Version classiqueVersion mobile

Le Roman du signe

 | 
Andrea Del Lungo
, 
Boris Lyon-Caen

III. Herméneutiques « fin de siècle »

L’objet de culte détourné : la perversion du signe dans les contes et nouvelles de Maupassant

Noëlle Benhamou

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment l’article d’Anne de Vaucher-Gravili, « Quand l’objet ancien devient fantasti (...)

1Les objets occupent une place importante dans l’œuvre narrative de Maupassant, notamment dans ses récits fantastiques1. Plus intéressante est la présence, dans les contes et nouvelles réalistes, de nombreux objets de culte qui sortent de leur usage habituel. On connaît la séduction exercée par les vieux objets liturgiques sur des écrivains comme Hugo, Concourt et Zola. L’utilisation qu’en fait Maupassant dans ses récits de fiction relève, semble-t-il, d’une autre préoccupation. Détournés de leur fonction première, transformés voire pervertis, les objets de culte – statues de saints, reliques, vêtements sacerdotaux, bréviaires... – sont porteurs d’un sens plus que d’une réflexion esthétique. On s’interrogera sur les valeurs idéologique, symbolique et poétique du signe. L’objet de culte détourné se voit attribuer une fonction prosaïque inhabituelle qui double l’usage religieux sans l’évincer. Mais les choses sont souvent perverties, désacralisées, au profit d’un usage mercantile : commerce ou prostitution. Vidés de leur caractère sacré, les objets de culte sont remplacés par des ustensiles du quotidien dans un renversement des valeurs où sacré et profane sont interchangeables. Le détournement des objets religieux se retrouve dans la construction de la diégèse et de la narration. Il entraîne une réflexion sur la religion, la sexualité, mais aussi l’écriture et le style.

L’objet détourné polyfonctionnel ou l’ajout de sens

2L’objet de culte, tel qu’il apparaît détourné dans quelques contes de Maupassant, est souvent utilisé d’une façon inattendue par des personnages appartenant au clergé. L’usage originel et habituel n’est cependant pas nié. Il cohabite avec une fonction plus profane, dictée par une nécessité immédiate et pratique. Dans Les Sabots, le vieux curé attribue à son bréviaire un rôle essentiel dans la vie quotidienne de sa paroisse. Le livre pieux lui sert de pense-bête et de gazette locale :

  • 2 Les Sabots, GU Blas, 21/01/1883, Contes et Nouvelles, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléi (...)

Puis il se tut, ouvrit un livre et se mit, comme chaque semaine, à recommander à ses ouailles les petites affaires intimes de la commune. […] le prône lui servait pour communiquer familièrement avec tout son monde.
Il reprit : « Je recommande à vos prières Désiré Vallin, qu’est bien malade et aussi la Paumelle qui ne se remet pas vite de ses couches ».
Il ne savait plus ; il cherchait les bouts de papier posés dans un bréviaire. Il en retrouva deux enfin, et continua : « Il ne faut pas que les garçons et les filles viennent comme ça, le soir, dans le cimetière, ou bien je préviendrai le garde champêtre. – M. Césaire Omont voudrait bien trouver une jeune fille honnête comme servante »2.

La mention du recueil de prières, où les dernières nouvelles du village et les petites annonces n’ont rien à envier aux faits divers des journaux, peut paraître anodine et n’a rien de choquant. Tout au plus, le lecteur sourira-t-il à l’astuce de l’ecclésiastique. Cependant, cet ouvrage religieux et la dernière annonce qu’il contient sont à l’origine de la diégèse : Berthe va mélanger ses sabots avec ceux de son maître Césaire Omont. L’objet détourné à des fins louables – aider les habitants – mène à une situation condamnée par l’Église : la sexualité hors mariage. La bivalence de l’objet conduit à l’ambiguïté. Sans le savoir, le curé s’est fait entremetteur.

3En effet, l’objet liturgique a fréquemment une double fonction dans les contes où sacré et profane se côtoient sans s’exclure. Son usage officiel et religieux n’empêche pas une utilisation clandestine inavouable, généralement liée à une sexualité interdite. Dans Le Lit, l’abbé d’Argencé, censé avoir vécu au xviiie siècle, détourne sa chasuble et la transforme en tiroir secret. La doublure du vêtement religieux consacré recèle des lettres d’amour.

  • 3 Le Lit, Gil Blas, 16/03/1882, Contes et Nouvelles, éd. cit., t. I, p. 381- 382.

[…] et, la maniant pour prendre les mesures, je sentis sous mes doigts se froisser des papiers. Ayant fendu la doublure, quelques lettres tombèrent à mes pieds. Elles étaient jaunies ; et l’encre effacée semblait de la rouille. Une main fine avait tracé sur une face de la feuille pliée à la mode ancienne : « À monsieur, monsieur l’abbé d’Argencé ».
Les trois premières lettres fixaient simplement des rendez-vous3.

