Version classiqueVersion mobile

Déesses et paillassons

 | 
Jacques Terrasa

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’origine était le sexe – celui de Johanna Heffernan posant en 1866, jambes écartées, pour le peintre Gustave Courbet. Avant d’être acquise par l’État en 1995, cette représentation du sexe entrouvert de la « belle Irlandaise » appartenait au psychanalyste Jacques Lacan. « Picasso – écrit Pierre Daix – était extrêmement sensible aux figures de femmes de Courbet, particulièrement à ses nus 1. » Il appréciait l’une des plus célèbres toiles érotiques du peintre français, Les Deux Amies (Paresse et luxure), et avait vu L’Origine du monde vers 1954-1955, au moment de son achat par Lacan. Faut-il pour autant établir un lien entre L’Origine du monde et les dernières œuvres érotiques de Picasso ? Certes, si l’on observe par exemple Homme et nu couché, un dessin du 4 ­septembre 1969, on constate que l’anatomie féminine est dévoilée presque de la même manière que dans le tableau de Courbet.

Pourtant, le réalisme photographique de la vulve peinte en 1866 n’a rien à voir avec le paroxysme iconi...

© Presses universitaires de Vincennes, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search