienne ; (ii) la complexité de composition qui à partir d’un tri préalable calcule un mélange ; elle surmonte une hétérogénéité ; c’est le modèle naïf du phonème, de la recette culinaire qui rapproche, comme l’image poétique selon Reverdy, des « réalités plus ou moins éloignées » ; c’est le modèle qui sous-tend les collages analysés par A. Beyaert ici même ; cette complexité de composition caractérise – et déprécie – le faire humain pour Valéry quand on le compare à celui de la nature qui est sous le signe d’une indivision ab quo ; elle est au principe de l’épistémologie de Hjelmslev : « Les “objets” du réalisme naïf se réduisent alors à des points d’intersection de ces faisceaux de rapports [...]. Les rapports ou les dépendances que le réalisme naïf tient pour secondaires et présupposant les objets, deviennent pour nous essentiels : ils sont la condition nécessaire pour qu’existent des points d’intersection10» ; (iii) la complexité de constitution qui résout une contrariété ; elle est requise dans la perspective greimassienne pour produire à partir des contraires [s1] et [s2] le terme complexe [s1 + s2], à partir des sub-contraires [non s1] et [non s2] le terme neutre [non s1 + non s2] ; fort honnêtement, les auteurs de Sémiotique 1 le reconnaissent : « Le problème de la génération de tels termes n’a pas jusqu’à présent reçu de solution satisfaisante. » Pour Hjelmslev, la structure élémentaire n’est pas dirigée par l’opposition, mais par l’asymétrie entre un terme intensif localisé : [s1], et un terme extensif étendu11 et donc complexe : [s1 + s2]. La théorie hjelmslevienne est explicitement conçue pour accueillir le « principe de participation » cher à Lévy-Bruhl ; (iv) la complexité de développement porte sur l’interaction des grandeurs en contact ; le modèle pour Saussure est celui de la syllabe dans les Principes de phonologie et dans les Écrits de linguistique générale récemment publiés ; cette quatrième forme de complexité est celle qui, si l’expression est permise, a notre préférence. Plusieurs raisons peuvent être invoquées : c’est un fait bien établi en épistémologie que l’intrus, s’il s’avère résistant, devient dans la phase suivante un centre organisateur ; ce type de complexité s’accorde avec le jeu des corrélations converse et inverse qui s’observe dans les styles et les formes de vie ; il réduit la distance encore admise entre la morphologie et la syntaxe. Mais surtout, cette forme de complexité constitue le répondant en amont des opérations capitales en aval que constituent pour la sémiotique l’analyse et la définition : que peut-on analyser sinon une complexité ? Que faisons-nous les uns et les autres sinon de proposer des analyses ? Qu’est-ce qu’une « bonne » définition sinon le procès-verbal d’une analyse ? Le primat épistémique de la définition assumé par Hjelmslev et Greimas désigne donc la complexité comme résistance et donc comme objet et, de ce point de vue, si Sémiotique 1 satisfait ces demandes, ce n’est pas le cas de Sémiotique 2. Si nous revenons un instant au plan de l’expression, la complexité du phonème est une complexité de composition, celle de la syllabe une complexité de développement.

11À partir de ces rappels, nous sommes en mesure de revenir sur les difficultés que la proposition des structures élémentaires de la signification a rencontrées. D’un mot, on a voulu faire cohabiter dans le même espace des grandeurs qui hantent des espaces distincts. Nous gardons la distinction hjelmslevienne [intensif vs extensif], mais en lui demandant – ce à quoi Hjelmslev n’aurait jamais consenti ! – de prendre en charge aussi la substance du contenu, c’est-à-dire les tensions de nos vécus, la phorie dans l’approche greimassienne. Soit naïvement :

12Ce diagramme résume nos propositions : (i) les termes intensif et extensif sont complexes, mais de manière symétrique et inverse : le terme intensif est disons tonique et peu étendu, donc concentré, le terme extensif atone mais étendu ; (ii) les valences [v1] et [v3] sont les aboutissantes d’une analyse et constituent à ce titre la définition du terme intensif ; autant vaut pour les valences [v2] et [v4] à l’égard du terme extensif ; (iii) les couples de valences [v1] et [v3] d’une part, [v2] et [v4] d’autre part, varient en raison inverse, comme on est en droit de l’expecter d’une complexité de développement consistante.

13Le cas des termes complexe et neutre est bien différent puisqu’il présuppose une relation converse :

14Cette disposition explique en partie l’allergie de la sémiotique pour les termes complexe et neutre, son incapacité à proposer un algorithme plausible les visitant. Les structures élémentaires de la signification sont partagées ; si elles doivent être maintenues, elles supposent non pas un espace, mais deux, et le passage d’un espace à l’autre a, s’il survient, valeur d’événement.

