Version classiqueVersion mobile

Romanticoco. Fantaisie, chimère et mélancolie (1830-1860)

 | 
Pierre Laforgue

Deuxième partie. Poétiques

Poésie, peinture et roman dans La Femme de trente ans : une poétique de la mélancolie

Texte intégral

  • 1 Les réponses que les commentateurs ont apportées à cette question sont peu satisfaisantes et eux-m (...)

1Une question constituera le point de départ de cette étude : pourquoi Balzac a-t-il dédié La Femme de trente ans à Louis Boulanger, ou plutôt, pour placer les choses dans une perspective strictement textuelle, pourquoi La Femme de trente ans est-elle dédiée à Louis Boulanger ? Cette question est non seulement embarrassante1, elle semble aussi marginale, mais pour cette raison justement je ferai le pari qu’elle est essentielle à la compréhension de ce roman.

  • 2 Dans le Salon de 1845, Baudelaire ironisera encore sur cette influence de Hugo sur Boulanger : voi (...)

2À première vue, ce qui importe, c’est la qualité du dédicataire : peintre. Cette qualité, Balzac a pris le soin de la mentionner, alors qu’une telle précision est inutile en ces années 1830 : Boulanger est le peintre du romantisme dans ce qu’il a de plus immédiatement pittoresque. Si Delacroix est le peintre d’un romantisme fondamental, dont les référents sont Dante et Shakespeare, Boulanger, pour sa part, semble s’être proposé plus modestement de comprendre les vibrations du moment. Il est en particulier l’ami du grand poète de l’heure, Victor Hugo, dont les œuvres lui inspirent un grand nombre de compositions2, et dans ce dernier cas Boulanger se trouve être par sa peinture un illustrateur du romantisme qui est en train de s’inventer en littérature. C’est pourquoi j’avancerai que mentionner la qualité de peintre de Boulanger implique que le roman qui lui est dédié n’est pas étranger à l’art d’un tel dédicataire. La peinture pourrait alors apparaître comme la métaphore de la pratique romanesque elle-même ; mais, d’un autre côté, la dédicace suppose aussi qu’il y a une différence de nature entre l’art du peintre et l’art du romancier. Aussi mon hypothèse de départ sera-t-elle que la textualité de La Femme de trente ans joue dans cette ressemblance entre peinture et roman et dans cet écart entre pictural et romanesque.

3Dans cette optique, on sera sensible à la multiplication du terme de « tableau » dans ce roman. Cette métaphore, il est vrai, est extrêmement usée et c’est très fréquemment qu’elle se rencontre chez Balzac. Quand il s’agit de faire une description, elle est presque de rigueur. Un paysage est un tableau et celui qui est en train de faire une description est du même coup un peintre. L’originalité dans La Femme de trente ans est que cette métaphore s’intègre à un système général où se trouve engagée la poétique même du roman.

  • 3 Voir Balzac, La Femme de trente ans, dans Balzac, La Comédie humaine, Gallimard, coll. « Bibliothè (...)

4De la part de Balzac, dans La Femme de trente ans, il y a une véritable volonté de faire des tableaux, d’en composer selon une esthétique picturale. Ainsi au début de l’épisode des « Deux Rencontres » les termes relatifs à la peinture se multiplient quand il s’agit de présenter la famille du vieux général3. Plus subtilement, à l’occasion de la description de la cabine où se trouvent réunis sur l’Othello Hélène et ses enfants, Balzac peint un tableau et prend soin, après l’énumération des objets luxueux qui décorent la pièce, d’ajouter les nouveaux éléments suivants :

[…] on voyait çà et là des tableaux d’une petite dimension, mais dus aux meilleurs peintres : un coucher de soleil par Gudin, se trouvait au bord d’un Terburg ; une vierge de Raphaël luttait de poésie avec une esquisse de Girodet ; un Gérard Dow éclipsait un Drolling (F30, 1190).

5C’est là un habile moyen de projeter un éclairage autoréférentiel sur ce qui vient d’être décrit que d’introduire une mise en abyme comme celle que l’on rencontre en peinture, et spécialement chez Gérard Dow, peintre connu aussi pour ses scènes de la vie domestique. Mais Balzac ne s’en tient pas à des tableaux intimistes, il se lance également dans de grandes compositions : par exemple, le tableau de la Loire dans « Premières fautes », la vue du Père-Lachaise dans « Le Doigt de Dieu » et, sujet pictural entre tous, le coucher de soleil sur lequel se ferme le chapitre « À trente ans ».

