Version classiqueVersion mobile

Le Roman du signe

 | 
Andrea Del Lungo
, 
Boris Lyon-Caen

I. La littérature et son dehors

Le journal dans le roman du xixe siècle ou l’icône renversée

Marie-Ève Thérenty

Texte intégral

  • 1 En 1803, le tirage global de la presse quotidienne est de 36 000, en 1914, il est de 5 500 (...)
  • 2 Sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant, 183 (...)

1Le journal, comme objet, comme institution, comme texte est omniprésent dans la littérature du xixe siècle, notamment dans le roman réaliste, le roman policier, le roman d’actualité. Cette ubiquité reflète la sensibilisation des écrivains à l’influence grandissante du quatrième pouvoir1 et à l’entrée de la littérature dans l’ère de la médiatisation2. De la même façon que l’on a pu définir un roman d’artiste, il existe un roman du journaliste au xixe siècle, auquel de façon plus ou moins oblique les grands romanciers s’affrontent, Illusions perdues de Balzac, Charles Demailly des Concourt, L’Éducation sentimentale de Flaubert, Bel-Ami de Maupassant constituant la déclinaison paradigmatique de ce modèle.

2Le roman est attiré par le journal non seulement parce que sa présence crée un effet de réel mais aussi parce que sa capacité de métamorphose est propre à séduire les écrivains : tantôt simple objet, tantôt entreprise commerciale productrice de pouvoir intellectuel, tantôt texte à la valeur idéologique et poétique problématique. Objet-fétiche, il assume souvent dans la fiction des fonctions essentielles et inattendues : adjuvant du héros-détective chez Edgar Poe ou Conan Doyle, instrument de la perte du héros et puissante arme criminelle dans Une fille d’Ève de Balzac ou dans Charles Demailly des frères Concourt.

3Une autre des raisons de la séduction et de l’attraction suscitées par le journal est sans doute sa proximité avec le livre : objet de papier, à texte et à illustration comme le livre, objet lié au commerce au moment où la littérature se fait industrielle, objet en évolution comme le roman puisque leurs poétiques se redéfinissent au cours du siècle. Le journal est donc à la fois un objet réel du monde quotidien aux effets d’actualité et d’actualisation intenses et un objet sémiotique (signes, icônes, consignes peuvent facilement s’y cacher). Et le journal, se manifestant sous la forme d’un objet de papier sémiotisé, public, lisible, renouvelable, se trouve ainsi en concurrence directe avec le roman qui peut soit le neutraliser, soit l’acclimater, en faire son repoussoir ou son modèle. Dans un régime de concurrence entre le journal et le livre, la littérature peut facilement imaginer retourner contre le siècle l’instrument même de sa perte en sollicitant un imaginaire de l’objet (Balzac), en récupérant des effets de sens ironique (Céard) ou en promouvant de puissants effets de mise en abyme (Concourt, Verne) qui demandent à être décryptés par le lecteur. Ce qui est donc implicite à l’apparition du journal et encore plus lorsqu’il surgit sous sa forme textuelle longue, ce sont des notions esthétiques cruciales. Le journal peut alors lui-même devenir énigme, signal, emblème ou devise et signaler une poétique.

  • 3 Cette communication, avouons-le d’emblée, n’a pas l’ambition de développer une théorie du (...)

4Il s’agit donc ici de prouver que l’inclusion du journal dans la fiction au xixe siècle entraîne le lecteur dans l’univers opaque des signes3 : en effet le journal, objet complexe et polysémique, induit une large potentialité de renvois idéologiques, narratifs, poétiques souvent simultanément activés par les romans. Les potentialités sémiotiques du journal sont complexes, se stratifiant de l’indice à l’icône.

Le journal, signe dans le roman à régime réaliste

5La mention d’un journal dans le roman de mœurs des années 1830 fonctionne souvent comme un signe de connivence avec le lecteur, voire comme un code. Il est rare que l’écrivain au xixe siècle se contente de signaler la présence d’un périodique sans en noter au moins le titre qui agit comme une sorte d’étiquette placée sur le personnage-lecteur du journal. Le journal comme l’habit ou la coiffe fait donc partie du paradigme politique et idéologique des personnages, phénomène neuf au xixe siècle même s’il paraît aujourd’hui banal. Ici Jules-Amyntas David détaille avec une lourdeur didactique :

  • 4 Jules-Amyntas David, Lucien Spalma, Lecointe et Pougin, 1835, p. 3.

