Version classiqueVersion mobile

Toni Morrison

 | 
Maryemma Graham
, 
Andrée-Anne Kekeh-Dika
, 
Janis A. Mayes

III. Ramifications

Interior Designs : Re-introducing Morrison / Translation as Black Literary Passaging—Beyond the Ordinary Visible

Afterword

Figurations de l’intériorité : Toni Morrison sous l’angle de la traduction, les voies de passages afro-américaines – Au-delà du visible ordinaire

Janis A. Mayes

Résumé

Cet article tente d’approcher les frontières qui existent entre l’invisible ordinaire dans la vie et dans l’imaginaire de Toni Morrison. À partir de ma traduction du poème de Morrison, «  The Dead of September 11 (2001) » / «  Les Morts du 11 Septembre (2001) », j’interroge les notions du littéraire, du savoir, de la culture et de la politique de la langue en même temps que les stratégies de traduction mises en œuvre dans ce processus de traduction. Chacune des trois sections pourra se lire comme une improvisation ou une «  figuration de l’intériorité » qui répondra à deux questions que Morrison pose : «  À part la mélanine et la matière de mon œuvre, qu’est-ce qui fait de moi une écrivaine noire ?
À part ma propre ethnicité – qu’est-ce qui se passe dans mon travail qui me montre que ce travail est inséparable d’une spécificité culturelle afro-américaine ? » Mon propos est de rendre compte des décisions linguistiques et stylistiques prises par Morrison dans son poème et de montrer que les choix que j’ai effectués pour la traduction française prennent la mesure du rôle de l’intertextualité et de l’interdisciplinarité qui sous-tendent toute l’œuvre de Morrison.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

The conventional wisdom of the tower of babel story is that the collapse was a misfortune. That it was the distraction, or the weight of many languages that precipitated the tower’s failed architecture.That one monolithic language would have expedited the building and heaven would have been reached… Perhaps the achievement of paradise was premature, a little hasty if no one could take the time to understand other languages, other views, other narrative periods.Toni Morrison, The Nobel Lecture in Literature, 19931

Interior Design : Building Black Book Languages and Culture in the Work of Toni Morrison

“In the beginning there were no words. In the beginning was the sound, and they all knew what that sound sounded like.”2 Throughout her corpus, Toni Morrison uses ordinary words in her book language and lyrics to explore imponderable questions and ideas such as love, good and evil, fate and immortality. Morrison accentuates both the aural and quality of words3 by using language directly f...

Auteur

Janis A. Mayes is Associate Professor of African American Studies at Syracuse University, and literary translator of “Les Morts du 11 Septembre (2001)” from “The Dead of September 11 (2001)” by Toni Morrison, A Rain of Words : A Bi-lingual Anthology of Women’s Poetry in Francophone Africa (Ed., Irène Assiba d’Almeida), “The Blind Kingdom” (Le Royaume aveugle, Véronique Tadjo), “Ramener les blues chez soi” (“Taking the Blues Back Home,” Jayne Cortez), and The City Where No One Dies (La Ville nul ne meurt, Bernard Dadié ). She is a Fulbright scholar, former President of the African Literature Association, member of the Présence Africaine editorial board, and founding director of the Syracuse University study-abroad program, Paris Noir : Literature, Art and Contemporary Life in Diaspora.

Janis A. Mayes (Associate Professor) enseigne à Syracuse University (NY). Elle est aussi traductrice littéraire, «  Les Morts du 11 Septembre (2001) » / «  The Dead of September 11 (2001) » de Toni Morrison, A Rain of Words : A Bi-lingual Anthology of Women’s Poetry in Francophone Africa (Irène Assiba d’Almeida [dir.]), «  The Blind Kingdom » (Le Royaume aveugle de Véronique Tadjo), «  Ramener les blues chez soi » («  Taking the Blues Back Home », Jayne Cortez), and The City Where No One Dies(La Ville nul ne meurt de Bernard Dadié ). Elle a été récipiendaire Fulbright, présidente de l’Association de littérarure africaine (ALA) et fait partie du comité éditorial de Présence africaine. Elle a mis en place le Syracuse University study-abroad program (Paris Noir : Literature, Art and Contemporary Life in Diaspora) qu’elle dirige depuis plusieurs années.

© Presses universitaires de Vincennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search