Version classiqueVersion mobile

Henry Bauchau

 | 
Myriam Wathee-Delmotte
, 
Catherine Mayaux

IV. Opérer une dérive des continents

La piste négro-africaine du totémisme dans Diotime et les lions

Okou Dagou

Texte intégral

1Diotime et les lions, court récit qui relate l’histoire de Diotime, personnage rencontré par Œdipe sur la route, paraît en 1991, un an après le roman Œdipe sur la route. L’incipit de Diotime et les lions nous introduit dans un monde différent de celui des peuples de Grèce que l’on découvre le long du parcours suivi par Œdipe. La filiation animale de Cambyse, le culte du sang de l’animal totémique agonisant, la dimension de l’Homme en tant qu’entité cosmogonique, l’opposition entre le monde visible, l’homme visible et l’ombre de l’homme, constituent l’univers romanesque du récit dans lequel Bauchau plonge le lecteur. Le monde de Diotime est aux antipodes de la pensée hellénique et du contexte culturel qui a vu naître la tragédie grecque classique. Dans Diotime et les lions, l’univers romanesque de Bauchau est situé aux confluents de rites initiatiques difficilement assimilables à la pensée rationnelle et à l’entendement des sociétés occidentales contemporaines.

  • 1 Clios, racontant la mort de son père à ses compagnons que sont Œdipe et Antigone dit ceci : « Un j (...)
  • 2 Antigone qui souffre de brûlures se fait soigner avec de « l’argile, des herbes et des onguents d’ (...)
  • 3 Autour du cadavre du père de Clios et de celui de son compagnon de clan, la mère de Clios exécute (...)

2Tout comme Diotime et les lions, le roman Œdipe sur la route regorge de descriptions, pratiques et faits culturels multiples qui plongent le lecteur dans un dépaysement profond, dans un monde étranger au sien ; la fonction sociale du mariage1, l’art de la guérison2, l’oraison funèbre qui consiste à danser autour du cadavre3, l’histoire des peuples des hautes collines, sa pratique du matriarcat et son principe de vitalité comme symbole de royauté sont autant d’éléments et de pistes de réflexion dont une étude comparative ne saurait occulter la similitude d’avec les mythes et les rites du monde négro-africain.

  • 4 Henry Bauchau, L’Œil de bœuf, no 17, mars 1999, p. 12.

3À propos de Diotime et les lions, Bauchau concède d’ailleurs que l’évocation d’un monde immémorial dans le récit fait incontestablement songer à l’Afrique4. Les ponts jetés vers ce continent méritent un regard particulier. Toutefois, si Bauchau nous mène en esprit vers l’univers africain, le contexte spatial et temporel est, quant à lui, soumis à la fantaisie de l’écrivain. L’Afrique saisie par l’imaginaire de Bauchau n’est pas un espace livré à la mesure et à la réflexion du géomètre. Le repère géographique est distendu. Ce qui domine, c’est la dimension symbolique de l’Afrique, ses mythes, rites et coutumes. Bien que racontant une histoire épique imaginaire, le romancier confronte le lecteur dans Diotime et les lions à un monde mystérieux, imprégné d’ésotérisme, lourd de mysticisme et insaisissable pour la ratio. Les phénomènes de la transmutation, de la transmigration ou de la métempsychose sont autant d’éléments qui se lisent, se côtoient et s’illustrent dans Diotime et les lions (p. 21-23). Cambyse, le patriarche du clan perse, est apparenté au Double-Animal de l’Ancêtre du clan, l’Ombre de l’Homme. Ici, la filiation de Cambyse au Grand Fauve participe de la croyance totémique propre aux sociétés dites primitives.

Le totémisme

  • 5 Voir Maurice Besson, Le Totémisme, Éditions Rieder, Paris, 1929, p. 7.