Les papiers imprimés étaient pour la plupart des journaux ; ce qui indiquait assez que celui dont nous parlons s’occupait de politique. – Si vous me demandez la couleur de ses opinions, je vous répondrai que ces journaux s’appelaient le National et la Tribune4.

  • 5 Honoré de Balzac, L’Illustre Gaudissart, La Comédie humaine, édition établie sous la direc (...)

6L’illustre Gaudissart, commis-voyageur chez Balzac dont la vocation est de placer des abonnements pour les journaux en province, est par excellence le personnage de la civilisation-journal puisqu’il est dans la fiction du xixe siècle l’homme qui sait décrypter ces signes. Assis à côté d’un « monsieur en chapeau gris qui lisait Les Débats », il sent « un homme qui avait du Juillet dans les moustaches » et qui est près de « mordre au Mouvement »5.

7La mention du journal se lit donc comme un code, code évidemment décryptable aussi bien par les personnages que par le lecteur. Il est alors le vecteur et le support symbolique de toute une série d’affrontements marqués par la modernité. Ainsi dans La Rabouilleuse d’Honoré de Balzac, le journal renvoie métonymiquement à une position idéologique et métaphoriquement à la ville d’Issoudun. Lorsque, au café local, des royalistes déchirent le journal Le Commerce accaparé par les chevaliers de la désœuvrance bonapartistes, la ville est le théâtre de la saynète suivante :

  • 6 Honoré de Balzac, La Rabouilleuse, La Comédie humaine, op. cit., t. IV, p. 373.

Les officiers n’avaient pas fini leur partie de dominos que Max, accompagné du commandant Potel et du capitaine Renard, suivi de trente jeunes gens curieux de voir la fin de cette aventure et qui presque tous restèrent groupés sur la Place d’Armes, entra dans le café. Le café fut bientôt plein. « Garçon, mon journal ? » dit Max d’une voix douce. On joua une petite comédie. La grosse femme, d’un air craintif et conciliateur, dit : « Capitaine, je l’ai prêté. – Allez le chercher, s’écria un des amis de Max. – Ne pouvez-vous pas vous passer du journal ?, dit le garçon, nous ne l’avons plus. » Les jeunes officiers riaient et jetaient des regards en coulisse sur les bourgeois. « On l’a déchiré ! s’écria un jeune homme de la ville en regardant aux pieds du jeune capitaine royaliste. – Qui donc s’est permis de déchirer le journal ? demanda Max d’une voix tonnante, les yeux enflammés et se levant les bras croisés. – Et nous avons craché dessus, répondirent les trois jeunes officiers en se levant et regardant Max. – Vous avez insulté toute la ville, dit Max devenu blême. – Eh bien, après ?… » demanda le plus jeune officier. Avec une adresse, une audace et une rapidité que ces jeunes gens ne pouvaient prévoir, Max appliqua deux soufflets au premier officier qui se trouvait en ligne, et lui dit : « Comprenez-vous le français ? » On alla se battre dans l’allée de Frapesle, trois contre trois. Potel et Renard ne voulurent jamais permettre que Maxence Gilet fît raison à lui seul aux officiers. Max tua son homme. Le commandant Potel blessa si grièvement le sien que le malheureux, un fils de famille, mourut le lendemain à l’hôpital où il fut transporté. Quant au troisième, il en fut quitte pour un coup d’épée et blessa le capitaine Renard, son adversaire. Le bataillon partit pour Bourges dans la nuit. Cette affaire qui eut du retentissement en Berry, posa définitivement Maxence Gilet en héros6.

8Le système de codification le plus élaboré se trouve effectivement dans La Comédie humaine, où les journaux fonctionnent comme des « personnages reparaissants », et comme eux s’enrichissent de nuances politiques, voire psychologiques au fil de leurs réapparitions. Le Constitutionnel, par exemple, journal cité trente-cinq fois par Balzac, lu par Rigou dans Les Paysans, par le colonel Chabert, par Cardot dans Un début dans la vie, par Rogron dans Pierrette renvoie à la fois politiquement au libéralisme ou au bonapartisme et psychologiquement à une certaine niaiserie. Car beaucoup des grands journaux évoqués par Balzac suscitent la création d’une périphrase qui montre de quel trait psychologique le journal est le signe. Les lecteurs du Constitutionnel définissent ainsi le « parti-niais » que Balzac oppose au parti prêtre ; La Quotidienne, citée quatorze fois, renvoie pour sa part au « genre-fossile ». Sont ainsi lecteurs de La Quotidienne tous les aristocrates de La Comédie humaine dépassés par le nouveau siècle, personnages souvent dignes et généreux mais à l’attitude quelque peu hiératique : le comte de Kergarouet, futur époux de la jeune Émilie dans Le Bal de Sceaux, Monsieur de Rouxellay dans Madame Firmiani, les parents bretons de Calyste dans Béatrix et évidemment le marquis d’Esgrignon dans Le Cabinet des Antiques. La codification par le périodique, on le sent bien ici, est un coup de force idéologique de l’auteur puisqu’il tente d’entraîner son lecteur dans un système de connivence politique.

