Version classiqueVersion mobile

Edmond Jabès : l'éclosion des énigmes

 | 
Catherine Mayaux
, 
Daniel Lançon

Parler en poète

La mémoire et l’éveil : Edmond Jabès

Armelle Chitrit

Texte intégral

  • 1 Cette thèse est plus largement développée dans Robert Desnos : le poème entre temps, Presses Unive (...)

1Dans le poème, ce n’est pas le passage du temps qui produit des changements mais la tension énonciative qui, en nous convoquant dans tous ses déplacements inédits, produit un autre temps, temps issu du changement, et dans les données duquel s’inscrit à son tour la parole du commentaire. Mise au jour donc d’une temporalité poétique différente de celle du cosmos, sortie de l’opposition discours/récit, qui permet de passer de la parole parlée à la parole parlante. Tel est mon propos1.

2Dans la poétique d’Edmond Jabès, comment s’opère le renversement ? Qu’apporte-t-il, qu’accomplit-il ? Dans la poésie témoignant de la Shoah, la parole s’est retirée, faute de vivants, faute de pouvoir articuler le cri, faute de pouvoir constituer un chant ; des bribes subsistent entre le recel et la dispersion, la plupart restées secrètes, qui, de bouche à oreille font entendre la voix inaliénable de l’individu, et, ici parmi d’autres, celle de Jabès. Étrangeté de cette temporalité poétique qui nomme le passé, le présent, sans exclure le futur ; où entre « La mémoire et la main », désormais contenu dans Le Seuil Le Sable, se prononce un éveil, sans gommer le cours de l’Histoire ni le silence qui la dépasse.

3Le geste d’écrire contre la violence est guidé chez l’écrivain Jabès par une main le plus souvent inscrite à l’écart de la prise. Elle abrite la nudité du sens, revendique son arborescence. Son creux délimite un jeu d’écriture avec des repères multiples et souples qui nous permettront de naviguer du geste à l’empreinte. La main, entre aphorismes et impressions, métonymie de notre humanité, garde ses ailes repliées, se désigne comme source de transmission silencieuse, et permet physiquement un rapport poétique au monde. Elle éclaire au moins cet espace intime que nous pouvons nommer creux, pli, pliure, poétiquement relié, prolongé (pour ne pas dire huilé) par le chiasme qui la met en mouvement. Proche de Kaf, signifiant en hébreu la paume, avec le sens de recevoir, prendre, donner, mais aussi de couvrir, bénir ou encore de caresse, temps. Cette profusion du sens nous conduit à explorer la notion d’ouverture et de passage, dans la relation symbolique que le poème informe. Nous sommes interpellés par l’intimité d’un monde dans le creux de l’oreille, le creux de la main, pour tantôt y goûter, tantôt en émerger, comme le poème le fait parmi les champs de mots avant de nous laisser quelque part dans l’inachevé. La main jabésienne pose aussi bien sûr la question de la mémoire et de la transmission. Elle témoigne, sans durcir, du cours d’un héritage incompréhensible, auquel répond ce geste d’écrire comme recours, parcours, secours. Il est nécessairement précédé d’un temps pour, qui signifie cet intervalle, autorise le passage de la mémoire à l’éveil, de la brèche à l’écriture, par la mise en route de la main qui transforme, transpose, transmet, un infini désertique dans l’intervalle de ce temps poétique.

4Écrire (pour pasticher Jabès) ne serait alors que le passage d’une main à l’autre, dans le geste d’une création (lecture, reconnaissance, écriture) : poème, le possible qui se dégage très concrètement de la main. Et sous le couvert d’une poésie dont la structure est abstraite, on a cependant un objet, un trajet, un projet, éminemment sensible. Par exemple, une main déjà prise dans la relation réciproque du toucher :

  • 2 « Main douce à la blessure même… » (1976-1980), Le Seuil Le Sable, 1990, p. 379.

Ta main sur ma main,
tiède épaisseur de l’ombre2.

5La main marque le temps en tant que relation à l’autre. Et de soi à l’autre, cette part d’ombre réserve la mise au monde de nouveaux témoins : la poésie donc, n’est pas seule. Il faut être plusieurs pour lire Jabès. Le puits des possibles est au creux de la main. En 1955, Jabès écrivait :

Ouvre l’eau du puits. Donne
à la soif un moment
de répit ; à la main
la chance de sauver […] Je vois, verrai. Confiance
de l’arbre dans le fruit […] Le mot survit au signe.
Le paysage à l’encre.

