Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pascal Quignard

 | 
Christian Doumet
, 
Ogawa Midori

Le mot littérature est sans origine

Pascal Quignard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le mot littérature est sans origine.

Émile Benveniste exprima ce regret dans la dernière leçon qu’il donna au Collège de France le 17 mars 1969.

Cette dernière leçon a été publiée par Irène Fenoglio en novembre 2011.

Connaître de quoi le mot littera serait le dérivé serait décisif.

C’est ainsi que, sur à peu près tout le territoire de l’Europe actuelle, l’inscription du mot qui dit l’inscription reste mystérieuse.

Le mot auquel nous vouons notre vie est une énigme.

Faute d’avoir conservé la mémoire de l’origine du mot litteratura, les anciens Romains s’en sortaient par différents jeux de mots. J’en compte cinq. Les voici.

  1. Le verbe obliterrare (effacer les lettres) ruse avec l’adjectif oblitus (qui oublie). Celui qui efface les lettres d’un nom sur une stèle efface le souvenir de cet homme. De même que le grec a la vérité (alètheia) au sens de non-oubli (a-lèthè), les Romains auraient les lettres, le loisir, l’étude, comme oubli. Mais le mot oblitus (de oblinio), effacé, n’est qu’un homopho...

© Presses universitaires de Vincennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540