Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mallarmé, Valéry et Claudel traducteurs

 | 
Pauline Galli-Andreani

IV. Passage II

Claudel – Mallarmé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Seule la rencontre de deux noms différents fait la magie du « coin » de rue.
Walter Benjamin, Passages parisiens1

Sur le modèle du précédent, ce second « Passage » tentera de circonscrire un espace reliant deux auteurs dont l’un fut un modèle pour l’autre durant ses années de formation. L’observation de l’œuvre de traduction de chacun de nos deux poètes conduit à un premier constat : la religion catholique est au centre du travail de Claudel, quand Mallarmé avait, lui, fondé son idée de la poésie sur le terrassement de celui qu’il désigne par la formule de « vieux et méchant plumage2 ».

Le corpus claudélien de traduction est à ce titre éloquent : Claudel se consacre notamment à une traduction des psaumes, ainsi qu’à celle d’autres textes bibliques dans le cadre de son travail exégétique ; son modèle avoué est saint Jérôme, et sa traduction d’Eschyle propose une orientation clairement catholique du troisième volet de l’Orestie. Au-delà de ce choix de corpus, Claudel adopte également une...

© Presses universitaires de Vincennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540