Routes. L’infini
Le don du visage.

  • 3 « L’eau du puits » (1955), ibid., p. 21-22.

Aux saisons, les rides.
Au sol, les grands fleuves3.

6On assiste à une distribution réaliste où il s’agit apparemment de remettre quelque chose à sa place, par un second dérangement plus ou moins perceptible qu’opère de geste de l’écriture, d’une main à l’autre dans la transformation poétique et, de l’un à l’autre dans la transmission éthique de ce témoignage.

7Il est important de remarquer à quel point, chez Jabès, la langue mime l’abstraction de ce tracé qui partage, distribue, compte tenu de cette réalité subjective des deux mains qui tiennent le livre, l’une à laquelle l’autre échappe momentanément pour plus tard compenser la tournure rhétorique, celle des pages, celle des événements, avec une contrainte très fortement liée à l’héritage.

8Dans la combinatoire que le poète explore, ce n’est pas le langage ni même le cliché qu’il cherche à subvertir, mais la prédication elle-même, en remontant à la source de la mémoire et du geste d’écrire qui a priori ne veut rien dire sans cette distribution que fait la main dans le temps de l’écriture. Chez Jabès le déplacement est un rapport du négatif au possible, à l’hypothèse qui développe un chemin, dont le sens poétique ainsi résolu par l’élément de la langue, plutôt des langues, subsiste comme héritage, mais dont la réalité est toujours le multiple à venir. L’asymétrie des mains rompt l’immobilité. La position des mains de la lecture à l’écriture est ici montrée par une abstraction sensible.

9Jabès a réparti « La mémoire et la main » en « Des deux mains » (1975) et « Le sang ne lave pas le sang » (1979-1980) afin de mettre en évidence l’enjeu d’une symbolique, celle de l’écriture poétique, dans un temps (qui est aussi celui d’après Auschwitz) où réel et représentation se cherchent en vain dans le vide de la page :

  • 4 « Toujours cette image », « Des deux mains » (1975), ibid., p. 375.

Puisse cette main
où l’esprit s’est blotti,
être pleine de semences4.

10Le tracé du mouvement que la main accomplit dans le geste d’écrire est visible à partir de l’image « de la main et du front » jusqu’à la « page froissée » de la chute du poème, que double l’espérance de ressourcer le sens, dans et par la désespérance de son incomplétude :

À l’univers s’ accroche encore
l’espérance du premier vocable ;
à la main la page froissée.

11suivi d’un dernier vers isolé :

  • 5 Ibid., p. 376.

Il n’y a de temps que pour l’éveil5.

12Si le langage fait passer la mémoire du côté de l’écriture par l’intermédiaire de la main, outre le cheminement, quelles en sont les opérations ? Des chemins se croisent, se tissent, chemins dont l’unité n’est jamais comprise, dont l’unité reste à faire. Le chiasme est un ensemble de signes qui précède l’événement d’une avancée dans l’interprétation, d’un désir dans le livre en train de se bâtir. Nous en avons un certain nombre dans « La mémoire et la main », notamment dans le poème « Toujours cette image » que nous analyserons ici. Cette main, organe de l’expression dans le geste d’écrire, s’attache à subvertir ce qu’elle aura tracé au privilège d’une distance. Arborescence de cette main qui revendique la part d’ombre de ses multiples racines que son creux trahit, en particulier en passant de l’une à l’autre (gauche, droite, il n’est pas dit), mais aussi du matin au soir :

  • 6 « Ceux à qui… », « Des deux mains » (1975), ibid., p. 354.

Tout le matin tient dans deux mains.… mains qui brûlent avec le jour6.

13Les deux mains marquent l’intervalle de temps au sein duquel se retourner… Intervalles ou bornes du procès qui s’annonce à plus grande échelle dans l’exergue du recueil :

Il y eut jadis une main
pour nous conduire à la vie.

  • 7 « La mémoire et la main » (1974-1980), ibid., p. 349.

Un jour y aura-t-il une main
pour nous conduire à la mort ?7

14Intervalle qui plus loin se retire pendant le sommeil :

  • 8 « Ceux à qui… », « Des deux mains » (1975), ibid., p. 356.

Tu n’as plus de mains. Tu dors8.

15Intervalle du temps dont le sujet et l’objet se court-circuitent avant l’extinction :

  • 9 Ibid., p. 357, p. 358.

On meurt de ses propres mains
(On meurt sans mains)9.