6Lui-même se présente comme un peintre. Très exactement son statut de romancier de la femme de trente ans est celui du peintre. En deux occasions il le dit de façon assez explicite. La première fois dans le chapitre « Souffrances inconnues », où il commente la misère de la femme de trente ans en ces termes :

Pourquoi ce malheur n’a-t-il jamais eu ni peintre ni poète ? Mais peut-il se peindre, peut-il se chanter (F30, 1106) ?

7Cette interrogation est loin d’être rhétorique : au moment où Balzac invente la femme de trente ans – et non pas une femme qui a trente ans – il prétend être ce peintre ou ce poète. Mais en est-il le romancier ? La réponse, il l’apporte lui-même dans le chapitre qui sert de conclusion à l’ensemble, « La Vieillesse d’une mère coupable », lorsqu’il tente d’évoquer la figure de Julie d’Aiglemont vieillie et malheureuse par sa fille :

Les peintres ont des couleurs pour ces portraits, mais les idées et les paroles sont impuissantes pour les traduire fidèlement ; il s’y rencontre, dans les tons du teint, dans l’air de la figure, des phénomènes inexplicables que l’âme saisit par la vue, mais le récit des événements auxquels sont dus de si terribles bouleversements de physionomie est la seule ressource qui reste au poète pour les faire comprendre (F30, 1207).

8Être peintre, peut-être est-ce pour Balzac le seul moyen d’écrire le roman de la femme de trente ans. Significativement, en effet, pas une seule fois dans cet ouvrage, Balzac ne se donne le nom de romancier ni même celui d’historien, ainsi qu’il le fait d’ordinaire. C’est pourquoi on peut légitimement se demander si les termes de « romancier » et de « roman » s’appliquent dans son esprit à la matière, à la matière romanesque, qu’il vient d’inventer. Cela expliquerait la récurrence des mots « tableau » et « peintre » pour désigner respectivement l’activité et le statut de l’auteur de La Femme de trente ans. Cela expliquerait également l’emploi des mots « poésie », « poète » et « poétique » dans ce roman. En ce qu’ils sont la plupart du temps associés aux mots « peintre » et « tableau », ils ont une valeur métaphorique de substitut pour qualifier l’entreprise du romancier face à ce nouvel objet d’étude qu’est la femme de trente ans. En employant de tels mots, il s’agit pour Balzac de suggérer en même temps le caractère noble et littéraire de son projet et la particularité de ce nouvel objet romanesque, qui, en raison de sa nouveauté, échappe à un traitement… romanesque.

9Le choix de la part de Balzac de la peinture et de la poésie en lieu et place du roman tient à la nouveauté même de la matière romanesque à laquelle il se trouve confronté, en l’occurrence le personnage même de la femme de trente ans. Or ce qui caractérise ce personnage, c’est la mélancolie, et cette mélancolie impose en elle-même le recours substitutif à une double pratique picturale et poétique du roman. Mais avant d’aborder ce second point, attachons-nous d’abord à la nature constitutivement mélancolique de la femme de trente ans, telle que Balzac du moins l’appréhende. Mélancolique, la femme de trente ans l’est, et l’est nécessairement, dans l’ordre historique et dans l’ordre social, car elle apparaît précisément au moment où le monde qui est sorti de la Révolution et de l’Empire, s’apercevant du vide auquel il est désormais en proie depuis que les temps héroïques sont achevés, fait l’expérience de ce qu’il est convenu d’appeler la modernité ou, ce qui est philosophiquement plus exact, la mélancolie.

10La mélancolie des lendemains de la Révolution et de l’Empire : c’est sur cet arrière-plan que se détache la figure de Julie. Le début du roman offre un exemple parlant de cette emprise de la mélancolie : l’action, en commençant le jour de la dernière revue de Napoléon, s’inscrit dans une problématique de la présence et de l’absence, du souvenir et du regret, de l’exaltation de l’épique et de sa décomposition à venir. Une dernière fois paraît en gloire Napoléon, mais tout est déjà joué et déjà fini, l’Empereur est encore là, mais il est condamné, il se donne à voir à tous comme l’âme du monde, mais c’est l’âme d’un monde révolu. C’est à ce moment de l’histoire que Julie fait son entrée et on la verra accomplir son parcours de personnage à travers les époques vides et étiolées de l’après-Waterloo, de la Restauration et de la Monarchie de Juillet, – et surtout mariée à un ancien militaire de Napoléon, qui ne pourra faire carrière sous les Bourbons et les Orléans que grâce à sa femme et parce qu’il aura renié ses souvenirs d’avant 1815.

