Version classiqueVersion mobile

Là où je ne suis pas

 | 
Thangam Ravindranathan

Chapitre 4. Le voyageur traducteur. Topographies mélancoliques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les limites de mon langage signifient
les limites de mon propre monde.
Ludwig Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus.

Mais à Venise, quel père détester  ? […]
Orphelin de père, le touriste s’égare
dans des muqueuses maternelles.
Jean-Paul Sartre, La Reine Albemarle ou le Dernier Touriste.

La loi de Babel

«  Arrivant dans un lieu nouveau […] », écrivait Michel Butor, «  je devrai me remettre à apprendre à lire. Les gestes ne seront pas les mêmes  : autres manières, autres lois, autre code de la route. Je déchiffrerai les affiches, les titres de journaux, les plaques des rues, parfois dans une autre écriture, qui pourra offrir une énorme résistance (Chine ou Japon). Mon installation, provisoire, mon adaptation, mon repos, mon intérêt dépendront en grande partie de ma faculté de lecture1 […]. » Faculté de lecture déterminera possibilité d’écriture  : la métaphore du monde déjà constitué comme texte fonde, en effet, l’écriture de voyage. Dans le premier tome de son Génie du lieu, Butor p...

© Presses universitaires de Vincennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search