Version classiqueVersion mobile

Déesses et paillassons

 | 
Jacques Terrasa

13. Femme à l'oreiller

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La géante de 1965 pissant sur la plage reste l’une des ­toiles majeures de l’œuvre  ; elle n’est heureusement pas isolée, car c’est à cette époque-là que Picasso commence l’une des plus impressionnantes séries de nus féminins de sa longue carrière. Après 1963, il suspend son dialogue avec les peintres du passé (Delacroix, Velázquez, Manet, Poussin…), pour nous offrir des grandes Vénus solidement installées dans le présent de la toile, immédiates, offertes au regard dans un pur jaillissement de vie. La série de «  ­femmes nues couchées jouant avec un chat », peinte entre janvier et mars 1964 sur de longues toiles de 194 cm, est le plus bel exemple de l’ancrage dans l’instant présent de ces belles géantes. Elles sont sensuellement allongées, et n’ont rien d’autre à faire que de jouer avec un minou noir  ; ce sont de superbes héritières de l’Olympia de Manet, qui nous montrent que la référence aux œuvres du passé, si elle est peut-être plus secrète que dans les «  paraphrases » de la d...

© Presses universitaires de Vincennes, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search