11Indépendamment, si cela est possible, de ces déterminations historiques, la mélancolie entre comme un élément essentiel dans l’élaboration conceptuelle de la femme de trente ans. C’est nettement mis en lumière à la césure du roman, dans le chapitre « À trente ans ». En l’espace de trois pages, est échafaudée une espèce de théorie de la séduction attachée à la personne même de la femme de trente ans. Balzac oppose son personnage à celui de la jeune fille et se lance dans le développement suivant :

[…] Une jeune fille a trop d’illusions, trop d’inexpérience, et le sexe est trop complice de son amour, pour qu’un jeune homme puisse en être flatté ; tandis qu’une femme connaît toute l’étendue des sacrifices à faire. Là où l’une est entraînée par la curiosité, par des séductions étrangères à celles de l’amour, l’autre obéit à un sentiment consciencieux (F30, 1128).

12L’essentiel de l’analyse tient dans la profonde formule de « sentiment consciencieux », qui est à mettre en rapport avec l’idée même de mélancolie, en ce que l’une et l’autre supposent une réflexivité à l’œuvre. Il résulte de ces considérations que la femme de trente ans a non seulement une supériorité incontestable sur n’importe quelle jeune fille, mais aussi qu’elle est détentrice de l’essence même de la féminité, à l’exclusion de toute autre ; elle est simplement la femme, ainsi l’appelle Balzac quand il ne précise pas son âge. Ce qui revient à dire que la féminité, ou peut-être plutôt la féminitude, n’est pas de l’ordre de la naturalité, car, à ce compte, la jeune fille devrait, elle aussi participer à une pareille essence. Ce n’est pas le cas : la jeune fille est sans savoir, ignorante, ingénue, elle est naïve. (Baudelaire ajoutera, mais en parlant de la femme, qu’elle est « naturelle, c’est-à-dire abominable. ») Il n’y a pas dans ces pages de femme naturelle – ni non plus de nature de la femme – parce que la féminité n’y est conçue qu’en termes de socialité. Que la femme soit désignée indifféremment comme femme ou femme de trente ans s’explique dès lors que c’est l’aliénation sociale qui est constitutive de sa personne. Toute la théorie de la séduction dont traitent ces pages se fonde sur des présupposés relatifs à l’état de la société :

Mariée, elle [la femme] ne s’appartient plus, elle est la reine et l’esclave du foyer domestique. La sainteté des femmes est inconciliable avec les devoirs et les libertés du monde. Émanciper les femmes, c’est les corrompre. En accordant à un étranger le droit d’entrer dans le sanctuaire du ménage, n’est-ce pas se mettre à sa merci ? Mais qu’une femme l’y attire, n’est-ce pas une faute, ou, pour être plus exact, le commencement d’une faute ? Il faut accepter cette théorie dans toute sa rigueur, ou absoudre les passions (F30, 1129-1130).

  • 4 Voir Balzac, F30, 1113-1120, et notamment p. 1114.

13De tels propos sur la sujétion de la femme sont présents aussi dans « Souffrances inconnues4 », formulés encore plus brutalement, mais dans « À trente ans » ils revêtent un intérêt tout particulier, puisqu’ils se rencontrent au moment où Julie va accepter l’amour de Charles de Vandenesse. Est ainsi suggéré que l’aliénation dont elle est socialement victime colore également, par voie de conséquence, l’amour lui-même qu’elle éprouve pour Vandenesse.

