Version classiqueVersion mobile

La Transversalité du sens

 | 
Juan Alonso Aldama
, 
Denis Bertrand
, 
Michel Costantini
, 
et al.

Pratique de la transversalité

Denis Bertrand et Michel Costantini

Texte intégral

  • 1 R. Jakobson, « Uber die heutige Voraussetzungen der russische Slavistik », Slavische Runds (...)

1Dans un important article de sa période tchèque1, Roman Jakobson distinguait avec force deux directions de la recherche, deux motivations à la quête : la positiviste et vieille-occidentale « pourquoi ? » (warum ?), la téléologique et moderne-russe « pour quoi ? » (wozu ?), qui avait évidemment sa préférence.

2La pratique sémiotique aujourd’hui doit certes s’interroger sur l’effet de mode : pourquoi le tropisme propre de ces dernières années nous fait nous intéresser à toutes ces choses : synesthésie, syncrétisme, hétérogène et hétéroclite, hybridation et hybridité, plurisensorialité, multimédia, et on en passe ? Mais il a paru plus judicieux de chercher à penser pour quoi, selon quelle orientation ces « choses-là » requièrent notre attention, vers quel but elles tendent et comment en rendre compte. La tâche est loin d’être aisée, tant règne la confusion des niveaux. Il s’agirait peut-être de définir un mot – par exemple le transversal –, de le travailler jusqu’à le redéfinir, comme le suggère H. Parret à partir des « transversales » de M. Proust, et de le hisser ainsi peut-être au rang de concept, mais également d’expliquer cette élection, de justifier cette transformation, de fonder cette élévation.

3Le choix s’autorise de l’amplitude du référent et de la pertinence du sémantisme, car « transversal » évoque tout ce qui « passe en travers » (Littré), soit l’image d’un mouvement qui relie des points jusque-là séparés, et au-delà encore distingués – qualités indiscutables pour une sémiotique qui se veut générale et dynamique. Le travail de transformation s’explique lui-même, en acte, ici et là dans le présent ouvrage, parce que les objets auxquels on se confronte font advenir à l’évidence que « transversalité » n’entretient pas le même rapport avec « synesthésie » qu’avec « interdisciplinarité », ne subsume pas identiquement « syncrétisme » et « plurisensorialité », ne vaut pas à l’identique dans l’acoquinement des sémioses spécifiées et son application au niveau métasémiotique, etc., même s’il n’est pas sans avoir affaire à chacun d’entre eux.

  • 2 « Transversalité du sens. Recherche et confrontation de modèles », colloque organisé par D (...)

4Projet donc ambitieux et imprudent que celui de ce livre issu d’un colloque réalisé à Paris 8 en mai 20042. Son objet était de réinterroger une des ambitions fondatrices de la sémiotique : appréhender et décrire l’unicité du sens à travers la diversité des langages, en postulant, comme l’écrit ici même J.-F. Bordron – sous forme interrogative –, « qu’il n’y a pas un lieu propre du sens, le langage, mais une multiplicité de domaines sémiotiques qui s’entre-expriment sans que l’un d’entre eux ait quelque privilège particulier ».

  • 3 a.j. Greimas et J. Courtés, Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Ha (...)

