Version classiqueVersion mobile

Le travail du cinéma I

 | 
Dominique Villain

Pedra Costa. Petite caméra, grand film

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sur l’écran de la table de montage, le sourire de l’acteur principal de Sicilia ! – film de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet –, dans le film de Pedro Costa Où gît votre sourire enfoui ?.

Image 1000000000000300000002402948718FF598848E.png

Dominique Villain et Pedro Costa, le 5 mars 2010.

Image 1000000000000400000002403C93C811AF7DBDEF.png

Photogrammes de Verenice Benitez.

Dominique Villain et Pedro Costa, le 5 mars 2010.

Image 10000000000004000000024004D00396E7E3D782.png

Photogrammes de Verenice Benitez.

Je suis contente d’ouvrir ce cycle avec Pedro Costa, dont on a pu récemment voir ou revoir les films à la Cinémathèque française, qui lui a consacré une rétrospective, et dont le dernier, Ne change rien, est sorti en salles.

Dans sa filmographie, qui comporte des films très personnels – on reviendra peut-être sur la frontière entre documentaire et fiction –, deux films portent sur le travail. L’un sur Jeanne Balibar chanteuse, en train de répéter avec ses musiciens, de souffrir dans une leçon de chant (Ne Change rien). L’autre1, réalisé dans la série de Janine Bazin et André S. Labarthe2, Cinéma, de notre temps, sur Jean-Marie Straub et...

© Presses universitaires de Vincennes, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search