14Aliénée dans son amour, comment la femme de trente ans ne serait-elle pas mélancolique, elle qui a conscience de tous les sacrifices et de tous les remords dont un pareil amour doit se payer ? Les amours d’une mélancolique, tel pourrait être le titre du roman de Julie et de Charles, de Julie et d’Arthur auparavant. Aussi est-ce sur fond de coucher de soleil que se détachent poétiquement les amours de la femme de trente ans. Témoin cette page à la fin du chapitre « À trente ans » :

Ils [Julie et Charles] se penchèrent ensemble pour voir un de ces majestueux paysages pleins de neige, de glaciers, d’ombres grises qui teignent les flancs de montagnes fantastiques ; un de ces tableaux remplis de brusques oppositions entre les flammes rouges et les tons noirs qui décorent les cieux avec une inimitable et fugace poésie ; magnifiques langes dans lesquels renaît le soleil, beau linceul où il expire. En ce moment les cheveux de Juliette effleurèrent les joues de Vandenesse ; elle sentit ce contact léger, elle en frissonna violemment, et lui plus encore ; car tous deux étaient graduellement arrivés à une de ces inexplicables crises où le calme communique aux sens une perception si fine, que le plus faible choc fait verser des larmes et déborder la tristesse si le cœur est perdu dans ces mélancolies, ou lui donne d’ineffables plaisirs s’il est perdu dans les vertiges de l’amour (F30, 1141).

15Le paysage représenté dans cette belle page relève à l’évidence d’une esthétique de la mélancolie ; plus précisément, c’est la mélancolie qui permet aux différents éléments romanesques de ce texte de trouver un mode de fonctionnement aussi bien conceptuel que symbolique.

16Cette analyse du rôle de la mélancolie dans la thématique de La Femme de trente ans trouverait à se vérifier sans difficulté en de multiples endroits du roman ; c’est pourquoi je m’en tiendrai seulement à deux passages. Le premier montre Charles de Vandenesse en train de regarder Julie :

En proie à des idées nouvelles qui lui grandissaient la femme, il ressemblait à un peintre qui, après avoir pris pour types les vulgaires modèles de son atelier, rencontrerait tout à coup la Mnémosyne du Musée, la plus belle et la moins appréciée des statues antiques. Charles fut profondément épris (F30, 1134).

17Mnémosyne est la mère des Muses et la déesse de la Mémoire, mais en raison de sa pose pensive et réflexive on verra ici en elle la déesse de la Mélancolie. Est donc intéressante au plus haut point la conjonction entre un personnage et l’objet de son désir, celui-là assimilé à un peintre et celui-ci à son modèle, le plus beau étant que le jeune homme s’en aille, sans doute pour rêver au souvenir qu’aura laissé en lui cette mélancolique déesse de la Mémoire.

18Le second exemple, qui est en réalité un contre-exemple, se rencontre dans l’épisode du « Capitaine parisien ». Le général d’Aiglemont, après avoir retrouvé sa fille Hélène, la quitte et de loin voit le bateau qui l’emporte s’éloigner :

Le mouchoir blanc, la robe se détachaient seuls sur ce fond de bistre. Entre l’eau verte et le ciel bleu, le brick ne se voyait même pas. Hélène n’était plus qu’un point imperceptible, une ligne déliée, gracieuse, un ange dans le ciel, une idée, un souvenir (F30, 1198)

  • 5 Voir Balzac, F30, 1159. À la p. 1195 la mélancolie d’Hélène est tempérée par le triomphe et à la f (...)

19Cette scène a lieu au coucher du soleil. Cependant, à la différence des autres scènes de ce genre, il n’y a pas de mélancolie, d’abord parce que c’est un père qui regarde sa fille et non un amant sa maîtresse et ensuite, et surtout, parce qu’Hélène, qui ne sera jamais une femme de trente ans, a échappé à la fatalité de mélancolie, elle qui semblait y être condamnée5. Au terme de cette utopie que constitue le chapitre des « Deux Rencontres », Balzac fait la preuve que la mélancolie n’a de sens que dans un monde dont la socialité est aliénante – ce que n’est pas le monde des pirates – et que sur des personnages dont l’avenir est tout entier derrière eux.

  • 6 Il y a des traces ici et là dans La Femme de trente ans d’une conception pathologique de la mélanc (...)
  • 7 Là-dessus, voir Gabrielle Chamarat-Malandain, « Pensivité et romanesque dans La Femme de trente an (...)