5Cette hypothèse s’affirmait à l’origine avec force, mais de manière limitative, à travers la notion de « syncrétisme ». Ce terme caractérise, comme l’écrit le Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, « les sémiotiques qui – tels l’opéra ou le cinéma – mettent en œuvre plusieurs langages de manifestation » ou comme « la communication verbale [qui] n’est pas seulement de type linguistique, [mais] inclut également des éléments paralinguistiques (comme la gestualité ou la proxémique) ou sociolinguistiques, etc. »3. Les chemins largement ouverts à la recherche sémiotique depuis les années 1970 ont, depuis, profondément modifié la donne. Et ce qui n’était alors que collaboration de substances et de formes d’expression intégrées en un contenu commun s’est trouvé par la suite soumis à de nouvelles interrogations. C’est ainsi que cette première acception de la transversalité, bien présente dans plusieurs des contributions du présent ouvrage (G. Marrone, A. Beyaert-Geslin, J. Fontanille), s’y trouve surtout pour être questionnée et faire en chemin place à une tout autre problématique, voire à une autre acception de la transversalité : il s’agit moins en effet d’examiner les modes de participation intégrative de différents matériaux expressifs dans une représentation supposée globale des contenus de signification, que d’appréhender les rapports entre les manifestations signifiantes qui forment autant de « chemins de traverse » entre l’expérience sensible, les langages et les pratiques effectives du sens en situation. Alors que, dans la tradition sémiotique, dominait la première acception, on s’apercevra au fil des études ici réunies que c’est la seconde qui, manifestement, devient prééminente. Et celle-ci vaut alors par sa force d’interrogation des principes mêmes sur lesquels se fonde une discipline qui entend saisir les conditions d’émergence, de structuration et d’intégration des « significations en acte », au sein du divers qu’elles réunissent. La transversalité alors circule, depuis une topologie des parcours qui font transiter les contenus sensibles – entre les œuvres comme entre les états passionnels – selon une dynamique temporelle propre (H. Parret) jusqu’à la proposition d’une architecture raisonnée des liaisons entre les différentes expériences du sens qui s’intègrent en toute pratique (J. Fontanille) : visées exploratoires, parmi d’autres dans le livre, qui montrent la fécondité d’un questionnement au départ appliqué au syncrétisme des matériaux signifiants et finalement centré sur les relations entre signification et vécu du sens.

6Ce déplacement, présent en chaque texte, justifie l’ordonnance générale et le canevas adopté : une première partie, intitulée Lieux de la transversalité, interroge trois grandes approches possibles pour la transversalité. À quoi en effet rapporter une notion aussi large et incertaine ? J.-Cl. Coquet la rapporte à une conception du langage indissociable de l’expérience corporelle et sensible du sens, où le discours est « ouvert aux choses mêmes », intégrant le logos et la phusis – « la force qui habite les choses » –, à l’opposé du métalangage qui passe par le concept et s’intéresse au logos seul. N. Batt, interrogeant au contraire les conditions de formation des métalangages dans les disciplines, y voit le lieu d’une nécessaire transversalisation entre les dispositifs formels et le sensible ; elle met alors en avant la notion d’intégration dont on retrouve, au fil des contributions, le caractère à la fois central et problématique. Et Cl. Zilberberg va chercher au cœur du concept de « catégorie », traditionnellement oppositive et discrétisée par le déploiement des opérations binaires de la sémantique, les effets de tension interne qui en habitent préalablement les termes. Cette tensivité infracatégorielle en révèle en quelque sorte le « bougé » interne. D’où son plaidoyer pour la prééminence des termes complexes (et... et...) et neutres (ni... ni...) qui recèlent par définition une dimension transversale. Mais en réintroduisant les propriétés de la rhétorique, discipline reine de ces processus d’intensification et d’affaiblissement du sens, il suggère également, à l’instar de N. Batt, une transversalité disciplinaire qui sera largement assumée et développée, à la fin du volume, par J. Fontanille.

7Les trois directions de la transversalité qu’esquissent ces premières contributions peuvent être considérées comme emblématiques, mais nullement modélisantes ni surtout exhaustives, des travaux sémiotiques sur cette question : la quête d’un foyer de formation (qu’on recherche dans la sémiotisation de l’esthésie à travers le concept d’instance), celle d’une modélisation (qu’on recherche du côté des formes d’intégration ou de parcours), celle d’une extension de la saisie (qu’on recherche dans les relais disciplinaires, mais aussi, ou surtout ici, dans l’approche par définition transversale du sens effectivement vécu, compris comme interaction) dessinent autant de directions distinctes et complémentaires.

