Version classiqueVersion mobile

Mallarmé, Valéry et Claudel traducteurs

 | 
Pauline Galli-Andreani

V. Claudel traducteur : « Moi debout sur le char d’Élie qui traduis la foudre à coups de tonnerre ! »

Parlez-vous le polclodel ? La traduction claudélienne, un dialogue de sourds

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pratique traductive claudélienne

Les traductions d’Eschyle, des psaumes, et des poètes anglophones

Le travail sur la langue

La principale difficulté qui apparaît lorsque l’on se penche sur les traductions de Claudel est une incohérence apparente entre pratique et théorie. Si l’on se réfère au texte sur d’Ablancourt, le traducteur doit tirer parti des richesses du français pour traduire un texte et si possible combler ses lacunes, corriger ses faiblesses, l’améliorer en somme1. Mais d’autre part, une grande partie de la traduction claudélienne témoigne d’une volonté de respecter le texte d’origine, de le laisser parler à travers la voix du traducteur. Les analyses de Pascale Alexandre-Bergues sur la traduction d’Eschyle démontrent en effet un désir d’appliquer la technique du calque, héritée de Mallarmé et de Chateaubriand. Cependant, le calque tel qu’il est pratiqué par Claudel ne garantit aucunement la fidélité littérale. En effet, le calque claudélien aboutit, paradoxalement, à un ré...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search