4. Le conditionnement rhétorique des structures élémentaires de la signification

  • 12 L. Hjelmslev, « La notion de rection », dans Essais linguistiques, op. cit., p. 153.

15Ce second développement s’inscrit en continuité avec le précédent. Si nous envisageons les termes intensif et extensif, du premier on doit dire qu’il est plus concentré et moins étendu que le second, caractéristiques qui doivent être retournées pour le terme extensif. Ces données sont des moments d’une dynamique accessible. C’est dire que la relation entre morphologie et syntaxe est celle qui existe entre une opération expliquée pour la syntaxe et une opération impliquée pour la morphologie ; comme pour les objets mathématiques courants, la définition chiffre une règle de construction formulable. De ce point de vue, l’un des buts déclarés de Hjelmslev est d’abolir la distinction entre la morphologie et la syntaxe : « [...] on est forcé d’introduire des considérations manifestement “syntaxiques” en “morphologie” – en y introduisant par exemple les catégories et de la conjonction dont la seule raison d’être est dans le syntagmatique – et de caser dans la “syntaxe” des faits pleinement “morphologiques” – en réservant forcément à la “syntaxe” la définition de presque toutes les formes que l’on prétend avoir reconnues en “morphologie”12. » Dans ce cas, la distinction entre la morphologie et la syntaxe n’est qu’une tradition académique, une commodité. À l’inverse, à propos du parcours génératif, Greimas, tout en prévoyant des passerelles, maintient la distinction entre la sémantique et la syntaxe.

  • 13 L. Hjelmslev, Prolégomènes à une théorie du langage, op. cit., p. 19.
  • 14 J. Fontanille et Cl. Zilberberg, Tension et signification, Mardaga, Sprimont-Belgique, 199 (...)

16Selon le point de vue qui est ici présenté, et sans prétendre épuiser une problématique de cette envergure, nous réduisons la question à ceci : si la production d’une grandeur est la réciproque d’une analyse et que cette production entre dans la définition, alors la distinction entre la sémantique et la syntaxe devient comparable au délai qui sépare le libellé d’une opération de son effectuation. Si les termes sont tantôt concentrés ou étendus, tantôt toniques ou atones, nous faisons l’hypothèse qu’ils chiffrent des opérations, qu’il existe un « chemin », un [ « from > to »] (métaphores que nous empruntons au Valéry des Cahiers) permettant de se rendre de l’un à l’autre ; de plus, en vertu du « principe d’empirisme » qui fait l’objet du troisième chapitre des Prolégomènes, ces opérations doivent « être les plus simples possibles »13. Ces opérations tout élémentaires, qui permettent à des termes de s’opposer à eux-mêmes au fil d’un continuum orienté, sont l’augmentation et la diminution. Or la moitié de la rhétorique tropologique, celle qui est « utile » à tout un chacun, gravite autour de l’intensification, de l’emphase, d’une quête du retentissement. Tension et signification14 a mis en avant les notions d’ascendance et de décadence, lesquelles s’opposent l’une à l’autre, mais non à elles-mêmes. Soit un continuum simple ayant pour termes extrêmes : [S1 ≈ 1] et [s4 ≈ 0], [s1] étant pensé à la fois comme terme et intervalle, ce qui est licite si le contenu est tributaire de l’étendue, l’intervalle [s1 – s2] correspond à une atténuation qui éloigne de la saturation et de la plénitude, l’intervalle [s3 – s4] à un amenuisement qui achemine jusqu’à la nullité ; inversement, si nous choisissons [s4] comme terme ab quo, nous enchaînons le relèvement [s4 – s3], puis le redoublement [s2 – s1] ; ces opérations sont donc à la fois translatives et jonctives.

décadence [s1 > s4] atténuation ≈ de s1 à s2
amenuisement ≈ de s3 à s4
ascendance [s4 > s1] relèvement ≈ de s. à s3
redoublement ≈ de s2 à s1

17Ce dispositif, qui rapproche la paradigmatique et la syntagmatique, présente encore un avantage notable : les passages de [s1] à [s2], puis de [s2] à [s3], enfin de [s3] à [s4] se laissent interpréter comme récursifs, comme une mise en œuvre de la récursivité sur laquelle Greimas a souvent insisté ; cette récursivité permet de concentrer le concentré, d’étendre l’étendu, d’agrandir le grand, etc., elle devient le répondant structural du superlatif-concessif, de l’hyperbole et, bien entendu, du sublime, en quelque sens qu’on l’entende.