  • 7 Stendhal, Le Rouge et le Noir, Gallimard, p. 506.

9Précisons d’ailleurs que, comme le périodique lui-même, objet périssable par excellence, cette connivence repose sur un effet d’actualité et elle peut facilement se perdre, créant alors des zones d’illisibilité dans le roman. Stendhal prétendait écrire pour les lecteurs de 1880, mais ceux-ci étaient-ils tous encore sensibles à la différence entre les royalistes de la Gazette de France et ceux plus conservateurs de La Quotidienne : « Ces messieurs jouissaient de six à huit mille livres de rente : quatre tenaient pour La Quotidienne et trois pour la Gazette de France7. » Pour éviter ce risque de péremption, Balzac préfère corriger dans La Peau de chagrin sa représentation allégorique du xixe siècle : grimpé sur une chaise, Bixiou mime Le Globe dans l’édition de 1831 puis la Revue des deux mondes dans les rééditions. Il faut donc quelquefois que le message soit un peu moins référentiel, un peu plus poétique, pour qu’il ne partage pas avec le journal sa péremption : ainsi en est-il, dans L’Éducation sentimentale, de Jacques Arnoux, qui possède ce journal au nom savoureux, L’Art industriel, journal qui, à travers l’oxymore, indépendamment de toute référence, délivre un message sur le personnage. Jacques Arnoux est un bourgeois représentatif de la monarchie de Juillet, opportuniste et sensible au passage à l’ère de la reproduction et du kitsch.

10Nombreux sont les personnages de romans au xixe siècle qui traversent un décor sémiotisé par le journal ou par les signes de la symbolique périodique, dont la superposition semble être une sorte de commentaire plus ou moins ironique ou allégorique de leur personnage ou de leur destin. Certains romans se construisent tout entiers autour de cette sémiotique comme Bel-Ami de Maupassant. Ainsi en est-il également d’un roman moins connu, Une belle journée d’Henry Céard. Une bourgeoise tranquille, Madame Duhamain, avide d’émotions extraconjugales, y suit imprudemment le commis Trudon dans une auberge. Rapidement, elle découvre l’inanité de cet être, imbibé de son journal au point de trouver dans Le xixe siècle des « formules prétentieuses pour exprimer la pauvreté congénitale de ses idées » : il « répétait des phrases entières de leurs articles croyant ainsi témoigner d’une grande liberté d’esprit et d’un considérable bon sens naturel ». Symboliquement, la première manifestation du désaccord des personnages et de l’impossibilité de leur couple s’exprime grâce au journal. Trudon, qui ne lit que Le xixe siècle, refuse de feuilleter Le Pays ou Le Gaulois et préconise de briser les presses typographiques du Figaro. Madame Duhamain, trop heureuse de le contredire, défend vigoureusement ces journaux plus mondains, ce qui, dans une relecture dix-neuviémiste du code amoureux, manifeste leur mésentente profonde :

  • 8 Henry Céard, Une belle journée, Charpentier, 1881, p. 224.

Alors heureuse de le vexer, Mme Duhamain affecta de défendre Le Figaro. Il était amusant, il racontait des choses ! Vraiment Trudon n’en voulait pas.
– Non.
– À votre aise, dit madame Duhamain, moi je le lis.
Trudon la trouva sotte au-delà de toute expression, et son insistance lui parut du plus mauvais ton8.

11Le lecteur est sensible à l’ironie du code lorsque madame Duhamain, après une après-midi d’ennui, de pluie et de lecture des journaux, rentre au logis se promettant qu’on ne l’y reprendra guère à fréquenter des personnages aussi ennuyeux et qu’elle trouve son mari au lit, lisant évidemment Le xixe siècle :

  • 9 Op. cit., p. 326.

