Version classiqueVersion mobile

La Terreur à l'œuvre

 | 
Éric Trudel

Remerciements

Texte intégral

1Mes remerciements, comme le témoignage de ma plus grande et ma plus constante admiration, vont d’abord à Suzanne Nash, lectrice superbe et inégalée, à qui je dois en outre d’avoir découvert avec une passion inquiète, la sienne, le jardin public de Tarbes. Ma dette envers Michael Syrotinski, dont le courage, l’intelligence et l’extrême générosité m’ont durablement marqué, est considérable. À de nombreux amis et collègues, j’exprime ma profonde reconnaissance : Martin Talbot, Isabelle Décarie, Marina van Zuylen, Thomas Trezise, François Rigolot, André Benhaïm, Barry McCrea, Reinier Leushuis, Soraya Tlatli, Odile Chilton, Anna-Louise Milne, Julien Dieudonné, Thomas Keenan et Karen Sullivan. Je remercie aussi Jacqueline Paulhan de sa discrète bienveillance et Claire Paulhan pour l’accueil chaleureux qui m’a été fait à l’Institut Mémoire de l’édition contemporaine (IMEC). Merci, enfin, à Louis et Odette Trudel, mon père, ma mère.

2Ce travail a bénéficié de l’appui financier de Bard College (New York), du soutien du département de langues et de littératures françaises et italiennes de l’université de Princeton (New Jersey) et d’une bourse du Conseil de Recherche en Sciences Humaines du Canada (CRSH).

3Annandale-on-Hudson, septembre 2006

© Presses universitaires de Vincennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search