8La deuxième partie, Parcours de transversalisation, interroge donc surtout le foyer sensible et esthésique du sens dans sa relation avec la pratique esthétique. Comme l’écrit H. Parret, « cette topologie de la transversalité semble dominer le parcours des esthésies marquant nos états d’âme ». Elle a pour propriété de réunir des ensembles forts hétérogènes : « agglutination d’événements du monde », « convergence de bouts de discours et de récits », « confusion d’objets d’art dans l’univers artistique », « entrecroisement des fils passionnels de notre âme »... Mais surtout, avec ses fonctions de « dynamique orientée » et de « transgression des axes directeurs du sens », la transversalité ne saurait aboutir « à une totalité systémique ». Et le concept de « parcours » qu’il propose pour en rendre compte peut être rapproché des effets de contagion théorisés par E. Landowski. C’est aussi une réflexion sur le parcours que présente D. Bertrand à partir du constat d’inversion de la relation esthésique entre sujet et objet de la perception matérielle, promouvant cette « discrète et diffuse prosopopée qui vient des choses » : parcours qui, parti du modèle merleau-pontien de la chair, se convertit en modèle sémiotique d’iconicité, avant de s’accomplir à travers celui, discursif, de l’instance qui fait saillir, sur un fond rhétorique, un centre de discours à partir des virtualités de l’absence. Parcours de transversalisation encore, chez M.p. Pozzato, fondé sur la dramatisation de l’expérience esthésique lorsque, à partir du motif passionnel du regard dans La Coscienza di Zeno d’I. Svevo, elle analyse les suspensions de l’intersubjectivité entre la signification objectivée des yeux et celle, passionnelle, du regard. Ce concept de parcours semble entrer en concurrence avec celui d’intégration, qui est au cœur des analyses d’A. Beyaert-Geslin. Quelles sont les voies d’intégration du sens dans les figures plastiques et les constructions esthétiques fragmentaires de la mosaïque et du patchwork d’un côté, du collage et du quilt de l’autre ? Leurs modèles différenciateurs ouvrent sur le problème des catégorisations fondamentales : variations de la différence, cohérence et cohésion, homogénéité et hétérogénéité, relations méréologiques entre le tout et les parties, tensivité entre la fragmentation et la totalité, etc.

9Avec la troisième partie, Le foyer des instances, on assiste à la consolidation d’un concept transversal par excellence, commun à un grand nombre de contributions : celui d’instance. Développé d’abord par J.-Cl. Coquet, il apparaît comme un candidat de premier plan pour appréhender la dimension transversale du sens, puisqu’il se construit en amont des manifestations où il va s’incarner. En s’imposant d’inclure l’énonciation au cœur de la sémiose, et non plus seulement extérieure à ses processus comme simple manipulatrice de signes, j.-f. Bordron propose ainsi d’étendre l’instance à l’ensemble de la scène du sens, depuis la perception ordinaire jusqu’aux manifestations discursives, en définissant les trois instances que sont « l’instance d’expression », qui génère les figures indicielles, iconiques ou symboliques, « l’instance d’horizon », qui exprime la visée des objets appelés à signifier, « et l’instance d’effectuation », qui indique et implique la source énonçante. Entre ces instances, des procédures d’ajustement contrôlent les significations effectivement réalisées. S. Dambrine se réfère également à l’instance pour analyser les mécanismes de subjectivation dans le discours d’Act Up-Paris. Mais ici, en résonance plus étroite avec la définition de ce concept chez J.-Cl. Coquet, ce sont les processus d’instanciation qui sont au cœur de l’analyse. Par eux, la transversalité se conquiert, voire se force, entre des instances attestées (État, administration, corps médical) et des instances niées qui imposent leur institution. C’est donc l’avènement de l’instance subjective qui, exigeant d’être reconnue, est en jeu dans une politique du corps frappé par le sida. Enfin, avec M. Costantini, à propos d’un tableau de Magritte et dans la mixité des langages qu’il impose, l’instance est mise en relation multiple avec la temporalité (l’instance et l’instant), avec la rhétorisation (l’insistance et l’irruption), avec la figuration elle-même. La portée transversale du concept, « plaque-tournante de la transversalité », tient à son degré d’abstraction : ainsi, « l’instance est ce moment béni où l’actant ne l’est pas encore tant que ça ».