Le secret, découvert un siècle plus tard par le narrateur qui a acheté la chasuble lors d’une vente aux enchères, a permis de rendre compatibles deux usages opposés. Objet public codifié, la chasuble assurait une impunité sociale à celui qui la portait et le mettait à l’abri de tout soupçon. Elle constituait donc une cachette sûre, un heu « idéal » pour dissimuler la preuve d’une faute grave au regard de la société. L’abbé a une conduite doublement sacrilège. Coupable d’aimer, il aggrave sa situation en portant sur lui, dans un habit destiné à célébrer la messe, non pas un cilice mais l’objet même de sa faute.

  • 4 Cf. Clair de Lune, Le Gaulois, 19/10/1882 ; Le Bapteme, Le Gaulois, 14/01/1884 ; Après, da (...)

4Le détournement de l’objet de culte par des hommes de Dieu conduit donc à une réflexion sur le visible et le caché, le dit et le non-dit, l’être et le paraître. La chasuble consacrée dans tous les sens du terme – par l’usage et la religion – porte en elle des papiers qui, tout en n’entravant pas sa fonction habituelle, tendent à discréditer l’abbé. Les contraintes sociales poussent l’être humain à modifier son comportement et à tirer parti des choses qui l’entourent. L’interdiction faite aux prêtres de se marier, jugée condamnable par Maupassant au regard de la loi naturelle, est le sujet de plusieurs contes4. L’intrusion d’un objet de culte détourné signale une critique implicite de la religion et du clergé. Réduite à son statut premier de chose, la chasuble est démystifiée. Elle n’était pas investie d’un pouvoir divin mais chargée de mots doux et sensuels. L’objet a donc bien une fonction commune, à laquelle s’ajoute un rôle dû au bon vouloir de l’usager. L’objet de piété, à l’emploi ordinairement codifié, n’échappe pas à la règle du détournement et ne jouit d’aucune protection.

5L’objet religieux entre dans un système de croyances auquel n’adhère pas forcément celui qui l’a entre les mains. Le conte La Relique est fondé sur deux valeurs différentes accordées aux restes de saintes : l’une religieuse pour une jeune fille dévote et l’autre impie pour son fiancé athée. Henri Fontal écrit à l’abbé Louis d’Ennemare pour lui conter ses mésaventures dues à ses mensonges. Avant qu’il ne parte pour Cologne, Gilberte, sa fiancée, lui a demandé un cadeau original.

  • 5 La Relique, Gil Blas, 17/10/1882, Contes et Nouvelles, éd. cit., t. I, p. 590.

« Quel bonheur ! vous me rapporterez quelque chose ; presque rien, un simple souvenir, mais un souvenir choisi pour moi. Il faut découvrir ce qui me fera le plus de plaisir, entendez-vous ? Je verrai si vous avez de l’imagination. […] Je vous défends d’y mettre plus de vingt francs. Je veux être touchée par l’intention, par l’invention, monsieur, non par le prix ». Puis, après un nouveau silence, elle dit à mi-voix, les yeux baissés : « Si cela ne vous coûte rien, comme argent, et si c’est bien ingénieux, bien délicat, je vous... je vous embrasserai »5.

Dans l’espoir d’obtenir les faveurs de sa belle dévote, Fontal achète une relique, alors même qu’il la sait inauthentique. Le petit os de sainte doit lui permettre de faire céder Gilberte.

  • 6 Ibid.

J’errais par les rues […], quand un individu m’aborda.
Je ne sais pas l’allemand ; il ignorait le français ; enfin je compris qu’il me proposait des reliques. Le souvenir de Gilberte me traversa le cœur ; je connaissais sa dévotion fanatique. Voilà mon cadeau trouvé. Je suivis l’homme dans un magasin d’objets de sainteté, et je pris un « bétit morceau d’un os des once mille fierges ».
La prétendue relique était enfermée dans une charmante boîte en vieil argent qui décida mon choix6.

Peu importe à Henri Fontal la provenance de la relique ; seul compte l’effet produit et recherché par son contenant – la châsse – sur la jeune exaltée. L’objet de piété offert à Gilberte provoque effectivement en elle un élan d’amour et de reconnaissance envers son promis.

  • 7 Ibid., p. 592.

[…] elle m’écoutait frémissante, en extase. Elle murmura : « Comme je vous aime ! » et se laissa tomber dans mes bras.
Remarque ceci : J’avais commis, pour elle, un sacrilège. J’avais volé ; j’avais violé une église, violé une châsse ; violé et volé des reliques sacrées. Elle m’adorait pour cela ; me trouvait tendre, parfait, divin. Telle est la femme, mon cher abbé, toute la femme.
Pendant deux mois, je fus le plus admirable des fiancés. Elle avait organisé dans sa chambre une sorte de chapelle magnifique pour y placer cette parcelle de côtelette qui m’avait fait accomplir, croyait-elle, ce divin crime d’amour ; et elle s’exaltait là devant, soir et matin7.