5. Pour finir

18Le sens est une proie que se disputent les sciences dites humaines et les points de vue prévalents à telle date. Nous assistons à une série de confiscations du sens par des prédateurs, lesquels, à l’instar des conquérants d’autrefois, dominent un laps, puis se retirent devant de nouveaux venus plus jeunes et plus ardents. La sémiotique elle-même s’est présentée successivement comme une « logicisation » du sens, comme une « phonologisation » que Hjelmslev avait prévue et dénoncée. Pour elle-même, elle s’est voulue une narrativité généralisée, puis elle a fini par accorder aux modalités, puis à l’aspect, une importance qui ne figurait pas dans les prémisses. Par rapport aux sciences dites humaines, le sens est réclamé tantôt par la psychanalyse, tantôt par la sociologie d’inspiration durkheimienne, hier par le marxisme. La prise en compte récente de l’esthésie conduit parfois les sémioticiens à envisager une « phénoménologisation » du sens et à passer par pertes et profits la plupart des acquis patiemment atteints.

19S’il n’apparaît guère possible pour la sémiotique de se maintenir comme discipline autonome (Greimas), discipline autarcique ou « superbe » (Hjelmslev), notre parti se veut dans cette « ténébreuse affaire » le moindre et nous préconisons, à la place qui est la nôtre, une rhétorisation de la sémiotique et ultérieurement une sémiotisation de la rhétorique. En premier lieu, si les uns et les autres nous produisons et consommons incessamment des discours et occasionnellement des récits, la sémiotique est, quand elle envisage la rhétorique, « chez elle », puisque la rhétorique est un art du discours ; en second lieu, la rhétorique peut se targuer d’une ancienneté, d’une « antiquité » tout à fait respectable et pour certains et non des moindres (Valéry, Jakobson, Lévi-Strauss, Barthes) d’une fraîcheur intacte. Enfin, en raison de sa pérennité, de sa vitalité immarcescible, peut-être aussi de sa finitude, la rhétorique a une dimension transculturelle enviable que trahissent déjà les dénominations des figures empruntées pour la plupart d’entre elles à la langue grecque.

Notes

1 P. Valéry, Œuvres, tome 2, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Paris, 1960, p. 551.

2 Le mot appartient à Hjelmslev lui-même : « Cette manière de procéder par définitions à outrance semble devoir contribuer à libérer la théorie du langage d’axiomes spécifiques », dans Prolégomènes à une théorie du langage, Minuit, Paris, 1971, p. 34.

3 A.J. Greimas et J. Courtés (dir.), Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Hachette, Paris, 1979.

4 A.J. Greimas et J. Courtés (dir.), Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, 2. Compléments, débats, propositions, Hachette, Paris, 1986.

5 Selon Hjelmslev : « Dans le domaine scientifique, on peut très bien parler de résultats définitifs, mais guère de points de vue définitifs. La linguistique classique du xixe siècle a obtenu des résultats définitifs concernant la parenté génétique des langues. Ils constituent un des aspects essentiels de la linguistique. Mais nous les exposons ici en les adaptant aux nouveaux points de vue et en les plaçant dans une perspective un peu différente de celle dans laquelle ils furent découverts ; [...] », Le Langage, Minuit, Paris, 1971, p. 27.

6 Le témoignage de Cassirer est sur ce point précieux. Le nom de Saussure, absent de La philosophie des formes symboliques, figure dans l’Essai sur l’homme, mais seulement comme le père de la distinction évoquée.

7 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, Payot, Paris, 1962, p. 194.

8 Selon Saussure, « [...] la syllabation est pour ainsi dire le seul fait qu’elle [la phonologie] mette en jeu du commencement à la fin » (ibid., p. 79).

9 L. Hjelmslev, « La structure morphologique », dans Essais linguistiques, Minuit, Paris, 1971, p. 140.

10 L. Hjelmslev, Prolégomènes a une théorie du langage, op. cit., p. 36.

11 Selon Hjelmslev : « Les termes du système (les cas en l’espèce) sont ordonnés selon étendue respective des concepts exprimés et non selon le contenu de ces concepts », dans La catégorie des cas, W. Fink, Munich, 1972, p. 102.

12 L. Hjelmslev, « La notion de rection », dans Essais linguistiques, op. cit., p. 153.

13 L. Hjelmslev, Prolégomènes à une théorie du langage, op. cit., p. 19.

14 J. Fontanille et Cl. Zilberberg, Tension et signification, Mardaga, Sprimont-Belgique, 1998.

Auteur

Docteur d’État, spécialiste de sémiotique poétique, a introduit et développé la réflexion sur la tensivité dans la théorie du sens. Il est auteur d’un grand nombre d’articles et de plusieurs ouvrages, dont Raison et poétique du sens (1988), Tension et signification (1998) et Éléments de grammaire tensive (2006).

© Presses universitaires de Vincennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search