Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce que le poème dit du poème

 | 
Anne-Elisabeth Halpern
, 
Christian Doumet

1. Lieux, espaces

Le lieu par excellence

Jean-François Jeandillou

Texte intégral

1La septième des treize stèles du milieu occupe une place exactement centrale dans la dernière section du recueil. Après un parcours, orthogonal, du Midi au Nord d’abord, de l’Orient à l’Occident ensuite, les stèles du bord du chemin semblaient marquer une pause, introduire même un désordre géographique dans ce cheminement réglé, comme pour mieux différer l’accès au cinquième point cardinal. Située au mitan de ce mitan ultime, « Retombée » ne constitue donc pas le cœur de l’ouvrage mais plutôt son aboutissement intime : mieux qu’un axe de symétrie superficiel, elle offre une clé de lecture essentielle en vertu de sa position à la fois décalée et surdéterminée.

  • 1 Préface, p. 38. Les références concerneront l’édition des Œuvres complètes procurée par Henry Boui (...)

2Avec les six stèles qui la précédent et les six qui la suivent, celle-ci partage le privilège de désigner « le lieu par excellence1 ». Cependant, ladite désignation apparaît moins transitive (ou référentielle) que symbolique (et spécialement réflexive), eu égard à la mise en abyme dont elle s’accommode. L’analogie globale avec « les dalles renversées ou les voûtes gravées dans la face invisible » – qui « proposent leurs signes à la terre qu’elles pressent d’un sceau » – est de ce fait doublement justifiée : s’y manifestent certes « les décrets d’un autre empire » (comme dans « À l’envers », « Juges souterrains », « Moment » ou « Nom caché »), mais la singularité de ce dernier va de pair avec une inscription spéculaire, dont l’objectivation survient en un point absolu. Ainsi fait-elle du poème un dispositif métasémiotique qui, motivé par décret, l’est aussi en tant que trace ne portant témoignage que d’elle-même. Qu’on la subisse ou la récuse, comme le suggère la Préface, cela se fera

sans commentaires ni gloses inutiles, – d’ailleurs sans confronter jamais le texte véritable : seulement les empreintes qu’on lui dérobe.

3C’est en somme à une expérience du vide, à une épreuve de leurre, que se voit soumis l’éventuel lecteur (le passant) qui ne perçoit jamais que des signes par défaut, les caractères en creux d’un épitexte usurpé… Là même où le verbe semble sourdre de la source la plus vive, il se trouve frappé de nullité, puisque sa matérialisation graphique demeure un inéluctable faux-semblant.

  • 2 On en retrouve un écho dans le chapitre 14 d’Équipée : « Les toits, cornus, comme il sied, depuis (...)

4Sans doute importait-il de prendre la mesure d’un tel paradoxe, avant de risquer quelque interprétation de ce qui se donne conjointement pour un signal défaillant, en trompe-l’œil, et pour l’indice d’une vérité suprême. Qu’il y soit question d’une pagode et spécifiquement de son toit2, que l’allégorie suive l’élévation vers la spiritualité d’une pensée qui revient vite à la grossière substance de l’ici-bas, voilà ce que l’on affirme volontiers, à bon escient. Au demeurant, cette représentation architecturale ne permet guère de comprendre comment se ferait jour le lieu par excellence (sauf à l’assimiler, in fine, au trivial monde « terrestre ») à travers l’écho illusoire d’une parole volée.

5Si tant est que « Retombée » délivre un message crucial, c’est moins à sa rhétorique figurative qu’à son exceptionnelle valeur d’exemplification qu’on devra de le décrypter. Sans exclure évidemment d’autres options herméneutiques, une approche sémiolinguistique de cette stèle permet de mettre en évidence son autotélicité (formelle et sémantique) ; et de ce parfait bouclage peut-être pourra-t-on induire certains enseignements sur ce que le poème dit non seulement du poème mais aussi, constamment, de la poésie et de son langage.