4Rappelons que le totémisme touche à plusieurs disciplines. Il est objet d’étude en ethnographie, sociologie et en histoire des religions. Au-delà des discussions d’école et des différentes théories établies pour l’expliquer, c’est sur la théorie dite individualiste que nous nous appuierons. Celle-ci se laisse aisément appréhender dans le récit de Diotime et les lions. Pour beaucoup d’ethnologues, le totem individuel préfigure le totémisme du clan. Le totémisme individuel est comme une véritable propriété appartenant à un individu. Cette propriété se transmet généralement par héritage matriarcal5. On peut citer ici Cambyse qui, par sa mère, descend d’une lignée dont les plus lointains ancêtres étaient des lions : « Peut-être des dieux lions, car c’est en eux qu’il se reconnaissait. » (DEL, p. 10.) Le totem individuel débouche sur le totem de clan. Celui-ci n’est qu’un totem individuel généralisé par transmission aux descendants. On peut rappeler que Diotime disait de Cambyse qu’il avait étendu à tout le clan perse le lien de sang avec les lions : « Il en avait étrangement transmis, à mon père et à moi, le culte qui faisait horreur à ma mère et ma sœur aînée. » (DEL, p. 10.)

5Il se dégage ici l’idée de descendance, cette idée est étroitement liée à celle de l’ascendant, l’ancêtre du clan. Celui-ci est, sous une forme ou sous une autre, le totem respecté et dont le nom est porté par la tribu. Dans Diotime et les lions le Grand Fauve était aussi, comme l’appelaient les tribus, l’Ancêtre.

Dans ses mouvements, son allure, sa façon de boire ou de dévorer, dans sa fureur toujours proche, le Grand Lion n’était pas seulement l’image lointaine de l’ancêtre. Il était, vivant dans le même temps que lui, l’image animale, seigneuriale de Cambyse. Il en avait l’empire, la solitude, la puissance et, provoquant le même respect, l’irrésistible ascendant sur tout ce qui l’entourait. (DEL, p. 43)

  • 6 Voir Émile Durkheim, Les Formes élémentaires de la vie religieuse, le système totémique en Austral (...)

6Le totémisme pratiqué, soit dans un passé millénaire, soit de nos jours par certaines peuplades, se présente sous la forme d’une croyance en une affinité entre quelques humains formant un clan avec soit une espèce animale ou végétale, soit une classe d’objets. Le clan dont les membres sont unis « totémiquement » apparaît, en effet, comme le premier groupement cohérent. La solidarité qui unit les membres n’est point familiale. Elle est plus large. Elle n’est pas non plus territoriale. Les membres d’un clan ne sont unis les uns aux autres ni par la communauté de l’habitat, ni par celle du sang, puisqu’ils ne sont pas nécessairement consanguins et qu’ils sont souvent dispersés sur des points différents du territoire tribal. Leur unité vient donc uniquement du fait qu’ils ont un même nom (conception nominaliste) et un même emblème (conception emblématique), du fait qu’ils croient soutenir les mêmes rapports avec les mêmes catégories de choses, de ce qu’ils pratiquent les mêmes rites, c’est-à-dire qu’ils communient dans le même culte totémique6. Ainsi le passage suivant se comprend-il aisément :

C’est quelque temps après qu’un messager nous a annoncé la visite d’Arsès qui arrivait de Grèce pour proposer à Cambyse la réunification de l’ensemble du clan, depuis longtemps séparé. (DEL, p. 28)