6Une fois de plus, une chose appartenant au domaine religieux est liée à l’amour et au sexe mais aussi au mensonge. La relique, qu’Henri Fontal prétend avoir dérobée pour Gilberte, est un morceau du corps des onze mille vierges. La thématique religieuse et sexuelle parcourt toute la nouvelle, non sans malice de la part de Maupassant. En effet, Gilberte découvre la supercherie et un étrange marché, officiel celui-là, s’organise autour de l’objet religieux. Sa famille exige une vraie relique en échange de la main de Gilberte.

  • 8 Ibid., p. 593.

Voici les conditions de mon pardon. Il faut que j’apporte une relique, une vraie, authentique, certifiée par Notre Saint-Père le Pape, d’une vierge et martyre quelconque. […]
Ne pourrais-tu me recommander à quelque monsignor, ou seulement à quelque prélat français, propriétaire de fragments d’une sainte ? Toi-même, n’aurais-tu pas en tes collections le précieux objet réclamé8 ?

  • 9 Ibid.

La valeur sacrée de la relique côtoie un sens prosaïque. L’objet de piété devient le centre de diverses transactions, tout en conservant son caractère précieux premier pour la jeune fille. Le marchand allemand a vendu la relique à Fontal par esprit de lucre ; le jeune narrateur, médecin, l’offre à sa promise dans l’attente d’attentions tendres ; les parents de Gilberte souhaitent le morceau d’os en contrepartie de leur fille, qui, sinon, restera une vierge immaculée : « la onze mille et unième »9. Véritable pivot de la nouvelle, la relique polyfonctionnelle cristallise un jeu sur certaines institutions en faisant tomber les masques en cascade. Le seul miracle qu’ait produit la relique est d’avoir mis à jour la véritable personnalité des gens qui l’ont approchée. Le mariage n’est qu’un vulgaire marchandage, les jeunes filles étant traitées comme le saint médaillon, vendues au plus offrant et peut-être pas authentiques. Gilberte se comporte en demi-vierge exaltée, non en demoiselle sérieuse et réservée. Sa piété excessive cache un tempérament suspect.

7L’objet de culte revêt ainsi plusieurs significations dans un même récit. Il est investi par les personnages d’une valeur profane qui s’ajoute à la première et se superpose à son caractère sacré. Il devient un instrument parfois choquant par ce détournement. De plus, il permet un jeu sur les apparences et une réflexion sur les croyances et les traditions. Généralement léger, le récit où apparaît l’objet de piété doit être lu selon différents degrés d’interprétation, surtout lorsque le détournement fait place à la perversion.

L’objet perverti ou la perte de l’usage premier

  • 10 Le Lit, Gil Blas, 16/03/1882, Contes et Nouvelles, éd. cit., t. I, p. 381.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

8Lorsque l’objet de culte détourné perd son usage premier au profit d’une utilisation bassement mercantile, il est perverti et désacralisé. L’usage païen supplante quelquefois le sacré dans plusieurs contes. Statues de saints et vêtements liturgiques appartenant à une autre époque sont transformés en bibelots destinés à décorer un riche intérieur. Le temps a ainsi fait son œuvre et dépouillé le symbole religieux de son aura. Le narrateur du Lit relègue au rang d’objet décoratif « une mignonne chasuble Louis XV, jolie comme une robe de marquise10 », qu’il a acquise pour en « couvrir une petite chaise de la même époque charmante11 ». Il convertit l’habit sacerdotal en tissu d’ameublement, opération d’autant plus sacrilège que les futurs visiteurs s’assiéront dessus. Si certains sont à cheval sur les principes, d’autres s’assoient sur la religion. Maupassant, écrivain frondeur, a probablement pensé à cette expression. L’habileté du conteur réside dans l’utilisation d’un habit religieux pour discréditer la religion catholique, d’ailleurs en bien piteux état si l’on considère le vocabulaire employé dans l’incipit : « Par un torride après-midi du dernier été, le vaste hôtel des Ventes semblait endormi, et les commissaires-priseurs adjugeaient d’une voix mourante. Dans une salle du fond, au premier étage, un lot d’anciennes soieries d’église gisait en un coin »12. L’Église expire et en est réduite à vendre ses accessoires, comme un théâtre en faillite. Le culte de l’argent a supplanté la foi désintéressée. Argent et prostitution, thématiques importantes de l’œuvre maupassantienne, apparaissent bien à propos au début du conte.

  • 13 Ibid.

Quelques revendeurs attendaient, deux ou trois hommes à barbes sales et une grosse femme ventrue, une de ces marchandes dites à la toilette, conseillères et protectrices d’amour prohibées, qui brocantent sur la chair humaine jeune et vieille autant que sur les jeunes et vieilles nippes13.

