Version classiqueVersion mobile

Déesses et paillassons

 | 
Jacques Terrasa

6. Le Corps comme vanité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Huit ans après Guernica, Picasso peint un autre chef-­d’œuvre en noir et blanc, un grand tableau de 199 x 250 cm qui montre les désastres de la guerre et s’intitule Le Charnier. Le titre évoque l’horreur des camps de concentration, révélée au monde dans de nombreuses publications à partir d’avril 1945. Selon Roland Penrose 1, la période de réalisation du tableau se situerait durant l’été, c’est-à-dire postérieurement à la découverte des camps. Cela a donc suffi pour que l’œuvre soit perçue comme une dénonciation de la barbarie nazie 2. Pourtant, un reportage photographique de Christian Zervos nous montre un état du tableau dans lequel les trois corps qui y sont représentés – un homme, une femme enceinte et un enfant –, tracés au fusain, étaient déjà disposés dans la partie basse de la toile dès le mois de février. Le titre lui-même, selon Pierre Daix, n’est pas de Picasso, dont on sait qu’il n’aimait pas donner de titre à ses œuvres. Cependant, il « accentue à tort l’horreur et déto...

© Presses universitaires de Vincennes, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search