16Ces mains effaçant le corps, effaçant le temps donné de vivre, nous font repérer la subjectivité du geste d’écrire tout en nous faisant entrer, d’une part dans une histoire à laquelle il manque des bouts, d’autre part dans l’immédiat. Notons les changements de page et de typographie (le passage aux italiques). Ce temps marque ainsi les pages du livre, là où l’autre marque ses heures, et, pour la même distance parcourue, de soi à l’autre, l’une est désertée, l’autre habitée par le vocable qui nous touche à distance :

Le corps caressé épanouit la main. Au poing manque la caresse ; manque également la plume.
– la plume entr’ouvre la main.

  • 10 Ibid., p. 361.

La main s’ouvre au vocable, s’ouvre à la distance10.

17L’évocation du toucher, de la caresse, rejoue la dynamique d’une pensée façonnée par la mémoire, attendue dans l’éveil, tournée vers autrui, avec un mouvement volontaire et persistant qui établit assez précisément cette présence à l’invisible : vouée à l’autre, à sa promesse et à sa part d’ombre. C’est alors l’épaisseur de l’intervalle continué qui fait de l’instant un jeu de lumière, temps pour l’éveil, auquel nous introduit la chute du poème qui clôt cette première partie du recueil. C’est l’enjeu spatio-temporel du chiasme, qui remet au monde son objet après en avoir quelque peu élucidé, touché, caressé, l’énigme.

18Cette mise en scène de la temporalité sensible chez Jabès est traversée par cette figure que nous croyons essentielle à sa lecture. L’inversion syntaxique qui régit la figure du chiasme concrétise aussi un geste de réécriture au sein de l’écriture. Elle confère à la « pointe » de la phrase (l’extrémité droite) le pouvoir de tasser l’assertion, à moins qu’elle ne la siphonne toute entière :

  • 11 Ibid., p. 363.

Illimité. Le temps est douleur du temps. Je rejoindrai les hommes au bout du temps11.

19C’est à se demander s’il y eut un instant une embouchure, une bouche, même une parole, n’eussent été ce papier et cette encre auxquels notre regard ne s’attache même plus, rivé à quelque pliure dont le chiasme engage la sensibilité : hiatus, entrebâillement, trahissant la chair du texte en même temps que la présence du néant, pour chaque pas rendu, pour chaque parole du poète qui en ce point nous rend témoin du temps comme douleur que la parole cherche à subvertir. Et grâce au rythme de cette figure, le poète conserve l’équilibre que les mots lui disputent.

20Le chiasme instaure une mémoire visuelle du vocable qui permet d’entendre sa résonance. Et l’on peut affirmer je crois que l’effondrement du lieu, ou son déplacement étrange, confère à l’œuvre une temporalité propre qui croise celle du sujet et celle de l’histoire en adoptant son propre cours, si tant est qu’elle puisse remonter à l’embouchure.

21C’est l’objet de la figure que nous croyons catégorique chez Edmond Jabès. En effet, le chiasme concrétise et schématise une attribution, créant un lieu d’émergence du sens, le lieu figural (d’un non-lieu littéral) qui anime ce jeu de l’identité et de la différence. Ce schématisme rend visible une figure, par excellence, où l’identité et la différence se croisent sans se confondre. C’est aussi vrai du corps enlacé par les bras ou dans le talit, châle de la prière. Un chiasme, qui hésite cependant chez Jabès, entre croisement et circularité, comme s’il s’agissait encore d’autre chose. Il n’y a pas seulement croisement, coup de dé, redistribution : il y a pétrissement, empêtrement, dissémination, qui fait que le langage s’apparente au corps, en somme présence poétique qui donne de l’être à la lettre, du féminin au masculin, de la certitude à l’incertitude, etc. Approchons le début et la fin du poème pour en méditer plus en détail le mouvement de main :

Toujours cette image
de la main et du front,
de l’ écrit rendu
à la pensée.

Tel l’oiseau dans le nid,
ma tête est dans ma main.
L’arbre resterait à célébrer,
si le désert n’était partout […] Bonheur d’un vieux secret partagé.
À l’univers s’accroche encore
l’espérance du premier vocable ;
à la main la page froissée.

  • 12 « Toujours cette image », « Des deux mains » (1975), ibid., p. 375.

Il n’y a de temps que pour l’éveil12.

22À la persistance obsédante de ce « toujours » investie par un geste sans corrélat, se fixe ce temps pour (temps restreint par les bornes de n’… que), temps d’avant le commencement, où l’espérance pourrait encore se nicher dans cette page froissée, en surgir, l’oiseau de ce nid ne garantissant ni l’arbre, ni le chant. Le chiasme est ici la marque symbolique d’un lieu maintenu secret, paradoxe d’une inscription et d’un effacement que partage le geste avec l’écrit, la main avec le vocable émergeant.