9Quand il achète un objet de culte, l’acquéreur sait déjà qu’il va le détourner. La nouvelle La Baronne nous éclaire sur la présence d’entremetteuses en salle des ventes. Elle illustre en quelque sorte l’allusion contenue dans Le Lit. L’objet de piété confère une certaine respectabilité à son propriétaire. La pseudo-baronne Samoris, momentanément dans la gêne par manque de galants, a besoin d’assurer sa subsistance en attirant des hommes chez elle. Un beau Christ de la Renaissance en ivoire l’y aidera. L’usage sacrilège lui sera suggéré par un marchand d’art.

  • 14 La Baronne, Gil Blas, 17/05/1887, Contes et Nouvelles, éd. cit., t. II, p. 911.

« Je venais d’acheter ce Christ de la Renaissance que je vous ai montré, une admirable pièce, la plus belle, dans ce style, que j’aie jamais vue.
« Ma chère amie, lui dis-je, je vais faire porter chez vous cet ivoire-là. Vous inventerez une histoire ingénieuse, touchante, poétique, ce que vous voudrez, pour expliquer votre désir de vous en défaire. C’est, bien entendu, un souvenir de famille hérité de votre père.
« Moi, je vous enverrai des amateurs, et je vous en amènerai moi-même. Le reste vous regarde. Je vous ferai connaître leur situation par un mot, la veille. Ce Christ-là vaut cinquante mille francs ; mais je le laisserais à trente mille. La différence sera pour vous »14.

  • 15 Sur les relations entre mères prostituées et filles, cf. ma thèse Filles, prostituées et c (...)

La baronne attire ses protecteurs dans un salon transformé en chapelle ardente où est exposé le Christ. Cette nouvelle Marie-Madeleine, qui se prétend une honnête femme, a dressé sa fille Isabelle à jouer la dévote devant l’objet à vendre15.

  • 16 La Baronne, Contes et Nouvelles, éd. cit., t. II, p. 911-912.

« C’était une sorte de boudoir pieux où brûlait une lampe d’argent devant le Christ, mon Christ, couché sur un lit de velours noir. La mise en scène était charmante et fort habile.
« L’enfant fit le signe de la croix, puis nous dit : “Regardez, messieurs. Est-il beau ?”
« Je pris l’objet, l’examinai et je le déclarai remarquable. L’étranger aussi le considéra, mais il semblait beaucoup plus occupé par les deux femmes que par le Christ »16.

La chute du récit indique que le stratagème fonctionne à merveille.

  • 17 Ibid., p. 912.

« Un matin, voici quinze jours à peine, elle arriva chez moi à l’heure du déjeuner, et posant un portefeuille entre mes mains : “Mon cher, vous êtes un ange. Voici cinquante mille francs ; c’est moi qui achète votre Christ, et je le paie vingt mille francs de plus que le prix convenu à la condition que vous m’enverrez toujours... toujours des clients... car il est encore à vendre... mon Christ...” »17.

  • 18 Les Tombales jouent les pleureuses devant des stèles inconnues et racolent sur les tombes. (...)

Le Christ d’ivoire, comme le cimetière pour les tombales18, assure à la demi-mondaine, prostituée clandestine, une certaine caution morale. La Samoris a su exploiter la valeur sociale du signe et de l’objet simulacre. En détournant le sacré, Maupassant amuse le lecteur et dénonce l’hypocrisie des rapports humains. Les hommes sont-ils longtemps dupes du manège de la Samoris ? Ne se donnent-ils pas bonne conscience en fréquentant la jolie vendeuse au Christ, eux qui fustigent peut-être les clients des maisons closes ?

10À l’évidence, les objets de culte détournés créent une situation burlesque et parodique, porteuse d’une vive critique de la religion. Comme la baronne, le père Mathieu, héros du conte Un Normand, exploite la foi naïve et la religiosité du pauvre monde. Il a créé un culte, inspiré de la dévotion faite à Marie, qui lui apporte des revenus confortables.

  • 19 Un Normand, Gil Blas, 10/10/1882, Contes et Nouvelles, éd. cit., t. I, p. 577.

Le père Mathieu est le plus beau Normand de la province, et sa chapelle une des merveilles du monde, ni plus ni moins ; [...] il est devenu, grâce à des protections multiples et à des habiletés invraisemblables, gardien d’une chapelle miraculeuse, une chapelle protégée par la Vierge et fréquentée principalement par les filles enceintes. Il a baptisé sa statue merveilleuse : « Notre-Dame du Gros-Ventre », et il la traite avec une certaine familiarité goguenarde qui n’exclut point le respect19,

Le père Mathieu a même parodié une prière mariale, censée protéger les filles enceintes. Mi-gourou, mi-guérisseur, notre homme a développé son commerce et propose aux âmes en détresse d’avoir près d’elles, en cas de besoin, un saint quelconque : Osyme, Pamphile ou Blanc.