7Ici, le phénomène totémique revêt un caractère assez singulier, dans la mesure où les membres d’un groupe se disent parents sans être unis par un lien de sang. On comprend dès lors qu’Arsès, celui que Cambyse appelait dédaigneusement un « Grec de Grèce » (DEL, p. 29), chef d’une tribu de Grèce, est apparenté au clan perse des Dieux-Lions. La solidarité qui unit les membres comporte des devoirs envers le totem et envers le clan. De ce fait, Arsès manifestera non seulement un respect envers l’ancêtre du clan perse, le Grand Lion, mais encore il s’efforcera, lorsqu’il observera le fauve, de lui garder vie sauve et évitera de manger « la chair de sa chair ». Arsès, se reconnaissant d’autre part comme le « maître secret des lions », bien qu’il n’ait pas encore été intronisé par l’ensemble des clans, renonce à combattre le fauve ; « s’il combattait le fauve, il finirait par le vaincre, et par tuer cette incarnation mystérieuse de Cambyse lui-même » (DEL, p. 44). Une similitude frappante ressort ici entre la conception totémique africaine et celle peinte dans Diotime et les lions. L’identité absolue entre le totem (le lion) et son possesseur (Cambyse) se rapproche de manière incontestable des fondements de la croyance totémique des peuples négro-africains. L’absoluité de cette identité est telle que le possesseur a le pouvoir de prendre la forme même de son totem ; ici, Cambyse est « l’incarnation mystérieuse » du Grand Fauve. On comprend ainsi pourquoi Cambyse trébuche et meurt un jour après que l’Ancêtre Lion a rendu l’âme. Le Grand Fauve rend l’âme à l’instant où meurt le Vieillard-Enfant, lequel s’est interposé entre Cambyse et son double animal. C’est la mort de ce personnage tiers, inattendu, qui permet d’accorder un ultime sursis, un léger différé, au vieux monarque, lequel ne trépasse que le lendemain.

  • 7 Voir Jacqueline de Corte, « Henry Bauchau : Diotime et les Lions », Indications : la revue des rom (...)

8La mort du personnage tiers, l’Enfant-Vieillard, procède selon nous du rite du sacrifice. Par le don de sa mort, il intercède entre les esprits, le monde invisible, et le monde visible pour alléger la mort du patriarche et de son double animal. Cela explique la beauté, dans le deuxième épisode, du combat avec les lions. Avant de partager la mort du vieux Lion, le Vieillard étreint Diotime. Diotime porte comme une mère et avec amour le Vieillard redevenu enfant. Celui-ci, par son « indomptable sérénité », arrête la furie du Fauve. La mort se donne avec amour, une mise à mort paisible et stylisée qui fait penser à une chorégraphie symbolique7.

  • 8 Nous n’ignorons pas que la question récurrente du tabou totémique a donné naissance à plusieurs th (...)

9Nous sommes incontestablement en présence d’un ensemble de croyances et de pratiques qui forment un tout et dont la nature totémique est indiscutable. Détruire la plante ou tuer l’animal totémique revient nécessairement à tuer son double humain. Manger la plante ou l’animal totémique revient à se manger soi-même. À la source de ces convictions totémiques ont pris naissance les interdits de chasse et de nourriture, de destruction de plantes et les tabous totémiques8.

10L’aspect de l’interdit totémique se rencontre beaucoup en Afrique de l’ouest et repose sur l’un des canons essentiels de la pensée négro-africaine ; c’est le principe d’unité, le principe d’harmonie. L’Africain voit partout, au-delà des relations humaines, un réseau de relations allant du minéral au divin en passant par tous les intermédiaires. Il se projette dans l’ensemble de la création. Il voit dans tout ce qui est donné à ses sens autre chose que ce qu’il voit. Il déchiffre l’Autre, c’est-à-dire le sacré, à travers le minéral, le végétal ou l’animal. Dès lors que l’animal, quelquefois le végétal et très rarement une chose, sont considérés comme l’ancêtre et par suite le protecteur d’un clan, il devient l’objet de tabous et de devoirs particuliers. Comment nourrir alors un sentiment de rejet et de destruction à l’égard d’une créature protectrice ? Telle est la base de la pensée négro-africaine à l’égard du culte totémique. Cette pratique totémique est l’objet d’une production littéraire africaine assez abondante où l’identité absolue entre l’humain et l’animal totémique répond au principe d’unité, d’harmonie et de protection.

  • 9 Hampaté Amadou Bâ, L’Étrange Destin de Wangrin, Nouvelles Éditions Inédits, Paris, 1992, p. 326 sq

11Dans de nombreuses sociétés totémiques, la transgression de ces « tabous » est chose fort grave entraînant, si l’on peut s’exprimer ainsi, de véritables mesures de rétorsion, mort, maladies, calamités multiples. Le célèbre historien et traditionaliste africain Amadou Hampaté Bâ illustre par le personnage de Wangrin ce qui advient à celui qui transgresse consciemment ou inconsciemment la loi totémique, lorsqu’il tue par mégarde un reptile, animal sacré9.