23C’est la négation de X qui rend possible l’existence de X même quand X disparaît, et la figure du chiasme rend bien compte de cette place que le vocable tient dans la mémoire, même en étant chassé, tassé par d’autres. C’est par cette alternance qu’il scintille, entre un vide et un comblement qui nous fait prendre conscience de la place que le langage fait à l’homme, et que, ce langage seul, dans la non-identité de l’instant dans lequel il se fonde et qui constitue le temps dans lequel il s’écoule, résume le fondement d’une identité de l’être (érigée dans l’exil et de ce fait) perpétuellement en mouvement, prise au jeu de la lettre, enlacée à elle pour une différance continuelle qu’imite une marche sans fin.

24L’énigme réside dans ce que vise l’opération qui ne se résout pas à ce croisement ni à cet échange, mais en figure la trace, en relève les empreintes pour témoigner de cette transhumance, qui s’efface à mesure, tout en affectant les données du temps. Elle nous donne en outre la possibilité de concevoir la parole (parlante) comme un temps s’ajoutant au temps, donc la possibilité de mourir (de cette parole qui nous a mûris – et non murés), de recevoir ce temps entre les autres temps de l’Histoire (ne s’en écartant pas), sans s’en remettre davantage à la parole divine (« Au commencement était le Verbe ») comme origine de tous les temps. Cette inversion suffit à renverser une situation et à insinuer un temps créateur.

25De l’arbre à la page froissée, le livre s’affirme dans la virtualité et la diversité de chemins qui fondent le sens toujours différé de l’écriture (comme geste et comme trace). Ce qui est tangible, c’est la persévérance du geste qu’effectue la pensée au travers de l’image, tant que l’image est présente, qu’elle ne s’efface pas : le nid, l’oiseau n’a que la page froissée, condition d’une restitution possible du chant (de l’oiseau) qui pour le moment ne chante pas. C’est la condition d’une restitution possible du silence des millions de morts qui occupe le centre du poème à partir d’un point nommé et qu’aucune proportion rhétorique ne peut élucider :

Demain est un autre terme.

Saviez-vous que nos ongles
autrefois furent des larmes ?
Nous grattons les murs avec nos pleurs
durcis comme nos cœurs-enfants.

Il ne peut y avoir de sauvetage
quand le sang a noyé le monde.
Nous ne disposons que de nos bras
pour rejoindre, à la nage, la mort.

  • 13 Ibidem, p. 375-376.

(Au-delà des mers, au-dessus des crêtes,
minuscule planète non identifiée,
mains unies, rondes mains comblées,
échappées à la pesanteur.) Lorsque la mémoire nous sera rendue,
l’amour connaîtra-t-il enfin son âge13 ?

26L’italique le rend bien dans le rêve didascalique d’une scène prête pour un autre monde partagé (avec ses rondes mains potelées). Puis ce temps pour entre les mains du ne… que, négation restrictive d’où l’éveil poétique, comme l’oiseau, attend. Froissement, frissonnement de la feuille aux prises avec le réel d’une histoire impossible à traverser, image de la nage, signifiant la mort qui relativise le geste d’écrire, comme l’éveil entre ne et que relativise l’ombre, suscitant par cette faille la question humaine et donnant dans ce maintenant poétique un choix aux vivants. Le chiasme érige en sorte une loi (assertion ou prescription), où renverser, trahir, devient un geste contre l’émergence de toute image ; la conscience se manifeste alors sous la forme de réminiscences qui, de bribes et d’absences, viennent réveiller l’Histoire. Car cette distance, propre à nous échapper, nous savons, une fois le chiasme posé qu’il faut la traverser. Du chiasme survient l’injonction d’une parole parlante dans la parole parlée, et chez Jabès, parole elle-même issue du tremblement de l’écriture.

27Le chiasme délimite plus généralement un paradigme de figures dans l’œuvre de Jabès, figures du renversement instaurant le tracé concret d’une distance scintillante que les vocables nous font entendre comme des points cardinaux. Le palindrome (inversion graphématique) qui s’étend à l’échange des positions phonématiques, syntagmatiques (actif/passif), par lequel le sens trouve à se remodeler indéfiniment entre deux pôles à savoir « l’un : nul », condensation aphoristique, hypothèse de la mémoire développée par l’écriture entre questionnement et établissement :

  • 14 Le Livre des ressemblances, 1976, LR, 1991, p. 51.