  • 20 Ibid., p. 578.

Comme les revenus fournis par la Patronne ne lui semblaient point suffisants, il a annexé à la Vierge principale un petit commerce de Saints. Il les tient tous ou presque tous. La place manquant dans la chapelle, il les a emmagasinés au bûcher, d’où il les sort sitôt qu’un fidèle les demande. Il a façonné lui-même ces statuettes de bois, invraisemblablement comiques, et les a peintes toutes en vert à pleine couleur, une année qu’on badigeonnait sa maison. Vous savez que les Saints guérissent les maladies ; mais chacun a sa spécialité ; et il ne faut pas commettre de confusion ni d’erreurs. Ils sont jaloux les uns des autres comme des cabotins20.

  • 21 Depuis 1876, date de la construction d’une basilique et d’une vaste église souterraine sur (...)

La fabrication artisanale et grossière des statuettes du Normand prête à rire et introduit une satire des commerces de bondieuseries qui prennent un nouvel essor au xixe siècle dans des villes comme Lourdes21. Santons ridicules, les figurines de bois font quand même des miracles : elles remplissent les poches de leur fabricant...

  • 22 Sur Paul Alexis amateur de canulars, lire Noëlle Benhamou et Valérie Gramfort, « Quand le (...)

11Le ton farcesque règne dans tout le conte, dédié à Paul Alexis, spécialiste de la blague22. Le père Mathieu vend bien ses figurines de bois, censées apporter bienfaits et réconfort aux fidèles, mais ne se soucie pas des objets qui ne sont pas rentables. Seules les statuettes de saints appréciés des villageois ont sa préférence. D’autres, telle la statue de saint Blanc tombée en disgrâce, perdent une valeur sacrée donnée par l’argent pour retomber dans un usage bassement profane.

  • 23 Ibid., p. 581.

– « Oùsqu’il est saint Blanc ! Je l’trouve pu dans le bûcher. »
Alors, Mélie jeta cette explication :
« C’est-y pas celui qu’t’as pris l’aut’e semaine pour boucher l’trou d’la cabine à lapins ? »
Mathieu tressaillit : « Nom d’un tonnerre, ça s’peut bien ! » […]
En effet, saint Blanc, piqué en terre comme un simple pieu maculé de boue et d’ordures, servait d’angle à la cabine à lapins23.

Autrefois élevé au rang de chose digne de considération, saint Blanc retrouve son rôle originel de vulgaire morceau de bois. Sans valeur marchande, il n’est plus rien. L’utilisation de saint Blanc rejoint la thématique sexuelle présente au début du conte. La statuette est associée au clapier à lapins, animaux connus pour leur rapidité à se reproduire. Nul besoin de prière à Notre-Dame du Gros-Ventre. L’allusion grivoise est transparente.

12L’objet religieux, souvent perverti par les hommes d’Église comme dans Le Lit, donne matière à des situations cocasses. Le curé d’Étretat, dans Conflits pour rire, ne supporte plus la nudité obscène d’un bas-relief représentant Adam.

  • 24 Conflits pour rire, Gil Blas, 01/05/1882, dans Contes et nouvelles, t. I, p. 427.

La petite église dont je parle possédait un portail sculpté, un de ces portails en demi-cercle où la fantaisie libre d’artistes naïfs a gravé des scènes bibliques dans leur simplicité et leur nudité premières.
Au centre, comme figure principale, Adam offrait à Ève ses hommages. Notre père à tous se dressait dans le costume originel, et Ève, soumise comme doit l’être toute épouse, recevait avec abandon les faveurs de son seigneur24.

Le prêtre considère l’œuvre d’art comme une atteinte aux bonnes mœurs, un discrédit de la religion catholique. L’image d’Adam, sculptée par l’artiste médiéval, est une perversion de la représentation biblique traditionnelle. Le créateur de l’œuvre de pierre s’est amusé à glisser dans l’ornement architectural une scène érotique qui va à l’encontre de la respectabilité du lieu sacré. La dentelle de pierre enseigne un étrange catéchisme. L’ambiguïté du symbole, qui attire la curiosité des gens et leur venue dans l’église pour se divertir, conduit le prêtre à détourner à son tour l’objet de culte diabolique. Pour l’élever au digne rang de statue, il a recours à plusieurs stratagèmes. Le plus ridicule et le plus inoffensif consiste à habiller Adam :

  • 25 Ibid., p. 427-428.

Le dimanche suivant, la population stupéfaite s’aperçut qu’Adam portait un pantalon. Oui, un pantalon de drap, ajusté avec soin au moyen de cire à cacheter. De la sorte, le monument et le premier homme restaient intacts, et la pudeur était sauve.
Mais le fonctionnaire civil fit un bond de fureur et il enjoignit au garde champêtre de déculotter notre ancêtre. Ce qui fut fait au milieu des paroissiens égayés25.

