Version classiqueVersion mobile

Le travail du cinéma I

 | 
Dominique Villain

« Le résultat du travail, c’est du travail, si je peux dire »

Dominique Villain

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jean-Marie Straub dans le cours de Dominique Villain, le 2avril 2010. Photogramme de Verenice Benitez.

Image 1000000000000400000002404772946ABA9C61F1.png

Cette phrase1 un peu absurde de Pedro Costa – l’un des cinéastes rencontrés dans le cadre du cours « Le travail du cinéma », où les propos recueillis dans ce livre ont été tenus – exprime d’emblée une conception matérialiste de la création cinématographique.

« En travaillant, on apprend que le travail se révèle travail, il ne se révèle pas art », précisait-il.

C’est aussi par le biais le plus matériel, concret – le comment plutôt que le pourquoi – que nous avons voulu en savoir plus sur ce domaine attirant et mystérieux tel qu’il se pratique aujourd’hui, lors de ces entretiens avec quatre réalisateurs – outre Pedro Costa, Jean-Marie Straub, Jean-Charles Fitoussi et Andrei Schtakleff – et deux monteuses, également parfois réalisatrices – Dominique Auvray et Alexandra Mélot – qui ont eu lieu en 2010.

Ils en parlent chacun à leur façon.

On peut en effet considérer un film comme le résulta...

© Presses universitaires de Vincennes, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search