  • 3 « Pour dompter et dessiner d’avance ce que l’on trouvera dans ce blanc, vais-je déjà retomber dans (...)

6Métatextuel, le titre l’est au premier chef. Qu’il évoque, thématiquement, la courbure d’une toiture, on peut s’en aviser après lecture des quatre séquences qui le suivent ; qu’il annonce, de manière plus abstraite, la déception d’un observateur dont la quête mystique se solde par un échec, force est aussi de l’admettre au vu de sa polysémie intrinsèque que le contexte actualise légitimement. Mais l’amphibologie de l’intitulé ne s’articule pas simplement avec des niveaux de sens complémentaires, que le discours viendrait illustrer par son étagement même. Pour peu que l’on conserve en mémoire cette mise en garde liminaire posant que le texte véritable demeure occulte, illisible parce qu’invisible, on admettra sans peine que la réinterprétation ne saurait faire l’économie d’un retour à la lettre, immédiatement exposée au regard du lecteur bénévole : si retombée il y a, c’est en l’occurrence de la trajectoire accomplie par ce témoin non identifié qu’elle résulte. Car lire pareil poème, cela suppose d’abdiquer toute prétention intellectuelle, moins pour progresser d’un sensus litteralis plus ou moins manifeste vers un mystérieux sensus allegoricus voire anagogicus, que pour régresser de ces hautes sphères jusqu’au plan du verbe, seul garant de ce qu’il n’y a ici « pas de répons, et pas de signes, et point de haut mystère ». Au lecteur il appartient alors d’en rabattre – à l’instar de l’aventureux rêveur d’Équipée3 –, en s’abaissant à considérer comme la fin des fins ce qu’il a trop accoutumé de tenir pour un médium transitoire, un support négligeable et contingent : l’écriture devient le double terminus, a quo et ad quem, d’une esthétique qui ne trouve sa plénitude qu’à célébrer sa propre vacuité. N’autorisant d’involution qu’au sein du seul langage, elle n’a plus rien d’un dangereux supplément ni d’une marque de transcendance. En quoi elle participe, par hypothèse au moins, d’une métapoétique aussi déceptive que définitive.

7Sous le rapport de sa composition, « Retombée » se signale par une structure quasi géométrique, dont les séquences apparaissent symétriques deux à deux :

  • séquence I : les trois alinéas exposent la situation de l’observateur-locuteur (sensations physiques, perception visuelle et disposition mentale) au moyen de verbes au présent assortis de je récurrents ;
  • séquence II : les trois alinéas, d’où le je est absent, opèrent la sélection d’une partie minimale et essentielle de l’édifice, selon trois dénominations successives : alinéa 1, « les Angles » ; alinéa 2, « ces quatre cornes » avec question ; alinéa 3, « les quatre coins », avec réponse provisoire à la question posée sur leur fonction énigmatique ;
  • séquence III : chacun des deux alinéas comporte deux questions sur les liens d’abord, l’au-delà ensuite ;
  • séquence IV : sur les deux alinéas se distribuent une dernière question, suivie d’une non-réponse, puis l’explication désespérément matérialiste des éléments d’architecture, via un je qui ressurgit in extremis.

8De cet agencement serré il ressort tout d’abord que les séquences, numériquement égales aux quatre chevrons qu’elles prennent pour objet, participent d’une iconicité globale. Calquée sur celle du signifié, l’organisation emblématique du signifiant se soutient en outre de nombreuses correspondances morphologiques (pronoms personnels, démonstratifs) et syntaxiques (les interrogatives directes) qui consolident l’aspect concerté d’un ensemble où chaque segment semble faire écho à tel autre, moins pour le redoubler que pour le neutraliser, l’annuler.