Écrire serait peut-être, au sein de la ressemblance, avoir raison de toutes les ressemblances ; ressembler à soi-même, au néant14.

28Ces transformations verbales libèrent le sens du double, du multiple (réel, symbolique, physique, métaphysique) dans lequel le sujet, poète, texte ou lecteur, trouve à devenir. Hypothèse de « l’image (est) formée des mots qui la rêvent » : « L’arbre resterait à célébrer… » ; « Écrire, c’est le contraire d’imaginer », car la poétique ne peut s’appuyer sur l’image ; si elle la supporte, c’est pour la contester, mettre en question les atouts et les pouvoirs de la métaphore occidentale. Ici l’universalité du désert supprime l’arbre, la possibilité de la célébration, d’un chant, d’une protection ou d’un essor pour l’oiseau, synecdoque de cet impossible chant. Le chiasme revient à indiquer (à revendiquer) par la forme même de l’écriture l’impossibilité de dire, compensée par la seule possibilité de mimer, de montrer, de singer. C’est le blocage « d’après-guerre » que Jabès radicalise par cette main. Main qui devance l’expérience de la mort, par l’effort, au point de créer une absence (la mort ?) dans le corps de l’écriture vivante que le chiasme articule et distend.

29Examinons cette distance tenue par les mains, maintenue, comme on la trouve dès le second poème de « La mémoire et la main » :

  • 15 « Ceux à qui… », « Des deux mains », Le Seuil Le Sable, op. cit., p. 359.

Le vocable sépare la main, de la main qui le forme.
Une main suffit au livre.
… la main qui s’est substituée à la main et dont le vocable dit l’appartenance15.

30Même si Edmond Jabès s’efforce de recréer de la distance là où les symbolistes, par exemple, l’auraient gommée, il lui reste impossible d’articuler le hiatus qui lui donne naissance. Aussi, son objet reste-t-il figural, pris dans le filet d’une croyance, soumis à la ressemblance dont il ne peut se libérer. Cela donne l’impression que cette parole ne naît que pour s’autodétruire, alors qu’en revenant sur elle-même, elle sème au creux, pourfend le Livre, pour nous engager à retrouver les morceaux d’un « Livre de… » :Livre des Questions, Le Livre de Yukel, Le retour au Livre, Livre du Dialogue, Livre du partage, Livre des ressemblances. Autant de génitifs confirment le livre comme objet de parole générant la parole, avec l’opération de cette pliure dans le langage, induite par le vocable, mis en mouvement par le chiasme, confirmée par le livre remis entre nos mains et entre nos lendemains.

31Prenant pour acquis que la rhétorique contemporaine n’admet que des catégories incomplètes et floues, que le dit et le non-dit débordent systématiquement les représentations du dire, le chiasme serait dans le langage poétique ce qui instituerait formellement ce débordement, radicaliserait la trace d’une intention excédant le langage, ensemençant les blancs et traversant ainsi le temps. Le chiasme chez Jabès est donc une intention poétiquement configurée qui prend statut d’événement sitôt que nous en devenons témoins par un travail de lecture, convoqués dans l’enceinte du texte, happés dans sa pliure, peut-être aussi pris par les vestiges d’un livre unique que Jabès fantasme. Ces génitifs inscrivent matériellement cette fragmentation du dire et du Livre, en vertu de quoi l’écriture reste nécessairement une quête et une enquête dont tous les rapports sont des faux entre deux points : point de départ et point final de toute séquence d’écriture, dont la parole recèle un revers par lequel le sens à nouveau se disperse, permettant que la séquence fructifie avec et malgré cette blessure (ce blé sûr) qu’est le livre.

32Le livre poserait l’opération d’équivalence entre l’écrivain et son identité historiquement accusée, chassée, menacée du fait de sa différence. À propos de Jabès, Derrida, Blanchot, Bounoure, il s’agirait de jauger l’épaisseur de la redondance qui crée un corps textuel au poète-juif. Si l’on persiste à ne tirer de ce syntagme qu’un pléonasme, où la surdétermination n’opère ni pour le poète ni pour le juif, on n’en vient pas moins à se demander à quel pli travaille la redondance et quel clou elle risque d’enfoncer. S’agit-il d’un jugement de valeur sur le texte qui voudrait qu’on glorifie un certain rapport du poète-juif au texte, sans tout à fait en vouloir analyser la teneur ?