La déculottée publique exigée par les autorités locales accentue les attributs du premier homme.

  • 26 Ibid., p. 427.

13Le curé d’Étretat se transforme en hors-la-loi, contraint d’émasculer la statue par « une simple modification à la turque »26.

  • 27 Ibid., p. 428-429.

Les pompiers s’élancèrent… et ils aperçurent, grimpés sur deux chaises, le curé et sa servante en train d’amoindrir Adam.
La servante, en jupon, tenait à deux mains sa lanterne, tandis que le prêtre frappait à tour de bras sur la pierre dure qui céda, tout juste à ce moment.
« Au nom de la loi, je vous arrête ! » hurla l’officier de l’état civil, et il entraîna l’ecclésiastique désespéré et la bonne éplorée, tandis que le garde champêtre ramassait, comme pièces à conviction, le morceau que venait de perdre le générateur du genre humain, plus la lanterne et le marteau27.

  • 28 La Maison Tellier en est l’exemple le plus représentatif.

L’humour et la satire sont omniprésents dans le conte. L’ecclésiastique, plein d’hypocrisie face à la nudité naturelle d’Adam, comprend que l’artiste profane a perverti la représentation au détriment du sacré. Comme dans plusieurs récits maupassantiens28, l’église est assimilée à une maison close par l’emblème phallique que son fronton arbore.

  • 29 Conflits pour rire, Contes et Nouvelles, éd. cit., t. I, p. 427.

Un matin, comme il venait de dire la messe, deux étrangers, deux voyageurs, arrêtés devant le porche de l’édifice, se mirent à rire en le voyant sortir.
L’un d’eux même lui demanda : « C’est votre enseigne, monsieur le curé ? » Et il montrait nos antiques parents, éternellement immobiles en leur libre attitude.
Le prêtre s’enfuit, humilié jusqu’aux larmes, blessé jusqu’au cœur, se disant qu’en effet son église portait au front un emblème de honte, comme un mauvais lieu29.

La corruption de l’objet de culte et sa transformation en vulgaire chose profane soulignent la vacuité du symbole religieux. Dans ce principe de renversement des valeurs, les objets du quotidien se substituent aux choses sacrées.

Les objets interchangeables : renversement sacré/profane

14La perversion de l’objet de culte s’accompagne généralement d’une sacralisation de l’objet ordinaire, sacré et profane devenant interchangeables. Les choses n’ont plus une valeur fixe et une fonction bien définie dans certains contes où se produit un retournement carnavalesque. Dans Un Normand, le père Mathieu ne se contente pas de fabriquer des statuettes de saints excentriques à partir de bois et de peinture de récupération ; il attribue à des éléments prosaïques un statut religieux. Une botte de paille fait office de prie-Dieu de fortune.

  • 30 Un Normand, ibid., p. 581-582.

Dès qu’elles […] aperçurent [saint Blanc], les deux bonnes femmes tombèrent à genoux, se signèrent et se mirent à murmurer des Oremus. Mais Mathieu se précipita : « Attendez, vous v’là dans la crotte ; j’vas vous donner une botte de paille ».
Il alla chercher la paille et leur en fit un prie-Dieu. Puis, considérant son saint fangeux, et, craignant sans doute un discrédit pour son commerce, il ajouta :
« J’vas vous l’débrouiller un brin. »
Il prit un seau d’eau, une brosse et se mit à laver vigoureusement le bonhomme de bois, pendant que les deux vieilles priaient toujours30.

  • 31 Une famille place le corps du père Fournel dans la huche à pain pour pouvoir enfin dormir (...)

Le décalage et le déplacement de l’usage ordinaire sont censés engendrer le rire. En cela, le traitement des objets religieux est très proche de celui qu’on pourrait trouver au théâtre. La huche qui sert de cercueil, faute de mieux, dans Un réveillon31, cristallise le comique, comme la hache des pièces du Grand Guignol. La substitution d’un article de piété par un autre vulgaire fait basculer la nouvelle dans le registre satirique. La situation burlesque se retrouve dans le choix du lexique.

  • 32 Le Lit, Contes et Nouvelles, t. I, p. 383.

15En effet, le statut d’objet sacré est conféré par l’écriture. C’est le trope – métaphore et comparaison – qui assure ou prépare le glissement du profane vers le sacré. Le lit, dans la nouvelle du même nom, est ainsi rapproché d’un tabernacle : « Puis voici que pour la première fois deux amants se trouvent chair à chair dans ce tabernacle de la vie. Ils tremblent, mais transportés d’allégresse, ils se sentent délicieusement l’un près de l’autre »32. Le style recrée ce que le personnage a déconstruit. L’héroïne prête au meuble un pouvoir religieux qu’elle a contribué à retirer à la chasuble de l’abbé, son amant. La sexualité a supplanté l’amour divin et est hissée au rang de religion. On pourrait trouver d’autres occurrences d’objets élevés au statut d’instruments de piété. L’objet liturgique se trouve vidé de son mystère et c’est l’outil, l’ustensile banal et sans attrait pour l’homme qui croit le connaître, qui hérite d’une force étrange. Cette découverte de la vacuité des bondieuseries s’accompagne d’une construction complexe du récit destinée à provoquer la surprise.

