Version classiqueVersion mobile

Déesses et paillassons

 | 
Jacques Terrasa

5. Ombres et métamorphoses

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1927, Picasso a photographié son ombre [Pl. IV]. Ce document, révélé lors de l’exposition Picasso photographe 1 (1994), nous montre l’ombre portée du visage de Picasso se détachant sur un dessin ou une peinture – l’image est floue, mais l’on devine un portrait d’homme 2. Le profil sombre de l’artiste est placé dans la partie droite du cliché, plongeant ainsi dans l’ombre la moitié du portrait encadré. Nous avons longtemps cherché à identifier l’œuvre sur laquelle se projette l’ombre, dont le visage nous rappelle celui du célèbre Autoportrait à la palette (1906) du musée de Philadelphie. Mais ce n’est qu’en 2009, lors de l’exposition aixoise Picasso Cézanne, que nous avons pu l’identifier. Il s’agit effectivement d’un Autoportrait de 1906, une petite huile sur toile de 39 x 30 cm, non montée sur chassis, mais encadrée comme un dessin, et figurant dans une collection particulière 3. Ainsi, dans la photographie de 1927, nous avons donc l’intéressante coprésence de deux autoportraits...

© Presses universitaires de Vincennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search