Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pascal Quignard

 | 
Christian Doumet
, 
Ogawa Midori

I. L'ordre du texte

La fascination de l’incompréhensible

Christian Doumet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Valéry notait dans les Cahiers, à la fin de sa vie : « Le non-comprendre fut mon aiguillon1. » Je trouve un écho de cette phrase chez Pascal Quignard, à la page 72 de Vie secrète : « Ne rien comprendre à rien est un organe fabuleux », et m’y arrête comme saisi, déconcerté et aiguillonné à mon tour, par la pointe du paradoxe. Chez deux écrivains que j’ai garde de confondre, mais entre lesquels quelques traits communs entretiennent au moins une sorte de sympathie (entre autres, le goût du fragment, l’antiphilosophisme et le travail de la rumination…), chez ces deux écrivains, donc, employés inlassablement l’un et l’autre à maintes sortes d’élucidation, je rencontre cet éloge du non-comprendre. Paradoxe qui se double, dans le cas de Pascal Quignard, d’une réévaluation de la sensorialité indiquée, dans la phrase, par l’expression d’organe fabuleux, et éclairée par ce qui précède immédiatement :

Tout ce qui était étranger au langage, tout ce qui était rude, brut, indivisible, tenace, soli...

Auteur

Christian DOUMET est professeur de littérature française à l’Université Paris 8 et membre de l’Institut universitaire de France. Il a publié des livres de poèmes (Horde, 1989, Illettrés, durs d’oreille malbâtis, 2002, La Donation du monde, 2014) ; des essais sur la musique ou sur la poésie (L’Île joyeuse. Sept approches de la singularité musicale, 1997, Faut-il comprendre la poésie ?, 2004 ; La Déraison poétique des philosophes, 2010 ; De l’art et du bienfait de ne pas dormir, 2013) ; des récits en prose (Traité de la mélancolie de Cerf, 1992 ; Passage des oiseaux pihis, 1996 ; Rumeur de la fabrique du monde, 2004 ; Japon vu de dos, 2007).

© Presses universitaires de Vincennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540