Et là, sous les draps de toile fine que la coquetterie laborieuse de Mme Duhamain avait brodés de capricieuses initiales héraldiques, sur les oreillers que sa fantaisie toujours en quête d’un prétexte pour s’épancher avait élégamment ornés de dentelles, il attendait, lisant avec application Le xixe siècle. […] Et sans doute, ce soir-là, les articles lui en paraissaient savoureux et décisifs plus qu’à l’ordinaire, car, répondant à peine au baiser de sa femme, il continua sa lecture9.

12Le journal apparaît ici comme le symbole de l’enfermement bourgeois et d’une mentalité masculine mesquine et figée dans un décor où la quête féminine de l’idéal ne s’exprime que par broderies et dentelles. À l’heure de la civilisation du journal et de l’uniformisation, Mme Duhamain, la Bovary moderne, ne peut même plus prendre d’amants. La mention du périodique montre alors l’ironie d’un auteur qui cherche un lecteur complice pour mieux dépeindre un xixe siècle vide, bourgeois et hanté par les clichés du périodique. Le système de codes délivré par le journal se construit autour du lien métonymique entre deux objets, le périodique et son lecteur, mais ne se comprend que grâce à un décryptage idéologique, psychologique et grâce à une certaine connivence entre le lecteur et l’auteur. Le lecteur, tel un détective de roman policier, doit apprendre à traduire les indices véhiculés par le journal.

Le journal, signe dans le roman policier

  • 10 Jacques Dubois, Le Roman policier ou la modernité, Nathan, 1992.
  • 11 Conan Doyle, Les Six Napoléon, Librio, 1999, p. 19.
  • 12 Ibid., p. 21.

13Rien d’étonnant alors à ce que le genre qui mobilise le plus le journal soit le roman policier. Ce genre est, d’après Jacques Dubois10, apparu dans les années 1840-1860 en France et en Angleterre et sa naissance est liée à l’alphabétisation des populations, à l’industrialisation, à la croissance urbaine et à la sensibilisation par le périodique aux faits divers. Par une sorte de retour à l’envoyeur, le journal, signe cristallisateur de la modernité urbaine, figure en bonne place dans nombre d’enquêtes fictives du XIXe siècle. Il apparaît même en objet central, en expédient incontournable, qu’il serve à lancer l’intrigue (dans L’Association des hommes roux de Conan Doyle ou Le Dossier 113 d’Émile Gaboriau), qu’il permette au moyen d’une petite annonce de faire signe au coupable qui se livre immédiatement grâce à un message crypté (on trouve ce subterfuge dans le Double Assassinat dans la rue Morgue chez Poe ou chez Doyle dans L’Escarboucle bleue, Une étude en rouge, Les Cinq pépins d’orange), voire que sa lecture permette la résolution de l’énigme. Ainsi « Holmes passa la soirée à parcourir une pile de vieux journaux qui remplissaient notre grenier. Quand il descendit, ses yeux avaient une lueur de triomphe11 ». Le détective s’exclame ailleurs après la lecture d’un article : « La presse, voyez-vous, Watson, est un instrument remarquable quand on sait s’en servir12. »

  • 13 Edgar Allan Poe, Double assassinat dans la rue Morgue, Contes, Essais, Poèmes, Robert Laff (...)
  • 14 Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes, racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, (...)

14Le détective, en bon lecteur de texte, découvre le réel caché dans les articles de journaux, il sait lire entre les lignes. L’approche indicielle sur le terrain se double souvent dans les romans du xixe siècle d’une approche textuelle faisant des détectives des exégètes des journaux. Des métaphores sollicitées par la rhétorique hyperbolique du journal peuvent être révélatrices. Ainsi dans Double Assassinat dans la rue Morgue, le coupable, un orang-outang, est désigné dans la relation du fait divers par la « férocité bestiale »13 du crime – et il est inscrit presque anagrammatiquement dans le nom de la rue du crime. L’indice matériel élémentaire découvert par Ginzburg14 n’est donc pas le seul expédient utilisé au début du genre policier mais il manifeste chez les détectives une frénésie sémiologique que ceux-ci vont mettre également à l’épreuve dans le journal.

  • 15 Émile Gaboriau, La Corde au cou, Marabout géant, 1958, p. 486.
  • 16 Ibid., p. 531.

