Version classiqueVersion mobile

Déesses et paillassons

 | 
Jacques Terrasa

2. La Danse et le baiser

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après 1907, les monstresses deviennent assez rares dans ­l’œuvre du peintre espagnol, et il faudra attendre 1925, après le « retour à l’ordre » qui a suivi la fin de la première guerre mondiale, pour qu’avec La Danse (215 x 142 cm) [Pl. II], un immense et squelettique corps rose vienne envahir verticalement l’espace de la toile. Mais avant ces monstresses, il y avait eu en 1921-1922 la série des minuscules Géantes 1. L’oxymore semble évident lorsque l’on voit quelle est la taille des œuvres : par exemple, le Nu à la draperie (Dinard) et le Nu assis sur un rocher sont deux huiles sur bois respectivement de 19 x 12 cm et 16 x 11 cm  ; La Course est une gouache sur contre-plaqué de 33 x 42 cm. Pourtant, le petit format n’enlève rien au monumentalisme de ces corps féminins. Le gonflement de certaines parties du corps crée de délicates disproportions dans l’équilibre des modelés qui, tout en bousculant le classicisme, confère à ces géantes aux yeux ourlés « une intemporalité ­d’idoles » ...

© Presses universitaires de Vincennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search