9Illustrant à merveille la fonction poétique comprise comme projection des similitudes sur l’axe des contiguïtés, cette charpente n’en demeure pas moins illusoire et vaine, dans la mesure où son équilibre même n’est que le résidu apparent, l’empreinte partielle d’un autre texte, latent et sans commune mesure avec celui qui affleure à la surface de la pierre comme de la page. D’où la tentation, logique, de dépasser ce séduisant mirage pour lui faire révéler ce qu’il dissimule. N’est-ce pas d’ailleurs ce que préconise, ouvertement, la « Maïeutique » segalenienne ?

Faire son plan : construire le Palais factice, prêt à conserver cadres et murs si le Germe s’y trouve mal à son aise.
Ne pas trop « penser » : la pensée : anecdote de l’esprit. Mais, le dos rond, ramassé, hérissé, farouche,
Bondir sur le Germe, dès qu’il est né, le secouer et l’étirer, le serrer et l’écrouir pour connaître s’il est, ou non, digne de la densité des Mots. (p. 144)

10La technique de l’écrouissage, qui consiste précisément à travailler en le frappant, l’étirant ou le laminant, un métal à basse température, a pour effet d’obtenir une supérieure résistance à la déformation. Il s’agit donc, pour le poète, de construire en dur, mais en ne s’attachant qu’à la seule « densité des Mots », non pas au « plan » qui n’en est que le prétexte, ni au « palais factice » qu’ils semblent dessiner.

11Plus que de forme harmonieuse, tout serait donc affaire d’élaboration ; sur la conception d’une anecdotique « pensée » prévaut le traitement, minimaliste et intensif, imposé aux signes. Encore ce programme génératif est-il énoncé, dans « Maïeutique », sur le mode infinitif : il n’y a point là de sujet s’exprimant par le truchement du langage, mais une puissance impersonnelle qui s’exerce hors du temps, selon un processus que l’on retrouve, à distance, dans l’étrange configuration énonciative de « Retombée ». Par-delà la prolifération des marques de 1re personne, c’est une voix anonyme et ambiguë que la séquence initiale fait résonner, en sourdine :

  • alinéas 1-2 : toutes les phrases minimales (une seule comporte une expansion de quatre c.o.d.) sont de type : je + vb + cplmt/attribut.
  • alinéa 3 : une unique phrase complexe, avec me en position d’attaque, coordonne deux propositions dont je est à nouveau sujet.

12Faute de repère spatio-temporel, l’embrayage fonctionne à vide, puisqu’il va de soi que cette voix sans origine, sans identité, ne saurait être assimilée à celle du poète. Tout au plus suppose-ton qu’elle provient de quelque mythique empereur, mais le texte, en l’état, interdit de savoir qui parle. Virtuel, je n’est ni identifiable ni même individualisé. L’unique trait qui le caractérise – celui du genre grammatical perceptible dans l’adjectif masculin satisfait – confine plus au neutre qu’à une nette différenciation sexuelle. Désincarné, abs-trait de tout corps, je n’est que parole, comme le texte qui l’entoure. En vertu de cette loi linguistique qui veut que soit nécessairement je celui qui dit je, il ne saurait émaner que d’une instance indéfinie, fugitive et, finalement, collective : qui lit le texte n’endosse-t-il pas le statut d’orateur en re-disant je à son tour ?

13La modalité interrogative, qui apparaît à huit reprises, ne joue pas un rôle moins déroutant. Alors qu’un énoncé déclaratif, pragmatiquement clos sur lui-même, ne suscite aucune interaction a priori, l’effet perlocutoire des interrogations engage censément la participation d’un allocutaire : qu’elles soient totales (« Font-ils signe… ? » ; « Est-ce là l’inquiétude… ? ») ou partielles (en Qui ?, Que ?, Quoi ?, Quels ?), toutes sont des actes transitoires, qui appellent censément une réponse. Or je s’adresse ici à un tu innommé, qui ne prend pas part au dialogue. La stèle instaure par là une correspondance unilatérale, en pérennisant des événements en principe provisoires : des interrogations qui abolissent la vocation de l’interrogation.

