Version classiqueVersion mobile

Le travail du cinéma II

 | 
Dominique Villain

Alain Cavalier. Filmeur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Filmeur.

Image 10000000000002FE0000023F0D8E0C97.png

Le Filmeur.

Image 10000000000003000000024050984688.png

Vies, générique.

Image 10000000000002FA0000023D5F15AC13.png

Difficile d’arrêter Alain Cavalier.

Comme il le dit lui-même dans une note datée du 22 décembre 19971 : « Être à tous les étages de la vie et de son rendu film. Comme moi chaque jour vivant et échafaudant, ému, essayant, détruisant, avançant parce que le contraire est impossible.» Ou ailleurs, au moment du Filmeur2 : « Être disponible surtout à soi, être disponible pour tout de suite faire quelque chose. Lorsque je dis tout de suite, je veux dire avant, être déjà mobile avant de faire, partir à l’arrêt ça demande trop de temps.»

Lettre d’un cinéaste.

Image 10000000000002E40000023A7BF4CD1A.png

Peu avant cette rencontre avec Cavalier, certains éléments de son travail sont venus suggérer un montage entre l’ancien, le nouveau et le présent : la reprise d’une scène de La Chamade dans Irène, la sortie en dvd des Braves3 – film réalisé avant Irène – et la sélection à Cannes de Pater dont Thierry Frémaux, le sélectionneur, a dit que c’était une des choses les plus bizarres de l’histoire du festival...

© Presses universitaires de Vincennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search