15Or le journal qui restitue une relation du crime concurrente de la fiction semble pourtant fort décevant aux yeux d’un lecteur moins clairvoyant que le détective, puisque la plupart du temps le coupable n’y est pas démasqué (le journal avoue alors son incompétence), et même parfois une erreur judiciaire s’y dessine. Ainsi dans La Corde au cou de Gaboriau, un chapitre est constitué de la retranscription littérale, sur vingt-cinq pages, d’un compte rendu judiciaire issu de L’Indépendant de Sauveterre. La rhétorique du compte rendu judiciaire est présente autant par ses formules clichéiques que par le fil de l’article et ses sous-titres : « interrogatoire de l’accusé », « audition des témoins », « réquisitoire », « plaidoirie » jusqu’au « verdict » : « Reconnu coupable, avec admission de circonstances atténuantes, Jacques de Boiscoran est condamné à vingt ans de travaux forcés15. » Mais pour un détective ou un lecteur averti de la poétique du roman policier, le condamné, sympathique personnage que tout accuse depuis le début du roman, est manifestement victime d’une erreur judiciaire. Les détectives font donc souvent la moue à la première lecture, tel Dupin : « La Gazette, n’a pas, je crains, pénétré l’horreur insolite de l’affaire. Mais laissons là les opinions niaises de ce papier16 », ou comme Holmes plus disert et qui livre aussitôt une méthode pour lire, voire pour décrypter le journal :

  • 17 Conan Doyle, Silver Blaze, Librio, 1999, p. 58.

La tragédie a été si extraordinaire, si complète et d’une telle importance personnelle pour tant de gens que nous souffrons d’une pléthore de suppositions, de conjectures et d’hypothèses. La difficulté est de débarrasser la structure du fait, du fait absolu, indéniable – des embellissements qu’y ont apportés les théoriciens et les reporters. Alors une fois notre proposition prise sur cette base solide, à nous de voir quelles déductions on peut tirer et quels sont les points particuliers sur lesquels gravite tout le système17.

16Les romans policiers du xixe siècle fourmillent donc d’articles journalistiques qui sont comme l’envers de l’enquête, le revers même de la fiction. Ces articles avec une poétique, celle du fait divers ou des débats judiciaires, assez proche de celle du roman policier mais dont l’inachèvement, l’éparpillement tranchent avec le caractère clos et finalisé du roman, se présentent comme des sortes d’icônes renversées de la fiction. Or ce phénomène iconique ne se trouve pas seulement dans le genre policier, mais apparaît également dans l’ensemble de la fiction référentielle au xixe siècle. Les romans, jusqu’au naturalisme, aiment à intégrer une réflexion esthétique implicite grâce à une mise en abyme constituée d’un article journalistique, l’envers de la fiction.

Le journal, icône poétique du roman

  • 18 Rappelons que pour Peirce, l’icône est un signe qui renvoie à son objet en vertu d’une res (...)

17Au-delà de sa valeur de signe ou d’indice, le périodique, notamment lorsqu’il s’expose et s’étale sous la forme d’articles dans la fiction, a souvent une valeur spéculaire. Sa nature textuelle en fait sinon un métatexte, au moins une icône18 du roman qui l’inclut. En effet, la littérature a besoin des autres langages pour se définir elle-même en jouant avec l’instauration ou l’abolition de distances avec des objets de pulsion ou de répulsion. Or le texte journalistique est bien au xixe siècle un texte focalisateur d’émotions aussi bien pour ses lecteurs qu’à un autre niveau pour les littérateurs. On remarque d’ailleurs au fil du siècle l’accroissement de ces phénomènes spéculaires comme si l’intervention du journal ajoutait de plus en plus une dimension supplémentaire à la fiction et favorisait le passage à une réflexion théorique sur l’écriture.

18La présence d’un article de journal manifeste souvent, au creux du roman, la constitution d’un lieu théorique où la littérature s’interroge obliquement, ironiquement, par textes interposés sur elle-même. Le journal notamment renvoie au roman en une sorte de miroir des questions fondamentales tantôt symétriques, tantôt exacerbées, tantôt ironiquement déplacées ou retournées, tantôt reformulées sous une forme plus voyante. Le signe se transforme en consigne et le sémiotique en iconique, au point que journal et roman paraissent avoir besoin, pour se penser chacun dans sa complexité, d’utiliser l’autre comme repoussoir, comme métaphore ou comme modèle en une sorte de complicité évidente.