14Imaginer que ce questionnement soit purement rhétorique, de soi à soi, ne change rien à l’affaire. Comme le locuteur n’espère pas de lui seul la réplique aux sollicitations que le temple fait naître en son esprit, c’est l’absence de signe extérieur qui invalide l’opération conative (ni oui ni non en retour, ni renseignement sur les causes finales). Voilà pourquoi réapparaît, en fin de texte, un je placé dans les conditions mêmes de départ : l’observation attentive (j’aperçois) semble seule en mesure de résoudre une énigme qui n’avait pas de raison d’être. Cette circularité foncière du texte stélaire, le lecteur en aura été le témoin passif : lui non plus n’était pas, en droit, destinataire de ces envolées sans objet, car les questions ne s’adressent pas plus à lui qu’à quiconque. Une fois encore, le seul office que ledit lecteur puisse remplir, c’est de répéter telles quelles des paroles réifiées, de s’en faire l’écho fidèle. Exclu de la communication, il n’est pas privé de participation : à défaut d’être partenaire de l’échange, il devient l’agent possible d’un événement susceptible de se réitérer à l’infini. Le lecteur de « Retombée » n’est autre qu’un porte-parole sans consistance, mais dont la collaboration adventice perpétue, de façon aussi imprévisible que probable, un effet de chœur au fil d’un éternel présent.

15À la mise en place de cette temporalité sempiternelle contribue, en particulier, le temps des verbes. Temps réputé de l’énonciation en procès, le présent établit une simultanéité entre les suites d’actions/perceptions et la formulation qui en rend compte : je frappe, j’embrasse, je mesure, que découvrent… Or, advenant dans un cadre non circonscrit, celles-ci revêtent corollairement un aspect itératif et/ou duratif qui rend caduque l’unicité de chaque événement. Plus qu’à l’actualité du discours, c’est à un présent d’habitude (n fois) que réfère la scène évoquée. Le temps dilaté de la description (qui menacent, déploient, prolonge, qui l’entoure et le contient, qui le soutient et qui l’explique) confine à la permanence, et la permanence à la pérennité ; sa valeur étendue, ou élargie, fait rigoureusement correspondre la représentation intemporelle de l’espace et l’appréhension limitative qu’en permet le glyphe, à tout instant où il est lu. À cet embrayage in abstracto, qui met en présence des existences contingentes et un monde immuable, ressortissent aussi les participes – dont l’aspect imperfectif traduit une coïncidence avec les verbes conjugués (me renversant, coulant du faîte, accusant) – et les présentatifs : voici les Angles, mais voici. Mimant la découverte, par le regard contemplatif, d’éléments inopinés, ces actualisateurs dynamisent la description d’un bâtiment par définition immobile : l’iconicité textuelle y trouve, à nouveau, son compte. Mais ce mouvement, fût-il allégorique, n’en procède pas moins d’un pur simulacre où la déixis est tout entière dévoyée. Les deux voici, comme les divers démonstratifs (ces quatre cornes, ces quatre doigts, cet espace), ne s’enracinent nulle part. Sous le couvert de désignateurs exophoriques (renvoyant au monde extralinguistique), il s’agit là de termes dépourvus d’ancrage autre que celui du support imprimé.

16Ainsi s’élucide, parallèlement, l’intrigant emploi des articles définis dès l’incipit (les dalles, les colonnes, le parvis inverse, du faîte, du toit) et jusque dans la clausule (le grossier piquet). Le processus proprement anaphorique étant ici bloqué par l’absence d’antécédent, la référence induite demeure insaturée, et nécessairement vague, l’objet visé n’étant jamais nommé ni défini : à charge, pour le lecteur, de le reconstituer a posteriori, à partir des indices accumulés. Les déterminants isolent donc ex abrupto, et par synecdoque, les composantes d’un tout qui ne peut être envisagé qu’après coup : autrement dit, le début du poème présuppose connu ce que sa fin seule aura révélé… L’effet de pure présence du texte à lui-même ne saurait être mieux saisi que par cette statique paradoxale, qui rend concomitants des phénomènes successifs.