12Tels sont les caractères « extérieurs » du totémisme. À ces attributs totémiques s’ajoutent d’autres propriétés fondées sur le respect du principe matrimonial exogamique empêchant les hommes d’une phratrie – groupe de clans qui ont adopté un même totem – de se marier avec des femmes du même clan. L’exogamie donne une armature particulière de « l’état civil » à toute société totémique. La mise en scène du mariage sacré entre Arsès et Diotime illustre littéralement une position opposée à l’obligation de se marier en dehors du clan, c’est-à-dire à la coutume de l’exogamie. Les deux époux – Arsès et Diotime –, conscients d’appartenir au même clan, de communier dans le même culte totémique, vont s’unir ; Arsès était le chef naturel des deux clans et « par une force qu’il était obligé de reconnaître en lui, le maître secret des lions » (DEL, p. 44). On retrouve ici la pratique de l’endogamie. En Afrique noire où existe le totémisme, il est fréquent de trouver deux époux portant le même nom totémique.

  • 10 Voir Cheikh Anta Diop, Nations Nègres et Culture (Bd. I.), Présence Africaine, Paris, 1979, p. 205(...)
  • 11 Voir Émile Durkheim, « Sur le totémisme », dans Année sociologique. Rubrique « Mémoire originaux » (...)

13On n’a jamais pensé qu’une telle pratique ait pu être tabou ; pourtant il est manifeste que chacun des deux époux qui portent le même nom totémique a conscience de participer biologiquement à l’essence même de son totem ; ils sont conscients d’appartenir à la même tribu à l’origine. Ainsi, pour l’égyptologue Cheikh Anta Diop, endogamie et totémisme, loin de s’exclure, coexistent10. Il n’y a donc pas un totémisme mais des totémismes variant suivant les lieux et les temps. Le totémisme diffère selon les peuples, divers et variés dans chaque partie du monde, de sorte qu’il est absolument impossible de le faire entrer dans une seule catégorie11.

Mythe du sang, anthropologie rituelle et totémisme

14Malgré le tabou totémique, Diotime, petite fille de Cambyse, descendante d’une lignée perse dont les plus lointains ancêtres étaient des dieux lions, tue à quatorze ans son premier lion, « l’être de son sang » (DEL, p. 17). Tout de suite après, Diotime peut commencer son « noviciat », dont elle connaissait les rites :

Je me suis agenouillée et inclinée avec révérence devant mon adversaire, j’ai embrassé son front. Prenant un peu du sang qui coulait de sa blessure, je l’ai mêlé à celui de la mienne. J’en ai mis ensuite sur mon front, sur mon cœur et finalement sur mes lèvres. (DEL, p. 19)

15Cette mise en scène rituelle ressemble aux coutumes d’initiation du « Djarling » au cours desquelles le jeune homme Indien de la tribu Bengale doit boire le sang d’un membre de la communauté pendant son initiation. Aussi, nous pourrions également établir un rapprochement entre l’acte de Diotime et le geste rituel précédant l’installation des radjahs Gouds. Ce geste rituel consiste à marquer le front du nouvel initié d’une goutte de sang d’un homme de pure race Goud.

16La première impression de tout observateur non averti des rites des sociétés dites primitives est le sentiment qu’un abîme sépare les sociétés dites occidentales et celles-ci et qu’il est absolument impossible de comprendre leur étrange comportement. Dans Diotime et les lions, le lecteur est invité à plonger dans les profondeurs obscures de l’humanité, à s’interroger et à découvrir les véritables sens des rites et mythes archaïques de l’humanité dite primitive. Pendant l’initiation dans les tribus totémiques nord-américaines, l’initié, parfois, afin qu’il saisisse encore mieux l’étroite solidarité qui l’unit à son clan, se voyait introduire du sang de l’animal totémique par des blessures béantes faites dans ce but. Cela éclaire l’acte de Diotime goûtant le sang de son « être de sang », acte qui procède de rites anthropologiques découlant de survivances totémiques. On comprend ainsi le lien et la portée significative entre la chasse rituelle et la manifestation de rites totémiques dans le récit de Diotime et les lions :

Une fois par an, avait lieu entre eux et nous une guerre rituelle qui durait deux jours et une nuit. C’était la plus grande fête de l’année, il y avait toujours plusieurs morts et de nombreux blessés, mais il n’y avait pas, pour les chasseurs du clan et des tribus voisines, de plus grand honneur que d’y être admis par Cambyse. (DEL, p. 10)

  • 12 La mise en scène rituelle de la danse exécutée par Diotime lors de son initiation (et son corollai (...)