  • 19 Sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à Marie-Ève Thérenty, Mosaiques. Être écriv (...)
  • 20 Sur cette interaction, nous renvoyons à Dominique Kalifa, L’Encre et le Sang. Récits de cr (...)

19L’insertion du journal désigne le plus souvent, par une sorte de geste inconscient, l’origine journalistique d’une nouvelle poétique romanesque et invite à réfléchir sur le démarquage opéré par l’écrivain entre le journal et la fiction. Les exemples opératoires sont nombreux. Le roman de mœurs balzacien se construit notamment grâce à un travail opéré sur les genres journalistiques rois à cette époque : le récit de voyage, l’étude de mœurs et la chronique et il fourmille lui-même de fragments d’articles conçus selon ces perspectives génériques19. L’insertion quasi systématique de la relation d’enquête journalistique inaboutie dans le roman policier participe aussi de cette désignation d’une origine20.

  • 21 Robert Ricatte, La Création romanesque chez les Concourt (1851-1870), Armand Colin, 1953.
  • 22 Jacques Noiray, « La subversion du modèle balzacien dans Charles Demailly », Les Frères Co (...)
  • 23 Éric Bordas écrivait pourtant : « Charles Demailly contient même une mise en abyme de ces (...)

20Cette valeur iconique inversée du journal perdure et même se renforce dans le second xixe siècle. Ainsi le premier roman publié des Concourt, Charles Demailly, signale, grâce à la mise en abyme, une des origines de l’esthétique des Concourt, le petit journal. Le roman Charles Demailly des Concourt, paru en 1859, relate la triste histoire d’un écrivain incompris de sa femme, une petite actrice sans envergure et conduite à la folie par son mariage. Toutes les caractéristiques de la poétique des Concourt – éparpillement de la matière, atomisation et désintégration de l’intrigue, juxtaposition des notions – apparaissent ici de manière un peu caricaturale. Robert Ricatte écrit de ce roman qu’il « souffre non seulement d’une inflation théâtrale du dialogue mais aussi des disparates et du désordre inhérents à un roman qui s’est formé de stratifications mal accordées21 ». Cette peinture au vitriol des mœurs littéraires fonctionne grâce à une spécularité exacerbée, si bien que la critique contemporaine n’a pas manqué d’y voir avec raison un roman à clés et de relever que l’article fort présent dans le roman est incorporé comme document et comme preuve de la supériorité du romancier sur le journaliste22. Mais on n’a pas souvent noté23 la relation iconique entre l’intertexte journalistique et le roman. Notamment est inséré dans cette fiction un extrait du petit journal Le Scandale, une petite étude de mœurs dialoguée, à vocation comique et intitulée : « Une ingénue en puissance d’un névropathe ». Ce petit dialogue caricatural fonctionne comme une mise en abyme poétique du roman qui l’inclut : éclatement en petites scènes qui renvoient aux chapitres brefs du roman ; prédominance de la parole vive sur le récit ; présence insistante de la blague ; privilège donné à l’anecdote, au détail ; accusation du trait... L’article journalistique, véritable parodie du roman, pointe l’une des sources de la poétique des Concourt, le petit journal, qui est à l’origine d’un texte fondé sur l’enregistrement des rumeurs et des médisances et la sténographie des conversations. Mais cette origine est maquillée dans le roman par le contre-pied de la focalisation qui renverse les perspectives. Là où le petit journal prenait le parti de l’ingénue, le roman choisit le point de vue du grand homme. Ce renversement psychologique masque la ressemblance des poétiques : le journal, une fois cet alibi levé, apparaît cependant comme l’icône renversée ou inversée du roman.

  • 24 Daniel Compère, Jules Verne écrivain, Droz, Genève, 1991.
  • 25 « Et, de plus, comme Harry Blount, assis à la gauche du train, n’avait vu qu’une partie de (...)

