Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pascal Quignard

 | 
Christian Doumet
, 
Ogawa Midori

III. La part des êtres et des choses

La cueillette du sens

Pascal Quignard et Sei Shōnagon

Vincent Giraud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« S’adresser à Sei Shōnagon en lui disant : – Bonjour, Shōnagon1 ! »

C’est vers le milieu de la période Heian – au xie siècle, donc, selon le calendrier d’Occident – que Sei Shônagon, dame d’honneur à la cour impériale du Japon, écrivit ce qui fut plus tard nommé ses Makura no sōshi, ses Notes de chevet2. Le livre est célèbre et occupe une place privilégiée dans l’histoire de la littérature japonaise, aux côtés du Genji monogatari (Le Dit du Genji). L’ouvrage se présente comme une sorte de journal intime, sans indications quotidiennes de date, toutefois, mais rapportant au jour le jour les menus faits qui occupent l’existence d’une dame de cour. L’auteur, femme extrêmement lettrée et sensible, pleine d’esprit, poète à ses heures, joint en outre à ses récits des morceaux d’une composition plus libre et décousue : ce sont les fameuses « listes » de Sei Shônagon. Ces listes, sur lesquelles nous allons revenir dans un instant, semblent avoir exercé un fort attrait sur Pascal Quignard, qu...

Auteur

Vincent GIRAUD est agrégé et docteur en philosophie. Maître de conférences à l’Université de Kyōto (département de philosophie de la religion), il est notamment l’auteur d’Augustin, les signes et la manifestation (Paris, PUF, « Épiméthée », 2013). Toujours curieux des rapports qui peuvent s’établir entre philosophie et littérature (« Le lieu et l’exil », Philosophie, n° 101, 2009), il a tenté une lecture phénoménologique de l’œuvre de Pascal Quignard (« L’invisible et la proie », Studia phaenomenologica, vol. VIII, 2008).

© Presses universitaires de Vincennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540