Version classiqueVersion mobile

Mallarmé, Valéry et Claudel traducteurs

 | 
Pauline Galli-Andreani

V. Claudel traducteur : « Moi debout sur le char d’Élie qui traduis la foudre à coups de tonnerre ! »

D’Eschyle aux poètes t’ang : un corpus hétéroclite

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce n’est pas beau ! J’ai relu tout ce tas de psaumes que j’ai gribouillés depuis trois ans, et non, sacrebleu, ce n’est pas beau ! Il ne s’agit pas de littérature !
Paul Claudel, Paul Claudel répond les Psaumes1

La carrière de traducteur de Claudel débute très tôt, dès 1892, date à laquelle il commence à traduire le premier volume de la trilogie d’Eschyle, l’Orestie, découverte quelques années auparavant. Sa dernière traduction paraît en 1948 : il s’agit du dernier cycle de traduction des psaumes bibliques, publiés seulement quelques années avant la disparition de leur auteur2. Claudel continue néanmoins à traduire les psaumes jusqu’en 1953. Durant plus de soixante ans, donc, la carrière poétique de Claudel est jalonnée de traductions variées qui témoignent d’un travail constant, d’un exercice quasi permanent de cette activité. L’ensemble forme un corpus considérable, tant du point de vue du volume que de celui de la valeur des textes appréhendés, suggérant d’emblée la dimension « cat...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search