  • 4 E. Landowski, Passions sans nom, PUF, « Formes sémiotiques », Paris, 2004.

10Mais c’est la quatrième partie du volume, Interactions et formes de vie : vers un modèle de la transversalité, qui assume le plus largement la conversion concrète de la transversalité du sens, en envisageant celle-ci à hauteur des situations elles-mêmes et en étendant le champ de pertinence de la sémiotique à la réalité sociosémiotique des significations. Les travaux d’E. Landowski ont depuis longtemps investi ce territoire élargi, avec notamment la parution des Passions sans nom4 où se trouvent développés, entre autres, l’identification du sens et de l’interaction, la prégnance esthésique, les phénomènes de contagion et les stratégies d’ajustement entre parties prenantes, bref, des instruments qui cherchent à rendre compte de la circulation effective, entre sujets comme entre objets et sujets, des infimes et décisifs événements de signification auxquels est soumis l’homme de sensation, de parole et de socialité. Ici, c’est à travers le problème du risque et de sa « gestion » dans l’interaction que cette transversalité s’applique. En socio-sémioticien également, G. Marrone s’attache à la figure d’un héros populaire contemporain en Italie, Montalbano. Mais on peut dire que son étude conjugue les deux acceptions de la transversalité : d’un côté, l’articulation entre les différents supports et les différents langages par où cette figure transite, du roman à la série télévisuelle et de celle-ci à la bande dessinée et à l’Internet ; mais aussi, de l’autre, l’extension au sein de la pratique sociale d’une figure dont le statut se modifie, de traduction en trahison, et se transforme selon le modèle de l’élaboration mythique développé par Lévi-Strauss : le mythe se manifeste « dans le passage d’un texte à un autre et puis à un autre, et ce indéfiniment. La structure mythique se reconstruit à l’aide de comparaisons progressives, et coïncide avec le réseau de traductions/trahisons d’une version à l’autre, aussi bien dans le temps que dans l’espace ». En amont d’une structure mythique qui resterait à construire, J. Alonso, pour sa part, développe le concept de « forme de vie » à propos de la drogue et du statut socio-sémiotique de son sujet dépendant. S’il n’est pas question ici d’instance, c’est pourtant à ce concept qu’on se réfère implicitement pour comprendre comment, au sein des discours sociaux qui le concernent, le drogué se situe à la croisée d’un non-sujet modalement évidé et d’un sujet sensible, cognitif et même épistémologique. L’analyse de textes de H. Michaux fait émerger les icônes (au sens perceptif) et les figures (dans leur acception figurative) sur lesquelles prend appui la construction de ce sujet. Enfin, J. Fontanille affronte le problème de l’hétérogénéité en apparence irréductible, selon les critères d’une sémiotique du texte, qui pourrait condamner une approche transversale de la signification en acte, en situation et en pratique, et s’emploie à la réduire. Pour cela, en se maintenant dans le cadre épistémologique rigoureux de la sémiotique greimassienne (la générativité fondée sur des principes de pertinence stabilisés), il construit un parcours d’intégration progressive capable de prendre en charge, globalement, la scénographie vécue du sens, avec ses transversales. Soit, si l’on reprend la proposition définitionnelle d’H. Parret, leur dynamique orientée, leur transgression des axes directeurs du sens, leur mise en rapport d’éléments hétérogènes. Mais, à la différence des parcours elliptiques et sensibles analysés par H. Parret, s’impose ici la construction d’un modèle intégrateur : un parcours génératif du plan de l’expression. Chacun de ses niveaux s’articule à un niveau supérieur, englobant. Et à chaque conversion de niveau, ce qui était laissé comme substance de l’expression inanalysable au niveau inférieur, sa dimension matérielle, est intégré comme forme d’expression au niveau supérieur. On passe ainsi du signe au texte énoncé, du texte à l’objet support, de l’objet à la scène prédicative qui le rend signifiant comme pratique, de cette pratique aux stratégies d’accommodation et d’ajustement, et enfin, de ces stratégies aux formes de vie qui les investissent de valeurs dans les comportements. La transversalité est ici syncrétique : elle concerne aussi bien les langages avec leurs formes d’expression diverses (verbales ou non verbales), l’extension de l’espace de pertinence pour l’analyse jusqu’à la réalité globale de la situation vécue, et les différentes disciplines susceptibles d’intervenir en propre à un niveau ou à un autre. Dans cette perspective, écrit J. Fontanille, « l’objet de la sémiotique n’est [...] ni “transversal” ni “englobant”. Il est à la fois “subséquent” (situé en aval) et “formel” (schématisant) ». Subséquent, parce que la sémiotique cherche à résoudre des hétérogénéités antérieurement établies (d’ordre sensoriel, relatives aux modes d’expression, liées aux découpages disciplinaires) et formel, parce que le modèle génératif proposé se présente comme une « schématisation à un niveau donné de l’instance matérielle du niveau précédent ».