17Dans les sociétés totémiques, à des époques déterminées, les familles d’un clan se rassemblent, soit pour une réunion annuelle, soit pour une cérémonie religieuse. C’est le chef du clan qui en fixe la date. Ce sont des réunions qui tournent vite à une manifestation quasi épileptique. Ces cérémonies se rattachent à un ensemble de gestes rituels qui initient les jeunes gens à la « coutume totémique ». Ces derniers sont peu à peu assimilés au totem de leur clan. Les tatouages, les cicatrices, les mutilations subies par le jeune homme ou la jeune fille seront les preuves de cette initiation. L’initié reçoit un véritable enseignement condensé. Une fête analogue est perceptible dans la tribu du clan perse, du grand-père de Diotime. Celle-ci, après s’être confrontée aux « êtres de son sang », s’est vue du coup possédée par une danse lente12 (DEL, p. 20). Et pendant la guerre rituelle avec les lions,

[…] Les guerriers avaient tué le nombre de lions autorisé par la tradition… on avait allumé un grand feu… le bûcher brûlait. Cambyse dirigeait les montagnards et les attelages de chevaux qui traînaient les corps des lions tués dans le combat. Il allait les faire brûler et leurs cendres seraient répandues ensuite sur les champs des hommes du clan et des tribus alliées. (DEL, p. 20 et sq.)

  • 13 Ainsi plusieurs sociétés totémiques, à quelques variantes près, croient assurer au moyen du princi (...)

18Nous sommes frappés par la description et l’usage que fait Bauchau des corps des lions tués. La pratique rituelle de répandre la cendre de la victime, ici de l’animal totémique, « sur le champs des hommes du clan et des tribus alliées », évoque des pratiques et croyances totémiques. Ce rite est destiné à assurer la prospérité de l’espèce animale ou végétale prise comme totem ; c’est le principe fécondant13. À ce principe s’ajoute le caractère rituel du sacrifice et son corollaire religieux. Diotime raconte qu’au moment où tombait le soir, « tous les corps des lions ont été disposés sur l’autel » et qu’elle fut chargée de mettre le feu à leur bûcher. De cet autel, sortit un feu superbe dont les flammes s’élevaient très haut (DEL, p. 22.)

19La symbolique de l’autel nous renvoie au caractère religieux du culte totémique. Chez les Dogon, l’autel est un réservoir où s’emmagasinent les forces, où l’homme puise le moment venu, et qu’il entretient. C’est aussi le point de rencontre de l’homme et de l’invisible. Tandis que l’autel est alimenté, que sa puissance est rénovée par l’apport frais, le Nommo, le Dieu Dogon, alerté par la parole, vient s’abreuver, se fortifier, entretenir sa vie. Le sacrifice revêt chez les Dogons un effet constant, celui de redistribuer de la force vitale.

