Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pascal Quignard

 | 
Christian Doumet
, 
Ogawa Midori

I. L'ordre du texte

Pascal Quignard et Lycophron : l’art d’un traduire paradoxal

Bénédicte Gorrillot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je traduisis Lycophron en 1969 et 1970, rue Poliveau, dans le Ve arrondissement de Paris » (Z, p. 141), indique Pascal Quignard, en 2010, dans Lycophron et Zétès. L’écrivain republie sa version française de l’Alexandra du poète grec, parue en 1971. Pourtant, en 1990, dans son vingtième « Petit traité »,il commente ainsi cette expérience : « Traduire, enfin, c’est lire entre deux langues, mais ne lire aucune » (PT1, p. 498). On retrouve quasiment la même formule sous la plume de Michel Deguy, en 1999 : « Dans la traduction […], quel est cet entre-langues [à] traverser ou à faire traverser » et où se « maintient la différence »1 ? Ces propos ont de quoi provoquer l’étonnement. Si traduire ne peut que conduire à la conclusion qu’on ne touche aucune langue, alors pourquoi traduire quand même ? Et pourquoi avoir publié à nouveau, en 2010, une traduction marquée du sceau rétrospectif d’un tel manquement ? La republication témoigne d’un attachement au texte de 1971 et invite le lecteur à...

© Presses universitaires de Vincennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540