21On pourrait tenter une démonstration similaire à propos du roman vernien et du reportage. On sait que Jules Verne n’a jamais caché qu’il s’inspirait d’articles journalistiques pour écrire ses voyages extraordinaires. D’après Daniel Compère24, certaines revues comme Le Tour du monde, Le Journal des voyages, Les Nouvelles Annales de voyage, le Bulletin de la société géographique de Paris tenaient une place essentielle dans ses lectures. Il a d’ailleurs, à plusieurs reprises, cité des journaux essentiellement géographiques et scientifiques et des reportages dans ses romans (Cinq Semaines en ballon, Un capitaine de quinze ans, Vingt mille lieux sous les mers, Le Tour du monde en quatre-vingt jours, Autour de la lune, Maître du monde). La citation du reportage permet de pointer les exigences que la fiction emprunte au journal scientifique (précision des références géographiques, sociologiques et politiques, description exhaustive, force du modèle cartographique, justesse des chiffres et des statistiques, lien entre le récit et l’itinérance, valeur exploratoire des textes) et de faire signe vers un texte qui constitue pour Verne un modèle et une inspiration continue. Grâce au reportage, le savoir devient narratif. Bien souvent d’ailleurs, le reportage n’est pas cité, mais il est monté dans la fiction par paraphrases, raccourcis, effacement de la plupart des marques d’origine. On ne sait plus si le texte vernien cite ou s’il imite, si l’on est dans le pastiche ou la parodie. Cependant, le journal n’a pas continûment cette fonction modélisante. Michel Strogoff, avec la peinture des deux reporters, Harry Blount du Daily Telegraph et Alcide Jolivet, ajoute une pointe d’ambiguïté au modèle. Certes, dans ce roman, l’information circule à la fois sous sa forme archaïque (celle du courrier, du héros) et sous sa forme moderne (le reporter et le télégraphe). Mais le personnage principal reste le courrier du tsar qui représente un héroïsme traditionnel, tandis que le dédoublement de la fonction journalistique en deux personnages secondaires, concurrents et complémentaires (l’un Français, l’autre Britannique, l’un tout yeux, l’autre tout oreilles), assure le ridicule et le discrédit du reporter. Le reportage est lui-même dévalorisé, soit que le narrateur pointe l’incompétence du reporter25, soit qu’il souligne son absence de sens littéraire (les dépêches transmises sont factuelles, envoyées en style télégraphique, entrelardées de clichés, toute émotion et créativité y sont gommées). Finalement, dans une scène d’anthologie, les grands reporters pour mobiliser le télégraphe et empêcher la concurrence de l’investir émaillent leur relation qui de versets de la Bible, qui d’un joyeux refrain de Béranger. Dans cette scène bouffonne, Verne conteste et parodie le modèle du reportage. Il s’agit alors de manifester par l’ironie que l’on est capable de prendre de la distance avec un certain type de discours et un modèle. Ce qui distingue alors le reportage du roman vernien est la présence du héros, la rétention de l’information au bénéfice du suspens (on trouve la même pratique dans Le Tour du monde en quatre-vingt jours et dans Michel Strogoff), la part de l’imagination et surtout cette réflexion, cette interrogation posée dans le corps du texte sur la fiction grâce au journal. Icône, une fois de plus, mais icône renversée.

22Il semble donc, qu’au-delà de la valeur indiciaire de la mention d’un titre de journal, on peut faire à chaque citation exhaustive d’un journal dans un roman du xixe siècle le pari du statut iconique du périodique. Signe, le journal est également signe de signes dans la fiction au xixe siècle.

23Notre étude limitée renvoie au champ très vaste et encore largement à explorer, de l’interaction entre le roman et le périodique au xixe siècle. Notamment, toutes les découvertes génériques du périodique – la chronique, le fait divers, le reportage, l’interview – ont été très rapidement investies par la fiction qui a retravaillé et intégré ces poétiques extra-fictionnelles.

24Peut-on imaginer d’autres objets qui relèveraient à la fois de l’icône et de l’indice dans la fiction ? Beaucoup d’objets textuels (livres, manuscrits, lettres) notamment pourraient prétendre à cette fonction sans doute avec moins d’effets, car la capacité spéculaire supérieure du journal tient au fait que l’essentiel de sa poétique s’invente au milieu du xixe siècle pendant la monarchie de Juillet, le Second Empire et au début de la Troisième République, période où la littérature est en constante interaction avec la presse. Mais d’autres objets, parce qu’inventés ou revisités au xixe siècle, nécessiteraient la même démarche : il semble, par exemple, que la caricature et la photographie, objets iconiques par excellence, font signes et nous appellent.

Notes

1 En 1803, le tirage global de la presse quotidienne est de 36 000, en 1914, il est de 5 500 000. On peut délimiter deux années de rupture : 1836 et le passage du journal de 80 à 40 francs ; 1863 et la naissance de la presse populaire, vendue cinq centimes le numéro, qui marque le début de la démocratisation du journal.

