Version classiqueVersion mobile

Là où je ne suis pas

 | 
Thangam Ravindranathan

Chapitre 1. Du voyage. Trouble du récit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qui vole voit seulement la route s’avancer à travers le paysage
[…]. Seul celui qui va sur cette route apprend […] comment
[…] elle fait sortir, à chacun de ses tournants, des lointains,
des belvédères, des clairières, des perspectives […].
Walter Benjamin, Sens unique.

Comme s’il n’y avait de paysage possible que dans l’exil.
Jean-Marc Besse, Voir la terre.

«  Incroyance »  : la lettre du voyageur

L’ailleurs, en latin, se disait alibi, cas locatif d’alius, «  (un) autre », c’est-à-dire l’Autre de l’espace, l’Autre fait aire et milieu. Cet effet de l’«  alibi », en son acception moderne, disant la présence d’un corps en un lieu autre que celui où quelque chose aurait eu lieu (et partant son absence des lieux), aura peut-être toujours hanté l’idée de l’ailleurs. Effraction, disjonction du lieu, son différé, son ouverture à l’autre – l’ailleurs, ce «  là où je ne suis pas » que sommait ainsi sous ses traits paradoxaux Charles Baudelaire1, est cette dimension vitale, autant constitutive que di...

© Presses universitaires de Vincennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search