Version classiqueVersion mobile

Baroque cinématographique

 | 
Richard Bégin

Conclusion

Texte intégral

1En ayant recours, dans ses films, aux divers processus poïétiques du langage cinématographique comme s’il s’agissait de voir le monde pour la première fois, Raoul Ruiz produit une fiction de l’inédit qui exprime à la fois la profonde originalité du regard et la « pure auto-référence » de ce langage. Le cinéma de Raoul Ruiz propose de porter sur le monde visible un regard neuf et ludique qui s’institue justement comme regard poétique, un regard qui pratique dans le familier et l’habituel une ouverture vers l’étrange et l’insolite. Mais n’est-ce pas là une façon de rendre manifeste ce pourquoi le cinéma existe en tant qu’art Dans son texte intitulé L’Art comme procédé, Victor Chklovski rappelle que le but de l’art :

  • 1 Victor Chklovski, « L’art comme procédé », dans Tzvetan Todorov, Théorie de la littérature, Paris, (...)

[…] est de donner une sensation de l’objet comme vision et non pas comme reconnaissance ; le procédé de l’art est le procédé de singularisation des objets et le procédé qui consiste à obscurcir la forme, à augmenter la difficulté et la durée de la perception ; l’art est un moyen d’éprouver le devenir de l’objet, ce qui est déjà « devenu » n’importe pas pour l’art 1.

  • 2 Raoul Ruiz, Poétique du cinéma, Paris, Dis Voir, 1995, p. 80.

2Pour Ruiz, l’appareil cinématographique est ainsi un procédé artistique susceptible de singulariser les objets du monde visible en ceci qu’il permet au spectateur de retrouver dans le regard neuf et artificiel que lui propose l’appareil une perception originale du même qui, incidemment, devient autre et singulier. La singularisation en question opère de la sorte une défamiliarisation du monde perçu qui s’apparente, pour la conduite esthétique, à la vision chamanique dont Ruiz fait mention dans Poétique du cinéma pour définir ces films, y compris les siens, qui « cherchent l’au-delà de ce qui est limité et trop humain 2 ».

  • 3 Guy Scarpetta, L’Artifice, Paris, Bernard Grasset, 1988, p. 187.

3Le baroque au cinéma, c’est, d’une part, cette quête de l’autre­ment et du devenir, et, d’autre part, la manifestation de l’appareil qui rend possible cette quête. Aussi le réalisme cinématographique chez Ruiz diffère-t-il de celui célébré jadis par Bazin, en ce qu’il perpétue le paradigme réaliste du baroque, lequel se définit, selon Guy Scarpetta comme un « art des conventions affichées, de la contestation, ou de la déstabilisation de l’illusion (du leurre) par exaspération de ses procédés 3 ». En soulignant comme elles le font les procédés de l’appareil cinémato­graphique afin d’en souligner l’œuvre de leur efficace, les fictions chez Ruiz participent de l’expressivité baroque étant donné qu’elles ­rendent sensible dans la conduite esthétique qu’elles mobilisent la présence symptomatique de cet autre chose, de cet autrefois et de cet autrement que produit nécessairement tout art poétique quel qu’il soit. Pareil aux peintres baroques des xvie et xviie siècles, Raoul Ruiz pratique une poétique de la poïétique et convoque une esthétique de l’esthésie. Il exprime ainsi, au-delà de toute reproduction du monde visible, un art de le voir différemment et invite par conséquent le spectateur à voir ce voir. Et parce qu’il ruine les certitudes et ménage dans une poétique profondément réaliste les manifestations de sa poïétique, le baroque cinématographique suscite à la fois l’étonnement et l’émerveillement.

Notes

1 Victor Chklovski, « L’art comme procédé », dans Tzvetan Todorov, Théorie de la littérature, Paris, Seuil, 1965, p. 83.

2 Raoul Ruiz, Poétique du cinéma, Paris, Dis Voir, 1995, p. 80.

3 Guy Scarpetta, L’Artifice, Paris, Bernard Grasset, 1988, p. 187.

© Presses universitaires de Vincennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search