Version classiqueVersion mobile

Mallarmé, Valéry et Claudel traducteurs

 | 
Pauline Galli-Andreani

V. Claudel traducteur : « Moi debout sur le char d’Élie qui traduis la foudre à coups de tonnerre ! »

La traduction selon Claudel : discours et fantasme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’imaginaire claudélien de la traduction1

Sous l’invocation de saint Jérôme

En 1940, Claudel choisit d’ouvrir son recueil Visages radieux par un portrait de saint Jérôme, « patron des hommes de lettres ». Ce titre, en déjouant les attentes – saint Jérôme est le saint patron des traducteurs –, assimile l’activité de traduction et le statut d’homme de lettres et propose ainsi d’identifier la figure de l’écrivain à celle du traducteur. Dans ce poème, saint Jérôme est présenté avant tout pour son travail de traduction, et concentre dans son image l’idéal du traducteur, correspondant aux principes que Claudel développera par ailleurs. Voici le texte dans son intégralité :

Le Bon Dieu lui a donné un lion pour lui tenir compagnie,
Le lion le regarde d’un œil jaune pendant que le bonhomme grogne de l’hébreu, et il a trouvé le mot latin ! – et il écrit.
La correction que les Anges t’ont administrée, il faut croire que c’était pour de bon !
Jérôme, je les remercie à coups de fouet pour toujours qu’...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search