Version classiqueVersion mobile

Déesses et paillassons

 | 
Jacques Terrasa

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Est-ce parce que le corps de la femme est le dénominateur commun à toutes les œuvres que nous avons analysées, que la présence du peintre est requise avec tant d’insistance ? Nous avons vu comment Picasso extrait les deux personnages masculins du Bordel d’Avignon – personnages auxquels il a pu s’identifier – pour les projeter devant la toile, dans le hors-champ de cette mise en scène grotesque où la violente frontalité des deux masques de droite nous fige et nous durcit. Durcissement du regard (el ojo en erección de los juegos del prisma la penetra, écrit Picasso en 1940 1, le regard «  pénétrant » du peintre étant ainsi produit par cette «  érection de l’œil »)  ; durcissement du pinceau, devenu pennello. Vénus, dans ce tourbillon qui a permis à ces cinq putains de donner naissance à la peinture moderne, a vu son visage se distendre, se disloquer pour se métamorphoser en deux figures mythiques – Méduse et Baubô – dont nous avons ensuite recherché la trace à certains moments de l’œu...

© Presses universitaires de Vincennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search