Version classiqueVersion mobile

Cinéma muséum

 | 
Barbara Le Maître
, 
Jennifer Verraes

La mise en scène de l’art : à rebours

Le musée mis à nu par le cinéma, même (JLG)

Jennifer Verraes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La passion des Grecs pour la controverse, judiciaire ou autre, engendra un genre littéraire particulier, appelé en grec συγκρισις et, en latin, altercatio, concertatio, dialogus, disputatio ou conflictus […]. Les protagonistes peuvent en être la Vertu et le Plaisir, mais aussi le Cuisinier et le Pâtissier, Homère et Hésiode, la Poésie et l’Histoire, ou encore les Lentilles Entières et les Lentilles Écrasées.
Erwin Panofsky, Galilée critique d’art

On se souvient de l’expédition haletante d’Odile, Arthur et Franz cavalant à travers les galeries du musée du Louvre dans Bande à part (1964). Joyeuse bravade à la croisée de Belphégor et des Pieds nickelés, cette séquence relevait littéralement de l’excursus : les trois complices, dit la voix off, « tuent le temps qui s’éternise » au musée du Louvre, car ils « attendent la nuit pour faire un coup, et respectent ainsi la tradition des mauvais policiers de série B1 ». Le musée est assurément un lieu de circonstance et propice à « tuer le temps...

Auteur

Maître de conférences en études cinématographiques à l’université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis. Elle a soutenu en 2012 une thèse de doctorat à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 intitulée « Politiques de la parole filmée dans le cinéma de fiction. À quoi pensent les films quand ils parlent ? ». Elle a publié des articles dans différentes revues (Trafic, Cinema & Cie – International Film Studies Journal, Vertigo), contribué à des ouvrages collectifs (Images contemporaines, Aléas, 2009) et traduit l’ouvrage du théoricien américain Fredric Jameson Fictions géopolitiques : cinéma, capitalisme, postmodernité (Capricci, 2011). Elle est cofondatrice du collectif Le Silo.

© Presses universitaires de Vincennes, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search