Version classiqueVersion mobile

Déesses et paillassons

 | 
Jacques Terrasa

10. Femme nue allongée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La séquence montrant la réalisation de la Femme nue allongée dure 200 secondes (de la 55e min. 3 sec. à la 58e min. 23 sec.)  ; elle comporte 86 plans fixes. À l’exception du dernier – une douzaine de secondes avant le volet final –, tous les autres plans varient depuis des durées inférieures à une seconde, jusqu’à environ quatre secondes pour les plus longs. Le rythme donné par Henri Colpi sur le banc de montage est fonction de cette durée, mais aussi de l’espace modifié  : un simple trait, le contour du visage ou d’une partie du corps, un aplat… On ressent ainsi des accélérations, lorsque notre attention se fixe sur certaines parties du tableau, puis un ralentissement, précédant un déplacement dans une autre zone de l’espace pictural. Cependant, rien n’est systématique, car les lignes, aux tracés plus ou moins sinueux, plus ou moins contrastés, s’ajoutent en cadence, obéissant à une pulsation similaire à celle d’une œuvre musicale. À partir de critères formels, proches des critère...

© Presses universitaires de Vincennes, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search