20Par delà les effets totémiques évoqués dans Diotime et les lions, Bauchau situe l’enfance du personnage central dans un univers lointain et archaïque. La trame archétypale du récit de Diotime fait ainsi songer aux contes et légendes. L’enfance sauvage de Diotime et les rites primitifs auxquels elle a décidé de participer l’ont préparée dans les profondeurs les plus mystérieuses de l’âme humaine. Ce sont les transes et les délires assumés par Diotime-enfant qui ont façonné Diotime-mère, la guérisseuse des corps et des âmes. Arsès, devenu par son mariage le chef des deux tribus sœurs, celle de l’Asie et celle de la Grèce, emmène Diotime dans son pays, la Grèce. C’est là qu’à la fin d’une longue vie, elle accueillera Œdipe, le roi-mendiant. Ainsi, au cours de leur errance à travers la campagne entre Thèbes et Colone, Antigone, Œdipe et leur compagnon Clios-le-voleur trouvent refuge chez Diotime. Sa demeure deviendra surtout pendant les hivers le havre à partir duquel ils se régénéreront et recréeront progressivement des liens sociaux. Diotime leur apprendra l’art de la poterie, elle les incitera à sculpter le bois, l’argile et la pierre. C’est ici que se situe le lien étroit entre Diotime et les lions et le roman Œdipe sur la route. Pour Bauchau, Diotime et les lions lui a semblé nécessaire pour permettre d’imaginer et de comprendre d’où venait l’ascendant de Diotime, son courage et surtout comment Diotime, en racontant son enfance à Œdipe, a pu aider ce dernier à dominer les forces qui l’habitaient.

C’est ce récit […] qui décide Œdipe à chanter et à répondre aux appels qui lui sont faits. C’est un tournant décisif. Pour que je le comprenne, pour qu’il soit possible, il fallut que je pénètre dans la jeunesse de Diotime et que je vive son amour des lions et sa lutte avec eux. (JJ, p. 203)

21Ce personnage qui surgit au milieu du récit d’Œdipe et qui finit par s’imposer comme personnage important dans le roman Œdipe sur la route pousse Bauchau à lui donner une « armature constitutionnelle », un état-civil. Cette lecture est perceptible à partir du moment où l’écrivain apparente Diotime à une ascendance de Dieu-Lion. La filiation biologique à l’animal traduit l’idée du totémisme en tant que source de la formation des sociétés humaines. Ce n’est donc pas un hasard si Bauchau, en évoquant l’enfance de Diotime, place le personnage dans un environnement concret. La tribu mi-grecque, mi-perse, dont est issue Diotime, vit en Asie à l’époque où allait se constituer l’Empire Perse (Voir JA, p. 383). C’est également aussi au contact des lions auxquels il est apparenté et grâce à la contemplation de ceux-ci que Johnson, dans Le Régiment noir, renoue avec l’Afrique, sa patrie originelle (RN, p. 245).

22Le totémisme apparaît donc, selon une heureuse formule, comme le droit constitutionnel primitif. Son étude permet d’expliquer comment se sont constituées certaines sociétés, comment ont pris naissance certaines conceptions et comment certains concepts religieux ont pu, peut-être, se dégager des brumes de la préhistoire. Il est certain que l’écrivain Bauchau n’a cessé de se soucier de l’Histoire mondiale et de ses répercussions à l’intérieur d’une identité européenne que ses bouleversements amènent à redéfinir. C’est ainsi qu’il pourra écrire :

  • 14 Henry Bauchau, Entre-vues, no 43/44, janv. 1999, p. 44.

Pour bien aborder l’avenir, il est bon de savoir d’où nous venons, le passé ce n’est pas seulement les faits que peut raconter l’histoire, c’est aussi les créations de l’imaginaire, les rêves, les fantasmes et les arts. L’extraordinaire influence de l’art africain et de la musique noire africaine durant notre siècle montre bien comment des formes qui semblaient archaïques au XIXe siècle ont pu au XXe siècle être porteuses d’avenir14.

Notes

1 Clios, racontant la mort de son père à ses compagnons que sont Œdipe et Antigone dit ceci : « Un jour, […] ma mère m’a dit que mon oncle […] avait revendiqué le pouvoir, que lui donnait la loi du clan, d’épouser la veuve de son frère […] Il avait pourtant exigé d’elle ce qu’il appelait son droit. » (ŒSR, p. 66) La similitude entre la coutume africaine et le droit dont use l’oncle de Clios pour épouser la veuve de son frère défunt est frappante. Chez les tribus Bété de la Côte d’Ivoire et par delà cette tribu, la veuve du frère « revient » à l’un des frères du défunt. Cette pratique coutumière a pour fonction sociale de protéger les orphelins et la veuve.