20C’est donc le concept, si je puis dire, de Femme de trente ans qui thématiquement a imposé le concept de mélancolie et, avec lui, celui de pensivité, auquel il est sans cesse associé dans ce roman. En elle-même cette association suffit à dire que la mélancolie n’est pas un penchant psychologique ni un état clinique6 ; c’est bien davantage une attitude originale, où un sujet explore l’espace de son intimité et part à la découverte intellectuelle et émotionnelle de soi. Cette disposition ne se traduit pas par l’introversion, mais par ce que Balzac tout au long de son roman appelle la rêverie, celle-ci étant ce mouvement particulier de la pensée, échappant à l’ordinaire rigidité conceptuelle, que la mélancolie impose à la femme. C’est peut-être ce qui rend si intéressante la femme de trente ans aux yeux de Balzac : que sa pensée emprunte des voies non frayées. En tout cas, mélancolie, pensivité et rêverie sont au cœur de la poétique de La Femme de trente ans7.

21En 1834, dans la Préface de l’édition Béchet, Balzac est d’une très grande clarté à ce sujet. Il écrit :

Le personnage qui traverse pour ainsi dire les six tableaux dont se compose Même histoire n’est pas une figure ; c’est une pensée. Plus cette pensée y revêt de costumes dissemblables, mieux elle rend les intentions de l’auteur. Son ambition est de communiquer à l’âme le vague d’une rêverie où les femmes puissent réveiller quelques-unes des vives impressions qu’elles ont conservées, de ranimer les souvenirs épars dans la vie, pour en faire surgir quelques enseignements (F30, 1038).

22Si le personnage est une pensée et doit susciter le vague d’une rêverie, alors la conséquence en est l’éclatement textuel :

Il se trouvait une trop forte lacune dans cette esquisse entre Le Rendez-vous et La Femme de trente ans, l’auteur l’a comblée par un nouveau fragment intitulé Souffrances inconnues. Les femmes achèveront sans doute les transitions imparfaites […] (ibid.).

  • 8 Mais aussi au sens théâtral : à l’évidence c’est dans cette acception qu’est pris le mot dans la c (...)
  • 9 Dans l’Avant-propos de l’éditeur de 1832, au moins inspiré sinon écrit par Balzac lui-même, on lis (...)
  • 10 Balzac, Une fille d’Ève, dans La Comédie humaine, éd. cit., t. II, p. 265.

23L’ajout successif des fragments n’a donc pas pour effet de combler les lacunes, mais d’exhiber encore plus la fragmentarité de l’ensemble et son état irrémédiablement lacunaire. De là la multiplication de tableaux, au sens pictural8, qui se rencontrent dans La Femme de trente ans. Mais cette multiplication de tableaux n’aboutit qu’à une esquisse9. L’esthétique du tableau est une esthétique du fragmentaire, de ce qui est qualifié par Balzac dans la Préface d’Une fille d’Ève de « mosaïque10 ». Aussi ne faut-il pas se tromper dans l’appréciation de la décision prise en 1842 par Balzac d’adopter le titre de La Femme de trente ans. Ce titre n’est pas destiné à unifier l’ensemble dans une perspective romanesque en faisant de chacun des personnages féminins qui sont successivement apparus une femme de trente ans, Mme d’Aiglemont ; il s’agit de faire de la Femme de trente ans un mythe des temps modernes, mais, comme on le sait, la mythologie, fût-elle réaliste, ne s’occupe que de membra disjecta. Un tel travail est surtout poétique : la poésie, ce mot qui revient à chaque ligne dans ce roman, est, avec la peinture, le moyen de donner une cohérence, non pas narratologique ni narrative, mais textuelle, parce qu’elle est l’expression littéraire de la pensivité et de la mélancolie romanesques.

24À cette textualité fragmentaire et éclatée correspond un sujet lui-même impossible à construire comme sujet, car la femme de trente ans se caractérise par une double déchirure entre soi et soi-même, entre soi et la société. Chez elle la pensivité exacerbe cette déchirure. Pour cette raison la mélancolie est le propre non seulement de la femme de trente ans, mais aussi de la poétique du roman qui est le sien, qui s’efforce d’être le sien. Pour cette raison, enfin, seul un peintre pouvait être le dédicataire d’un tel roman. Balzac à sa façon le dit lui-même tout à la fin de son roman :