11Dans cet ensemble de contributions, quelques termes et concepts dessinent d’incontestables chemins de traverse, éventuellement conflictuels, que cette présentation s’est attachée à mettre en évidence et que la lecture permettra d’approfondir. Ainsi en va-t-il, parmi d’autres, de « parcours » et d’« intégration », d’« ajustement » et de « cohésion », de « catégorie » et d’« instance », d’« esthésie » et d’« immanence ». Sans doute ne résolvent-ils pas le problème d’où ce projet de recherche est né, mais peut-être permettent-ils du moins d’en poser plus clairement l’intrigante question. Car, par delà les réflexions spéculatives sur les conditions de l’inouïe transversalité du sens, c’est la possibilité du dialogue entre les disciplines qui ont en charge telle ou telle parcelle qui se trouve interrogée.

Notes

1 R. Jakobson, « Uber die heutige Voraussetzungen der russische Slavistik », Slavische Rundschau, 1, 1929, p. 629-646.

2 « Transversalité du sens. Recherche et confrontation de modèles », colloque organisé par D. Bertrand, M. Costantini, S. Dambrine (Département de Littérature française, Université Paris 8) et J. Alonso (Département de Culture et communication, Université Paris xii). Musée d’Art et d’Histoire de la ville de Saint-Denis, 6 et 7 mai 2004.

3 a.j. Greimas et J. Courtés, Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Hachette, Paris, 1979, entrée « syncrétisme », p. 375.

4 E. Landowski, Passions sans nom, PUF, « Formes sémiotiques », Paris, 2004.

Auteurs

Denis Bertrand est professeur de littérature française et sémiotique littéraire à l’Université Paris 8. Ses recherches portent notamment sur les liens entre sémiotique, esthétique littéraire et rhétorique. Outre de nombreux articles, il a publié Parler pour convaincre. Rhétorique et discours (1999) et Précis de sémiotique littéraire (2000). Il a co-dirigé, avec J. Fontanille, Régimes sémiotiques de la temporalité. La flèche brisée du temps (2006).

Michel Costantini est professeur de sémiotique des arts et de la littérature à l’Université Paris 8. Outre un grand nombre d’articles, il a publié plusieurs livres dans ses domaines de spécialité. Dernier ouvrage paru : L’Image du sujet (2002). Travaille actuellement au Portrait de Roman Jakobson en sémioticien, t. 1, « La révolution », t. 2, « La transmission ».

© Presses universitaires de Vincennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search