16La structure du conte – l’enchâssement en particulier – facilite la venue du double détournement de l’objet de culte qui va de pair avec la thématique du vrai et du faux. Dans Le Lit, les lettres trouvées dans la doublure de la chasuble sont censées fournir la matière de la métadiégèse. Comme l’indique le titre, c’est le lit qui est le plus important, non le vêtement religieux. La source des lettres – un endroit secret découvert fortuitement – crée une attente chez le lecteur : leur contenu ne pourra être qu’extraordinaire. Il y a violation d’un double interdit : le prêtre en les cachant a commis un sacrilège, l’acheteur en lisant puis en dévoilant une correspondance privée en commet un autre. Le narrateur attire déjà l’attention du lecteur-voyeur. Maupassant reprend une technique chère aux romanciers du xviiie siècle. Les lettres passent pour authentiques et garantissent la véracité du récit.

17Le conte La Relique fait, lui aussi, intervenir la forme épistolaire pour évoquer un double détournement de l’objet cultuel. Henri Fontal écrit une lettre à son ami, l’abbé d’Ennemare. Il s’adresse donc à un homme d’église mais prend avec lui des libertés d’expression. Il lui raconte surtout un détournement à plusieurs niveaux. La relique achetée à Cologne était douteuse mais sa perte va entraîner une substitution réelle.

  • 33 La Relique, ibid., p. 591.

En rentrant chez moi, je voulus examiner de nouveau mon achat. Je le pris... La boîte s’était ouverte, la relique était perdue ! J’eus beau fouiller ma poche, la retourner ; le petit os, gros comme la moitié d’une épingle, avait disparu.
Je n’ai, tu le sais, mon cher abbé, qu’une foi moyenne ; tu as la grandeur d’âme, l’amitié, de tolérer ma froideur, et de me laisser libre, attendant l’avenir, dis-tu ; mais je suis absolument incrédule aux reliques des brocanteurs en piété ; et tu partages mes doutes absolus à cet égard. Donc, la perte de cette parcelle de carcasse de mouton ne me désola point ; et je me procurai sans peine, un fragment analogue que je collai soigneusement dans l’intérieur de mon bijou33.

  • 34 Ibid., p. 593.
  • 35 Maupassant collabora d’octobre 1881 à 1891 au Gil Blas, quotidien politique et littéraire, (...)

Le sacrilège s’accompagne d’une réflexion sur l’authenticité des restes vendus dans les magasins de bondieuseries. Maupassant fait ici une allusion facile à comprendre par le lecteur contemporain au charlatanisme de tels trafics. De plus, vient se superposer au récit bouffon une réflexion sur la création. Il est question explicitement à la fin du conte de « stupide fumisterie »34. Et c’est bien l’expression qui convient aux nouvelles grivoises où les objets de culte sont pervertis et remplacés par d’autres. Elles ont pour point commun d’avoir toutes été publiées dans le Gil Blas35, quotidien où Maupassant pouvait exprimer librement ses idées et s’adonner à la farce normande. L’auteur manipule le lecteur et s’amuse avec lui. Ses récits ressemblent à un meuble à tiroirs où se trouvent pêle-mêle des objets prêts à l’emploi – surtout celui qu’on leur assigne – ou fonctionnant à contre-emploi. Ceux-ci s’exhibent pour faire rire et dissimuler la triste réalité.

  • 36 Dans Bel-Ami (IIe partie, chapitre 9), le tableau acheté par Walter, Le Christ marchant su (...)
  • 37 Maupassant a participé au Nouveau Décaméron, recueil de nouvelles en dix volumes, paru che (...)

18Chez Maupassant, le signe est trompeur. L’objet de culte qui a parfois une valeur annexe finit par perdre son essence. De polyfonctionnel, il se transforme en ustensile proche de l’objet théâtral dont l’usage n’est plus fixé et figé mais qui devient vide par excès de sens. Le mélange de religieux et de profane, d’argent et de sexualité n’est pas propre à Maupassant, mais l’objet de culte détourné, perverti, souligne la crise du signe et des croyances en cette fin du xixe siècle. Dieu s’est retiré des objets liturgiques, la religion est désormais celle du commerce et du profit. L’écrivain normand a vite saisi l’usage qu’il pouvait faire dans son œuvre des reliques et autres bondieuseries. Il les lie à des thèmes qui lui sont chers : l’apparence, le faux, l’immoralité, la sexualité. Elles introduisent un jeu sur la création littéraire et s’adaptent parfaitement à la structure du conte. En effet, jamais les objets liturgiques ne sont détournés dans les romans36. Présents essentiellement dans les contes grivois proches de la farce, ils s’exhibent pour mieux tromper le lecteur. Porteurs de tout ce qui est nécessaire à la réussite d’un conte – surprise, amusement, chute –, ils sont le pivot de l’œuvre, nouveau Décaméron37 à décrypter.

