Version classiqueVersion mobile

Déesses et paillassons

 | 
Jacques Terrasa

7. Les Ombres de décembre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce n’est que vingt-cinq ans après avoir projeté son profil dans les différentes toiles où apparaît systématiquement la figure du monstre vociférant (cf. chapitre 5), que Picasso retrouve son ombre portée sur le tableau. Les deux huiles sont datées du même jour – le 29 décembre 1953 –  ; elles ont le même format – approximativement 130 x 97 cm – et présentent la même composition. On y voit l’ombre verticale d’un personnage, coupée au niveau des jambes par le bord inférieur du tableau, et projetée sur le corps allongé d’une femme nue, dans la position alanguie d’une Vénus de Titien, une Maja de Goya, une Odalisque d’Ingres ou une Olympia de Manet, seins et pubis offerts à notre regard, les avant-bras placés derrière la tête. Dans quel ordre ont-elles été peintes ? Si l’on suit la numérotation de Christian Zervos, L’Ombre sur la femme (Z. XVI, 99) serait antérieure à L’Ombre [Pl. IX] (Z. XVI, 100). C’est du moins cet ordre qui est suivi par Victor I. Stoichita pour l’analyse qu’il en p...

© Presses universitaires de Vincennes, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search