17Reconnaître que « le lieu par excellence » est bien celui des mots écrouis – des caractères « musicaux » qui « pendent les uns aux autres, s’agrippent et s’engrènent à un réseau irréversible » (selon la Préface, p. 37) –, cela oblige à retomber au niveau du signifiant, les pauvres formes sonores laissant de fait apercevoir ce qui soutient un édifice poétique aussi évanescent que rémanent. Sans entrer dans le détail de l’analyse, contentons-nous de relever sommairement quelques faits acoustiques ou prosodiques pertinents.

18L’isosyntaxisme qui caractérise les énoncés brefs de la première séquence crée un martèlement rythmique via la répétition de Pronoms (je), d’unités lexicales semblables ou paronymiques (je me sens ; satisfait ; solidité-sonorité). Du travail stylistique de l’écrouissage relèvent ici l’accentuation prosodique et les homéotéleutes ou paragrammes (col[onnes]/clos) qui assurent la cohésion d’une phrase à l’autre :

19Cette retombée des mots et des phrases prend l’aspect, dans l’alinéa 3, d’une longue période à structures binaires, où les deux propositions coordonnées juxtaposent des compléments doubles :

  • 4 Rappelons que le trait descriptif du « cou tendu » était donné dans la préface (et par un identiqu (...)

(Me renversant,) cou tendu4, / nuque douloureuse
(lourd habit cérémonieux,) aux plis carrés, / à la forte charpente

20Au début de la deuxième séquence, la ponctuation forte du tiret – qui n’est pas syntaxique, mais prosodique – suscite un effet d’attente et de retard, un silence dilatoire (avant la surprise du voici les Angles) qui met en évidence le rythme croissant de cette longue protase, avec allitérations en/r-m/,

Coulant du faîte, / paisible horizon terrestre, / aux bords du toit mûri comme un manteau des moissons

21et celui de la courte apodose, avec ses trois mimologismes détachés : acérés, griffus et cornus.

22Les lignes suivantes présentent une autre originalité « orchestique ». La disposition en chiasme des questions souligne les sonorités en/k-a-i/ :

ces quatre Cornes, qui menAcent-elles …
quecouvrent ces quAtre doigts …
Font-ils signe quil y a la-haut quelqun qui regarde ?
Ce sont les quAtre Coins… noués aux quatre liens…

23et surtout les quatre occurrences du numéral quatre.

24Quatre questions constituent de même la première section de la séquence III, avec une répétition des morphèmes introducteurs (à quel(le)s) et un polyptote – liens/lier (lequel entretient, en outre, une relation d’homophonie avec piliers) – qui renforcent le serré prosodique au moyen d’assonances et d’allitérations distribuées selon un rythme de 6/6/12.

25Dans le second alinéa, la thématisation du c.o.d., avec ses deux participes juxtaposés, génère une allitération en/p/et un volume syllabique croissant en 3/(2 + 3)/(3 + 5)

cet espac(e),/cre par les point(es),/pénétré des neuf firmaments,

26puis une chute (3 / 3) fondée sur la double distribution alternée des consonnes /k-l-t/-/l-k-t/ : qui l’entoure et le contient ?