Notes

1 Cf. notamment l’article d’Anne de Vaucher-Gravili, « Quand l’objet ancien devient fantastique », Bérénice, n° 12, novembre 1984, p. 171-182.

2 Les Sabots, GU Blas, 21/01/1883, Contes et Nouvelles, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1991, t. I, p. 711.

3 Le Lit, Gil Blas, 16/03/1882, Contes et Nouvelles, éd. cit., t. I, p. 381- 382.

4 Cf. Clair de Lune, Le Gaulois, 19/10/1882 ; Le Bapteme, Le Gaulois, 14/01/1884 ; Après, dans Le Père Milon (1899), Contes et Nouvelles, éd. cit., t. I, p. 594-599, p. 1144-1148 ; et t. II, p. 1246-1251.

5 La Relique, Gil Blas, 17/10/1882, Contes et Nouvelles, éd. cit., t. I, p. 590.

6 Ibid.

7 Ibid., p. 592.

8 Ibid., p. 593.

9 Ibid.

10 Le Lit, Gil Blas, 16/03/1882, Contes et Nouvelles, éd. cit., t. I, p. 381.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 La Baronne, Gil Blas, 17/05/1887, Contes et Nouvelles, éd. cit., t. II, p. 911.

15 Sur les relations entre mères prostituées et filles, cf. ma thèse Filles, prostituées et courtisanes dans l’œuvre de Guy de Maupassant. Représentation de l’amour vénal, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle, juin 1996, et « L’Amour maternel dans l’œuvre de Maupassant : une grande vertu des femmes de petite vertu », Bulletin Flaubert-Maupassant, n° 7, 1999, p. 49-62.

16 La Baronne, Contes et Nouvelles, éd. cit., t. II, p. 911-912.

17 Ibid., p. 912.

18 Les Tombales jouent les pleureuses devant des stèles inconnues et racolent sur les tombes. Elles violent un lieu de paix, lieu sacré et consacré, le cimetière, et détournent la religion à leur profit. Les Tombales, Gil Blas, 09/01/1891, Contes et Nouvelles, éd. cit., t. II, p. 1238-1245.

19 Un Normand, Gil Blas, 10/10/1882, Contes et Nouvelles, éd. cit., t. I, p. 577.

20 Ibid., p. 578.

21 Depuis 1876, date de la construction d’une basilique et d’une vaste église souterraine sur le site de la grotte, Lourdes est un lieu de pèlerinage et une ville prospère. Voir ce qu’en dit Zola dans son roman Lourdes (1894).

22 Sur Paul Alexis amateur de canulars, lire Noëlle Benhamou et Valérie Gramfort, « Quand le jeune Zola monte un canular... », Romantisme, n° 116, 2002, p. 65-84.

23 Ibid., p. 581.

24 Conflits pour rire, Gil Blas, 01/05/1882, dans Contes et nouvelles, t. I, p. 427.

25 Ibid., p. 427-428.

26 Ibid., p. 427.

27 Ibid., p. 428-429.

28 La Maison Tellier en est l’exemple le plus représentatif.

29 Conflits pour rire, Contes et Nouvelles, éd. cit., t. I, p. 427.

30 Un Normand, ibid., p. 581-582.

31 Une famille place le corps du père Fournel dans la huche à pain pour pouvoir enfin dormir dans son lit. Un réveillon, Gil Blas, 05/01/1882, Contes et nouvelles, t. I, p. 336-341.

32 Le Lit, Contes et Nouvelles, t. I, p. 383.

33 La Relique, ibid., p. 591.

34 Ibid., p. 593.

35 Maupassant collabora d’octobre 1881 à 1891 au Gil Blas, quotidien politique et littéraire, mondain et boulevardier. Ce journal était connu pour sa verve grivoise et satirique.

36 Dans Bel-Ami (IIe partie, chapitre 9), le tableau acheté par Walter, Le Christ marchant sur les flots du peintre Karl Marcowitch, est détourné de sa fonction première par Virginie Walter qui le sacralise, reconnaissant Duroy dans la figure christique. Mais il ne s’agit pas d’un objet de piété.

37 Maupassant a participé au Nouveau Décaméron, recueil de nouvelles en dix volumes, paru chez Dentu en 1885. Chaque journée comporte un de ses récits (la sixième journée en contient deux dont l’un sous le pseudonyme de Maufrigneuse), mais aucun conte de notre corpus.

© Presses universitaires de Vincennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search