33Prendre place comme témoin dans le texte, c’est d’emblée prendre part au texte comme événement et en articuler la parole possible, vocable au creux, dans cette page froissée, qui traduira, trahira l’existence du texte, donnera un lieu à sa discussion, une discussion à son absence. Traduire (trahir) plutôt que révéler, puisque l’adéquation est toujours manquante, le Dieu absent ou invisible, le commentaire à recommencer ; et cela pour le juste gain de notre espérance, de notre parole. Pour un partage que la mort nous donne ; pour un temps que nous traduisons afin de nous tromper nous-mêmes sur notre propre fin. Les mains délimitent en ce sens une compétence humaine : celle de traduire et de choisir, tandis que révéler serait de l’ordre du divin.

  • 16 Titre du second ensemble de poèmes de « La mémoire et la main ».

34Jabès cherche à traduire le sens d’une origine perdue, et dont la perte se radicalise par la recherche d’une juste parole : le vocable dont la main est le nid guide cette réalisation temporelle du sens. La parole parlante trahit les données du temps et par là même la présence d’une mort qui en nous se retourne. Parole qui, devenant aussi nécessaire que la mort, se radicalise comme conscience de notre condition. Et cette conscience en se doublant d’une parole parlante, anticipe l’exil, ne se détourne pas. Il s’agit aussi pour elle de trahir le silence sur les origines ; de démontrer son émergence, par la figure de vocables qui gardera la brèche vibrante, l’effraction scintillante, l’éclatement, la dispersion, l’exil, comme la possibilité même de construire un espace de questionnement afin que la question comme ouverture, comme possibilité constante de différer la question, soit maintenue. C’est ce en quoi le chiasme constitue la possibilité constante de reconduire la question dans le double mouvement qui acquiesce et rejette au loin le sens, selon la ponctualité et l’itération qui le constitue, d’où la double impression d’un ressassement (selon le terme de Blanchot), de la caresse (selon celui de Levinas), d’un paradoxe maintenu sans dépassement, sans accomplissement, sans même un sens véritablement culminant, puisque le paradoxe n’est maintenu que par le gage de son effacement : « Écrire serait alors… » marque bien cette itération de l’hypothèse qui rend possible l’écriture chez Jabès, en contamine le geste, du réel au symbolique. Si l’on pense que le poète confronte le monde avec tout son être et que sa poésie opère comme un renvoi à un ailleurs de la littérature, on arrive avec ce recueil de Jabès à la chorégraphie que la main interprète entre le monde réel et le monde symbolique. Et – pour avoir trop peu traité de la blessure présente dans la deuxième partie de l’ensemble poétique ici retenu : « Le sang ne lave pas le sang16 » –, nous pouvons pressentir à quel point la part non verbale de l’écriture est mise en jeu par la main.

35Le vocable engagé dans une multiplicité de chemins, rejoue dans les trois dimensions de l’espace la partie supérieure du corps, comme le feuillage de l’arbre à célébrer, dans lequel sont prises les mains et la tête. C’est dans cet entre temps de l’éveil que le vocable, ainsi cueilli, élabore une perception et un rapport à l’autre, au changement.

36Le chiasme trace un chemin où des fragments de subjectivation véritable fondent une expérience même lacunaire de la vérité, dont le faire poétique démontre une nouvelle espèce de courage.

Notes

1 Cette thèse est plus largement développée dans Robert Desnos : le poème entre temps, Presses Universitaires de Lyon/XYZ, Lyon/Montréal, 1997.

2 « Main douce à la blessure même… » (1976-1980), Le Seuil Le Sable, 1990, p. 379.

3 « L’eau du puits » (1955), ibid., p. 21-22.

4 « Toujours cette image », « Des deux mains » (1975), ibid., p. 375.

5 Ibid., p. 376.

6 « Ceux à qui… », « Des deux mains » (1975), ibid., p. 354.

7 « La mémoire et la main » (1974-1980), ibid., p. 349.

8 « Ceux à qui… », « Des deux mains » (1975), ibid., p. 356.

9 Ibid., p. 357, p. 358.

10 Ibid., p. 361.

11 Ibid., p. 363.

12 « Toujours cette image », « Des deux mains » (1975), ibid., p. 375.

13 Ibidem, p. 375-376.

14 Le Livre des ressemblances, 1976, LR, 1991, p. 51.

15 « Ceux à qui… », « Des deux mains », Le Seuil Le Sable, op. cit., p. 359.

16 Titre du second ensemble de poèmes de « La mémoire et la main ».

© Presses universitaires de Vincennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search