Version classiqueVersion mobile

Mallarmé, Valéry et Claudel traducteurs

 | 
Pauline Galli-Andreani

En guise de conclusion…

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mais point de conclusions… Mieux vaut reprendre un peu et repenser sa pensée.
Paul Valéry, Propos sur l’intelligence1

C’est sur cette sage recommandation valéryenne que se clôt cette réflexion. L’étude des traductions de nos trois auteurs ouvre des perspectives très larges, qu’il est illusoire de prétendre synthétiser ou réduire à un système.

Il apparaît nettement, à l’issue de l’examen de ces trois pratiques singulières, que la traduction cristallise des problématiques bien plus vastes que celle de la correspondance entre les langues ou de la survie d’une œuvre. La question du passage d’un idiome à l’autre fait irrémédiablement signe vers celle, plus vaste, du langage, mais renvoie également à celle des langues présentes au sein d’un même idiome, c’est-à-dire, en somme, à une réflexion sur le statut de la poésie dans une langue donnée. Les domaines interlinguistiques et intralinguistiques s’entremêlent donc, et débouchent sur une remise en question parfois radicale du rapport du poète...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search