La physionomie des femmes ne commence qu’à trente ans. Jusques à cet âge le peintre ne trouve dans leurs visages que du rose et du blanc, des sourires et des expressions qui répètent une même pensée, pensée de jeunesse et d’amour, pensée uniforme et sans profondeur ; mais, dans la vieillesse, tout chez la femme a parlé, les passions se sont incrustées sur son visage ; elle a été amante, épouse, mère ; les expressions les plus violentes de la joie et de la douleur ont fini par grimer, torturer ses traits, par s’y empreindre en mille rides, qui toutes ont un langage ; et une tête de femme devient alors sublime d’horreur, belle de mélancolie, ou magnifique de calme ; s’il est permis de poursuivre cette étrange métaphore, le lac desséché laisse voir alors les traces de tous les torrents qui l’ont produit ; une tête de vieille femme n’appartient plus alors ni au monde qui, frivole, est effrayé d’y apercevoir la destruction de toutes les idées d’élégance auxquelles il est habitué ni aux artistes vulgaires qui n’y découvrent rien ; mais aux vrais poètes, à ceux qui ont le sentiment d’un beau indépendant de toutes les conventions sur lesquelles se reposent tant de préjugés en fait d’art et de beauté (F30, 1206).

25Écrire comme un peintre et vouloir être poète, aura donc été en fin de compte pour Balzac la seule façon pour lui de composer le roman de cet être mélancolique et blessé qu’est la femme de trente ans.

Notes

1 Les réponses que les commentateurs ont apportées à cette question sont peu satisfaisantes et eux-mêmes, de leur propre avis, sont les premiers à le reconnaître. Voir par exemple, René Guise et Bernard Gagnebin : « Il ne semble pas qu’il y ait une raison particulière au choix de La Femme de trente ans [dans cette dédicace à Louis Boulanger]. » (Balzac, La Comédie humaine, éd. sous la direction de Pierre-Georges Castex, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », II, p. 1592, n. 1). Pierre Barbéris n’est pas davantage convaincant ni non plus lui-même convaincu dans son édition (Gallimard, coll. « Folio », 1977, p. 347, n. 1 à la p. 48).

2 Dans le Salon de 1845, Baudelaire ironisera encore sur cette influence de Hugo sur Boulanger : voir Baudelaire, Œuvres complètes, texte établi, présenté et annoté par Claude Pichois, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », II, 1976, p. 366. En effet, outre les nombreux portraits de la famille Hugo qu’il a effectués, Boulanger a également illustré les Odes et ballades, Les Orientales, Le Dernier Jour d’un Condamné et Notre-Dame de Paris, sans compter les maquettes de décors et de costumes pour des pièces de théâtre de Hugo (renseignements empruntés à l’Index de la Correspondance familiale de Hugo, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1988, p. 906-907).

3 Voir Balzac, La Femme de trente ans, dans Balzac, La Comédie humaine, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, p. 1019. Toutes nos références étant empruntées à cette édition nous nous contenterons désormais de la désigner dans le corps même du texte par l’indication du sigle F30, suivi de la pagination.

4 Voir Balzac, F30, 1113-1120, et notamment p. 1114.

5 Voir Balzac, F30, 1159. À la p. 1195 la mélancolie d’Hélène est tempérée par le triomphe et à la fin de l’épisode il n’y a plus que le triomphe et une vision de gloire.

6 Il y a des traces ici et là dans La Femme de trente ans d’une conception pathologique de la mélancolie : voir par exemple, F30, 1062, où la mélancolie de Julie est nettement assimilée à un état dépressif profond.

7 Là-dessus, voir Gabrielle Chamarat-Malandain, « Pensivité et romanesque dans La Femme de trente ans », dans Balzac, « La femme de trente ans », op. cit., p. 17-25. On verra tout ce que je dois à ce beau travail, ainsi qu’à celui de Pierre-Louis Rey, « Temps du romancier, temps du peintre dans La Femme de trente ans », ibid., p. 35-40.

8 Mais aussi au sens théâtral : à l’évidence c’est dans cette acception qu’est pris le mot dans la citation de la Préface de 1834 qui vient d’être faite.

9 Dans l’Avant-propos de l’éditeur de 1832, au moins inspiré sinon écrit par Balzac lui-même, on lisait : « J’avais prié l’auteur d’intituler ce dernier volume : Esquisse d’une vie de femme […] » (F30, 1158).

10 Balzac, Une fille d’Ève, dans La Comédie humaine, éd. cit., t. II, p. 265.

© Presses universitaires de Vincennes, 2001

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search