2 Sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant, 1836, l’an I de l’ère médiatique, Éditions du nouveau monde, 2001.

3 Cette communication, avouons-le d’emblée, n’a pas l’ambition de développer une théorie du signe et nous nous abriterons derrière Umberto Eco (Le Signe, Éditions Labor, Bruxelles, 1988) pour nous appuyer sur une définition large de la notion. Nous considérerons ici qu’un signe est tout objet ou événement, renvoyant à un autre objet ou événement, ce qui nous permettra d’inclure dans la notion tous les effets de renvois évidemment fondateurs en littérature.

4 Jules-Amyntas David, Lucien Spalma, Lecointe et Pougin, 1835, p. 3.

5 Honoré de Balzac, L’Illustre Gaudissart, La Comédie humaine, édition établie sous la direction de Pierre-Georges Castex, Gallimard, 1976, t. IV, p. 574.

6 Honoré de Balzac, La Rabouilleuse, La Comédie humaine, op. cit., t. IV, p. 373.

7 Stendhal, Le Rouge et le Noir, Gallimard, p. 506.

8 Henry Céard, Une belle journée, Charpentier, 1881, p. 224.

9 Op. cit., p. 326.

10 Jacques Dubois, Le Roman policier ou la modernité, Nathan, 1992.

11 Conan Doyle, Les Six Napoléon, Librio, 1999, p. 19.

12 Ibid., p. 21.

13 Edgar Allan Poe, Double assassinat dans la rue Morgue, Contes, Essais, Poèmes, Robert Laffont, 1989, p. 538.

14 Carlo Ginzburg, « Signes, traces, pistes, racines d’un paradigme de l’indice », Le Débat, n° 6, novembre 1980.

15 Émile Gaboriau, La Corde au cou, Marabout géant, 1958, p. 486.

16 Ibid., p. 531.

17 Conan Doyle, Silver Blaze, Librio, 1999, p. 58.

18 Rappelons que pour Peirce, l’icône est un signe qui renvoie à son objet en vertu d’une ressemblance, du fait que ses propriétés intrinsèques correspondent d’une certaine façon aux propriétés de cet objet ; le symbole est un signe arbitraire, dont le rapport avec son objet est défini par une convention.

19 Sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à Marie-Ève Thérenty, Mosaiques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Champion, 2003.

20 Sur cette interaction, nous renvoyons à Dominique Kalifa, L’Encre et le Sang. Récits de crimes et société à la Belle-Époque, Fayard, 1995.

21 Robert Ricatte, La Création romanesque chez les Concourt (1851-1870), Armand Colin, 1953.

22 Jacques Noiray, « La subversion du modèle balzacien dans Charles Demailly », Les Frères Concourt : art et écriture, Presses universitaires de Bordeaux, 1997.

23 Éric Bordas écrivait pourtant : « Charles Demailly contient même une mise en abyme de ces effets d’interactions énonciatives qui résume les virtualités autant que la valeur, du procédé. Il s’agit de l’article de Mollandeux intitulé “Une ingénue en puissance d’un névropathe” reproduit au chapitre LXVI. L’article alterne répliques dialoguées présentées typographiquement comme du texte de théâtre, et indications narratives et descriptives qui précisent le cadre de l’énonciation. Il s’ouvre sur une analyse bouffonne qui caricature les références culturelles, et assure sa lisibilité par une cohérence du vocabulaire physiologique – le néologisme “névropathie” placé en clausule résumant le propos. La citation de l’article par le narrateur, qui adopte le point de vue de Demailly découvrant ce papier entre les mains de sa femme réjouie, circonscrit avec précision la sténographie du texte, et de l’action qui est ici fondamentalement illocutoire. On retrouve, mais sous une forme narrativisée, la scénographie discursive – et agressive qui est toute la dynamique du roman » (« Interactions énonciatives dans Charles Demailly », Les Frères Concourt : art et écriture, op. cit., p. 219).

24 Daniel Compère, Jules Verne écrivain, Droz, Genève, 1991.

25 « Et, de plus, comme Harry Blount, assis à la gauche du train, n’avait vu qu’une partie de la contrée qui était assez accidentée, sans se donner la peine de regarder la partie de droite, formée de longues plaines, il ne manqua pas d’ajouter avec l’aplomb britannique : “Pays montagneux entre Moscou et Wladimir” » (Jules Verne, Michel Strogoff, Le Livre de Poche, 1966, p. 52).

© Presses universitaires de Vincennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search