2 Antigone qui souffre de brûlures se fait soigner avec de « l’argile, des herbes et des onguents d’Égypte » par une jeune femme du nom d’Isis, dont la mère était d’origine égyptienne (ŒSR, p. 111). Le personnage d’Isis entre dans la catégorie d’une fonction assez répandue en Afrique Noire, celle des « tradipraticiens », dont l’art de guérir se nourrit à la source de la connaissance des forces cosmiques en présence.

3 Autour du cadavre du père de Clios et de celui de son compagnon de clan, la mère de Clios exécute une danse rituelle d’une « beauté sévère et grandiose » (ŒSR, p. 65). Il est de coutume en Afrique, particulièrement en Afrique de l’ouest, que chaque oraison funèbre soit suivie d’une danse rituelle et de chants. Ces rites permettent d’accompagner et d’alléger les pas du mort dans l’au-delà, dans le monde de l’invisible.

4 Henry Bauchau, L’Œil de bœuf, no 17, mars 1999, p. 12.

5 Voir Maurice Besson, Le Totémisme, Éditions Rieder, Paris, 1929, p. 7.

6 Voir Émile Durkheim, Les Formes élémentaires de la vie religieuse, le système totémique en Australie, Alcan, Paris, 1912.

7 Voir Jacqueline de Corte, « Henry Bauchau : Diotime et les Lions », Indications : la revue des romans, M.-P. Jadin, Bruxelles, 2003, p. 27-30.

8 Nous n’ignorons pas que la question récurrente du tabou totémique a donné naissance à plusieurs théories, notamment à la théorie économique du totémisme. Celle-ci est fondée sur le milieu économique. L’animal totem, la plante totem sont nécessairement les bêtes ou les plantes les plus utiles au clan. Les relations locales des espèces animales avec les groupes humains revêtent un caractère commercial. M. Haddon explique que chaque groupe, après avoir mis de côté les espèces animales ou végétales dont il avait besoin, échangeait le surplus aux groupes voisins : « C’est cette spécialisation de production et de commerce qui aurait eu pour effet de faire identifier chaque groupe par l’espèce, objet de cette production ou de commerce. » Voir M. Haddon, cité dans Maurice Besson, Le Totémisme, op. cit., p. 74.

9 Hampaté Amadou Bâ, L’Étrange Destin de Wangrin, Nouvelles Éditions Inédits, Paris, 1992, p. 326 sq.

10 Voir Cheikh Anta Diop, Nations Nègres et Culture (Bd. I.), Présence Africaine, Paris, 1979, p. 205 sq.

11 Voir Émile Durkheim, « Sur le totémisme », dans Année sociologique. Rubrique « Mémoire originaux », vol. V, PUF, Paris, 1900-1901, p. 82 à 121. Voir aussi Claude Lévi-Strauss, Le Totémisme aujourd’hui, PUF, Paris, 1962.

12 La mise en scène rituelle de la danse exécutée par Diotime lors de son initiation (et son corollaire de transe) ressemble fort à celle du culte vaudou où la musique et la danse sont étroitement liées, notamment dans le rituel de possession, caractéristique majeure du vodù, grâce auquel s’opère la communication avec la divinité qui « chevauche » le danseur possédé et s’incarne ainsi en lui. Le culte du Vaudou a ses racines en Afrique occidentale, particulièrement au Bénin.

13 Ainsi plusieurs sociétés totémiques, à quelques variantes près, croient assurer au moyen du principe fécondant la reproduction abondante de l’espèce animale dont le clan dépend. Chez les Dogons du Mali, quand la victime était trop pesante pour être déplacée du sol où elle agonisait, on recueillait son sang dans les calebasses, au jet de sa gorge, comme à une fontaine, et le sacrificateur répandait les flots, comme un jardinier spirituel, sur tous les plants de fer et les bois consacrés. Voir Marcel Griaule, Dieu d’eau, Fayard, Paris, 1966, p. 123.

14 Henry Bauchau, Entre-vues, no 43/44, janv. 1999, p. 44.

Auteur

© Presses universitaires de Vincennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search