Version classiqueVersion mobile

Déesses et paillassons

 | 
Jacques Terrasa

14. L'Étreinte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous pourrions inventorier ces Femmes couchées, ces Femmes assises, toutes nues, toutes parées d’une vulve qui n’a rien à envier à celle de L’Origine du monde. Nous constaterions que jamais, durant les soixante-dix ans de peinture qui ont précédé, Vénus n’aura été aussi grande, aussi géante – nombreuses sont les toiles mesurant 195 cm –, aussi physiquement présente, comme si, à la force de l’empreinte laissée par Picasso sur la toile, répondait la force de l’empreinte que ces corps peints laissent sur notre rétine. Nous pourrions revoir, parmi les cent soixante-sept tableaux exposés durant l’été 1970 au palais des Papes d’Avignon, ces rencontres de la femme avec son amant, dans des toiles intitulées Le Couple, Le Baiser ou bien alors L’Étreinte. Nous nous limiterons à quelques commentaires autour d’une huile de cette dernière série, une Étreinte [Pl. XIV], de 162 x 130 cm, peinte à Mougins et datée du 19 novembre 1969 1.

Pourquoi cette toile pour traiter de l’obscénité du dernier Pic...

© Presses universitaires de Vincennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search