27De la dernière séquence, formellement très complexe, on ne retiendra que la caractéristique principale. Tout entière fondée sur des effets de parallélisme – la formule ces quatre doigts courbés aux ongles longs reprend les segments de la séquence II (griffus – ces quatre doigts aux ongles longs) et le présentatif voici, après tiret, double celui de l’alinéa 3 selon un même principe prosodique –, elle est régie par un mode d’expression systématiquement binaire. Outre les quatre négations qui ponctuent avec une impérieuse régularité des mesures réglées (4/4/6/6/4),

pas de répons,
et pas de signes,
et point de haut mystère,
et pas mêmede liens,
même invisibles

28l’ultime alinéa présente une longue phrase en accent circonflexe, symétriquement équilibrée (à l’image du toit lui-même) :

puisque sous chaCun des chevrons volants,
accusant sa corne,
résolvant sa cambrure,
j’aperÇois le grossier piquet terrestre
qui le soutient
et qui l’explique

29Là encore, on relèverait force anagrammes (volant/résolvant, piquet/explique) et récurrences phoniques (/p/-/s/-l/-/k/, /e/-/i/) qui font de cette stèle un parfait bibelot d’inanité sonore, que le sens déçu ne saurait abolir.

30Ce que métaphorise le « lourd habit cérémonieux, aux plis carrés, à la forte charpente » ne serait-ce donc pas le phrasé même d’un texte iconique de bout en bout ? Il est à remarquer que la retombée finale, qui fait en apparence tourner court la spéculation oiseuse, n’est pas si inattendue qu’on le croirait. L’explication est introduite, non par la conjonction parce que mais par un puisque des plus troublants : car ce connecteur présuppose connue (chez l’énonciateur et son partenaire aussi bien) une information qui, loin d’être nouvelle, est simplement alléguée comme un rappel. Ainsi le piquet n’a-t-il rien d’une déconvenue tardive ; que sa fonction exacte ne soit dévoilée qu’en fin de course – par le biais d’une de ces feintes par ailleurs si fréquentes dans Stèles – ne l’empêche pas d’insister dès les premiers mots.

  • 5 On sait qu’un semblable mécanisme régira aussi les Odes, dont la préface demande « si la barrière (...)
  • 6 Selon ce que préconise « De la composition », p. 125.

31Sans même s’attarder à examiner les réseaux lexico-sémantiques (appartenant aux champs de l’architecture et de l’animalité, notamment) qui échafaudent un artificieux simulacre, on comprend que n’ont de fondement ni le registre figuratif ni la transcendance qu’il serait censé masquer. C’est cette absence de répons que vient pallier le poème en soi5, en donnant à entendre une parole mimétique de ce qu’elle représente. Le fin mot de la description n’est pas tant qu’elle s’efface derrière la comparaison et l’allégorie6, mais qu’elle fasse primer la polysémie (Je me sens ferme et satisfait / Je me sens clos et satisfait) au détriment même du denotatum, dans un texte qui enveloppe sa propre parabole puisqu’il ne parle jamais que de lui-même : les multiples allitérations, assonances et jeux accentuels suffisent amplement à prouver qu’« écouter la sonorité » des dalles frappées, c’est en l’occurrence prêter l’oreille à une incantation sans cesse restreinte à la musicalité phatique. Par ce biais seulement peut être atteint le Wên que la Préface définit comme

jeu symbolique dont chacun des éléments, capable d’être tout, n’emprunte sa fonction qu’au lieu présent qu’il occupe ; sa valeur à ce fait qu’il est ici et non point là. (p. 37)

32De ce point de vue, « Retombée » ne fait jamais qu’illustrer superbement les propriétés typiques de toute stèle, « cette composition dure, cette densité, cet équilibre interne et ces angles, qualités nécessaires comme les espèces géométriques au cristal ». Le langage poétique annule ce qu’il pose (font-ils signe / désignée / pas de signes) non sans poser ce qu’il annule, en circuit fermé : son objectivité plastique révèle que rien ne saurait être révélé, fors le Grand-Vide sonore dont il se soutient. C’est en cela que le message, sans allocutaire assignable, échappe à la communication et se dérobe même à son énonciateur, comme à toute profération, en un

réseau irréversible, réfractaire même à celui qui l’a tissé. […] De là ce défi à qui leur fera dire [aux caractères] ce qu’ils gardent. Ils dédaignent d’être lus. Ils ne réclament point la voix ou la musique. […] Ils n’expriment pas ; ils signifient ; ils sont. (ibid.)

