Version classiqueVersion mobile

Là où je ne suis pas

 | 
Thangam Ravindranathan

Chapitre 2. De l’autre côté du miroir. Le non-lieu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les hôtels on écrit toujours devant une glace
Tard dans la nuit
On voit sa barbe pousser
Ses cernes se pousser

Olivier Rolin, Suites à l’Hôtel Crystal.

J’ai voilé le miroir de l’armoire à glace pour ne pas me voir écrire.
Blaise Cendrars, Du monde entier au cœur du monde.

Là où je ne suis pas

«  Où suis-je  ? », s’était demandé Audry à Naples, et, quelques instants plus tôt, «  Où aller1  ? ». L’une des crises de Roquentin s’accompagnait de la même question, redoublée  : «  Où aller  ? Où aller2  ? » Deux pages plus loin, à la fermeture de la bibliothèque, l’interrogation se déclinait au conditionnel  : «  Où irais-je3  ? » À l’Équateur, Michaux se demandait  : «  Mais où est-il donc, ce voyage4  ? » Le protagoniste d’un roman de Chevillard reçoit, au Mali, le sobriquet «  Maïga » signifiant, en tamasheq, «  Où est-il5  ? ». L’on pourrait songer encore à ce titre de Michel Butor, 6, que l’accent fameusement barré livrait à une homonymie déroutante – la question spatiale devenant h...

© Presses universitaires de Vincennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search