Version classiqueVersion mobile

Déesses et paillassons

 | 
Jacques Terrasa

3. Le Grand nu au fauteuil rouge

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est une immense masse rose cernée de noir, aux contours mous comme des viscères, aux formes affaissées sur les rebords d’un grand fauteuil rouge. C’est une femelle aussi, dont la gueule ouverte est comme un protoplasme visqueux bordé de huit dents pointues, prêt à phagocyter l’être vivant qui s’y aventurerait. Les deux excroissances latérales de la poitrine placent les seins dans cette position centrifuge que l’on avait déjà avec la Maja nue de Goya, tandis que le bras gauche relevé derrière la tête rappelle l’attitude de Pepita Tudó posant vers 1800 pour l’Aragonais.

Ne nous méprenons pas : le Grand nu au fauteuil rouge [Pl. VI], davantage qu’une citation indirecte de la Maja, serait plutôt un palimpseste où l’on retrouve plusieurs nus célèbres. Tout en reconnaissant l’importance de la Vénus de Desde de Giorgione – l’inventeur du nu vénitien classique 1 – dans la genèse de ces Vénus aux bras relevés, certaines nous semblent plus pertinentes pour comprendre le Grand nu de Picasso :...

© Presses universitaires de Vincennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search