Version classiqueVersion mobile

Déesses et paillassons

 | 
Jacques Terrasa

11. Palimpseste

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Picasso ayant toujours préféré prendre pour modèle des êtres qui lui étaient chers, c’est donc Jacqueline Roque – rencontrée en 1952, mais dont il commence à faire des portraits à partir du printemps 1954 –, qui prête ses traits à Vénus. Le tableau qui nous intéresse ici s’intitule Femme nue assise (Zervos, XVII, 1). Peint le 2 janvier 1956, il mesure 130 x 96 cm  ; presque tout l’espace disponible y est occupé par un corps nu assis en tailleur, se détachant sur un fond ocre rouge pour le tiers inférieur, et bleuté pour le reste. Les formes épanouies de la belle rappellent à nouveau celles de la Vénus de Lespugue  ; elles sont cernées d’un trait gris, suffisamment doux pour s’estomper par endroits et se confondre avec le modelé, de couleur beige avec des reflets mauves. La peinture est légère, fluide, caressante, sensuelle. Rien d’effrayant, rien de pétrifiant dans ce nu, car Méduse est restée associée au masque d’Olga. C’est maintenant la volupté des chairs et la beauté du visage q...

© Presses universitaires de Vincennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search