Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Romanticoco. Fantaisie, chimère et mélancolie (1830-1860)

 | 
Pierre Laforgue

Conclusion

Le Sphinx et la Chimère1

Texte intégral

  • 1 Pour un commentaire de ce texte, voir l’article d’Yves Vadé, « Le Sphinx et la Chimère », Romantis (...)

1Le Sphinx est immobile, et regarde la Chimère
Ici, Chimère ; arrête-toi.

2La Chimère
Non, jamais !

3Le Sphinx
Ne cours pas si vite, ne vole pas si haut, n’aboie pas si fort !

4La Chimère
Ne m’appelle plus, ne m’appelle plus, puisque tu restes toujours muet !

5Le Sphinx
Cesse de me jeter tes flammes au visage et de pousser tes hurlements dans mon oreille ; tu ne fondras pas mon granit !

6La Chimère
Tu ne me saisiras pas, sphinx terrible !

7Le Sphinx
Pour demeurer avec moi, tu es trop folle !

8La Chimère
Pour me suivre, tu es trop lourd !

9Le Sphinx
Où vas-tu donc, que tu cours si vite ?

10La Chimère
Je galope dans les corridors du labyrinthe, je plane sur les monts, je rase les flots, je jappe au fond des précipices, je m’accroche par la gueule au pan des nuées ; avec ma queue traînante, je raye les plages, et les collines ont pris leur courbe selon la forme de mes épaules. Mais toi, je te retrouve perpétuellement immobile, ou bien du bout de ta griffe dessinant des alphabets sur le sable.

11Le Sphinx
C’est que je garde mon secret ! Je songe et je calcule.
La mer se retourne dans son lit, les blés se balancent sous le vent, les caravanes passent, la poussière s’envole, les cités s’écroulent ; - et mon regard que rien ne peut dévier, demeure tendu à travers les choses sur un horizon inaccessible.

12La Chimère
Moi, je suis légère et joyeuse ! Je découvre aux hommes des perspectives éblouissantes avec des paradis dans les nuages et des félicités lointaines. Je leur verse à l’âme les éternelles démences, projets de bonheur, plans d’avenir, rêves de gloire, et les serments d’amour et les résolutions vertueuses.
Je pousse aux périlleux voyages et aux grandes entreprises. J’ai ciselé avec mes pattes les merveilles des architectures. C’est moi qui ai suspendu les clochettes au tombeau de Porsenna, et entouré d’un mur d’orichalque les quais de l’Atlantide.
Je cherche des parfums nouveaux, des fleurs plus larges, des plaisirs inéprouvés. Si j’aperçois quelque part un homme dont l’esprit repose dans la sagesse, je tombe dessus, et je l’étrangle.

13Le Sphinx
Tous ceux que le désir de Dieu tourmente, je les ai dévorés. Les plus forts, pour gravir jusqu’à mon front royal, montent aux stries de mes bandelettes comme sur les marches d’un escalier. La lassitude les prend ; et ils tombent d’eux-mêmes à la renverse.
Antoine commence à trembler.
Il n’est plus devant sa cabane, mais dans le désert – ayant à ses côtés ces deux bêtes monstrueuses, dont la gueule lui effleure l’épaule.

14Le Sphinx
Ö Fantaisie, emporte-moi sur tes ailes, pour désennuyer ma tristesse !

15La Chimère
Ö Inconnu, je suis amoureuse de tes yeux ! Comme une hyène en chaleur, je tourne autour de toi, sollicitant les fécondations dont le besoin me dévore.
Ouvre la gueule, lève tes pieds, monte sur mon dos !

16Le Sphinx
Mes pieds, depuis qu’ils sont à plat, ne peuvent plus se relever. Le lichen comme une dartre, a poussé sur ma gueule. A force de songer, je n’ai plus rien à dire.

17La Chimère
Tu mens, sphinx hypocrite ! D’où vient toujours que tu m’appelles et me renies ?

18Le Sphinx
C’est toi, caprice indomptable, qui passes et tourbillonnes !

19La Chimère
Est-ce ma faute ? Comment ? Laisse-moi !
Elle aboie.

20Le Sphinx
Tu remues, tu m’échappes !
Il grogne.

21La Chimère
Essayons ! – Tu m’écrases !

  • 2 Flaubert, La Tentation de saint Antoine, version définitive (1874), dans Œuvres complètes, présent (...)

22Le Sphinx
Non ! impossible !
Et en s’enfonçant peu à peu, il disparaît dans le sable, tandis que la Chimère, qui rampe la langue tirée, s’éloigne en décrivant des cercles2.

Notes

1 Pour un commentaire de ce texte, voir l’article d’Yves Vadé, « Le Sphinx et la Chimère », Romantisme, no 15 et no 16, 1976.

2 Flaubert, La Tentation de saint Antoine, version définitive (1874), dans Œuvres complètes, présentation et notes de Bernard Masson, Seuil, coll. « L’intégrale », 1964, t. I, p. 568-569 ; voir également les versions de 1849 et de 1856, respectivement p. 436-437 et p. 501-502.

© Presses universitaires de Vincennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540