  • 7 Préface, p. 35.
  • 8 Voit l’édition de Stèles procurée par Christian Doumet, Le Livre de Poche, Paris, 1999, p. 271.

33Même l’insistance du je, qui ménageait quelque place au (re)lecteur de fortune, ne lui laisse qu’éprouver la solidité dédaigneuse d’une façade indépassable, qui n’est que façade sans rien derrière. S’il n’y a pas là haut quelqu’un qui regarde, c’est parce qu’une pareille inscription ne se prête point à l’exégèse visionnaire d’un haut mystère. Dissuasive et désolante, elle n’en est pas moins source de plénitude et de satisfaction pour qui, abandonnant tout espoir de jouer les voyants suprêmes, veut bien en mesurer la portée, et marcher du regard sur ce parvis qu’elle permet d’explorer. Comme l’« arrivant » que vient viser l’œil du ciel à travers le trou rond de la stèle7, c’est alors celui qui croit regarder qui est vu. Car cet espace structuré, libre d’accès mais néanmoins opaque et résistant (inquiétant, selon le commentaire par Segalen de l’épigraphe chinoise8) est le lieu par excellence d’une expérience inverse.

34À défaut d’établir quelque relation illuminée entre mondes inférieur et supérieur, la Tente originale, livrant avenue, déploie son ample hospitalité dans un cadre qui en est à la fois l’analogon verbal et l’image écrite. Loin de se poser en apologie de l’ineffable – et donc paradoxale sous ses dehors de haute spiritualité –, cette poétique monumentale et matérialiste n’appelle d’explication que réflexive et/ou métatextuelle, puisque du milieu même elle est le milieu : point de fuite touchant l’infini mais toujours déjà là, « sans commentaires ni gloses inutiles ».

Notes

1 Préface, p. 38. Les références concerneront l’édition des Œuvres complètes procurée par Henry Bouillier (Robert Laffont, « Bouquins », Paris, 1995).

2 On en retrouve un écho dans le chapitre 14 d’Équipée : « Les toits, cornus, comme il sied, depuis la classique tradition de ces deux mille années, ne sont pas des toits biscornus, – et pourtant, accrochent le regard et l’envoient baller dans le profond du Ciel chinois, du Ciel magistral, le Régulateur et l’Ancêtre » (p. 288).

3 « Pour dompter et dessiner d’avance ce que l’on trouvera dans ce blanc, vais-je déjà retomber dans l’imaginaire à peine fui ? Pour le combler, faut-il inventer d’autorité ce qu’il contient, et puis en rabattre ensuite ? […] Nouvel entrain, et nouvelles gambades. Mais il faut bientôt en rabattre » (p. 269 ; nous soulignons).

4 Rappelons que le trait descriptif du « cou tendu » était donné dans la préface (et par un identique syntagme en apposition) comme typique de la « tortue » chinoise, elle-même sculptée en pareille posture.

5 On sait qu’un semblable mécanisme régira aussi les Odes, dont la préface demande « si la barrière entrouverte ne s’est pas soudain refermée ? Si l’offrande est agréée ? Si la Voix porte ? Si l’Ode monte et touche au but ? Si le Lieu Supérieur n’est pas le mirage seulement, tête en bas, du lieu d’en bas ? – Car rien n’est réversible. – Il n’y a pas de répons » (p. 598).

6 Selon ce que préconise « De la composition », p. 125.

7 Préface, p. 35.

8 Voit l’édition de Stèles procurée par Christian Doumet, Le Livre de Poche, Paris, 1999, p. 271.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puv/docannexe/image/438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

Auteur

IUFM de Versailles

© Presses universitaires de Vincennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540